Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 janvier 2018 06:00

Rencontre aujourd’hui entre le ministre de l’Habitat et les maîtres d’œuvre : Des sanctions prévues pour les projets de logements en retard

Écrit par AZIZ LATRECHE
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar tiendra, aujourd’hui samedi, une rencontre avec les maîtres d’œuvre concernés par la réalisation de différentes formules de logements. Cette rencontre concerne particulièrement le logement public locatif (LPL) pour connaître les causes à l’origine des retards enregistrés dans la réalisation de certains projets.


A l’issue de cette rencontre, plusieurs décisions seront prises à l’encontre des entreprises retardataires, allant de la résiliation des contrats et la mise en demeure à la relance de certains projets en les confiant à d’autres maître d’oeuvre, selon ce qu’a indiqué le ministre en réponse aux préoccupations des députés jeudi dernier lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN)consacrée aux questions orales.
La formule LPL enregistre des retards de réalisation dans 18 wilayas, a ajouté M. Temmar, relevant à ce sujet que des réunions seront tenues à cet effet avec les maîtres d’œuvre et les responsables locaux.
Dans ce contexte, le ministre a fait état de plusieurs mesures prises par son département pour accélérer le rythme de réalisation et livrer les logements dans les plus brefs délais, ajoutant que c’est là « la priorité du ministère ».
Toutes les formules bénéficient du soutien de l’Etat à travers des aides directes, des abattements dans le foncier, des crédits à taux bonifiés ainsi que d’autres formes et voies de financement, a souligné le ministre, rappelant par la même occasion que la formule LPL est financée entièrement par le Trésor.
La formule LPL (sociale) a bénéficié depuis 1999 dans le cadre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, d’un budget de 43 milliards de dollars et a permis de loger 1 141 113 familles, a précisé le ministre.
Quelque 396 168 familles devraient être logées, dans le cadre du programme tracé jusqu’à 2019, tandis que le nombre de demandes introduites au niveau des communes s’est élevé, jusqu’à 2015, à 330 000 demandes.
« L’inscription à cette formule a été fermée depuis 2015 pour alléger la pression sur le Trésor public et en raison des conditions financières que connaît le pays », a-t-il précisé.
Avec d’autres types de soutien à hauteur de 20 milliards de dollars et 3 milliards de dollars qui ont été alloués à la prise en charge des travaux d’aménagement, le montant global du soutien s’élève à 66 milliards de dollars.
Pour les autres formules de logements, l’année 2018 a connu l’inscription de 120 000 unités au titre de l’AADL, 80 000 logements de type habitat rural, 70 000 unités de logement public aidé (LPA) et 278 structures publiques dans le cadre de la réalisation des cités intégrées.
Concernant la proposition relative à l’amendement du décret exécutif n 08-142 du 11 mai 2008, fixant les règles pour l’octroi du Logement public locatif (LPL), le ministre a affirmé que le décret actuellement amendé est en phase de signature.
M. Temmar a précisé que la présidence de la commission par « le président de l’APC » était une procédure en vigueur par le passé, mais elle a connu des lacunes engendrant un cumul de dossiers non étudiés par les commissions de la commune, d’où la décision du retour aux commissions de daïra.
La commission de la daïra est composée de différents services, tels que l’action sociale, la Protection civile, l’Office public de gestion et de promotion immobilière (OPGI), la Caisse nationale du logement (CNL), le président de la commune et le chef de daïra, en tant que président de la Commission.
Le président de la commune s’acquitte d’un rôle essentiel au sein de la Commission à travers les visites sur le terrain pour s’enquérir de la situation des demandeurs de logement, les enquêtes de vérification et l’élaboration des dossiers.
« L’avis du président de la commune est essentiel car il constitue la base sur laquelle reposent les décisions de la Commission », a indiqué le ministre.
Le décret en question donne au citoyen le droit d’introduire un recours concernant la décision de la Commission, lui offrant ainsi une deuxième opportunité pour l’étude de son dossier et lever toute éventuelle injustice à son encontre.
Quant à la demande de plafonner le revenu du ménage à 45 000 DA pour les demandeurs du logement social, le ministre a affirmé que le gouvernement, à travers le ministère de l’Habitat, a mis en place plusieurs formules de logements, en fonction des différents niveaux de revenus du citoyen.

Laissez un commentaire

Economie

Sports

Le sacre des Bleus en chiffres

2 : La France a remporté hier la deuxièm

Sports -
16-07-2018
Vladimir Poutine a passé le relais au Qatar

Vladimir Poutine, le président russe, a

Sports -
16-07-2018

Der

Enseignement : Les mathématiques en quête de bonne équation

Les mathématiques sont certainement la m

Der -
16-07-2018
Médias : Décès de l’ancien journaliste de l’APS Abdelhadi Merad

L’ancien journaliste de l’Agence Algérie

Der -
16-07-2018
Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Adrar

Un terroriste en possession d'une mitrai

Der -
16-07-2018
Dialogue stratégique Algérie-UE : Réunion préparatoire aujourd’hui à Alger

Une réunion d’experts algériens et europ

Der -
16-07-2018