Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 08 mai 2014

Le nombre de décès sur nos routes a augmenté de 2% durant le premier trimestre de l’année en cours par rapport à la même période de 2013, selon le Centre national de la prévention et de la sécurité routière (CNPSR) et la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

961 accidents ont été enregistrés le premier mois de 2014, contre 828 durant la même période de 2013. Ce qui représente une hausse de 133 accidents, soit +16,06%. Devant une telle situation, les responsables de la prévention routière ont plaidé à l’unanimité pour la révision de la loi en vigueur régissant la sécurité routière, promulguée en 2009. S’exprimant lors d’une conférence de presse hier au forum d’El Moudjahid, le président du Centre national de la prévention et de la sécurité routière (CNPSR), El Hachemi Boutalebi, a tiré la sonnette d’alarme. Selon lui, 4500 morts sont enregistrés chaque année sur nos routes, en plus de 3500 handicapés. Le conférencier a indiqué que cette hausse du nombre des accidents est due à l’inefficacité de certains textes de lois. D’ailleurs, il a avoué qu’il existe des lacunes flagrantes dans la loi relative à la prévention routière. « Cette loi se focalise sur des mesures de sensibilisation, mais vu le nombre effarant d’infractions commises sur nos routes, il est temps de mettre en place des textes de lois dissuasifs afin de faire face à cette hécatombe », a-t-il insisté. M. Boutalebi incrimine le manque de professionnalisme de la part des chauffeurs de poids lourds et de transport public. A ce propos, il a annoncé la mise en application du système chrono-tachygraphe pour les camions de gros tonnage en Algérie. « Il s’agit d’un enregistreur de vitesse, de temps et des heures d’arrêt du véhicule de transport de voyageurs ou de marchandises. » Pour le conférencier, le facteur humain vient en tête du classement des causes des accidents de la route. L’état des routes est, selon lui, un autre facteur à l’origine de nombreux accidents. «Il y a certaines marques de véhicules qui ne répondent pas aux normes internationales. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le CNPSR a appelé le ministère des Transports à procéder à la mise en place d’un texte de loi régissant les normes sécuritaires du parc automobile en Algérie », a-t il dit. Avant d’ajouter : « A l’occasion de la 15e édition de la Semaine arabe de la sécurité routière, qui se tiendra du 4 au 31 du mois en cours, le CNPSR a décidé de mener un riche programme de prévention. »

DES CHIFFRES ET DES INTERROGATIONS

Lors de son intervention, le sous-directeur de la sécurité routière à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a annoncé que 1694 accidents se sont produits durant le premier trimestre 2014, contre 1514 une année plus tôt, soit une augmentation de 11,89%. Quant aux nombre de décès, le même responsable a affirmé que leur nombre est passé de 44 morts en 2013 à 52 en 2014. Ce qui représente une hausse de 18,18% au niveau des zones urbaines. S’agissant des wilayas où les services de police ont enregistré le plus grand nombre d’accidents de la route, Naït Lhocine dira : « La capitale vient en première position, suivie des wilayas de Sétif, Biskra, M’sila et Bordj Bou Arréridj. » Le même interlocuteur a souligné que le nombre de permis retirés a atteint les 170 419 en 2013. Ainsi, les services de la DGSN ont enregistré plus de 10 000 infractions commises par des automobilistes détenant un permis de moins de 5 ans, ce qui représente 60% du nombre global des accidents de la route. Dans le même contexte, il a plaidé pour le renforcement de l’arsenal législatif relatif à la sécurité routière. De son côté, le chargé de la communication à la Protection civile, le commandant Farouk Achour, a affirmé que le nombre d’accidents enregistrés par ses services durant le premier trimestre de l’année en cours s’élève à 1 442, dont 42% sont « des accidents de collision ». Le même responsable a appelé les citoyens à veiller au respect du Code de la route, notamment à l’approche de la saison estivale, où l’hécatombe prend de l’ampleur.

