Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 10 février 2018 06:00

La voie du bilatéral

Écrit par Rachid Beldi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La commémoration du 60 anniversaire des événements de Sakiet Sidi Youcef aura été l’occasion de revisiter l’une des étapes qui a marqué d’un coup martyrisant les parcours confondus des peuples algérien et tunisien.

Triste et douloureux souvenir, parmi tant d’autres, que cette journée du 8 février 1958 qui avait vu un bombardement criminel, opéré par la non moins criminelle armée coloniale française, faire de nombreux martyrs chez les deux pays voisins.
Six décennies après le drame, la commémoration est toujours là. Comme chaque année. Une halte pour les souvenirs et un hommage aux martyrs de ce lieu inscrit en lettres de supplice dans l’histoire partagée par l’Algérie et la Tunisie, mais aussi une date bilan sur les liens exceptionnels et la solidarité qui caractérisent le parcours partagé par les deux pays.
Sur ce registre, le bilan pourrait donner lieu à la satisfaction, au vu de ce qui a été réalisé communément par l’Algérie et la Tunisie et matière d’échanges, notamment sur le plan économique.
Satisfaction, mais aussi frustration lorsqu’il s’agit d’évaluer tout le potentiel dormant qui pourrait booster considérablement la relation entre les deux pays, à la faveur des nombreuses opportunités existantes, avec pour adjuvant cardinal la proximité, au sens voisinage du terme.
En d’autres termes, l’Algérie et la Tunisie sont séparées par des frontières qui n’existent plus lorsqu’on évoque l’histoire, la culture, la langue, la religion et bien d’autres paramètres qui font sauter ce verrou. Et c’est à partir de cette perception que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a développé son discours, jeudi dernier, lors de son recueillement avec son homologue tunisien Youcef Chahed devant la stèle commémorative érigée au cimetière des chouhada de Sakiet.
Dans une Union du Maghreb arabe qui n’a d’union que les espoirs vains de peuples qui attendent depuis une éternité pour voir se mettre en place un véritable et fructueux partenariat à dimension régionale, l’Algérie et la Tunisie n’ont sans doute plus droit à un attentisme qui n’a que trop duré. En attendant de pouvoir un jour passer par le Grand Maghreb, le partenariat entre les deux pays peut déjà tirer d’énormes dividendes en empruntant le raccourci du bilatéral.

Lu 270 fois

Laissez un commentaire