Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 24 juin 2014

La victoire des Verts face à l’équipe de la Corée du Sud sur le score de 4 buts à 2, en coupe du monde au Brésil, a été Célébrée en fanfare par des milliers de supporters à travers les villes algériennes. A Oran, Constantine, Tizi-Ouzou et partout ailleurs, l’ambiance était indescriptible. Les Algériens, en liesse, jubilaient après la victoire arrachée haut la main par les coéquipiers d’Islam Slimani face aux Sud-Coréens. Dans la capitale de l’Ouest, El Bahia, c’est l’explosion de joie. Les youyous fusaient de tous les balcons ornés pour la plupart de gigantesques drapeaux frappés aux couleurs nationales. Des processions de voitures, avertisseurs bloqués, ont défilé en cortège à travers les rues du centre-ville d’Oran et dans les quartiers populaires comme El Hamri, M’dina Djedida, Seddikia, El Yasmine, Haî Sabbah et dans les lointaines localités de Boutlelis, Bousfer, Arzew, Bethioua. Des essaims de jeunes, « armés » de vuvuzela, de drapeaux, de karkabou et autres objets de la panoplie du parfait supporter, qui se vendaient comme des petits fours, ont envahi tous les coins et recoins de la ville, apportant une touche particulière à la fête. « Les buts de Slimani, Halliche, Djabou et Brahimi nous ont comblés. C’est comme cela que nous aimons voir nos combattants du désert. Des joueurs battants, offensifs et courageux qui savent aller droit au but », dira Smail, portant sur ses épaules son fils Anis. La ville de Tizi-Ouzou a vécu, elle aussi, une grande ferveur. Des véhicules ornés de l’emblème national ont sillonné les quartiers, tandis que les femmes participaient à cette fête à partir des balcons. Dans l’Est algérien, villes et villages sont plongés, depuis le coup de sifflet final de l’arbitre colombien Wilmar Rodan officialisant le triomphe de l’Algérie sur la Corée du Sud, dans une liesse indescriptible. Des scènes d’allégresse collective, quelquefois proches de l’hystérie, ont été observées dans les artères principales (mais pas seulement) des villes de Constantine, d’Annaba, de Batna, d’Oum El Bouaghi, de Guelma ou encore de Bordj Bou Arreridj, de Skikda et de Mila. Dans le centre de la ville du Vieux Rocher, comme dans les cités géantes qui l’entourent, à l’image d’Ali-Mendjeli, des dizaines, puis des centaines, bientôt des milliers de jeunes et de moins jeunes ont investi la rue, drapeau national à la main. Clairons, vuvuzelas, pétards, feux d’artifices, cris à pleins poumons, tout est bon pour faire le maximum de bruit. Et du bruit, il y en a aussi avec les innombrables voitures pleines à craquer défilant klaxons au vent, créant dans les places publiques, les placettes et les cités une ambiance de folie que d’aucuns estiment sans précédent en Algérie. A Sétif, comme c’est de tradition, c’est la place de Aïn Fouara, qui est prise d’assaut par des centaines de personnes munies d’autant d’emblèmes, de banderoles et de fanions à la gloire de Moumene Djabou et de ses camarades. La vieille Nouara (78 ans) ne veut pas être confinée, elle. La fête prend rapidement le dessus et la voilà qui se fourvoie parmi la foule dans son ample m’laya, à la grande joie de jeunes sétifiens qui décident aussitôt d’en faire leur mascotte et de la hisser tout près de la naïade d’Ain Fouara. Mêmes scènes de liesse au niveau du cours de la Révolution d’Annaba, le front de mer de Jijel, la placette de l’Indépendance, à Souk Ahras, et toutes les «places fortes» des villes et villages de l’Est du pays offrent le même enthousiasme. L’appétit venant en mangeant, de nombreux supporters, tout en savourant la fête, pensent déjà à la Russie que les Verts affronteront jeudi prochain avec l’espoir de valider un ticket historique pour les 1/8es de finale de la Coupe du monde. Mehdi, un jeune de Tébessa, rêve même d’une confrontation contre l’Allemagne qui pourrait bien finir en première position dans le groupe G. On n’en est pas encore là, mais le jeune homme, porté par l’enthousiasme ambiant, rappelle, les yeux pleins de malice, que l’Allemagne « n’a jamais battu l’Algérie »…