Publié dans Der

Quelque 2000 rebelles et civils ont commencé hier à quitter la Vieille ville de Homs (centre) en vertu d’un accord conclu entre le régime syrien et les rebelles, ont indiqué des militants sur le terrain. Selon ces derniers, les premiers bus sont arrivés tôt à Homs pour les opérations d’évacuation. L’accord concerne 2250 combattants et civils ainsi que des blessés, selon les rebelles. Cet accord inédit a été conclu entre les représentants des rebelles et des chefs des services de sécurité, en présence de l’ambassadeur d’Iran, pour le retrait des insurgés de la Vieille ville, assiégée depuis plus de deux ans par l’armée. Troisième ville du pays, Homs occupe une position stratégique au centre de la Syrie. Avant le début de la crise en 2011, la ville comptait 800.000 habitants --65% sunnites, 25% alaouites, 7% chrétiens et 3% chiites et ismaéliens. Selon une version du texte de l’accord obtenue par l’AFP auprès d’une source de l’opposition, les insurgés pourront quitter le centre de Homs avec leur famille, en conservant leur arme individuelle. Ils pourront aussi emporter leurs affaires personnelles dans des valises et seront transportés vers le nord de la province dans des bus aux vitres teintées, escortés par des policiers. Un représentant de l’ONU et un autre de l’ambassade d’Iran seront présents «comme garants dans chaque bus», précise le texte, alors que plusieurs localités de la province de Homs sont aux mains des rebelles. Le gouverneur de la province de Homs Talal al-Barazi a indiqué à l’AFP que les derniers préparatifs étaient en cours et que l’accord devrait entrer en principe en vigueur hier.

Publié dans Monde

Depuis des années, de nombreuses wilayas du pays connaissent une pénurie en produits médicamenteux causée souvent par des problèmes de gestion et d’approvisionnement. Pour remédier à cette déplorable situation, des groupements pharmaceutiques régionaux seront créés pour approvisionner chaque région. En eff et, c’est qui a été annoncé hier à Alger, lors d’une rencontre scientifique organisée par le Syndicat national algérien des pharmaciens d’offi cine (Snapo). « Des groupements pharmaceutiques régionaux seront créés pour approvisionner chaque région et contribuer à la prise de décision concernant la gestion et la distribution des médicaments », a indiqué Abdelatif Zemmouchi, membre du Conseil de déontologie des pharmaciens. Cette initiative intervient dans un contexte où certaines régions du pays enregistrent un défi - cit d’approvisionnement en médicaments des hôpitaux. Aussi, cette action vise à renforcer la chaîne d’approvisionnement et à favoriser la création de groupements pharmaceutiques dans chaque région du pays. Pour sa part, le président du Snapo, Fayçal Abed, n’a pas manqué d’évoquer les ruptures actuelles de stocks, affirmant que « 220 marques de médicaments manquaient sur le marché national ». Il a également souligné la nécessité de mettre en oeuvre des mécanismes pour rationaliser la consommation des médicaments à travers la concertation entre les acteurs du secteur de la santé, à l’instar des pays développés. En marge de cette rencontre, le docteur Zemmouchi a insisté sur la nécessité d’élargir les missions du pharmacien d’officine en l’impliquant dans la gestion et la distribution des médicaments, indiquant que des groupements pharmaceutiques régionaux seront créés pour approvisionner chaque région et contribuer à la prise de décision concernant la gestion et la distribution des médicaments. Dans ce sens, le spécialiste a déploré le fait que la distribution des médicaments soit confiée à des personnes qui ne sont pas du domaine, en soulignant la nécessité d’impliquer le pharmacien d’officine dans la distribution et la gestion des médicaments en vue de rationaliser leur consommation. Selon lui, il est question d’élargir la mission du pharmacien à l’orientation médicale et la sensibilisation aux maladies devant avoir un diagnostic précoce, à l’exemple du diabète et de l’hépatite C.

