Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 14 février 2018 06:00

Ligue des Champions UEFA (1/8 de finale aller: Real Madrid – Paris Saint-Germain à 20h45) : Bernabeu, «the place to be !» Spécial

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

C’est – incontestablement - le choc par excellence des huitièmes de finale de la Ligue des Champions UEFA. Le match Real – Paris Saint-Germain, qui se déroulera ce soir (20h45) à Madrid, cache d’énormes enjeux. Entre cette place en quarts et la guerre des millions avec les gains ou pertes éventuels que pourrait générer cette rencontre, il ne sera pas juste question de football.

La seconde affiche du soir entre le FC Porto de Yacine Brahimi et le Liverpool FC de Mohamed Salah est reléguée au second plan. Totalement !

Deux favoris en force qui devront faire preuve de solidité pour durer dans un tournoi où la lutte est impitoyable. Que ce soit pour le Real Madrid ou le Paris Saint-Germain, l’élimination à ce niveau de la compétition aura ses répercussions à court et long termes. Et ce n’est pas seulement la vitrine de trophées du club qui pourrait prendre un sérieux coup. Ce n’est un secret de personne. Pour ce tour, c’est les Madrilènes qui joueront gros. Très gros même. Complètement distancés en Liga où ils accusent un retard de 17 points sur le FC Barcelone et éliminés en Copa Del Rey, les Espagnols, 4es au classement, n’auront que la C1 pour sauver leur saison. Le sort n’a pas vraiment arrangé les choses puisqu’ils devront se coltiner le PSG que beaucoup présentent parmi les éventuels vainqueurs de ce challenge.


Plus d’un milliard d’euros sur la pelouse
Bizarrement, les coéquipiers de Karim Benzema, que les supporters ne veulent pas comme titulaire pour ce duel d’étoiles selon un sondage de Marca, joueront contre un onze tout aussi galactique le leur. Sur la pelouse, le PSG devrait aligner une formation dont la valeur est estimée à 581 millions d’euros contre presque la même que celle du team de la « Casa Blanca » (563 millions). Plus d’un milliard d’euros sera sur le tapis du Bernabeu où la mise sera stratosphérique. Gare à celui qui ratera sa mise en jeu. Les deux prétendants du jour mettent donc le paquet pour s’offrir la souveraineté européenne. Si les Ibériques ont déjà connu l’hégémonie footballistique ce n’est pas le cas pour le sextuple champion de France. Dans la galerie, 12 C1 décorent le musée de la «Maison Blanche». Les Parisiens, pour leur part, n’ont jamais passé le cap des quarts de finale. L’an dernier, ils ont subi une «remontada» (6 buts à 1) contre le FC Barcelone après avoir gagné 4 buts à 0 à l’aller. Une humiliation à ce niveau. Un véritable traumatisme subi sur la péninsule ibérique que Marco Verrati & cie veulent effacer. La meilleure façon de le faire sera d’aller chercher un bon résultat chez les «Los Blancos» pour cet «acte I» avant la manche retour au Parc des Princes dans 3 semaines.


Coup de poker footballistique
Loin de l’aspect psychologique, il y aura le volet et l’enjeu économique. C’est, par excellence, le pari financier à ne pas perdre. Entre billetterie, sponsoring et prime de victoires dans la compétition, le manque à gagner est énorme de part est d’autres. Sachant que l’actuel leader du championnat de France est dans le collimateur de l’UEFA en raison du « fair-play financier », une sortie prématurée de cette épreuve ferait perdre des centaines de millions au sigle racheté par les Qataris il y a presque 10 ans. Si le Real a toujours été réputé pour flamber tout en ayant une balance argent stable, le PSG est un novice en la matière même s’il est en train de se construire une notoriété en un laps de temps très court. Cependant, sur le plan continental, les « Frenchies » ont du mal à franchir le plafond de verre.


