Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 09 janvier 2018 06:00

Sétif La restauration de la statue d’Aïn El Fouara prochainement lancée

Écrit par Nadir Kadi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Monument emblématique de la ville de Sétif, la restauration de la fontaine Aïn El Fouara, et plus précisément de la statue qui la surplombe, devrait être lancée dans les prochaines semaines. Les travaux de réhabilitation seraient confiés à des experts du domaine, notamment étrangers.

D’ores et déjà, le ministère de la Culture a reçu, dimanche dernier, les résultats de la première expertise effectuée sur la statue par l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC). Ce qui l’a amené à annoncer, hier, que la phase active de la restauration de la fontaine sera lancée sur le terrain dans les prochaines semaines.

En effet, statue représentant une femme, réalisée vers la fin du 19XIX siècle par le sculpteur français Francis de Saint-Vidal, avait été vandalisée - au niveau du visage, de son buste et d’une des mains - le 18 décembre dernier par un individu rapidement maîtrisé par la police. Un responsable de la gestion du patrimoine au ministère de la Culture nous a confié sous le sceau de l’anonymat que la restauration de la statue «sera prise en charge dans un cadre professionnel, en faisant appel à des experts en restauration des statuaires en marbre».Précisant ainsi que le statut légal du monument faisant de la statue un «bien immobilier classé par destination », « la statue en elle-même est un «bien mobilier», au même titre que les biens que l’on peut trouver dans les musées (…) mais du fait de l’association à un monument de type public (ici la fontaine), elle devient un bien immobilier par destination. Et c’est ce bien immobilier auquel elle appartient, et en est indissociable, qui est classée sur la liste du patrimoine national (…) la statue est donc également classée dans son indissolubilité avec la fontaine». Le responsable ajoute que le ministère de la Culture a immédiatement réagi suite à la constatation du préjudice en demandant une expertise des dégâts : « Quand un monument public est mutilé, le ministère de la Culture effectue en premier lieu un constat d’état. Cela a été fait pour Aïn El Fouara, sous le contrôle de l’OGEBC. Le ministère vient de recevoir leur rapport ». Ainsi, la prochaine étape est aujourd’hui de faire appel à des experts dans ce type de chantier; et le ministère de la Culture souhaitant, selon la même source, associer cette restauration de Aïn El Fouara à des projets déjà en cours, notamment ceux avec des partenaires étrangers.
«Le ministère de la Culture a souhaité solliciter les contributions - à titre gracieux - d’experts qui travaillent actuellement sur d’autres projets (…) A titre d’exemple, nous avons un projet en cours pour la restauration des statues en marbre du musée de Cherchell, dans le cadre de la coopération avec l’Allemagne. Les consultations ont été engagées, nous leur enverrons les protocoles techniques, et nous attendons les réponses dans les prochaines semaines ». Quant aux délais des travaux, une fois le chantier lancé, il devrait être relativement court, explique le responsable. Par ailleurs, le représentant du ministère de la Culture affirme que la tutelle réfléchit à durcir la législation punissant ce type d’actes : « Même si la loi prévoit déjà des sanctions dans pareils cas, il faut rappeler que notre législation en matière de patrimoine date d’une vingtaine d’années. Sa révision est à l’ordre du jour (…) pour nous adapter à toutes les formes d’atteinte au patrimoine qui sont vécus dans le monde, mais aussi pour revoir nos dispositifs de réaction aux actes de vandalisme ». 

Laissez un commentaire