Publié dans Der

Suivant sa feuille de route visant à moderniser le réseau haut débit, Algérie Télécom de Bordj Bou Arréridj a organisé avant-hier une rencontre avec la presse locale pour faire le point sur le lancement de la 4e génération LTE, depuis le 1er mai dernier. Cette technologie permettra d’offrir un meilleur service Internet dans les zones qui ne sont pas couvertes par le système ADSL, d’autant qu’elle renforcera la connexion à Internet au profit des professionnels. Sur les deux cents relais installés au niveau national, comme première phase, deux sont d’ores et déjà opérationnels dans la wilaya de Bordj, l’un à la cité El Djebbas, au centre-ville, et l’autre à Ras El Oued, deuxième grande agglomération de la wilaya, en attendant l’implantation de 2000 relais sur tout le territoire du pays à l’horizon 2016. Quant à la mise en service de la fibre optique, l’opération de la pose « est pratiquement achevée au niveau des 34 communes de la wilaya, pour généraliser les services haut débit d’ici à l’an 2016 », selon M. Azeddine, un cadre d’Algérie Télécom.

Publié dans Der

Le tribunal criminel près la Cour d’Alger examinera le 20 mai une affaire impliquant un individu, accusé d’appartenance à un groupe terroriste auteur de braquages de plusieurs magasins à Alger-centre, dont les objets volés ont été détournés au profit de groupes terroristes, selon le rôle complémentaire pour l’année 2014 du tribunal criminel. Le mis en cause devra répondre des chefs d’inculpation d’appartenance à un groupe terroriste menaçant la sécurité et l’unité de l’Etat, d’agression et de vol à main armée, de possession de tracts séditieux et de faux et usage de faux. Selon l’arrêt de renvoi, l’accusé a rejoint la Katiba d’El-Mouwahidine qui activait sous la bannière de l’organisation terroriste Al-Hidjra wa Takfi r, où il assistait à des réunions (halaqat) des membres de l’organisation, organisées dans la mosquée Salaheddine El-Ayoubi au coeur de la rue Belouizdad à Alger. Les procès-verbaux établis par la Police judiciaire révèlent que l’accusé a reconnu que sa mission consistait en la collecte de fonds au profi t des groupes terroristes activant à Alger, outre sa participation au braquage de plusieurs magasins situés rue du 1er Mai. Le mis en cause a été identifié après l’arrestation en 1996 d’un groupe de terroristes dont quatre avaient attesté de son implication dans des crimes perpétrés entre 1994 et 1996, des accusations que l’inculpé a rejetées.

Publié dans Der

Pour le directeur des équipes nationales de taekwondo composées de 11 athlètes, les Verts se déplaceront au championnat d’Afrique de Tunis avec pour mission de décrocher deux titres africains.

La sélection algérienne de taekwondo, composée de onze athlètes, dont cinq filles, prend part au championnat d’Afrique (hommes et dames), les 7 au 8 mai au Palais des sports de Tunis, avec la participation attendue de 19 pays, a-t-on appris auprès de la Fédération algérienne de taekwondo (FATK). L’équipe algérienne, conduite par les entraîneurs Samir Kaya et Salah Hadjadj, s’est envolée pour Tunis pour défendre les chances du taekwondo algérien dans ces joutes africaines. « A Tunis, l’équipe a pour mission de remporter deux titres africains », a déclaré à l’APS le directeur des équipes nationales à la FATK, Samir Maaya, déplorant au passage le fait que la sélection n’ait pas bénéficié d’une bonne préparation pour disputer cette compétition continentale. « Les athlètes se sont contentés de quatre stages de préparation avant le déroulement récemment du championnat national et d’un autre regroupement de sélection », a indiqué le DEN, craignant que cela puisse influer sur le rendement des athlètes sur le tatami. Il est à rappeler que le championnat d’Afrique de taekwondo devait avoir lieu en septembre dernier, mais le rendez-vous a été reporté au moins de mai 2014 par la confédération africaine. Outre l’Algérie, le rendez-vous africain verra, selon les organisateurs, la participation du Maroc, de l’Egypte, de l’Afrique du Sud, du Soudan, du Rwanda, de la Somalie, du Mozambique, du Cameroun, de la Centrafrique, du Nigeria, du Gabon, du Ghana, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal, de la Libye et de la Tunisie (pays hôte). Le président de la Fédération tunisienne de taekwondo (FTTK), Réda Ben El Haddef, a assuré que tous les moyens et les meilleures conditions ont été réunis « pour la bonne réussite de cet évènement continental que la Tunisie organise pour la première fois ». En plus du championnat d’Afrique de taekwondo, la Tunisie abritera les 10 et 11 mai un tournoi international à Carthage, avec la présence annoncée de vingt pays.

