Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 06 décembre 2017 06:00

Agression d’une enseignante à la direction de l’éducation de Tizi Ouzou : 3 000 enseignants affiliés au Cnapeste en sit-in devant la wilaya

Écrit par S. OULARBI
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le front social est en ébullition dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Les enseignants des différents paliers de l’éducation nationale, affiliés au Conseil national autonome des professeurs du secondaire et technique élargi (Cnapeste) de la wilaya de Tizi-Ouzou ont observé,

dès les premières heures de la matinée d’hier, un sit-in devant le portail principal de la wilaya pour demander une énième fois le mise à l’écart des deux responsables exerçant au niveau de la Direction de l’éducation (DE) qui ont été « complices » de l’agression commise le 17 octobre dernier contre une enseignante au niveau de la DE. En effet, le mouvement de protestation, initié par le bureau de wilaya du Cnapeste de la wilaya de Tizi-Ouzou, déclenché depuis le 20 novembre dernier, semble se durcir de jour en jour. Après une grève illimitée, suivie de plusieurs rassemblements devant la direction locale de l’Education, cette fois, pas moins de 3 000 enseignants ont investi le siège de la wilaya pour interpeller le wali, Mohamed Bouderbali, sur l’acte de violence dont a été victime une enseignante au niveau de la DE par une policière. « Nous n’accepterons jamais qu’une enseignante soit giflée par une policière. Nous accusons le chef de service du personnel de la DE et le chef du bureau du contentieux au niveau de direction de l’éducation d’avoir failli à leur mission. Cet acte prouve clairement la gestion calamiteuse de ces responsables », nous dira, un membre du bureau de wilaya du Cnapeste rencontré sur place. Il faut préciser que les membres du bureau national du syndicat ont pris part à ce mouvement de protestation. Pis encore, selon notre interlocuteur, l’enseignante victime de cet acte fait l’objet de menaces et de harcèlement verbal de la part de l’inspecteur pédagogique et administratif. « Halte à la menace des enseignants », « Non au dénigrement de l’enseignant », criaient haut et fort les protestataires. Par ailleurs, ils ont exprimé leur mécontentement non seulement pour cette agression commise à l’égard de l’enseignante, mais aussi de la gestion calamiteuse menée par les responsables cités ci-dessus en toute impunité au niveau de la DE. Pour cela, les enseignants ont brandi des pancartes sur lesquelles nous pouvons lire : « Halte au favoritisme et aux passe-droits ».
« Nous exigeons le départ immédiat de ces responsables impunis pour leurs défaillances dans la gestion de l’académie », conclut-il. A soulignons que les protestataires sont déterminés à durcir leur grève jusqu’à la prise en charge de leurs doléances par la première responsable du secteur de l’éducation, Nouria Benghebrit.

Laissez un commentaire