Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Incendie  à bord du ferry algérien Tariq Ibn Ziyad 

mercredi, 13 septembre 2017 06:00

Echec scolaire : Le redoublement, nouvelle controverse syndicats-ministère

Écrit par Meriem Kaci
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le retour en classe de millions d’élèves et l’amorce de la nouvelle année scolaire s’accompagnent, comme chaque année, de thèmes et de sujets polémiques. Ces éléments du débat sur l’Ecole algérienne sont significatifs des difficultés dans lesquelles elle se trouve ainsi que des défis qu’elle doit relever pour une meilleure qualité de l’enseignement dans notre pays.


Le dossier qui est cette fois au centre de la controverse est celui du redoublement. Dimanche dernier, la ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit a annoncé vouloir lutter contre ce phénomène d’échec scolaire en déployant ce qu’elle a appelé un « plan Marshall » pour l’année scolaire 2017-2018.
En attendant d’en savoir un peu plus sur le contenu de ce « plan Marshall », l’objet de la controverse réside dans les déclarations de Mme Benghebrit. La ministre de l’Education nationale a imputé le phénomène du redoublement non pas aux élèves, mais à « l’échec de la formation des enseignants ». En réaction à ses propos, des syndicats du corps enseignant ont parlé de déclarations « étonnantes et bornées ». Le porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), Idir Achour, a estimé « injuste » de cerner la question du redoublement uniquement par la formation des enseignants. Selon lui, « plusieurs facteurs interviennent dans le redoublement scolaire », car la formation des enseignants ne participe « qu’à 20% dans l’échec scolaire ».
M. Achour cite entres autres les conditions de travail dans les établissements, les conditions de scolarité qui sont loin d’être «exemplaires ». Le porte-parole du CLA évoque également le niveau de passage des élèves d’un palier à l’autre. Pour ces raisons, il trouve qu’il est « déraisonnable » d’incomber l’échec uniquement à la formation des enseignants.
Selon cet enseignant syndicaliste, la formation des enseignants les a, au contraire, aidé à exercer plus correctement leur profession. « Auparavant, les sortants de l’université rejoignaient directement les salles de cours sans avoir la moindre idée sur les méthodes de transmission du savoir et des connaissances à l’élève. Aujourd’hui, les enseignants sont mieux préparés », a-t-il dit, alors que la formation des nouvelles recrues n’a été bel et bien instaurée que durant les deux dernières années ». Le porte-parole du CLA reconnaît toutefois qu’une formation de dix jours n’est pas « consistante » et qu’elle reste « à améliorer »
Le porte-parole du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), Kouider Yahyaoui, s’est dit, pour sa part, « surpris ». « Les déclarations de Mme Benghebrit m’ont personnellement surpris. Le problème est celui du système éducatif dans son ensemble et non chez les « enseignants uniquement», a-t-il affirmé. M. Yahyaoui s’est, cependant, dit « d’accord » avec l’analyse de la ministre de l’Education sur le niveau élevé du taux de redoublement dans le cycle moyen. Il explique le phénomène par le « passage automatique » et sans sélection des écoliers du primaire au moyen. « On reçoit dans nos classes des élèves qui ne savent pas calculer ni parfois écrire. Comment voulez-vous donc qu’un élève pareil puisse passer à un autre niveau ? », s’interroge M. Yahiaoui, qui n’omet pas de préciser que 44% des élèves ont échoué à l’examen final du BEM. Un fait qui provoque une surcharge des classes et diminution de capacités de repêchage des élèves. Quant à Nabil Ferguenis, porte-parole du Snapap, il remet en cause les déclarations de la ministre de l’Education. A ses yeux, l’enseignant n’est qu’une « victime », pointant du doigt l’Etat qui n’a pas pris en charge la formation des enseignants. « Quelque dix mille candidats ont remporté le concours de l’enseignement cette année. Ils ont entamé une formation de dix jours qui s’est terminée le 30 août pour être affectés le lendemain, le 1er septembre, à leurs postes de travail. C’est peu », considère M. Ferguenis. Pour lui, la solution est dans le relèvement des heures de formation ainsi que leur programmation durant l’année pendant les trêves pédagogiques. 

Laissez un commentaire

Monde

Syrie : Moscou balise le terrain pour l’après-guerre

Les développements récents du dossier sy

Monde -
22-11-2017
Read more »
L’Iran déclare la «victoire» sur Daech

Hier, mardi, le président iranien Hassan

Monde -
22-11-2017
Read more »
Zimbabwe : Mugabe s’accroche malgré une menace de destitution

L’indéboulonnable président du Zimbabwe

Monde -
21-11-2017
Read more »
Ligue arabe : Téhéran juge la déclaration du Caire «sans valeur»

L’Iran a jugé hier lundi «sans valeur» l

Monde -
21-11-2017
Read more »

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017