Publié dans Der

Ooredoo, sponsor officiel de l’équipe nationale et de la FAF, se réjouit de la «sortie réussie des Verts en Coupe du monde 2014 après sa remarquable prestation et sa victoire historique lors de son match face à l’équipe de la Corée du Sud ». Durant cette rencontre, le Onze national a fait montre de grandes capacités de jeu face à la sélection coréenne et a défendu les couleurs de l’Algérie avec courage et détermination. Cette victoire ouvre grand les portes d’une qualification au second tour. L’occasion pour le directeur général d’Ooredoo, Jospeh Ged, d’adresser, dans son message de félicitations, ses « remerciements pour les Verts pour l’immense joie et les moments de liesse qu’ils ont procurés aux millions d’Algériens en Algérie, au Brésil et partout dans le monde ». «Nous souhaitons d’autres succès à l’équipe nationale et une qualification au 2e tour du Mondial. Merci à nos champions d’avoir porté très haut la fierté et les couleurs de l’Algérie aux côtés des plus grandes nations du football», a-t-il écrit dans un communiqué de presse rendu public hier.

Publié dans Der

Le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi a reçu hier à Alger le nouvel administrateur délégué et directeur général du groupe italien ENI Claudio Descalzi, indique un communiqué du ministère. Les entretiens entre les deux parties ont porté sur « l’examen de l’état des relations de coopération et de partenariat dans les domaines des hydrocarbures et les perspectives de leur renforcement », précise la même source.

Publié dans Der

Dimanche dernier, suite à la victoire époustouflante des Verts face à la Corée du Sud, personne n’a fermé l’œil de la nuit. C’était une nuit blanche et la fête s’est prolongée jusqu’au petit matin. Aux alentours de la Grande Poste, à Alger, place traditionnelle des rassemblements populaires, un monde fou était au rendez-vous pour célébrer ce match historique. Cependant, au-delà des cris de joie, de klaxons cacophoniques, de youyous stridents et de feux d’artifices, ce moment de liesse et de délivrance fut une aubaine pour les  voleurs à la tire. Dès le début de la journée, la fête avait commencé avec tambours et trompettes, ainsi que les slogans de circonstance martelés sans répit. Dans tous les quartiers d’El Bahdja en effervescence, on pavoise comme on peut. Des drapeaux sur les façades aux pare-chocs des voitures, sur les bus… Mais au coup de sifflet final, le concert éclectique et assourdissant des pétards, klaxons, youyous et sifflets reprend de plus belle jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Dans la capitale, à l’instar des grandes villes, des légions d’Algériens, tous âges et sexes confondus, sont sortis de chez eux pour défiler à pied ou en voiture. A Alger-Centre, des milliers de supporters ont commencé à sillonner les rues de la capitale en véhicule, avec à bord des jeunes survoltés entonnant leur célèbre cri de ralliement « One, two, three, viva l’Algérie !». «Help ! On m’a volé mon Smartphone !» Profitant de cette occasion, les supporters dégainent leurs appareils photo, tablettes et Smartphones pour mémoriser ces moments d’euphorie. Cependant, qui dit smartphone, dit vol. En effet, plusieurs vols ont été constatés. Il s’agit de vols d’opportunité largement attribués à des mineurs, qui revendent ensuite facilement ces modèles sur le marché parallèle. Au niveau du Sacré-Cœur, sur les hauteurs d’Alger, plusieurs vols à la sauvette de smartphones ont été commis par des petits jeunes qui ont profité de cette occasion pour commettre leurs délits. Des vols à l’arraché que l’on qualifie de « délinquance opportuniste ». Pourtant, en matière de lutte contre la violence urbaine et la criminalité, les efforts et les moyens ainsi que d’importants dispositifs ont été annoncés par les pouvoirs publics. Mais, visiblement, les éléments de sécurité semblaient débordés cette nuit-là, et aucune protection n’avait été assurée aux milliers de supporters sortis dans les rues pour s’extérioriser, se défouler. Un constat amer. Un point noir dans ce bonheur collectif. Hélas !

