Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 07 février 2018 06:00

Coopération économique : Le club d’affaires algéro-italien est lancé

Écrit par Rafik AIOUAZ
Évaluer cet élément
(0 Votes)

En présence d’opérateurs italiens et du président du FCE, Ali Haddad, accompagné de nombreux cadres de l’organisation patronale, le club d’affaires algéro-italien (Caai) a été lancé, lundi soir, à l’ambassade d’Italie à Alger.


Même si l’Italie occupe la première place des partenaires commerciaux de l’Algérie, selon les derniers chiffres du Cnis, les acteurs économiques des deux pays s’accordent sur la nécessité de renforcer leur coopération économique, spécialement dans le cadre de la diversification des échanges hors hydrocarbures. «Nos deux pays sont liés par des liens d’amitié et des relations économiques stratégiques», a tenu à rappeler Pasquale Ferrara, ambassadeur d’Italie en Algérie, estimant que les relations économiques bilatérales s’étendent de plus en plus dans le domaine industriel. «Cela ne suffit pas, nos relations commerciales ne sont pas à la hauteur des relations historiques d’amitié et de collaboration», a affirmé le représentant italien pour expliquer l’initiative de la mise en place d’un club d’affaires algéro-italien. Formulant son souhait de voir le club d’affaires attirer les investisseurs des deux pays, l’ambassadeur italien à Alger a affirmé que des relations économiques structurées contribuent à améliorer les conditions de stabilité dans les deux pays.
Un nouveau-né qui se veut «un espace de confiance et de créativité», comme l’a mentionné Giulio Bolaffi, responsable de la section économique et financière de la représentation diplomatique italienne. «Ce club permettra aux entreprises des deux pays de développer des visions communes. Nos PME ont le potentiel d’être des partenaires importants de l’Algérie», a-t-il assuré.
Pour Grazziela Ferrero, première présidente du Club d’affaires algéro-italien, la structure doit faire office de support pour les investisseurs des deux pays qui veulent s’installer dans le pays partenaire. La même responsable a précisé que, fin mars prochain, la nouvelle structure algéro-italienne organisera un séminaire pour tisser des liens entre les PME italiennes «noyau de l’économie italienne» et les entreprises algériennes. «D’autres événements sont prévus dans différents secteurs, dont ceux des énergies renouvelables et la réalisation d’infrastructures notamment», a confié la même responsable.


Contrats énergétiques: l’ambassadeur italien confiant
Par ailleurs, l’ambassadeur d’Italie à Alger a fait part de son optimisme quant aux négociations en cours entre les deux pays concernant les contrats de livraison de gaz qui arrivent à terme. «Comme il s’agit d’un investissement très important, les entreprises dans le secteur de l’énergie cherchent par définition une relation durable dans le temps», a déclaré M. Ferrara. Il a insisté sur l’intérêt du groupe énergétique italien ENI pour l’investissement dans le domaine pétrochimique et dans la prospection du pétrole et du gaz en offshore afin «de chercher de nouvelles possibilités énergétiques pour l’Algérie». Pour le diplomate italien, ces projets en cours de négociations traduisent une «diversification des intérêts des entreprises énergétiques italiennes en Algérie».
D’autre part, Pasquale Ferrara a souligné l’intérêt porté par les entreprises italiennes à l’investissement en Algérie dans les domaines du ciment, de la production d’ascenseurs, des travaux publics et des énergies renouvelables.
De son côté, le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, a relevé le niveau «très élevé» de l’Italie en matière d’industrie appelant les entrepreneurs algériens à profiter de leur savoir-faire.
Pour rappel, l’Italie est le premier client de l’Algérie et son troisième fournisseur, avec un volume global d’échanges de près de 9,3 milliards de dollars en 2017. Les exportations algériennes vers l’Italie ont atteint 5,548 milliards de dollars, en hausse de 6,4% par rapport à 2016, tandis que ses importations ont diminué de 19,4% pour s’établir à 3,754 milliards de dollars, selon les statistiques des Douanes algériennes. 

Laissez un commentaire