Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 28 décembre 2016 06:00

Ressources halieutiques : Pêche au thon rouge, le quota algérien à la hausse

Écrit par  Kahina Sidhoum
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les patrons pêcheurs algériens auront le droit de pêcher 1.046 tonnes de thon rouge en 2017. Ce quota est le double de celui prévu initialement par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique

, la CICTA: soit 546 tonnes. C’est ce qu’a indiqué hier à l’APS Tahar Hammouche, cadre au ministère de l’Agriculture et membre de la délégation algérienne qui a négocié âprement ce quota lors la réunion de la Cicta en novembre dernier à Vilamoura au Portugal. Tahar Hammouche, qui occupe le poste de coordonnateur général chargé de la pêche et de l’aquaculture au Ministère de l’Agriculture et du développement rural, , indique que l’Algérie est le seul pays à obtenir une augmentation de son quota par rapport au quota initial lors de la réunion de Vilamoura. Cette quote-part supplémentaire « est le fruit d’âpres négociations menées par la délégation algérienne qui a joué le coup » en demandant un quota supplémentaire pour se rapprocher du seuil historique de 5% du Total admissible de captures (Tac) dont bénéficiait l’Algérie jusqu’à 2010, ajoute le responsable. «Les discussions étaient dures à Vilamoura puisque les quotas étaient déjà arrêtés en 2014 aussi bien pour l’Algérie que pour les autres pays », poursuit M. Hammouche qui précise qu’ «après des rounds de négociations» et des «jeux de coulisses», certains pays ont accepté d’appuyer les délégués algériens, alors que d’autres ont été soit contre soit neutres ». Les décisions au sein de la Cicta (47 pays et l’Union européenne) se prennent par consensus. La demande algérienne pour obtenir une autre augmentation du quota a alors obtenu 13 voix favorables, contre huit abstentions et deux voix contre. Elle permet à notre pays de regagner sa quote-part historique qu’il avait perdu en 2010. L’absence de la délégation algérienne à la 17e réunion annuelle 

de la CICTA a conduit à la réduction
de son quota à 1% du Tac contre 5% auparavant. Les 418 tonnes retirées avaient alors été partagées entre la Libye, la Turquie, l’Egypte et la Syrie.
A Vilamoura, la CICTA a fixé également le quota global de l’espadon à 10.500 tonnes pour l’année 2017 à ses pays membres. Ce quota sera réduit de 3% de 2018 à 2022 : une restriction qui , explique-t-on, entre dans le cadre d’un plan de reconstitution sur 15 ans (2017-2031) de la population mondiale d’espadon, une espèce de poisson victime de surpêche comme le thon , Dans les négociations qui vont se tenir lors de la réunion de cette commission internationale en 2017, l’Algérie devrait faire valoir son caractère de pays marginal en terme de capture de ce poisson dans la Méditerranée par rapport aux autres pays notamment ceux de la rive Nord, explique M. Hamouche. «Nous devons absolument défendre notre position parce que nous ne sommes pas ceux qui détruisent la ressource. Nous sommes un pays vraiment marginal en terme de pêche de l’espadon », déclare-t-il à l’APS. En prévision de ces restrictions internationales, les pouvoirs publics devraient fiabiliser les statistiques concernant le nombre de pêcheurs d’espadon que compte le secteur. Un recensement spécifique concernant cette catégorie de professionnels devrait être lancé prochainement «en vue de déterminer une stratégie à suivre pour les défendre», avance le même responsable.
Selon les données de la Cicta, l’Italie est le principal pays pêcheur de ce poisson avec 45% des prises, elle est suivie du Maroc (14%), de l’Espagne (13%), de la Grèce (10%) et de la Tunisie (7%).

Laissez un commentaire