Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

mercredi, 13 septembre 2017 02:00

Abdelmadjid Menasra à propos des conditions d’alliance politique au niveau local : «Un musellement contre la démocratie» !

Écrit par Houria Moula
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abdelmadjid Menasra, a sévèrement critiqué la décision du ministère de l’Intérieur d’imposer le caractère national à toute alliance voulue entre partis politiques en prévision des élections locales du 26 novembre prochain.

«C’est un musèlement contre la démocratie et les partis dans la course électorale», a dénoncé Menasra, interrogé hier, en marge du premier forum médiatique du parti, consacré au thème de «la rentrée sociale, ses défis et perspectives».

D’après lui, on ne peut pas contenir un parti dans la seule alliance qu’il contracte au niveau national. Les critères et les enjeux diffèrent lorsqu’il s’agit de la gestion des collectivités locales, à en croire ses propos. «Il y a dans certaines circonscriptions électorales de wilaya et de commune, des données qui imposent d’autres alliances, même entre partis du pouvoir et de l’opposition», a-t-il argumenté, estimant que «puisqu’il s’agit d’élections locales, il n’y a pas lieu d’imposer une quelconque alliance nationale».
Le président du MSP accuse le département de Noureddine Bedoui de «penser avec un esprit d’administration» et surtout «d’expliquer la loi selon ses humeurs», dans une allusion aux références prises en considération dans cette décision, notamment l’article 73 de la loi organique de 2016 relative au régime électoral. «En cas d’alliance entre deux partis politiques et plus, celle-ci doit être constituée par les premiers responsables des partis politiques qui la composent et doit revêtir un caractère national», avait indiqué lundi le ministère dans un communiqué. Et d’ajouter que les partis politiques composant l’alliance nationale «peuvent présenter des listes de candidatures à titre individuel, et cela uniquement au niveau des circonscriptions électorales dépendant de la même wilaya (soit communales ou de wilaya) où l’alliance nationale ne s’est pas présentée». En d’autres termes, les partis islamistes sont interdits de contracter localement des alliances autres que celles déjà existantes l’Alliance du MSP et l’Union Ennahda-Adala-Bina. Pourtant, Menasra soutient que cette mesure «ne vise pas les formations politiques islamistes».


Article 102 de la Constitution : le MSP dit «Non»
En outre, invité à s’exprimer sur le débat autour des appels lancés par des acteurs et partis politiques pour «l’application de l’article 102 de la Constitution», en déclarant «l’état d’empêchement du président de la République», Abdelmadjid Menasra a estimé que cette revendication n’a pas lieu d’être dans les circonstances actuelles. «Nous pensons que la situation ne nécessite pas l’activation de cette disposition», a répondu le président du MSP, contredisant ainsi Djilali Soufiane, président de Jil Jadid qui fait de cette revendication son cheval de bataille depuis quelques jours.
Et c’est le deuxième parti de l’opposition, après le RCD qui se dit contre. Le parti de Mohcine Belabbas, avait, rappelle-t-on, soutenu que «circonscrire une sortie de crise à la demande de la mise en œuvre de l’empêchement par voie légale de Bouteflika (article 102) équivaut à parrainer une alternance clanique, à fortiori dans le moment présent».


Rejet du Plan d’action du gouvernement
Enfin, le chef du parti islamiste a minimisé de la rencontre d’Ahmed Ouyahia avec les responsables des partis de la majorité (FLN, RND, MPA, TAJ) et leurs chefs de groupes parlementaires. Abdelmadjid Menasra refuse de parler de ce que certains voient comme exclusion des partis de l’opposition. «Il n’y a aucune exclusion.
Il s’agit d’une rencontre entre partis qui partagent le soutien au gouvernement, dans l’objectif de se mobiliser pour défendre et voter le plan d’action de l’Exécutif au niveau du Parlement», a-t-il expliqué. Avant de rappeler : «En ce qui nous concerne, nous nous inscrivons dans une démarche d’opposition». Une position que le parti compte confirmer la semaine prochaine à l’occasion du vote du plan d’action du gouvernement, puisque les députés du MSP «vont rejeter le projet», tranche le successeur de Abderrezak Makri. En effet, M. Menasra a affirmé d’emblée que le MSP ne le votera pas même si ses députés comptent dire ce qu’ils en pensent. «Nous n’allons pas voter le plan d’action du gouvernement. Les députés du MSP interviendront dans les débats à l’Assemblée, mais ne vont pas le voter». D’après le président du MSP, la réponse du gouvernement à la situation économique du pays est «d’ordre technique qui passe uniquement par la révision de la loi sur la monnaie et le crédit». «La vision du gouvernement face aux problèmes économiques du pays se limite à apporter une solution technique. On ne peut apporter des propositions purement techniques à un problème structurel», ajoute-t-il.
Dans sa lancée, président du MSP avertit sur le danger de la révision de la loi sur la monnaie et le crédit. «Nous allons entrer dans un phase préoccupante si les bonnes mesures ne sont pas prises. Avec les solutions mises sur la table par le gouvernement, on risque une dévaluation encore grave de la valeur de la monnaie nationale, de provoquer une inflation, une augmentation des prix, d’anéantir le pouvoir d’achats des Algériens», appelant le gouvernement à «ouvrir un dialogue avec les partis de l’opposition pour trouver des solutions communes afin d’aboutir à un consensus pour faire face à la crise économique qui menace le pays». 

Dernière modification le mercredi, 13 septembre 2017 03:44

Laissez un commentaire

Monde

Accord nucléaire iranien : Les projecteurs braqués sur Téhéran

L’accord nucléaire iranien est encore so

Monde -
21-09-2017
Read more »
Rohani réplique point par point à Trump

L’Iran respecte l’accord nucléaire de 20

Monde -
21-09-2017
Read more »
Mexique Recherche effrénée des survivants après un puissant séisme

La recherche effrénée de survivants se p

Monde -
21-09-2017
Read more »
L’Algérie signe le Traité

Le ministre des Affaires étrangères, Abd

Monde -
21-09-2017
Read more »

Environnement