Publié dans Der

L’opération de baptisation de toutes les avenues, quartiers et lieux publics lancée conformément aux instructions du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, « sera achevée d’ici à la mi-2015 », a indiqué, lundi à Constantine, Mme Fatiha Hamrit, représentante du ministère de l’Intérieur. Dans un séminaire régional consacré à ces opérations de baptisation, la même responsable a indiqué que tous les moyens organisationnels et matériels nécessaires ont été mobilisés en vue de la concrétisation de cette action visant à « préserver l’identité du pays » et améliorer l’orientation des citoyens. L’intégration du système informatique dans la gestion des villes et des agglomérations en utilisant le GPS, figure également parmi les objectifs tracés dans le cadre de cette opération qui devra permettre à terme de disposer d’une base de données nationale sur les adresses des quartiers et de leur localisation exacte, a-t-elle également indiqué.

Publié dans Der

C’est une vraie démonstration qu’a fait la sélection nationale de boxe qui renaît de ses cendres et se repositionne en dominant le noble art africain.

La sélection algérienne masculine de boxe (seniors) s’est illustrée de fort belle manière en remportant la 5e édition de la Coupe d’Afrique, qui a pris fin samedi soir à East London, en Afrique du Sud. Après huit journées de compétition, la sélection algérienne, conduite par le trio Merchoud Behous, Rabah Hamadache et Boualem Ouadahi, a fait une démonstration de force en s’emparant de sept médailles, dont cinq en or et deux de bronze. L’équipe algérienne a devancé le pays hôte, l’Afrique du Sud (4 or, 1 argent et 2 bronze) et les Seychelles (1 or et 1 de bronze). La Tunisie a occupé la quatrième place avec deux médailles d’argent et cinq de bronze, alors que le Maroc a terminé à la 6e place avec une médaille d’argent et trois de bronze. Les médailles d’or algériennes ont été l’œuvre de Mohamed Flissi (52 kg), Abdelkader Chadi (64 kg), Sofiane Tabi (69 kg), Hichem Kalaouar (81 kg) et Chouia Bouloudinet (91 kg). Mohamed Grimes (+91 kg) et Litim Khalil (56 kg) sont médaillés de bronze. Après avoir placé cinq boxeurs dans les finales, sur les dix catégories de poids, la boxe algérienne a confirmé pour la troisième fois consécutive sa suprématie africaine. Mais la tâche des coéquipiers d’Abdelkader Chadi, capitaine de la sélection algérienne masculine, n’a pas été, cette fois-ci, facile devant les concurrents sud-africains. En organisant cette Coupe d’Afrique à domicile, le pays hôte s’est fixé un seul et unique objectif : détrôner l’Algérie de la plus haute marche du podium qu’elle occupe depuis quatre ans. « Je félicite mes boxeurs qui ont fait montre de courage et de détermination pour arriver à ce résultat face à des adversaires de haut niveau. Nous avons gagné cinq médailles sur cinq boxeurs engagés, ce qui est un exploit dans ce genre de compétition », a déclaré l’entraîneur adjoint de la sélection algérienne, Rabah Hamadache. Il a souligné que « ces résultats ne sont nullement le fruit du hasard, mais d’un travail de base et de longue haleine », relevant que « cette performance tombe à point nommé avant les prochaines échéances qualificatives aux jeux Olympiques de Rio de Janeiro au Brésil ». De son côté, le président de la Fédération sud-africaine de boxe, Andile Mofu, a indiqué que « ce tournoi a connu un franc succès », affirmant que son instance n’a ménagé aucun effort en vue de garantir la réussite de cette compétition continentale. « Ce tournoi n’a rien à envier aux grands trophées organisés de par le monde, vu le grand nombre des pays participants et la qualité des pugilistes présents », a-t-il dit. Le président de la Fédération sud-africaine s’est félicité aussi du bon arbitrage lors de cette compétition. « Je salue la performance des arbitres qui ont été à la hauteur de ce rendez-vous. Le succès de ce tournoi revient en partie à la production fournie par les arbitres sur le ring. Le système électronique n’a laissé aucune brèche aux réclamations des entraîneurs », a-t-il conclu. Cent-cinq boxeurs représentant treize pays ont pris part à la cinquième édition de la Coupe d’Afrique de boxe, organisée du 16 au 21 juin à East London, en Afrique du Sud.