LISTE DES ATHLÈTES RETENUS POUR LE CHAMPIONNAT D’AFRIQUE

Hommes : Youcef Khalfallah (-54 kg), Roli Rona Dimitri (-58 kg), Massinissa Tebti (-63 kg), Zakaria Sennouf (-68 kg), Ilyès Belili (-74 kg), Fettah Boukhers (-80 kg)

Dames : Lylia Bendouba (-49 kg), Sara Dade (-53 kg), Kamelia Damou (-57 kg), Toussara Fayza (-67 kg) et Azeddine Lynda (-73 kg)

Publié dans Sports

Canaris et Harrachis ont réalisé l’essentiel en l’emportant face aux Bordjiens et aux Mouloudéens et sont plus que jamais proches de disputer une compétition africaine la saison prochaine.

Les formations de la JS Kabylie et l’USM El Harrach ont réussi l’essentiel en venant à bout du CABBA et du MCA lors des matches en retard disputés avant-hier soir. Ces victoires leur permettent de garder leurs chances pour décrocher des places dans une compétition africaine la saison prochaine. Les Canaris semblent avoir dépassé la déception de la fi nale de la Coupe d’Algérie perdue face au Doyen, en ramenant un succès très important de son déplacement à Bordj Bou Arréridj qu’elle a battu par la plus petite des marges grâce à un but du Libyen Zaabia à la 37e. Ce but a suffi au bonheur des Kabyles, qui se sont réconciliés avec leurs fans et qui a remonté le moral de leurs joueurs. Les poulains d’Aït Djoudi se rapprochent donc de plus en plus de cette deuxième place qu’ils souhaitent décrocher pour jouer la Ligue des champions d’Afrique la saison prochaine. A contrario, les Bordjiens s’enfoncent de plus en plus et sont désormais proches de la relégation en Ligue 2, surtout que les joueurs sont abattus et trouvent de grandes difficultés à s’exprimer sur le terrain. Le derby tant attendu entre l’USM El Harrach et le MC Alger est revenu aux Harrachis qui l’ont emporté sur un score étriqué (1-0). Le match s’est déroulé néanmoins dans une ambiance électrique, surtout avec l’hostilité des supporters de l’USMH qui n’ont pas accepté que les fans du Doyen entrent au stade et prennent place dans les tribunes. Cela a mis le feu aux poudres et des échauffourées ont éclaté. Pour ce qui est du match en lui-même, il faut savoir que le but de l’USMH a été marqué par Mebarkia à la 51e et cela a été suffisant pour les Jaune et Noir pour l’emporter et se rapprocher de la troisième place, sachant qu’ils courent toujours après une place qualificative à une compétition africaine.

