Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 16 février 2017 06:00

UMA : 10 milliards de dollars de perte annuelle faute d’une zone de libre-échange

Écrit par  MAHMOUD CHAAL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après 28 ans d’existence, l’Union du Maghreb arabe est en panne sur le plan politique, économique et sociétal. C’est le constat établi par le secrétaire général du Conseil consultatif de l’UMA, le docteur Saïd Mokadem, à l’occasion de son intervention, hier, au Forum du quotidien d’information arabophone, El Chaâb.

Dans son intervention sur les questions économiques, le Dr Saïd Mokadem a été plus alarmant.
Pour lui, « si l’édification de l’UMA a été retardée à cause des questions politiques et de divergences de visions, l’union de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et de la Mauritanie devrait se réaliser par l’économie, l’échange commercial, la société civile ainsi qu’avec la dynamique des populations respectives, mais il n’en est rien ».
Le secrétaire général du Conseil consultatif de l’UMA donnera une salve de chiffres pour étayer ses propos. « L’échange économique entre les pays du Maghreb représente à peine 1% de son commerce extérieur », a-t-il déploré, alors que « l’échange économique dans la zone euro représente près de 70% de son commerce extérieur, et qu’en Asie, les échanges entre les pays de la même région représentent 64% ». Ce qui fait perdre, selon Saïd Mokadem, 10 milliards dollars annuellement aux pays de l’UMA. « L’absence d’une zone de libre-échange économique entre les pays de l’UMA cause un préjudice financier énorme à nos économies respectives. On perd environ 10 milliards de dollars annuellement », a-t-il insisté, estimant que les répercussions sur l’emploi sont désastreuses. Sur ce point, l’intervenant a été encore plus dur dans son analyse. « Les pays du Maghreb perdent chaque année 200 000 postes de travail à cause d’un échange économique quasi-inexistant », a estimé le premier responsable de l’UMA, soulignant que cette amère réalité provoque la progression du chômage dans les pays du Maghreb. « Le taux de chômage en Algérie était de 21%, en 2014 et en 2013, en Tunisie, il avoisine les 29% alors qu’au Maroc il est de l’ordre de 18% durant la même période », a-t-il dit. Concernant le problème territorial du Sahara occidental occupé par le Maroc et ses conséquences sur le dysfonctionnement de l’UMA, le président du Conseil consultatif a estimé qu’il n’existe aucune relation entre les deux sujets. Selon lui, « la déclaration de la naissance de l’UMA a été annoncée en 1989, alors que la question sahraouie remonte à 1974 ». En plus, « la question sahraouie n’a pas été posée au sein de l’UMA », a affirmé Mokadem. 

Laissez un commentaire