Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 janvier 2018 06:00

Croissance en Algérie : La Banque mondiale appuie les projections du gouvernement

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La croissance sera bonne en Algérie en 2018. En valeur, elle se situera à 3,6%, un chiffre fourni par la Banque mondiale (BM) qui a publié, mardi dernier à Washington, son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales.

C’est là une avancée que l’actuel gouvernement ne manquera pas d’apprécier. Dans ce document, l’institution de Bretton Woods a relevé ses prévisions de croissance en Algérie pour 2018 et 2019, un rebond qui sera notamment soutenu par les nouvelles mesures budgétaires du gouvernement concernant le financement de l’investissement. En juin dernier, elle avait prévu dans son rapport 1% de croissance pour 2018. Elle avait en fait rendu publics des chiffres peu réjouissants sur la croissance et qui ne s’éloignaient pas de ceux livrés par le FMI. Celui-ci affirmait, en effet, que la croissance économique en Algérie devrait ralentir à 1,5 % en 2017, puis diminuer à 0,8 % en 2018, sous l’effet de la compression projetée des dépenses publiques, avant de se redresser à 2,4% en 2022. Une croissance presque négative mettrait le gouvernement dans l’embarras, confirmant l’échec de sa stratégie économique. Et le pays traverserait un moment difficile dans un tel scénario. Cela aura des conséquences sur l’évolution de l’économie de manière générale. Pour le moment, on n’en est pas là. Dans une analyse technique, la BM, qui a également ajusté à la hausse ses prévisions de croissance pour 2017 à 2,2%, contre 1,8% prévu initialement (ce qui représente un écart de 0,4 point) a souligné : «Si la croissance devrait se tasser légèrement en 2019 à 2,5%, elle restera cependant en hausse d’un point par rapport à la prévision de 1,5% anticipée en juin dernier. Elle a par ailleurs sérié les facteurs qui donnent des ailes à la croissance, expliquant ainsi que les nouvelles dépenses d’investissement et les mesures budgétaires prévues dans la nouvelle loi de finances de 2018 devraient porter à la hausse la croissance de l’Algérie à court terme. Et de détailler : « En Algérie, les nouvelles dépenses publiques d’investissement liées au budget 2018 et l’orientation budgétaire plus expansionniste que prévu devraient doper la croissance à court terme». Présentant toujours sous un jour flatteur l’évolution de la croissance dans le pays, la Banque mondiale a estimé dans son rapport que l’Algérie fera mieux que la majorité des pays de la région Mena, y compris les exportateurs de pétrole, où la croissance va marquer le pas. La BM a, en effet, abaissé ses prévisions de juin dernier pour trois pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Koweït et Oman), ainsi que pour le Maroc (-0,6 point) et la Tunisie (-0,3 point) en 2018. Le rapport de la Banque mondiale note en outre que de nombreux pays exportateurs de pétrole, à l’instar de l’Algérie, l’Arabie saoudite ou la Russie, ont entrepris des mesures pour «consolider leur budget et rééquilibrer les recettes et les dépenses» suite à la chute des prix de pétrole. Elle y souligne que ces pays ont poursuivi leurs efforts de diversification économique, citant en cela l’Algérie, les Emirats arabes unis et le Nigeria qui ont réussi à «améliorer sensiblement» leur climat des affaires dans une démarche visant à doper l’investissement.
Dans le même sillage, elle met l’accent sur la réforme des subventions de l’énergie, menée par ces pays pétroliers, et qui a été accompagnée en Algérie et en Arabie saoudite de mesures pour atténuer l’effet de la hausse des prix sur les plus démunis, tout en renforçant les filets de protection sociale.

Dernière modification le jeudi, 11 janvier 2018 01:26

Laissez un commentaire