Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

jeudi, 18 mai 2017 06:10

Exportations hors hydrocarbures : La Grande-Bretagne post-Brexit, une aubaine

Écrit par Fella Midjek
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Faute d’accord de libre-échange entre le Royaume-Uni (RU) et les autres pays de l’Union européenne (UE), pour cause de Brexit, l’Algérie a toute latitude de tirer son épingle du jeu en se plaçant dans un marché de 66 millions d’habitants et qui vaut quelque 1 300 milliards de Livres Sterling.

Le Brexit est tout simplement une aubaine économique, selon les représentants du Conseil d’affaires algéro-britannique (UKABC), Moncef Zemmouchi et Abderrezzak Osmani, qui en vantent les vertus. « Le marché [britannique] deviendra ainsi autonome et ne sera plus soumis aux règles de l’UE. […] Des règles qui bloquent nos produits en raison du système de quotas », a souligné M. Zemmouchi, qui s’exprimait hier, lors d’une journée d’information organisée par l’Agence algérienne des exportations (Algex), en collaboration avec le Conseil d’affaires algéro-britannique (UKABC). Pour ne citer que les cas de la France et de l’Espagne, ils perdraient un marché de produits agricoles d’une valeur de 13,5 milliards d’euros, car ils ne seront plus compétitifs et donc plus chers, s’il n’y a pas d’accord de libre-échange avec le Royaume-Uni. Et si l’Algérie ambitionne d’exporter ses produits agricoles et les placer dans le marché britannique, « c’est le moment », même si elle est devancée dans ce créneau par l’Egypte et le Maroc, qui ont déjà commencé à réaliser des études pour placer leurs produits. Par conséquent, avertit-il, «le temps est contre nous, car ils [Maroc et Egypte] ont déjà une mainmise sur ce marché et ils préparent des alternatives plus sérieuses ».
Dans ce chapitre, l’Algérie veut justement recadrer ses relations commerciales avec la Grande-Bretagne sur le moyen terme et c’est dans ce sens qu’un nouvel accord économique et commercial bilatéral entre les deux pays pourrait être envisagé, ouvrant de grandes opportunités non seulement en matière d’exportation en faveur des producteurs algériens mais aussi aux investissements britanniques en Algérie, selon le secrétaire général d’Algex, Hocine Boubtina. Mais il n’y a pas que la Grande-Bretagne qui peut être une cible économique privilégiée. Les producteurs et exportateurs algériens, présents en nombre, peuvent aller au-delà et viser les marchés nordiques via le Royaume-Uni. C’est pourquoi, « il faudra déployer plus d’effort pour présenter l’Algérie et ses capacités » à ces pays. L’autre recommandation de l’UKABC est de « réorganiser le travail des exportateurs de produits agricoles, dont la datte ou encore la pomme de terre d’El Oued, cultivée dans le sable, et ce, grâce à une stratégie à moyen et long terme». Toutefois, le problème qui se pose est celui des quantités car il faudra produire énormément. «Il faut une réorganisation des pôles sectoriels d’exportations», a-t-il recommandé. Afin de mettre en place cette réorganisation et placer les produits algériens dans le marché britannique, le recours à la diaspora algérienne, dont les experts à la City de Londres, 3e place financière dans le monde après celle de New York et de Tokyo, ne sera pas un luxe. D’autant plus que le marché britannique est à deux heures d’Alger à peine. Pour sa part, Justin Mac Rae, représentant The Import House (Chambre de commerce) à Londres, préconise de « connaître ses clients sur place et de passer par des experts algériens ou l’UKABC ». Mais il n’y aura aucune place pour le produit algérien en Angleterre sans certification. Il faut savoir qu’en 2016, la Grande-Bretagne a été le 9e client de l’Algérie avec des importations britanniques de 1,13 milliard de dollars et son 12e fournisseur avec des importations algériennes de 765 millions de dollars. Constituées essentiellement des hydrocarbures, les exportations algériennes vers ce pays ont reculé de 84% en valeur entre 2013 et 2016 du fait de la baisse des prix du pétrole. Outre les hydrocarbures (95%), l’Algérie exporte vers la Grande-Bretagne des dérivés de produits énergétiques ainsi que des produits agroalimentaires, agricoles et d’emballage.

 

Vers l’assouplissement de la délivrance des visas
Intervenant lors de cette rencontre, la représentante de l’ambassade de Grande-Bretagne à Alger s’est engagée, au nom de son pays, à y faciliter le flux des exportations algériennes, en plus des flux de personnes à travers l’assouplissement de la délivrance des visas. «Les potentialités d’exportation en Algérie sont énormes, mais très peu d’opérateurs algériens exportent vers la Grande-Bretagne. Nous sommes là, à cette rencontre, pour connaître les opérateurs, les écouter et voir comment on peut faciliter leurs exportations vers notre pays», a indiqué Jackie Mullen, attachée commerciale à l’ambassade, devant un parterre d’exportateurs et industriels privés. Pour les fruits et légumes, par exemple, la Grande-Bretagne importe plus de cinq milliards de Livres Sterling et « nous aimerions bien importer de l’Algérie qui est géographiquement plus proche que plusieurs de nos fournisseurs », a-t-elle soutenu. Evoquant la question des visas, surtout que plusieurs opérateurs présents à cette rencontre se sont plaints des refus de visa pour la Grande-Bretagne, elle a affirmé que l’ambassadeur était lui-même embarrassé par les rejets récurrents qui répondent, cependant, à des règles pratiquées à l’échelle internationale.
«Nous travaillons sur cette question des visas pour essayer de trouver des solutions définitives à ce problème », a-t-elle répondu. 

Dernière modification le jeudi, 18 mai 2017 01:49

Laissez un commentaire

Environnement

Culture

Cinéma : «120 battements par minute» candidat de la France aux Oscars

« 120 battements par minute », Grand Pri

Culture -
20-09-2017
Mostaganem : Tombée de rideau sur le 5e festival de poésie Melhoun

Le 5e festival culturel national de poés

Culture -
19-09-2017

Der

Tourisme Un très petit PIB à muscler

Le tourisme en Algérie pèse à peine 2% d

Der -
20-09-2017
Sécurité Le dernier stock de mines antipersonnel détruit à Djelfa

Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd

Der -
19-09-2017
Lutte antiterroriste : Grande cache d’armements et de munitions découverte à Jijel

Une cache d’armements et de munitions, c

Der -
19-09-2017