Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 10 février 2018 06:00

Saïd Sadi : Le congrès des adieux au RCD

Écrit par Lies Sakhi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’ancien chef du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a fait ses adieux hier à la formation qu’il a fondée avec d’autres militants il y a maintenant presque une vingtaine d’années. « N’étant pas congressiste et n’étant plus, depuis ce matin, militant, je ne vais pas m’exprimer en tant que fondateur du parti comme cela a été suggéré.

On ne fonde pas un parti pour se l’approprier », a-t-il déclaré dès le début de son intervention à l’ouverture des travaux du congrès ordinaire du parti, hier à Alger. Pour Saïd Sadi comme le RCD, une page est donc tournée. Pour l’histoire politique de l’Algérie depuis l’ouverture de son champ politique au multipartisme, c’est un tournant important et l’ouverture d’une nouvelle séquence. Elle marque le départ d’une génération qui, a déclaré en substance l’ancien leader du RCD, a contribué au combat de la démocratisation dans le pays . Avant et après 1988 ! Ainsi que les évènements qui durant l’année qui suivit, 1989, a permis l’éclosion au grand jour des formations soutenues durant l’époque de la clandestinité par les courants démocratiques et républicains qui ont lutté contre le système du parti unique et l’avènement de la liberté d’action politique partisane.
Et si Saïd Sadi s’est gardé de faire le véritable bilan de ces vingt dernières années des luttes que lui et d’autres au sein du RCD ont mené en compagnie d’autres figures de l’opposition algérienne au sein d’autres formations politiques ou dans des associations, il a dressé de la conjoncture actuelle un constat d’inquiétudes et d’incertitudes quant aux perspectives du pays de renouer avec une dynamique pouvant parachever le long et laborieux processus de démocratisation lancé sur les braises des évènements fondateurs d’Octobre 1988, comme catalyseur des combats antérieurs et qui avaient valu à ceux qui les ont menés le prix de la marginalisation, de l’ostracisme et, pour certains, de la prison. « Toute formulation d’une idée hors moule, hors cadre et hors norme était sacrilège », a déclaré M. Sadi, dans son récit des années qui avaient précédé la brèche d’octobre 1988. Pourquoi parler de brèche seulement ? Parce que l’ancien leader du RCD et fondateur parmi d’autres du parti considère, sans doute avec l’exagération du militant qu’il reste, que la situation aujourd’hui n’est pas différente de celle d’hier. « Cette congélation intellectuelle aggravée par l’autocensure est, hélas, toujours d’actualité », affirme-t-il.


Une porte toujours ouverte sur l’action politique
Sa lecture extrêmement sévère de la conjoncture qu’il résume entre autres par l’existence aujourd’hui d’un système politique dominant représenté par l’ex-parti unique, le FLN et ses « produits dérivés » s’accompagne de satisfecit qui mérite un débat mais qu’on peut considérer à l’heure actuelle comme le testament de Saïd Sadi : « en politique, celui qui a réussi n’est pas celui qui a imposé le monopole de la force brutale mais celui qui a marqué de son empreinte les consciences de ses concitoyens », a déclaré l’ancien leader du RCD qui ajoute : « quand je regarde cette salle aujourd’hui (celle des congressistes du RCD ndlr, je crois que l’on peut dire que nous avons réussi », estime-t-il à propos de ce que l’on croit être sa lecture de l’expérience qu’il a eu de dirigeant du parti et d’acteur de la démocratisation du champ politique algérien. « Votre parti, s’est-il exclamé aux militants du RCD, est une exception algérienne. Sa voix compte parce qu’elle perpétue cette tradition de rigueur et de vérité et elle peut résonner encore plus dans l’avenir immédiat », a-t-il jugé. « Car, a-t-il expliqué, on peut le redouter, la nation peut-être exposée à de graves périls », a-t-il prévenu. « L’argent, c’est-à-dire l’oxygène du système fait défaut et l’aspyhixie arrive au rythme de l’inflation », a-t-il encore mis en garde.
Quid de l’avenir de Saïd Sadi en dehors des instances du RCD ? « Ceux qui sont fascinés par 2019 sont les janissaires de l’Histoire », a-t-il souligné laissant penser qu’il ne songe à cette perspective ni y pour jouer un rôle. Mais qui sait ? « Je serai engagé dans d’autres registres et sur d’autres terrains mais je partagerai toujours avec vous nos postulats ethiques et j’honorerai comme au premier jour nos professions de foi ». Cela s’appelle ne pas fermer les portes à la politique. 

Laissez un commentaire

Monde

Chine Huawei se défend d’être l’espion de Pékin

Le géant chinois des télécoms clôt une

Monde -
19-12-2018
Read more »
La guerre contre Huawei

L’arrestation du CFO de Huawei, Meng Wan

Monde -
19-12-2018
Read more »
Yémen, Khashoggi : L’’Arabie saoudite réplique au Sénat américain

L’Arabie saoudite a condamné, lundi, le

Monde -
18-12-2018
Read more »

Culture