Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

mardi, 12 septembre 2017 06:00

Affaires religieuses : Haut-Conseil islamique, une nouvelle «choura» pour faire taire la discorde

Écrit par Farid Mellal
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les membres du Haut-Conseil islamique (HCI) ont été officiellement installés, hier matin à Alger, à l’occasion d’une cérémonie protocolaire présidée par Bouabdallah Ghlamallah en sa qualité de président de cette institution, créée à la faveur de l’amendement de la Constitution en février 2016.

Pour la cérémonie d’installation, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a délégué son représentant personnel Mohamed Ali Boughazi, qui a rappelé, dans son allocution, les missions du HCI, une vieille institution. Elle a vu le jour la première fois à la faveur de la Constitution de 1996, sous le mandat de l’ancien président de la République Liamine Zeroual et dans un contexte, où la question religieuse était passée du stade de la polémique et de la confrontation idéologique au bain de sang. La décennie quatre-vingt-dix, rappelons-le, est celle d’un terrorisme massif, d’inspiration islamiste radicale, articulée autour de l’ex-FIS et des groupes qui se réclamaient de lui, essentiellement. Mais, également, de groupes islamistes «indépendants», dont la majorité d’entre eux prônaient la violence et s’attaquaient aux symboles de l’Etat ainsi qu’à tous ceux qui ne pensaient pas comme eux et selon les obédiences salafistes djihadistes, sous la coupe desquelles ils agissaient.
Si cette époque est historiquement révolue, les questions religieuses sont, elles, loin d’être réglées. Elles font l’objet de controverses souvent acerbes dont les risques et les menaces ont sans doute inspiré les amendements et les modifications qui ont été apportés au HCI ainsi qu’à ses missions, par la nouvelle Constitution de février 2016. Ces modifications sont significatives mais ne changent rien aux fondamentaux qui sont d’exclure du champ de la révision l’article constitutionnel faisant de l’Islam la religion de l’Etat, de s’attaquer au «sectarisme» et de produire des fatwas. Une fonction de plus en plus admise, dès lors que la création du poste de muphti de la République tarde à se concrétiser alors que son annonce remonte déjà à plusieurs années, au tout début des années 2000. Les changements apportés au HCI sont prosaïquement inscrits dans sa composante humaine puisque - c’est une première - deux femmes font partie de la liste des nouveaux membres désignés par le président de la République. Il s’agit de Ouassila Khelfi et de Samia Guettouche, présentées hier par certains de leurs collègues comme des personnalités disposant d’une solide formation juridico-théologique.
Ces mêmes changements interviennent dans un contexte pour le moins confus en ce qui concerne la distinction entre les libertés religieuses garanties et protégées par la Constitution de 2016, en continuité de celles qui ont précédé, depuis 1963, et l’atteinte aux valeurs de l’Islam et, surtout, au référent national, le sunnisme malékite. Cette confusion, qui a valu à l’Algérie des critiques parfois féroces sur le plan international, s’est incarnée récemment par le sort réservé aux Ahmadites, stigmatisés et pourchassés, tantôt pour «menace terroriste» à la sécurité nationale, tantôt pour déviationnisme. Les déclarations à leur sujet du ministre des Affaires religieuses sont un pur concentré de contradictions et d’ambiguïté alors que leur chef spirituel, Mohamed Fali, a été arrêté à la fin du mois d’août en cours à Aïn Sefra et jugé le 6 septembre dernier à Aïn Tedles, à Mostaganem. Le verdict de ce jugement était attendu dans la journée d’hier.
Le docteur Youcef Belmahdi, nouveau membre du HCI, rencontré hier en marge de la cérémonie d’installation des nouveaux «sages», devant faire preuve d’orientation religieuse et de guidance, a déclaré à Reporters qu’il s’agit, pour lui et ses collègues, «d’opter pour les vertus du dialogue». Il a, cependant, parlé d’orienter vers le droit chemin «ces égarés», faisant allusion aux Ahmadites. Le président du HCI, Bouabdallah Ghlamallah, lui, a rappelé que «le rite religieux, qui fait partie intégrante de la culture algérienne ancestrale, trouve son origine dans ‘Al Aqida Achâaria’, la doctrine soufie». Il n’a pas manqué de mettre en exergue le «rite ibadite, hérité, dit-il, des sources de la civilisation andalouse et trouvant origine dans le rite hanafite».
M. Ghlamallah a ensuite dit que le Haut-Conseil islamique œuvre selon la modération séculaire du peuple algérien, en comptant sur l’Ijtihad et la réactualisation des dogmes, tout en s’attelant à poursuivre l’interaction sociale, conformément aux us et coutumes algériens. Il a affirmé que l’institution religieuse qu’il préside comptera sur la contribution des mosquées, écoles coraniques et medersas dans l’enseignement du Coran et des préceptes de l’Islam. Le HCI, a-t-il ajouté, œuvrera aussi à réactualiser et améliorer l’enseignement des sciences islamiques par la sollicitation de l’enseignement supérieur et des facultés des sciences islamiques et par la mise à contribution de l’éducation nationale ainsi que, bien entendu, le ministère des Affaires religieuses. Le HCI, a assuré M. Ghlamallah, est «libéré du sectarisme et du corporatisme. Sa vocation est d’authentifier la véracité et la fiabilité des avis religieux et de proclamer des fetwas contre l’extrémisme et les doctrines radicalistes». Sur sa lancée, il a indiqué qu’un travail sera accompli en direction de la «composante féminine et de la frange de l’immigration». A suivre. 

Dernière modification le mardi, 12 septembre 2017 02:00

Laissez un commentaire

Monde

Accord nucléaire iranien : Les projecteurs braqués sur Téhéran

L’accord nucléaire iranien est encore so

Monde -
21-09-2017
Read more »
Rohani réplique point par point à Trump

L’Iran respecte l’accord nucléaire de 20

Monde -
21-09-2017
Read more »
Mexique Recherche effrénée des survivants après un puissant séisme

La recherche effrénée de survivants se p

Monde -
21-09-2017
Read more »
L’Algérie signe le Traité

Le ministre des Affaires étrangères, Abd

Monde -
21-09-2017
Read more »

Environnement