Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 07 septembre 2017 06:00

Médias : La justice ordonne la dissolution du quotidien La Tribune

Écrit par Wafia Sifouane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après avoir cessé de paraître depuis le 9 août dernier, le sort du quotidien francophone La Tribune est tranché : le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a ordonné, hier, la dissolution de la société OMP, éditrice du quotidien La Tribune, et la désignation d’un liquidateur.


Sous le choc, après avoir nourri quelque espoir avec le soutien des héritiers Kheiredine Ameyar, actionnaires majoritaires du journal avec 46% des parts, qui se sont opposé à la fermeture du journal, les quelque 60 travailleurs ne savent plus à quel saint se vouer pour sauver leur titre âgé aujourd’hui de 22 ans.
Rappelons que cette décision de justice est intervenue après la demande de dissolution de l’entreprise par deux actionnaires minoritaires de la Sarl, qui ont invoqué des dettes faramineuses auxquelles ils ne peuvent faire face. Pour sa part, Mme Veuve Taos Ameyar, qui a toujours été exclue de la gestion de la Sarl, malgré son statut d’actionnaire, avait tenté le tout pour le tout pour sauver le titre. Le 12 août dernier, elle était intervenue auprès du tribunal de Sidi M’hamed pour bloquer l’action judiciaire entreprise par les deux actionnaires, responsables de la dissolution de l’entreprise.
Qualifiant leur action d’« illégale », car détenant seulement 18% des parts de la Sarl, elle avait aussi dénoncé la manière dont s’était faite la fermeture du journal.
Rappelons que les travailleurs n’avaient pas bénéficié de préavis et ont été mis en congé par la direction de la Sarl, les sommant de quitter les locaux dont l’accès leur a été interdit par la suite. Dans un communiqué, rendu public hier, les héritiers Ameyar, « anéantis » par la décision de justice, se sont dits choqués. Surtout sachant que « la loi impose des conditions strictes pour parvenir à cette limite extrême, qui fait perdre leurs emplois à des dizaines de travailleurs chargés de famille », rapporte le document.
D’un autre côté, les espoirs des travailleurs ont aussi reposé sur les héritiers de Bachir Cherif Hassan, ancien directeur de publication, décédé en juin dernier.
Voulant à tout prix sauver le quotidien, ils avaient fait part aux employés de leur volonté de créer une Sarl et de récupérer l’agrément du journal pour permettre à La Tribune de survivre, hélas cela n’a pas été le cas.
Les travailleurs, de leur côté, avaient sollicité un avocat par le biais du Syndicat national des journalistes pour défendre leurs droits. Aujourd’hui, et malgré toute la bonne volonté ayant entouré les tentatives de sauvetage du journal, il semblerait que c’est bel et bien la fin d’une belle aventure intellectuelle. Lancé le 5 octobre 1994, le quotidien La Tribune a dû se séparer de trois de ses membres fondateurs, Kheireddine Ameyar, Baya Gasmi et Bachir Cherif Hassan, tous décédés.

Laissez un commentaire