Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 03 janvier 2018 06:00

Programme de développement d’Air Algérie : 35 nouveaux appareils attendus avant 2025

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans un entretien accordé au magazine Forbes, le 31 décembre dernier, le directeur général d’Air Algérie, Bakhouche Allèche, a dévoilé le programme d’achats d’aéronefs du pavillon national : il est envisagé l’acquisition de 35 nouveaux appareils avant l’année 2025, notamment auprès des deux constructeurs brésilien Embaraer et canadien Bombardier.

En effet, une nouvelle flotte destinée en partie à replacer les avions d’ancienne génération, mais également, selon la même source, à accroître les capacités de transports de passagers et de fret. Le directeur général de la compagnie nationale d’aviation a ainsi fait savoir au magazine américain : « Nous travaillons sur un plan de développement prévu jusqu’à l’année 2025 (…) Nous estimons nos besoins à 15 avions pour notre croissance. Et en incluant les appareils destinés au replacement (des unités actuelles), le nombre passe à 35 avions. » Quant aux types des 20 appareils que la compagnie compte remplacer avant 2025, il s’agit de trois Boeing 767-300 ainsi que de huit ATR 72-500. En ce sens, Air Algérie évalue actuellement, selon Bakhouche Allèche, plusieurs types d’avions proposés par les constructeurs : des « avions de transport régional (ATR) »avec le canadien Bombardier et son CSeries ou encore le brésilien Embaraer, bien que le type d’appareil n’a pas été spécifié. Selon le magazine Forbes, il est également ajouté à propos des perspectives de croissance de la compagnie nationale que l’ouverture de lignes vers le Tchad, le Cameroun, le Gabon, ainsi que d’autres « pays d’Afrique centrale » est au programme. Le directeur général d’Air Algérie a, par ailleurs, fait savoir que l’ouverture d’une ligne vers New York attend toujours l’autorisation des autorités américaines. « Nous proposerons des destinations (vers New York) dès demain si nous avions le feu vert (…) La procédure, si elle est lancée maintenant, prendra au moins 18 mois », a expliqué Bakhouche Allèche. N. K.

Laissez un commentaire