Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 14 janvier 2018 06:00

Pas d’abrogation du service civil, mais de meilleures conditions de travail : Hasbellaoui-médecins résidents, le statu quo ?

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a déclaré, hier, lors d’une rencontre de travail avec les directeurs et les chefs d’établissement de la santé à l’Institut national de la Santé publique, que « le service civil est un service pour le pays et il est loin de tous les calculs étriqués».

Dans cette logique, le ministre a instruit les responsables de son secteur de préparer un plateau technique pour les résidents qui accompliront leur service civil. Cette instruction intervenait quelques heures avant la rencontre prévue entre M. Hasbellaoui et les représentants des médecins résidents qui réclament l’abrogation simple de l’obligation du service civil. «Nous sommes un peu responsables de ce qui s’est passé avec les résidents », a avoué le premier responsable du secteur en insistant sur la nécessité de « garantir un cadre de travail adéquat pour ces résidents ». Il s’agit, a-t-il insisté, de fournir aux concernés le minimum qui puisse les mettre dans de bonnes conditions de travail et leur permettre d’adhérer au programme national mis en place par le ministère. « Il faut les intégrer dans un cadre de dialogue pour qu’ils adhèrent au programme national parce qu’ils sont une nécessité publique », a dit le ministre. « Préparez les conditions et les médecins viendront », lancera-t-il aux directeurs et aux chefs d’établissements de santé. M. Hasbellaoui ne manquera pas l’occasion de sa rencontre avec les chefs d’établissement de la santé pour les appeler également à éviter de « créer des conflits avec les médecins et les aides-soignants », avant de faire remarquer que « les conflits locaux doivent rester locaux, et quand ils dépassent les chefs d’établissement, il y a une incompétence ». Pour être plus clair, le ministre recommandera les portes du dialogue. Celles-ci « doivent rester ouvertes », dira-t-il encore.
Après avoir entendu les rapports et propositions des directeurs de son département, M. Hasbellaoui a instruit les responsables de son secteur de faire appel, en cas de manque de moyens, à d’autres institutions, comme la Protection civile, la Gendarmerie, la DGSN et aussi l’Armée nationale. Il a également recommandé de solliciter l’aide des wilayas avoisinantes en expliquant qu’il n’existe pas de frontières entre les wilayas du pays. Cette démarche éviterait des scénarios tels que celui de la mort, l’été dernier, d’une parturiente avec son bébé à Djelfa, faute de prise en charge.
Le ministre a également évoqué des dossiers que son département est en train de préparer et de finaliser, notamment celui ayant trait à l’informatisation des ressources humaines et celui des dossiers des patients. Dans ce sens, il a donné des directives aux directeurs des hôpitaux en précisant qu’ils ont jusqu’au 31 janvier pour se connecter à ce système, précisant que ceux qui n’ont les moyens financiers pour ce faire pourront faire appel à la tutelle, car, a-t-il rappelé, le chef du gouvernement a déjà dégagé une enveloppe spéciale pour ce projet.

Dernière modification le dimanche, 14 janvier 2018 02:34

Laissez un commentaire

Monde

Syrie Menace d’escalade entre Damas et Ankara

La relation déjà gravement détériorée en

Monde -
20-01-2018
Read more »
Migrants : L’Autriche crée une «unité de protection des frontières»

Le nouveau ministre de l’Intérieur autri

Monde -
20-01-2018
Read more »
Tirs de mortier sur une clinique psychiatrique, 14 blessés

Au moins 14 personnes ont été blessées p

Monde -
20-01-2018
Read more »