Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 08 janvier 2018 06:00

Violence contre les médecins résidents : Le Conseil de l’ordre des médecins exige une enquête

Écrit par Aghilas Sadi
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les réactions à l’empêchement violent de la manifestation des médecins résidents mercredi dernier à Alger se poursuivent. Après les partis politiques, les syndicats autonomes, c’est au tour du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) de commenter ces mouvements tragiques qui ont fait plusieurs blessés.

Dans un communiqué rendu public samedi soir, le bureau national du conseil qualifie d’« intolérable » et d’«inacceptable» le traitement réservé à l’élite de la médecine algérienne. « Le bureau du Conseil national de l’ordre des médecins, réuni le 6 janvier à Alger, en session extraordinaire, constate le traitement par une violence caractérisée envers l’élite de la médecine algérienne et le juge intolérable et inacceptable », lit-on dans le communiqué. Le CNOM appelle à l’ouverture d’une information judiciaire urgente pour déterminer les responsables de ces actes. Abordant les revendications soulevées par les médecins résidents qui mènent une grève depuis plusieurs semaines, l’organisation des médecins estime que la suppression du service civil réclamé par les protestataires est une revendication légitime. « Le Conseil national de l’ordre des médecins a toujours exprimé son opposition au service civil imposé aux médecins spécialistes au vu de son échec avéré sur le terrain», indique la même source qui ajoute : « Les revendications justes et légitimes exprimées par les médecins résidents doivent être prises en charge de façon rapide par les hautes autorités de l’Etat. » Pour le Conseil de l’ordre, la situation sanitaire dans le pays est préoccupante. Elle nécessite la mobilisation de toutes les parties dans l’intérêt du citoyen, note le communiqué. Notons sur le sujet que certains leaders du mouvement des médecins résidents ont estimé «insuffisante» la réaction du Conseil de l’ordre. Ils s’attendaient à une réaction plus virulente que celle exprimée jusque-là. Autrement dit, ils souhaitent que le Conseil de l’ordre prenne une initiative plus concrète pour soutenir les revendications des médecins résidents. Ces derniers ont organisé durant la journée d’hier plusieurs marches à travers le pays pour dénoncer l’intervention musclée des services de sécurité pour les empêcher de marcher dans les rues de la capitale. Que ce soit à Constantine, Annaba, Sétif, Tizi Ouzou ou à Oran, ils étaient hier des centaines à marcher dans les rues pour dénoncer ce qui s’est passé à l’hôpital Mustapha-Pacha à Alger, et réitérer leurs revendications notamment celle relative à la suppression du service civil. En marchant, les futurs médecins résidents ont scandé des slogans appelant à la prise en charge immédiate de leur revendication et à l’arrêt de la répression. Selon nos sources, les manifestation se sont déroulées dans le calme et aucun incident n’a été signalé.

Laissez un commentaire