Publié dans Sports

Les dirigeants du Chabab ne veulent rien laisser au hasard. Ils souhaitent réussir cette saison et faire oublier le ratage de l’année dernière… Rassemblement général aujourd’hui avec le nouvel entraîneur français Victor Zvunka.

Le nouveau Chabab se relance cette saison et compte réussir une belle année après les péripéties de l’année passée. Avec un effectif complètement remanié, la formation du CRB se prépare à partir de demain à entamer la préparation de la nouvelle saison 2014-2015. Pour que tout se passe dans les meilleures conditions, la direction du club ne voudrait rien laisser au hasard. Ainsi, avec un nouvel effectif, qui devra s’habituer à jouer ensemble durant cette préparation, et un staff qui vient tout juste d’être nommé avec le Français Victor Zvunka comme technicien en chef, le CRB a décidé de programmer une réunion de coordination aujourd’hui. L’occasion de présenter le nouvel entraîneur aux joueurs, vu que ce dernier exerce pour la première fois en Algérie, ainsi que son staff technique sur qui il comptera dans sa nouvelle mission au Chabab. Pour ce qui est de la reprise, rien de plus banal. Le groupe belouizdadi, comme la saison dernière, effectuera sa première séance d’entraînement dans l’après-midi à Bouchaoui. Après la prise de contact, cette seconde rencontre avec les joueurs permettra au nouveau technicien du Chabab de donner un petit aperçu à ses joueurs de sa politique de travail. Ainsi, puisque ce premier entraînement à Bouchaoui marque officiellement le début de la préparation du Chabab, on attend de Zvunka qu’il résume à ses joueurs le programme de préparation que le staff a déjà mis en place pour les deux prochains mois. Le nouvel entraîneur du CRB, qui ne se trouve pas à présent en Algérie, mais en France, arrivera aujourd’hui où il sera attendu à l’aéroport Houari-Boumediène. Il rencontrera son nouvel effffectif dans la même journée pour la première prise de contact avant d’entamer le vrai travail le lendemain à Bouchaoui.

Publié dans Sports

C’est fait, c’est Chérif El Ouazzani Si Tahar qui va prendre en charge la barre technique du Mouloudia d’Oran. N’ayant pas réussi à engager un entraîneur étranger, comme il l’aurait souhaité, Baba s’est vu dans l’obligation de se braquer vers la piste de Chérif El Ouazzani Si Tahar. Les deux personnes devaient se rencontrer hier soir en compagnie d’une tierce personne, afin d’officialiser le désormais ex-entraîneur du RCA à la tête de l’encadrement technique du Mouloudia d’Oran. Présents à l’hôtel le Méridien afin d’avoir les nouvelles de la réunion du conseil d’administration, quelques fans du Mouloudia ont interpellé le PDG de la société, Ahmed Belhadj, pour lui demander d’engager Chérif El Ouazzani. En premier lieu, Baba leur a répondu par l’affirmative, mais sans conviction. Cela s’est passé au moment où le premier responsable du MCO s’apprêtait à rencontrer Jean Michel Cavalli du côté de la capitale, avant de renoncer à ce déplacement. Avant même de désigner l’entraîneur en chef, le nom de Benyagoub Sebbah faisait l’unanimité. C’est en effet lui qui devra seconder Chérif El Ouazzani. Il semble avoir fait l’unanimité chez les membres du conseil d’administration. Sebbah Benyagoub a été choisi en premier lieu non seulement du fait qu’il connaît bien cette formation oranaise pour avoir occupé ce poste d’entraîneur adjoint à plusieurs reprises, mais aussi pour avoir travaillé avec Chérif El Ouazzani et aussi avec différents entraîneurs étrangers. Les exigences de l’ancien sélectionneur national ont obligé Baba à abandonner sa piste, lui qui était sur le point de rallier la capitale afin de négocier avec le technicien français. En plus d’une mensualité mirobolante, le coach en question aurait demandé des primes relatives aux objectifs de l’équipe ainsi qu’un appartement et un véhicule de service de luxe. Convaincu que la direction risquerait de ne pas satisfaire toutes les conditions de l’entraîneur, Baba s’est immédiatement tourné vers la piste de l’entraîneur local où seul Chérif El Ouazzani était en lice.

