Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 16 mars 2017 06:00

Industrie : Un salon pour relancer la sous-traitance

Écrit par  MAHMOUD CHAAL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le «Salon national inversé de la sous-traitance» revient cette année pour sa 4e édition qui se tiendra à la Safex du  3 au 6 avril prochain. Cette manifestation bi-annuelle est dédiée exclusivement aux entreprises de droit algérien.


Qu’est-ce que le Salon national inversé de la sous-traitance ? Dans ce type d’événement, ce sont les entreprises donneuses d’ordre qui deviennent des exposants, alors que les receveurs d’ordre sont des visiteurs : l’exposant est l’acheteur d’un produit ou d’un service, le client en est le vendeur.
Le programme de l’édition 2017 a été présenté hier à la Chambre algérienne de commerce et d’industrie par le président de la Bourse algérienne de la sous-traitance et du partenariat, Agsous Kamel, le directeur de l’animation et du développement de l’entreprise à la Caci, Rachid Sai, et Haddi Djouher, directrice au ministère de l’Industrie. Il faut dire qu’à l’heure actuelle, 39 entreprises ont confirmé leur participation, contre environ 60 participants lors de la dernière édition. Plus précisément, 39 entreprises publiques et 5 entreprises du secteur privé ont confirmé leur présence.
« Les entreprises participantes sont de grande envergure. Leur chiffre d’affaires cumulé représente 85% des revenus du secteur industriel », a expliqué le président de la Bourse algérienne de sous-traitance et du partenariat, Agsous Kamel. L’objectif de cette manifestation, selon ce dernier, est de mettre en contact les entreprises industrielles avec les spécialistes de la sous-traitance pour nouer des partenariats afin de « booster le taux d’intégration de l’industrie nationale ».
Il estime à ce propos que « le but est de réduire les importations en pièces de rechanges d’au moins 1 milliard de dollars annuellement ».
L’intervenant a estimé que le potentiel existe et la marge de progression des entreprises est importante pour les donneurs d’ordre pour réduire les importations et pour les sous-traitants de développer l’offre. « Nous avons en Algérie 900 000 entreprises dont  90 000 dans les secteurs industriels et 900 dans la sous-traitance », a-t-il expliqué. « Les entreprises de la sous-traitance représentent à peine 1% du tissu des entreprises industrielles en Algérie, alors que ce taux est de 25% au Maroc et 20% en Tunisie », a-t-il comparé pour montrer les efforts qui restent à réaliser par les opérateurs algériens pour atteindre le nombre d’entreprises susceptibles de satisfaire les besoins nationaux en sous-traitance.
Pour sa part, Rachid Sai est longuement revenu sur les avantages fiscaux et la suppression des taxes douanières pour les matières premières et autres produits en relation avec l’activité de la sous-traitance. A ce titre, il a rappelé «les mesures prises par les pouvoirs publics en faveur de la sous-traitance à travers notamment les dispositions contenues dans la loi de finances 2017 dans son article 110 ». Cette disposition supprime « les droits de douane et de TVA sur les composants et matières premières importés ou acquis localement par les sous-traitants dans le cadre de leurs activités de production d’ensembles et de sous-ensembles destinés aux produits et équipements des industries mécaniques, électroniques et électriques ». Par ailleurs, à l’occasion de ce Salon, une série de conférences est prévue. Les thèmes inhérents à l’environnement de l’entreprise et à la sous-traitance seront animés par des spécialistes.

Laissez un commentaire