Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 27 juillet 2016 07:32

Partis politique : El Islah nie tout contact avec le FLN et TAJ

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bien que certaines sources le donnent en divorce avec l’opposition et en contact avec les partis de la majorité, dont le FLN et TAJ, le mouvement El Islah nie tout en bloc et se dit toujours partenaire au sein de l’Instance de concertation et de suivi de l’opposition (Icso). Le parti de Filali Ghouini semble donc avoir un pied dans l’opposition et l’autre dans le camp du pouvoir qu’il caresse à l’approche des élections législatives de 2017. Son retrait du Pôle des forces du changement (PFC), dirigé par le leader de Talaie El Hourriyet, Ali Benfl is, était le premier signal pour ce parti habitué de la participation aux joutes électorales. Et vu que la nouvelle loi portant régime électoral impose certaines conditions sur la représentativité pour pouvoir présenter des listes, El Islah est bien tenté par des alliances, quitte à ce qu’il bascule dans l’autre camp. Pourtant, son secrétaire général est affi rmatif. «Il n’y a jamais eu de rencontre avec un cadre du FLN et nous n’avons pas non plus été voir des dirigeants de TAJ. Tout ce qui s’est dit ici et là n’est que mensonge», a déclaré Filali Ghouini, joint hier par nos soins. El Islah, donné pour futur membre de l’initiative du FLN dite «pour le progrès dans la stabilité et la cohésion», semble-til, n’est pas près de dévoiler toutes ses cartes politiques. Ceci, d’autant qu’au sein de la mouvance islamiste, son camp traditionnel, les choses ne tournent pas en harmonie. L’appel à la mobilisation des troupes lancé par le Conseil consultatif du MSP en direction de sa direction nationale et sa base militante a sonné comme un message que le temps des alliances est presque révolu. L’expé- rience des listes communes dans ce qui est appelé Alliance de l’Algérie verte (AAV) ne sera pas rééditée, croit-on savoir auprès des partis la composant. D’où un probable rapprochement entre El Islah est le parti d’Amar Ghoul ; un parti du pouvoir qui se réclame d’un islamisme modéré. En tout cas, le rendez-vous des prochaines élections législatives et communales est une bonne raison à même de pousser les partis à revoir leurs copies. Le nouveau code électoral instaurant la règle des 4% des suff rages ou un minima d’élus pour pouvoir présenter une liste de candidature a mis les états-majors en alerte maximale. Mais El Islah, même s’il s’avère qu’il a bel et bien entamé des tractations avec les partis de la majorité, il est dans son intérêt de garder sa prudence pour le moment. Histoire de ne pas perdre la face au sein de l’opposition, notamment les partis et personnalités réunis au sein de l’Icso. Ceci, malgré que cette dernière vit au rythme de dissensions et de divisions qui risquent de l’emporter carrément à un moment crucial de son parcours. L’«Instance» qui se réunit aujourd’hui au siège du RCD après près de quatre mois de la tenue de son second congrès dit de «Mazafran II» est plus que jamais en manque de cohésion. Il faut dire que partant du fait qu’elle ne soit pas parvenue à renverser les rapports de forces devant les partis de la majorité parlementaire, l’opposition appréhende les prochaines élections en position de faiblesse. A moins d’une décision courageuse comme le boycott collectif tel que suggéré par le parti Jil Jadid de Djilali Soufi ane, toute participation en solo est vouée à l’échec devant la «domination» du FLN et du RND qui, sans doute, continueront à rafler la mise. C’est donc dans cet espace miné que le parti El Islah essaye de se trouver une issue. 

Laissez un commentaire

Monde

Espagne : 569 migrants secourus en mer

Un total de 569 migrants ont été secou

Monde -
24-06-2018
Read more »
Yémen : Les civils continuent de fuir Hodeïda

La poursuite des combats et des raids aé

Monde -
24-06-2018
Read more »