Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Incendie  à bord du ferry algérien Tariq Ibn Ziyad 

lundi, 17 juillet 2017 06:00

Une série de lois en projet dans le secteur : Ahmed Saci veut modifier de fond en comble les pratiques commerciales

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Le ministre du Commerce Ahmed Saci aura certainement des raisons pressantes de modifier de fond en comble les pratiques commerciales, en toilettant d’abord le cadre législatif. Quatre lois sont en projet. Elles concernent la lutte contre la fraude, les conditions de pratique des activités commerciales, le consommateur et la concurrence.


Elles semblent avoir la pertinence et le caractère prioritaire du programme de réforme qu’il a engagé. Ce faisant, le nouveau ministre en charge du Commerce veut asseoir de nouvelles mesures, dont la finalité est de protéger le consommateur et de consolider les mécanismes de contrôle des activités commerciales sur le marché national, mais aussi au niveau des frontières. Aujourd’hui, le secteur est ouvert aux quatre vents, à la lisière de la loi ou presque. Et c’est toujours le consommateur qui en paye la facture, au propre comme au figuré. L’envolée des prix n’est que la partie apparents de l’iceberg hideux, dans ce secteur. Jusqu’ici, l’Etat, avec tous les moyens dont il dispose, n’est pas parvenu à y mettre de l’ordre. Il est vrai que depuis deux mois, les prix se tassent relativement. Mais tout le monde sait que cet intermède « révolutionnaire » est une période mouvante, incertaine.
Dans les pays où l’économie et le commerce sont solidement structurés, la lutte contre la spéculation et les prix excessifs ne pouvait être un intermède. Dans ce secteur, les antagonistes se renvoient souvent la balle. Les commerçants au détail estiment que ce sont les grossistes qui sont les premiers responsables de la flambée des prix en raison de la spéculation qui s’est emparée des réseaux de distribution. Aujourd’hui, il n’y a plus de marché de gros digne de ce nom. Le seul qui s’y apparente est celui des Eucalyptus. C’est un espace organisé, encadré par une association de mandataires et doté d’une mercuriale claire. Actuellement, la multiplication des capacités nationales de stockage permet de dépasser la rigueur de la terre. Parce que dans la pratique, la disponibilité ou l’abondance des produits est gérée de manière déloyale.
Les spéculateurs maintiennent volontairement une forme de goulot d’étranglement, rendu possible grâce à des chaînes de froid. Et, c’est à ce niveau-là que la régulation de l’offre, et donc des prix, leur est possible. On voit bien que cette spéculation concerne plus particulièrement le secteur agricole, car le marché agricole, tous segments confondus, est colossal. C’est aussi un marché à enjeu. L’Algérie importe pour près d’un milliards de dollars de blé. Et autant, ou presque, de lait. Les enjeux augmentent, le pays étant entré dans la mondialisation, ayant signé un accord d’association avec l’Union européenne et s’apprêtant à accéder à l’OMC. L’un des enjeux les plus colossaux est, aujourd’hui, la mise à niveau et la transformation du secteur agricole et des exploitations agricoles. Au vu de l’ampleur de la réforme, proposée sur le plan structurel notamment, le Département du commerce entend associer l’ensemble des acteurs pour mener à bien cette réorganisation du secteur. Le nouveau ministre compte, par ailleurs, renforcer les structures commerciales en fonction des besoins du marché, par la finalisation des programmes de réalisation de marchés de gros et l’encouragement du secteur privé et des collectivités locales pour investir dans ce secteur, notamment au volet distribution. La démarche est inclusive, étendue à toutes les régions. Ahmed Saci entend ainsi entreprendre l’assainissement le plus large et le plus rapidement possible en matière de régulation des activités commerciales. Dans sa manche aussi, des opérations de contrôle économique. Le ministre a d’ailleurs affirmé que son secteur œuvrait à intensifier les opérations de contrôles en vue d’instaurer la transparence et lutter contre les pratiques commerciales illégales et la compétition déloyale à travers l’orientation des opérations de contrôles à la source. Près de 918 000 interventions d’agents de contrôle ont été enregistrées au premier semestre de l’année 2017 au niveau du marché national. Ces opérations ont permis de dresser 113 000 procès-verbaux et près de 7 000 propositions de fermeture de locaux. 

Dernière modification le dimanche, 16 juillet 2017 22:44

Laissez un commentaire

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017