Le Real a tout à craindre
Les doutes du passé ceux du présent. D’un coté, il y aura les Parisiens qui ont certainement, dans un coin de la tête, cette déroute incroyable lors de l’édition écoulée contre le Barça. De l’autre, les poulains de Zinedine Zidane qui connaissent une deuxième partie de saison très compliquée avec des prestations peu convaincantes. Pour ne pas dire inquiétantes. En tout cas, « Zizou » vit sa passe la plus difficile depuis son arrivée à la tête de la barre technique en succession de Rafael Benitez. «La situation est inédite, mais il faut la vivre aussi, ça fait partie du métier», reconnaît-il. Pour lui, seules les victoires pourraient changer la donne : «Qu’est-ce qui va faire taire ces critiques ? Gagner des matches on est bien d’accord, il n’y a rien d’autre. On a beau faire des choses magnifiques, à la fin c’est le résultat. Soit tu gagnes soit tu es critiqué. Surtout dans ces clubs-là», a lâché l’ancien numéro 10 de l’équipe de France non sans louer la qualité de l’adversaire du jour qui « Une équipe, un club qui est en train de changer. Chaque année ils s’améliorent. Ils font une saison incroyable, ça ne m’étonne pas. La gestion d’Unai Emery ? Je n’en pense rien, c’est toujours difficile de gérer plein de choses, je pense qu’il le fait bien puisque les résultats parlent pour lui.»


Neymar attendu
Si l’on pouvait incarner les deux antagonistes du jour en une seule figure, ça sera certainement le duel Cristiano Ronaldo – Neymar. Grand artisan de la remontée (2 buts et deux passes décisives sur les 6 buts) des « Blaugranas » l’an passé face à ses coéquipiers d’aujourd’hui, Neymar est la star du PSG. Il a été recruté, en compagnie de Kylian Mbappé pour plus de 400 millions d’euros à eux deux, pour être un sérieux atout dans la conquête de cimes européennes. Pour l’instant, ses chiffres sous le maillot bleu et rouge sont excellents.
Avec 27 buts et 15 passes décisives depuis le début de l’exercice et dans toutes compétitions réunies, il ne pouvait pas faire mieux. Le Brésilien semble toujours s’amuser. Même en LDC il est parti sur de très bons standards avec 6 réalisations pour 4 offrandes à l’issue du premier tour. Epoustouflant. Serait-ce suffisant pour faire craquer une défense madrilène qui montre des signes de fébrilités inquiétants ? On serait plutôt enclin de répondre par l’affirmatif. Surtout que Dani Cravajal (suspendu) manquera à l’appel.


CR7, indétrônable roi ?
Si l’arrière-garde de la franchise, 12 fois championne d’Europe, présente des signes inquiétants, devant, ce n’est pas vraiment flamboyant mais ça reste menaçant. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a un certain Cristiano Ronaldo.
Pour beaucoup, le Portugais ne fait pas une saison extraordinaire. Certains le donnent même sur le déclin. Toutefois, il y a les chiffres qui plaident en sa faveur. Figurez-vous que CR7 fait mieux que la saison écoulée puisqu’il a trouvé le chemin des filets à 23 reprises en 28 rencontres disputées dans toutes les épreuves. Soit deux de plus qu’il y a un an.
Par ailleurs, en Champions League, il est toujours aussi irrésistible avec ses 9 banderilles compilées à l’issue de la phase de poules même si le Real a terminé 2e de la poule « H ». Pour le quintuple Ballon d’Or, la C1 est son jardin. Son royaume même puisqu’il trône à la tête du classement des buteurs historiques (115 buts) loin devant son rival Lionel Messi qui a frappé 97 fois. Mais résumer cette empoignade au seul mano-à-mano CR7- Neymar, serait négliger le gratin footballistique succulent qui sera à notre disposition.
D’autres joueurs seront de la partie et ils ne sont pas moins talentueux. Les Cavani, Mbappé, Modric, Asensio, Kross et les autres pourront aussi peser pour décider de l’issue de ce qui ressemble à une finale avant la lettre. On aura des étoiles plein les yeux. C’est une certitude. En espérant que l’enjeu ne tue pas le jeu. 

Laissez un commentaire