Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Incendie  à bord du ferry algérien Tariq Ibn Ziyad 

mercredi, 15 novembre 2017 06:00

Pour une première visite depuis son élection : Le président français Emmanuel Macron le 6 décembre en Algérie

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le président français Emmanuel Macron se rendra à Alger le 6 décembre prochain. Il s’agira de son premier déplacement en Algérie depuis son élection en mai dernier. Cette visite, plusieurs fois annoncée sans qu’une date lui soit fixée, semble particulièrement attendue tant les relations entre les deux pays entament une phase significative.

La rencontre récente à Alger entre les deux chefs de la diplomatie Abdelkader Messahel et Jean-Yves Le Drian, accompagnés des ministres de l’Economie Youssef Yousfi et Bruno Lemaire, semble avoir été le cadre dans lequel avait été fixé la date de cette visite. La rencontre dans le cadre de la 4e session du Comité mixte franco-algérien (Comefa) et le dialogue stratégique qui s’est déroulé, le 12 novembre dernier, aura été l’occasion de mettre sur la table les grands thèmes de la relation particulière entre les deux pays. Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avait indiqué, à l’occasion, que la Comefa constitue une étape importante pour la préparation du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN). Une rencontre coprésidée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia et son homologue français Edouard Philippe, est annoncé le 7 décembre prochain à Paris, soit le lendemain de la venue de Macron en Algérie. Les relations d’ensemble et la coopération économique entre l’Algérie et la France seront au cœur de cette visite de Macron. Les deux pays semblent converger vers la nécessité de consolider des relations économiques importantes pour les deux pays, chacun selon ses intérêts propres. La décision des deux pays, il y a cinq ans, de constituer le Comefa, à qui a été assigné la tâche d’être « un forum d’évaluation, d’impulsion et d’orientation des relations économiques bilatérales » par le biais de la création de partenariats et de joint-ventures, s’inscrivait dans cette dynamique. La finalisation, il y a quelques jours, du partenariat PSA Peugeot Algérie vient conforter cette corrélation permanente, d’autant qu’il s’agit là d’un projet maintes fois ajourné pour des considérations multiples, dont les récurrentes « exigences » du constructeur français. Cette finalisation sera d’ailleurs considérée comme « un projet à forte valeur emblématique pour le partenariat industriel entre les deux pays ». Depuis la création de cet outil, il a été procédé à la signature d’une quarantaine de protocoles, de mémorandums et d’accords de partenariat. Les opérateurs économiques des deux pays ont d’ailleurs été encouragés à exploiter ce potentiel et de le traduire en opérations de partenariat dans les différentes branches d’activités. Cependant, durant la réunion de la Comefa à Alger, a été notamment pointé le reflux des partenariats impliquant des investissements directs. Une situation « qu’il faudrait vite rattraper », avaient convenu les deux parties. Avec 500 entreprises implantées en Algérie qui emploient 40 000 salariés directs et près de 100 000 indirects, la partie française semble soucieuse de ses intérêts en Algérie. « Il y a une révolution énergétique qui concerne au premier chef un pays grand producteur comme l’Algérie ; il y a une révolution technologique qui nous concerne tous. Je crois qu’il faut en outre que nous identifiions les secteurs porteurs d’avenir dans lesquels Algérie et France peuvent travailler ensemble. Sur le tourisme. La France est l’un des leaders mondiaux. Nous pouvons travailler là-dessus ensemble, nous avons des entreprises très compétitives dans ce secteur. Les énergies renouvelables, le bâtiment, le numérique, l’automobile, qui est déjà un grand secteur de coopération. Sur tous ces sujets, nous pouvons faire beaucoup de choses ensemble », dira le ministre français de l’Economie.


Mali, Libye, sujets incontournables
Sur le plan sécuritaire, les sujets ne manqueront pas, notamment ceux relatifs aux dossiers chauds du moment qui engagent les deux pays, à l’instar du Sahel et de la Libye. Après son élection, Emmanuel Macron avait fortement irrité Alger par ses déclarations inappropriées lors de son déplacement en mai au Mali. Une crispation vite estompée, tant Alger et Paris ne sauraient se permettre une brouille sur ces dossiers d’une grande sensibilité. « L’Algérie, en sa qualité de chef de file de la médiation internationale, est un acteur important du processus de paix au Mali, a d’ailleurs affirmé lundi le Quai d’Orsay, soulignant que « la France et l’Algérie dialoguent à tous les niveaux sur les questions régionales ». Et en particulier sur le processus de paix au Mali. En janvier 2014, rappelle-t-on, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, avait demandé l’aide de l’Algérie pour un dénouement de la crise malienne, à la suite de quoi a été créé le Comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali. L’Algérie avait engagé plusieurs rounds de pourparlers et de négociations avec les différents mouvements maliens en conflit qui ont abouti à un accord de paix dit, Accord d’Alger, signé en mai-juin 2015 et qui reste le cadre incontournable dans le processus de paix au Mali. Enfin sur le plan de la mémoire, Macron sera particulièrement attendu. Sa fameuse phrase qualifiant la colonisation de crime contre l’humanité, déclaration faite justement à Alger lors de sa visite en pleine campagne électorale, en avril dernier, avait suscité un tollé notamment dans les milieux revanchards de l’extrême droite. Devenu depuis président, Emmanuel Macron a nuancé ses propos. Mais de retour à Alger, le chef d’Etat français ne saurait éviter le sujet sur la reconnaissance officielle de l’ancienne puissance coloniale de ses crimes en Algérie. 

Dernière modification le mercredi, 15 novembre 2017 00:22

Laissez un commentaire

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017