Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

mardi, 12 septembre 2017 06:00

Vaccination : Un programme de rattrapage pour éviter le fiasco de la précédente campagne antirubéole et antirougeole

Écrit par FAZIL ASMAR
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Afin d’éviter la polémique, soulevée par les parents d’élèves lors de la précédente campagne de vaccination, le ministère de la Santé a opté pour un dialogue ouvert avec les associations des parents d’élèves. La présidente de la Fédération nationale des parents d’élèves, Mme Khiar, a fait part d’une réunion qui s’est tenue, dimanche passé, avec le ministère de la Santé autour de cette question.

«Si la tutelle et les acteurs concernés avaient communiqué avec les parents d’élèves, la polémique autour de la vaccination de l’an dernier n’aurait pas eu lieu. Le plan communication faisant défaut, les parents n’avaient pas saisi toute l’importance de ces campagnes contre la rubéole et la rougeole. Mais, maintenant, qu’on est informés, les choses vont changer», a-t-elle assuré à l’occasion d’un séminaire national d’évaluation du programme de santé scolaire et universitaire qui s’est tenu, hier, au village des artistes de Zéralda.
A l’issue de cette réunion, rapporte-t-elle, il a été décidé l’organisation d’une séance de vaccination contre la rougeole et la rubéole au profit des élèves qui n’ont pas été vaccinés lors de la précédente campagne, et ce, lors des vacances scolaires. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a évoqué, en fait, un programme de rattrapage de vaccination. «Les dattes des prochaines campagnes de vaccination ne seront programmées qu’en coordination avec le ministère de l’Education nationale et les associations des parents d’élèves. Il est important de sensibiliser d’abord les parents avant de lancer les campagnes de vaccination. L’année dernière, les campagnes n’ont pas dépassé les 50% en termes de couverture.
On espère que les prochaines atteindront les 100%», confie-t-il. Il a assuré dans ce contexte, qu’il valait mieux accepter d’encourir les risques de vaccination, qui sont minimes, que les risques de maladies transmissibles, comme la rubéole congénitale, dont les séquelles sont très graves.


Déficit de médecins spécialistes
Dans le volet des programmes de santé scolaire et universitaire, le ministre a déploré le manque de personnel et de ressources humaines. Il a rappelé que dans le domaine de la médecine, un spécialiste doit étudier pendant treize ans et doit avoir de l’expérience pour exercer. «1 800 unités de dépistage et de suivi (UDS) sont actives dans le milieu scolaire et universitaire. Mais notre pays est vaste et il en faut plus. Pour les ouvrir, il nous faut un personnel qualifié qui nous fait défaut. Des programmes sont en cours pour renforcer nos ressources humaines et pour amoindrir l’effet du déficit», signale-t-il. Relevant que les spécialités souffrant d’un déficit en personnel sont la radiologie, la gynéco-obstétrique et l’anesthésie-réanimation. Mme Khiar a souligné, toujours concernant ces unités, que les cas des malades au niveau scolaire ne sont pas transmis de façon directe par les UDS aux établissements de santé.
«Ce qui ne permet pas une prise en charge efficace des malades», estime-t-elle. Le ministre, dans ce registre, a rappelé le projet de réorganisation du schéma des soins, qui comprend notamment la mise en place de circuits des malades pour garantir un meilleur suivi. «Le projet relatif au planning familial est aussi de la plus haute importance.
Pour mieux se préparer à l’avenir, il nous faut une planification. Tout cela va contribuer à améliorer les conditions de travail des médecins et, par conséquent, les cadres de soins», affirme-t-il. Il précisera, par ailleurs, en direction des acteurs de la santé participant à ce séminaire, qu’ils seront formés pour l’établissement des programmes relevant de la santé. «Plusieurs réunions sont au programme afin de permettre à tous de parler le même langage et d’être au même niveau. Cela dit, les patriciens, exerçant dans tous les niveaux, doivent se perfectionner et adhérer aux programmes de la formation continue», conclut-il. 

Dernière modification le mardi, 12 septembre 2017 02:01

Laissez un commentaire

Monde

Accord nucléaire iranien : Les projecteurs braqués sur Téhéran

L’accord nucléaire iranien est encore so

Monde -
21-09-2017
Read more »
Rohani réplique point par point à Trump

L’Iran respecte l’accord nucléaire de 20

Monde -
21-09-2017
Read more »
Mexique Recherche effrénée des survivants après un puissant séisme

La recherche effrénée de survivants se p

Monde -
21-09-2017
Read more »
L’Algérie signe le Traité

Le ministre des Affaires étrangères, Abd

Monde -
21-09-2017
Read more »

Environnement