Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

mercredi, 07 février 2018 06:00

Le GPL en attente d’adeptes

Écrit par Adlène Badis
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Le gouvernement encourage désormais l’usage du GPL, se donnant comme objectif d’atteindre 500 000 véhicules roulant avec ce type de carburant d’ici à 2021. Dans une conjoncture économique particulière, où le pétrole a déjà entamé son inéluctable décroissance, cette option pour un pays gazier comme l’Algérie ne paraît que logique.

De plus le GPL reste une réponse environnementale et économique face aux défis de la mobilité dans le futur. Dans certains pays européens les Etats redoublent de promotions pour encourager l’utilisation du GPL, allant jusqu’à la gratuité de l’assurance et autres exonérations sur les vignettes, par exemple. Les pouvoirs publics semblent aller dans ce sens en offrant des incitations diverses, notamment des aides à la conversion. Cependant l’automobiliste algérien ne semble guère adepte de ce type de carburant introduit durant les années 1980. À part probablement pour les « taxieurs », qui y ont eu un temps recours pour leurs véhicules pour des raisons évidentes d’économie à la pompe, le GPL reste marginal. Naftal, l’entreprise publique qui prend à son compte ce plan de développement, redouble d’offres incitatives. Un kit Sirghaz coûte 70 000 DA chez le privé, 55 000 DA chez Naftal, qui dit avoir réalisé une étude qui montre que «l’automobiliste récupère ses dépenses d’équipement en trois mois en consommant du GPL, qui est presque cinq fois moins cher que l’essence». Dans le même objectif de promotion de l’usage du GPL, les pouvoirs publics ambitionnent également de disposer d’une station-service équipée pour le GPL tous les 15 kilomètres à l’horizon 2021. Pour l’heure, l’Algérie compte 2 400 stations-service, dont 700 assurent la distribution en GPL. L’objectif annoncé est de passer à une station sur deux assurant le service distribution du GPL, contre une sur trois actuellement. C’est dire la volonté de l’Etat d’encourager l’usage de ce carburant. Mais pour l’instant malgré ces incitations des pouvoirs publics, l’heure est à la réticence du côté des propriétaires de véhicules. Ne faudrait-il pas trouver d’autres idées innovantes pour encourager l’installation et la consommation de ce carburant propre et économique ?

Lu 996 fois

Laissez un commentaire