Publié dans Sports

Noureddine Korichi, l’adjoint de Vahid Halilhodzic à la barre technique de l’équipe algérienne de football, estime que les capacités des Verts à réussir un bon parcours au Mondial brésilien sont étroitement liées au « statut » que lui donneront ses concurrents dans le groupe H. « En 1982, les Allemands ne nous avaient pas respectés et c’est en partie grâce à cela que nous avions réussi à les surprendre. Donc, si j’ai quelque chose à espérer avant le prochain Mondial, c’est que nos concurrents ne nous respectent pas trop », a-t il déclaré dans un entretien accordé au journal français Les Esthètes du Foot. « Le Bayern Munich est considéré comme un des plus grands clubs au monde, ce qui ne l’a pourtant pas empêché d’encaisser quatre buts, chez lui, face au Real. Ce qui confirme que le football n’est pas une science exacte, et qu’à partir de là, tout peut arriver », a-t-il ajouté, insinuant par là que les Verts peuvent eux aussi venir à bout de sérieux clients, comme la Russie et la Belgique. L’optimisme de Kourichi provient également de la « qualité » du groupe dont il dispose et qui, selon lui, est « composé de joueurs talentueux » qui, non seulement ont beaucoup gagné en expérience à travers les précédentes épreuves, mais aussi en efficacité. « Lorsque nous avons pris les commandes techniques de l’équipe algérienne, en 2011, le nombre de passes par match n’était que de 200. Aujourd’hui, grâce au travail effectué, il est passé à 450, voire 500 passes lors de certaines rencontres. Idem pour la moyenne de buts, qui est passée de 0,5 à 2 buts par match. » Des statistiques à la fois rassurantes et encourageantes en prévision de la prochaine Coupe du monde, mais Korichi a insisté sur le fait que la plus grande force de l’Equipe nationale reste le collectif. « Chez nous, il n’y a pas de stars. La seule star, c’est l’équipe », a-t-il tenu à faire savoir, avant de révéler que chez les Verts, les gens sont de plus en plus nombreux à croire en la possibilité de passer le premier tour. « Cela dit, même si nous voyons grand, nous restons humbles, tout en évitant de se mettre trop de pression. Pour ainsi dire, on va se contenter d’y aller juste avec de l’espoir », a-t-il conclu.

Publié dans Sports

La 29e journée du championnat de Ligue 2 sera caractérisée par le choc qui aura lieu à Oran entre l’ASMO, qui est à la troisième place au classement général, et le NAHD, qui la devance d’un seul point. Les gars de M’dina J’dida souhaitent se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise avant la dernière journée du championnat. Pour cela, ils devront remporter ce match à domicile face à un concurrent direct pour l’accession en Ligue 1. Les Oranais savent que leur mission ne sera, néanmoins, pas facile, d’autant plus que les Nahdistes souhaitent aussi prendre au moins un point pour décroucher ce ticket de l’accession et éviter de jouer une fi nale lors de la dernière journée face à l’O Médéa. De son côté, le leader, l’USM Bel Abbès, jouera sur du velours lors de cette journée, étant donné qu’il reçoit la formation de l’USM Blida. Les gars de la Mekerra feront tout pour remporter les trois points qui les mettront définitivement à l’abri d’un retour des autres concurrents. Toutefois, les coéquipiers d’Achiou devront faire très attention à cette équipe blidéenne qui se présentera avec un esprit conquérant et tentera de repartir au moins avec un point du nul pour terminer sur une bonne note, même si elle a raté son objectif, qui est l’accession en Ligue 1. Enfin, l’O Médéa, qui garde toujours espoir de monter en attendant un faux pas du NAHD, jouera à domicile et recevra l’AB Merouana qu’elle tentera de battre pour garder ses chances, en attendant de jouer son dernier match face aux Rouge et Jaune.

Publié dans Sports
La commission d’inspection de la Confédération africaine de football, conduite par Amadou Diakité, membre du comité exécutif de la CAF, a entamé mardi sa visite à Alger dans le cadre du dossier de candidature de l’Algérie pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2019/2021. Durant son passage en Algérie, qui se poursuivra jusqu’au 12 mai, la délégation de l’instance africaine aura à visiter les infrastructures hôtelières et sportives susceptibles d’être retenues pour la compétition continentale, a précisé la FAF. L’Algérie avait organisé une seule fois la Coupe d’Afrique des nations en 1990 qu’elle avait remportée. La Confédération africaine de football a entamé début avril une tournée dans les pays africains candidats pour l’organisation de la CAN-2019 et 2021. Une délégation de l’instance africaine s’est rendue en Guinée et en Côte d’Ivoire où elle a inspecté les sites retenus par ces deux pays en prévision d’une éventuelle organisation de la CAN-2019 ou 2021.
Publié dans Sports
Page 1 sur 6