Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 25 juillet 2016 22:03

Santé / Front social : Les médecins résidents du CHU Mustapha en grève illimitée

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Entre les médecins résidents du CHU Mustapha-Pacha d’Alger et la direction de cet établissement, c’est le bras de fer.

Ces derniers sont entrés, depuis hier, en grève illimitée, exigeant la prise en charge de leur plateforme de revendications, dont les deux points essentiels sont le versement des primes des gardes effectuées depuis le début de l’année à ce jour, ainsi que la mise à jour des salaires pour les résidents admis d’une année à l’autre. C’est à l’appel d’un collectif autonome récemment constitué que l’action a été suivie par la majorité des médecins résidents de différents services. Habillés de leurs blouses blanches, plusieurs dizaines de médecins se sont rassemblés devant la direction du CHU Mustapha-Pacha pour dénoncer ce qu’ils qualifient de «mépris» des responsables quant à un droit légitime. «Nous avons trop attendu.

Y en a marre ! Et il faut que nos responsables agissent vite pour nous verser les primes des gardes que nous avons eff ectuées depuis le mois de janvier», s’insurge l’un des grévistes. A son collè- gue de dénoncer «un service des finances défaillant», tout en se posant des questions sur «les raisons de ces retards et s’il n’a y pas dilapidation au sein du même service». Le médecin en question, résident en 5e année, continue de percevoir le salaire d’un résident de 2e année. Selon un des représentants du collectif, «la direction de l’hôpital n’avait pas voulu reconnaître, ni prendre note du préavis de grève déposé il y a de cela une dizaine de jours». Mais mis devant le fait accompli et ayant constaté que le collectif draine bien des adhérents derrière lui, le directeur du CHU a fi ni par accepter de recevoir une délégation pour débattre de la plateforme de revendications, nous apprend la même source. Sur les primes non rémunérées, la direction a reconnu que la faille se situe bien au niveau du service des fi nances et a promis d’y remédier dans les meilleurs délais. Tandis que pour la question de l’actualisation des salaires des médecins résidents, il a été constaté que depuis ce mois, les situations ont été ré- glées. Reste donc à verser les rappels au titre des mois précédents où des ré- sidents avaient perçu des salaires moins que ceux qu’ils devaient toucher. Raison pour laquelle les grévistes ont décidé, à l’issue de cette réunion, de «maintenir la grève illimitée jusqu’à satisfaction totale des revendications». Pour les représentants dudit collectif, «il n’est pas question d’accorder plus de temps à l’administration», alors qu’il s’agit d’un droit garanti par la loi. Certains médecins ne cachent d’ailleurs pas qu’ils sont dans le besoin de percevoir ces primes de gardes. «Pour un nouveau couple, la vie est tellement chère que l’argent que je gagne avec ces gardes nous aide à couvrir plusieurs frais», explique une jeune femme médecin en 2e année chirurgie. C’est dire que le manque de confi ance envers les responsables de l’hôpital a fait que les blouses blanches ne veulent prendre aucun risque en mettant fi n à leur action dès son premier jour. Ils préfèrent maintenir la pression, «histoire de faire bouger les choses et secouer cette direction qui s’enfonce dans son manque de considération envers le personnel médical, plus particulièrement les résidents», soutient un gréviste. Enfi n, l’occasion de cette grè- ve a permis aux blouses blanches de remettre sur le tapis un certain nombre de problèmes qu’ils vivent à l’inté- rieur du CHU dont «l’insécurité lors des gardes de nuit, le manque de moyens de travail ainsi que l’absence de conditions (repas, équipements de la chambre de garde, hygiène…) ».

Laissez un commentaire

Monde