Publié dans Sports

Les internationaux algériens de l’Olympique Marseille, Foued Kadir et Florian Raspentino, ont décidé d’engager une procédure collective, en compagnie des autres joueurs phocéens libérés par leur club, pour faire valoir leurs droits, a révélé, dimanche, le journal La Provence. Le nouvel entraîneur Marcelo Bielsa a, en effet, procédé à un important dégraissage de l’effectif à son arrivée au club, interdisant même aux joueurs dont il ne voulait plus de continuer à s’entraîner avec le reste de l’équipe. Ainsi, Modou Sougou, Rod Fanni, Florian Raspentino, Saber Khalifa et Foued Kadir ont été empêchés d’intégrer le terrain de La Commanderie où s’entraîne l’équipe première de l’OM, et se sont vus orientés vers l’équipe réserve du club, en attendant de trouver un nouvel employeur, désireux de les engager. Une décision jugée « arbitraire » par ces joueurs, qui ont décidé de réagir à travers l’engagement d’une procédure administrative s’appuyant sur les règlements de la Ligue française de football pour faire valoir leurs doits. Un remue-ménage dont la direction phocéenne aimerait bien se passer surtout qu’il pourrait faire couler beaucoup d’encre, et ce, avant même que la saison 2014-2015 n’ait commencé, mais selon La Provence, les responsables marseillais n’auraient pas trop le choix. Ces derniers veulent éviter, en effet, le même casse-tête vécu l’an dernier par l’Olympique Lyonnais avec les attaquants Bafétimbé Gomis et Jimmy Briand, qui étaient libérables en début de saison, avant d’être finalement retenus, à contre gré, par le club. Une situation qui, selon la même source, a généré des problèmes au sein du vestiaire rhodanien, au point de connaître un début d’exercice 2013-2014 des plus compliqués. Auteur d’une saison décevante, l’an dernier, malgré plus de 40 millions d’euros investis rien que dans le recrutement, l’OM a déjà eu son lot de désillusions et de soucis, et compte donc tout faire pour éviter de vivre un début de saison miné par des problèmes de vestiaire. Reste à savoir sur quoi devrait aboutir la procédure qui sera engagée incessamment par Foued Kadir, Florian Raspentino et les autres joueurs libérés.

Publié dans Sports

L’Etoile du Sahel où évolue l’attaquant algérien Baghdad Bounedjah a composté son billet pour la finale de la coupe de Tunisie de football (saison 2013-2014) en battant le Stade Tunisien aux tirs au but (5-4), (0-0 au terme du temps réglementaire et des prolongations), en demi-finale disputée dimanche au stade olympique d’El Menzah (Tunis). L’ancien buteur de l’USM El Harrach n’a pas pris part à cette rencontre en raison d’une blessure. Il sera opérationnel pour la finale prévue le 27 juin. L’ES Sahel affrontera le CS Sfaxien de Amir Sayoud qui a validé son billet samedi aux dépens de la JS Kairouan (2-0 après prolongations, 0-0 au terme du temps réglementaire).

Publié dans Sports
Page 1 sur 6