Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Incendie  à bord du ferry algérien Tariq Ibn Ziyad 

mardi, 12 septembre 2017 06:00

Annulation de l’autorisation du voyage à l’étranger des enfants sous kafala : Le mouvement associatif partagé

Écrit par Wafia Sifouane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Adoptée en 2010 et renouvelée en 2015, l’instruction exigeant des parents d’enfants adoptés dans le cadre de la kafala une autorisation du juge pour le voyage de l’enfant à l’étranger, vient d’être annulée par le ministre de l’Intérieur a indiqué, hier, notre confrère El Watan.

Ainsi, plus besoin de s’adresser au tribunal pour faire sortir son enfant du territoire national, il suffira de présenter le document attestant la kafala. Bien que cette décision de Mohamed Bedoui semble très positive et révolutionnaire, les avis des associations activant dans le cadre de la protection de l’enfance divergent. Si cette instruction « pourrissait » le quotidien des parents d’enfants sous kafala, elle constituait par ailleurs une sorte de protection juridique de l’Enfant. Pour Abderrahmane Arar, président réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant, cette décision « surprise » du ministre de l’Intérieur prive l’enfant, adopté sous kafala, d’une protection juridique lors de son voyage à l’étranger. « Grâce à l’ancienne instruction, la famille en charge d’un enfant dans le cadre de la kafala avait l’obligation d’informer le juge et de demander une autorisation pour que l’enfant puisse voyager hors du territoire national. Car il faut savoir que nombre de familles sont revenues de leur voyage sans les enfants. Des enfants adoptés ont été laissés sur des territoires étrangers, ce qui laisse deviner la présence d’un certain trafic. Si cette instruction vient à être annulée, il n’y aura plus personne pour vérifier si l’enfant est de retour de son voyage. Une tâche qui été confiée à la PAF », a fait savoir Arar. En ajoutant : « Nous avons suivi de près ce dossier. Je ne généralise pas en disant que toutes les familles qui adoptent des enfants sont malintentionnées, mais, hélas, des cas d’enfants laissés à l’étranger ont été enregistrés avant 2010, d’où l’importance du maintien de cette instruction », a-t-il conclu.
Pour sa part, le réseau Wassila, collectif pour les droits des femmes et l’égalité, a chaleureusement applaudi la levée de cette mesure, constituant un sérieux handicap pour les parents d’enfant sous kafala. « L’annulation de cette instruction va soulager les milliers de parents qui se voyaient privés de leur droit de faire voyager librement leur enfant. De nombreuses personnes nous ont déjà fait part du désagrément causé par cette instruction et nous sommes souvent contactés par des femmes qui n’arrivent pas à voyager avec leurs enfants. A chaque période de vacances, les familles sont déchirées. Les parents se retrouvent confrontés à un véritable dilemme.
Certains ont même été contraints de voyager sans les enfants », nous a fait savoir une militante du réseau Wassila.
Rappelons que l’instruction datant de 2010 a été donnée à l’issue de la découverte d’un trafic d’enfants mineurs.

Laissez un commentaire

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017