Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 20 mars 2017 06:00

Start-ups, l’éloge manqué

Écrit par  Selma Allane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’intervention, hier, du Premier ministre aux assises de la micro entreprise à Alger est encourageante à plus d’un titre. Elle confirme l’intérêt du gouvernement pour ce secteur stratégique en vue de la création d’emploi et l’innovation.

Et ce que M. Sellal a déclaré à son sujet est rassurant pour au moins trois raisons. Primo, l’Exécutif continuera d’aider les très petites entreprises à l’accès au crédit d’investissement. Deuxio, il s’engage à leur réserver une partie des marchés publics et de leur donner l’opportunité de décrocher des contrats d’affaires là où ils existent le plus. Tertio, il est prêt à envisager pour les solvables d’entre elles le principe d’un rééchelonnement des dettes. Réunies, ces trois raisons constituent, avec d’autres qui ne sont pas citées ici, un nouveau plaidoyer du gouvernement en faveur de l’entreprise. A ses racines, cette fois ! Car, toute grande entreprise a commencé petite. Et celle qui le reste n’est pas pour autant inutile ni à négliger, au contraire. Les petites et les très petites entreprises, les TPE, peuvent être de véritables lieux d’innovation et de diversification de l’outil économique et industriel dans le pays. En temps de crise, c’est prouvé, là où elles existent en grand nombre, les TPE ont le taux de défaillance le plus faible. Ce sont elles qui résistent le mieux aux aléas macro-économiques, en particulier dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, les TIC
Dans le cas algérien, les très petites entreprises ont plus que jamais besoin d’assurance et de soutien. M. Sellal s’est engagé, une nouvelle fois, hier, à leur apporter l’aide de son gouvernement pour qu’elles reprennent confiance dans la conjoncture actuelle et qu’elles gardent l’optimisme qui a motivé leur naissance pour devenir émergentes. Dans son éloge et son appui, le Premier ministre, inopportunément, a semblé avoir manqué un aspect important, celui d’insister sur l’importance des jeunes pousses qui investissent dans le secteur des technologies de l’information et de la communication et qui étaient assez bien représentées hier aux assises qu’il a présidées. Or, c’est dans leur domaine que les enjeux économiques du futur vont être les plus déterminants. L’Algérie, en effet, ne peut pas et ne doit pas rater par exemple le virage numérique, au risque d’avoir des entreprises en retard d’un «business model » adopté par tout le monde y compris par des pays comparables au nôtre, et de rater le grand pari de la diversification qui devra passer par ce virage. Il fallait à M. Sellal de le souligner. Il en avait l’opportunité puisqu’il est question du lancement prochain d’un «fonds d’amorçage» pour les starts-ups.

Lu 44 fois
Plus dans cette catégorie : « Le cas FLN L’enjeu Sonatrach »

Laissez un commentaire