Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 10 janvier 2017 06:00

Portugal : L’adieu à Mario Soares, « père de la démocratie » portugaise

Écrit par  Kahina Terki
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Des milliers de Portugais en deuil ont fait, hier, leurs adieux à Mario Soares, considéré comme le « père de la démocratie », dont la dépouille a traversé les principales artères de Lisbonne avant d’être exposée au monastère des Hiéronymites.

«Soares est super! » scandaient des militants socialistes, dont certains en pleurs, à l’arrivée du corps, reprenant ainsi le slogan de la campagne présidentielle qu’il avait menée en 1986. Les Lisboètes applaudissaient au passage du corbillard tiré par un attelage de chevaux blancs qui transportait le cercueil recouvert du drapeau national, longeant le cours du Tage à travers le centre historique de la capitale. L’ancien président socialiste, décédé samedi à l’âge de 92 ans, sera inhumé aujourd’hui après-midi au cimetière de Prazeres dans l’ouest de la capitale, où repose déjà son épouse Maria Barroso, disparue en juillet 2015. Sa dépouille était partie dans la matinée du domicile familial devant lequel de nombreux anonymes avaient déposé des roses rouges, symbole du Parti socialiste qu’il a fondé en 1973. Escorté par une trentaine de motos de la Gendarmerie nationale, le cortège funéraire s’était ensuite dirigé vers la mairie de Lisbonne. Accueilli avec les honneurs militaires au monastère des Hiéronymites, le corps de l’ex-chef d’Etat y a été exposé dans une chapelle ardente pour donner aux Portugais la possibilité de se recueillir devant celui qui a profondément marqué l’histoire politique du pays. C’est dans le cloître de ce monastère que Mario Soares, alors Premier ministre, avait paraphé le 12 juin 1985 le traité d’adhésion du Portugal à la Communauté économique européenne, ancêtre de l’Union européenne. « La vie est toujours courte. Il faut vivre avec dignité et laisser un souvenir sympathique de ce qu’on a fait. Les gens continuent ainsi à vivre dans le cœur de leurs amis », disait-il lorsqu’il était interrogé sur la mort. Le gouvernement socialiste a décrété trois jours de deuil national à partir de lundi et appelé « tous les citoyens » à rendre hommage à cette « grande figure de l’histoire portugaise contemporaine ».
Pour le politologue Antonio Costa Pinto, interrogé par l’AFP, « Mario Soares restera dans l’histoire pour avoir dirigé l’opposition républicaine à la dictature de Salazar ». Son rôle aura été particulièrement décisif au lendemain de la Révolution des Oeillets de 1974, qui a mis fin à 48 ans de dictature, lorsqu’il a fait barrage aux tentatives de militaires proches du Parti communiste pour prendre le pouvoir. Hier, à Alger, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah a signé à la résidence de l’ambassadeur portugais, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le registre de condoléances.
M. Bensalah était accompagné du ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et de la coopération, Ramtane Lamamra. « En cette douloureuse circonstance, je tiens à présenter, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes sincères condoléances au gouvernement et au peuple portugais ». 

Laissez un commentaire