Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 04 janvier 2018 06:00

Réforme des subventions de l’Etat : Les premiers éléments de l’enquête bientôt connus

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les premiers résultats du recensement national des personnes socialement défavorisées seront connus sous peu, avons-nous appris auprès du ministère des Finances qui, en collaboration avec le département de la Solidarité nationale, s’affaire à lister les individus qui bénéficieront de l’aide de l’Etat.

Ce projet s’inscrit dans une démarche de réforme du système de subventions généralisées qui s’est révélé au fil des années une véritable saignée pour le budget de l’Etat. Le constat a été fait il y a plusieurs années déjà, à la fois par les économistes algériens que par les institutions financières internationales ; l’Etat a un budget social corpulent. Il pèse pour environ un tiers dans le produit intérieur brut (PIB), transferts sociaux compris. Les montants canalisés vers le soutien à l’énergie (carburants, électricité et gaz), à l’habitat, à la santé, à l’éducation et aux quelques produits de base culminent à près de 30 milliards de dollars. Acculé par une crise financière née de la dégringolade des cours pétroliers mondiaux, le gouvernement sonne enfin l’heure de la cure d’amaigrissement à laquelle ont appelé nombre d’experts et d’institutions, dont le FMI et la Banque mondiale. En 2017, il avait engagé, rappelons-le, un recensement national des personnes socialement défavorisées, une action qui prélude à l’avènement d’un nouveau mécanisme de subventions dites ciblées. Le chantier a bien avancé, à en croire nos sources du ministère des Finances. Les premiers résultats seront connus probablement en janvier ou février de cette année, précise-t-on. Avant même que ce chantier ne soit lancé, le gouvernement a commencé dès 2015 à injecter des réformes à petites doses, allant d’une révision des tarifs d’accès à l’électricité et aux gaz, de la hausse des prix des carburants sur trois années successives, à une baisse des dotations financières accordées aux entreprises publiques et à plusieurs organismes étatiques à caractère économique. Le surpoids que connaît le budget social de l’Etat inquiète de plus en plus. La réforme devient donc une question de bon sens, surtout lorsqu’on sait que plusieurs de ces subventions profitent plutôt aux catégories les plus aisées parmi les couches sociales et professionnelles.


Des subventions qui profitent aux riches
Le FMI et l’Office national des statistiques étaient formels à ce sujet : près d’un quart de la population la plus riche profite six fois plus des subventions énergétiques en Algérie que 20% de la population la plus pauvre. Les subventions à l’énergie coûtent à l’Etat annuellement environ 15 milliards de dollars en moyenne. Il y a là d’importantes marges de progrès à faire, d’autant plus, dans ce compartiment réservé aux subventions à l’énergie, plusieurs catégories viennent s’y abreuver, dont les entreprises qui consomment du gaz et du carburant bon marché. Et c’est clairement une niche où l’Etat peut faire d’importantes économies pour peu que les vraies zones de gaspillage et d’inefficacité soient identifiées. Sur d’autres niches, dont la santé et l’habitat, le gouvernement semble vouloir opter sur de nouvelles formules d’accès au logement moins coûteuses et minutieusement ciblées. Quant à la santé, la nouvelle loi actuellement en débat permet à l’Etat d’avancer plus efficacement sur le modèle de gestion des structures hospitalières qui serait le plus efficient. Du côté des subventions aux prix des produits de large consommation qui pèsent pour environ 4 milliards de dollars dans le budget de l’Etat, rien à signaler si ce n’est ce projet de répertorier les personnes les plus nécessiteuses, auxquelles seront destinés, probablement, des compléments de salaires en substitution du dispositif des aides généralisées. L’idée d’un transfert monétaire au profit des personnes nécessiteuses en substitution du dispositif de subventions généralisées a été retenue, mais elle ne sera que l’aboutissement à terme d’une réforme structurelle qui se fera sur plusieurs étapes, à en croire nos sources. C’est un choix du gouvernement. Il est décidé semble-t-il d’alléger la facture qui n’a jamais été aussi pesante, à l’heure où le pays traverse une zone de sérieuses turbulences financières. 

Laissez un commentaire