Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

lundi, 17 juillet 2017 06:00

Transparence/Traçabilité : Vers l’application du bon de transaction commerciale

Écrit par MAHMOUD CHAAL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre du Commerce Ahmed Abdelhafid Saci a réuni, hier à la Safex, les responsables de son secteur et des représentants des associations professionnelles, parmi lesquels Mohamed Alioui, président de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), et Mohamed Laïb Benamor, président de la CACI et vice-président du FCE. Le débat qui s’en était suivi a porté sur l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en application du décret exécutif


n° 16-66 février 2016 qui institue « le bon de transaction commerciale », supposé donner plus de transparence aux opérations commerciales. La rencontre d’hier devait permettre de fixer la date de son entrée en vigueur, déterminer un programme d’action et d’explication en impliquant les parties concernées et, enfin, mettre en place une cellule de suivi et d’évaluation du décret. Le bon de transaction commerciale est un outil permettant d’assurer la traçabilité des marchandises depuis le producteur au grossiste jusqu'à ce qu’il arrive au consommateur, en passant par les intermédiaires, le transporteur, le détaillant. Dans un premier temps, il sera appliqué dans trois domaines, à savoir l’agriculture, l’artisanat et la pêche. Il faut dire que le projet portant sur le bon de transaction commerciale est vieux de presque vingt ans. Il remonte à l’année 1999, du temps du ministre du Commerce El Hachemi Djaaboub. Mais le projet avait été dépoussiéré par l’ancien ministre du Commerce Bakhti Belaïb.

Vifs échanges
Au cours des mêmes débats, le président de l’UNPA, Mohamed Alioui, a fait une intervention plutôt musclée devant le ministre, jusqu’à mettre dans la gêne le président de la CACI. Pour Mohamed Alioui, le problème crucial n’est pas la traçabilité des marchandises des agriculteurs mais la perte de grandes quantités de la production agricole. Le président de l’UNPA a estimé qu’il est intolérable de perdre des produits agricoles à cause de la production abondante. Ce qui cause, d’après lui, une perte financière énorme aux paysans.
« Nous avons une production record de tomate, d’ail, de maïs dans le sud du pays, de viande rouge, de coton… », a-t-il énuméré. Selon l’intervenant, « les opérateurs économiques et les investisseurs n’ont pas joué leur rôle d’acteur économique pour transformer cette matière abondante, qui concerne également d’autres fruits et légumes ». Sur sa lancée, « on a donné du foncier industriel aux investisseurs dont certains ont bénéficié d’assiettes de 10 à 15 hectares sans jamais réaliser d’usines de transformation », a encore dénoncé l’ex-député du FLN. Il ajoute que « des gens importent de la viande congelée du Brésil et d’Argentine alors que la production de viande est très importante en Algérie ».
« Pourquoi on ne congèle pas la viande produite en Algérie ? Nous avons un cheptel de 28 millions de têtes que les éleveurs peinent à nourrir », s’est-il interrogé. Estimant que les paysans n’arrivent plus à vendre leurs bêtes à cause de la cherté de l’aliment de bétail. Pour sa part, le président de la CACI et vice-président du FCE a eu une réplique sèche envers le président de l’UNPA. « Ce n’est pas parce qu’on a un kilo de tomate en excédent de production qu’on va construire une usine de transformation en face de chaque agriculteur ! »

Laissez un commentaire

Monde

L’heure allemande

Qui dirige l’Union européenne ? A la vei

Monde -
25-09-2017
Read more »
Suisse : La réforme des retraites rejetée

  Les Suisses appelés aux urnes on

Monde -
25-09-2017
Read more »
Libye : Frappes américaines contre l’Etat islamique

L’armée américaine a mené six frappes de

Monde -
25-09-2017
Read more »

Environnement