Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 10 janvier 2017 21:46

ONU : Antonio Guterres présente sa doctrine au Conseil de sécurité

Écrit par  Meriem Kaci
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres devait dévoiler, hier, lors de son premier discours au Conseil de sécurité, son intention de revitaliser l’ONU avec une diplomatie plus affirmée soutenue par les grandes puissances. M. Guterres a déjà laissé filtrer les contours de sa stratégie pour réformer l’organisation et accentuer les efforts pour mettre fin aux conflits, du carnage en Syrie au bain de sang au Soudan du Sud, à la guerre au Yémen.


Encore une année de défis pour les Nations unies, avec un Conseil de sécurité resté paralysé par le droit de veto qui bloque le vote sur certaines résolutions. Les cinq grandes puissances utilisent, en effet, leur droit de véto pour s’opposer et empêcher le vote de résolutions qui mettent un terme aux conflits. Selon des observateurs, Guterres devra faire face à un Conseil de sécurité profondément divisé, incapable de s’accorder sur une décision commune pour mettre fin aux six années de guerre civile en Syrie.
D’ailleurs, peu avant de quitter son poste, l’ex-Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a tenu les Etats membres responsables de la tragédie syrienne. «Les puissants commanditaires qui continuent d’alimenter la machine de guerre ont toujours du sang sur les mains», a dit Ban Ki-moon en s’adressant aux représentants de chefs d’Etat présents à une assemblée générale de l’ONU.
«La plus grande défaillance de la communauté internationale aujourd’hui est son échec à empêcher les conflits et à maintenir la sécurité mondiale», a écrit Guteress dans une tribune publiée lundi dans le magazine américain Newsweek, sachant que lors de sa prise de fonction, Guterres n’a pas manqué de souligner qu’il n’est pas un «faiseur de miracles».
«Là où les guerres font rage, nous avons besoin de médiation, d’arbitrage et de diplomatie créative soutenue par tous les pays qui ont de l’influence», a-t-il ajouté, laissant présager une implication plus directe dans les grands dossiers dont son prédécesseur Ban  Ki-moon laissait une grande partie  du travail de médiation à ses envoyés spéciaux.
Parmi ses premières décisions, le nouveau Secrétaire général a annoncé la création d’un comité pour prendre à bras-le-corps le problème des abus sexuels des Casques bleus. Antonio Guterres a prévu de se déplacer demain à Genève pour participer à une conférence sur Chypre à laquelle assisteront aussi des représentants des trois pays «garants» de la sécurité de l’ile : la Grèce, la Turquie et le Royaume-Uni, ex-puissance coloniale.
Il a aussi le projet de rencontrer la semaine prochaine le président chinois Xi Jinping, attendu en Suisse pour le Forum économique mondial annuel de Davos.

Trump prévoit  un changement  à l’ONU
À quelques jours de son intronisation, Donald Trump, futur président des Etats-Unis, a eu une conversation téléphonique avec M. Guterres. Une conversation qualifiée de «très positive» par un porte-parole de l’ONU bien que Trump a décrit l’institution onusienne comme «un club de gens qui se rencontrent et passent du bon temps».
Donald Trump a également promis que «les choses changeront à l’ONU après le 20 janvier», date de sa prise de fonctions, en réaction au vote de la résolution du Conseil de sécurité demandant l’arrêt de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens.
Mais le discours de M. Guterres sur une nécessaire réforme des Nations unies peut aussi séduire le nouvel occupant de la Maison-Blanche dont, pour le moment, les intentions en matière de politique étrangère sont encore «floues». n

Laissez un commentaire