Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 15 novembre 2015

En dépit de ces chiffres alarmants, les services de la Sûreté nationale ont pourtant estimé que le nombre d’accidents sur les routes dans les villes algériennes a diminué de 8,53% par rapport à l’année dernière. Selon la même source, c’est 1 168 accidents de la circulation de moins par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2014.

 

Le nombre de morts, lui, a également diminué de 2,29% par rapport à l’année dernière, où on avait déploré 655 décès. Pour le nombre de blessés, la DGSN parle de -7,90%, passant de 16 346 en 2014 à 15 054 en 2015.
Face à ce phénomène, et pour une nouvelle fois, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) lance aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route, une campagne de sensibilisation sur les accidents de la route sous le slogan « La route est faite pour circuler, pas pour les tragédies ».
Elle sera diffusée en masse sur son site Internet, les réseaux sociaux (Facebook et Tweeter) et la radio au profit des usagers de la route. A travers cette campagne, la cellule de communication de la DGSN prodigue des conseils aux usagers de la route, en leur rappelant les règles de la bonne conduite pour éviter les mauvais comportements au volant et des accidents dramatiques.
Il est à rappeler que la DGSN a mené pas moins de 321 198 campagnes de sensibilisation cette année. Le résultat, lui, reste encore mitigé, selon l’opinion publique. Ce qui explique peut-être l’entrée en vigueur depuis la fin de la semaine dernière d’un texte de loi qui plafonne les vitesses maximales autorisées des poids-lourds et bus. Ce nouveau texte fixe les vitesses maximales des véhicules affectés au transport de personnes et comportant plus de neuf places à 100 km/h sur les autoroutes, à 80 km/h en dehors des agglomérations et sur les routes autres que les autoroutes et à 40 km/h en agglomération. Pour les véhicules de transport de marchandises dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 3,5 tonnes et inférieur ou égal à 19 tonnes, les vitesses maximales sont fixées à 90 km/h sur les autoroutes, à 80 km/h en dehors des agglomérations et sur les routes autres que les autoroutes et à 40 km/h en agglomération.
Les vitesses maximales des véhicules dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 19 tonnes, affectés au transport de marchandises, sont désormais fixées à 80 km/h sur les autoroutes, à 70 km/h en dehors des agglomérations et sur les routes autres que les autoroutes et à 40 km/h en agglomération. Quant aux vitesses maximales des véhicules transportant des matières dangereuses, elles ont été fixées à 70 km/h sur les autoroutes, à 60 km/h en dehors des agglomérations et sur les routes autres que les autoroutes et à 30 km/h en agglomération.
Les vitesses maximales des véhicules effectuant le transport exceptionnel sont fixées à 40 km/h en dehors des agglomérations et sur les routes autres que les autoroutes, et à 30 km/h en agglomération.
Pour le véhicule dépanneur et le véhicule remorqué, la vitesse maximale autorisée est fixée à 60 km/h. Cette vitesse est ramenée à 45 km/h lorsque le remorquage est assuré par un attelage rigide en forme de V dépourvu de canalisation de freinage entre le véhicule dépanneur et le véhicule remorqué. En cas de mauvaises conditions météorologiques, notamment par temps de pluie, les vitesses maximales fixées pour les véhicules dépanneurs et les véhicules remorqués sont réduites de 20 km/h sur les autoroutes et de 10 km/h pour les autres routes et en dehors des agglomérations. La vitesse maximale autorisée est, par ailleurs, de 25 km/h pour un ensemble formé par le véhicule dépanneur et le véhicule remorqué dont le train avant est maintenu soulevé par la grue du véhicule dépanneur et dont l’attelage est rigide. 

Publié dans Der

Dans un communiqué rendu public hier, le commandement de la Gendarmerie nationale indique qu’une adolescente âgée de 16 ans, demeurant à Chlef, s’est présentée au barrage fixe dressé par les gendarmes de l’escadron de sécurité routière de Blida sur l’autoroute Est-Ouest, dans la circonscription communale de Beni Mered, pour déclarer qu’elle a été victime d’un enlèvement commis le même jour par un individu non identifié, circulant à bord d’un camion, d’où elle a été remise aux gendarmes de la brigade de Beni Mered. Au cours de l’enquête, l’intéressée est revenue sur sa déclaration pour avouer avoir quitté le domicile parental volontairement le même jour à midi, en compagnie de son ami âgé de 30 ans, demeurant à Boumerdès, qui l’a conduite à bord de son camion de marque Isuzu vers Alger, avant de l’embarquer à bord d’un autocar vers Blida, où elle a fomenté ce scénario par crainte de représailles de ses parents. Avisé, le procureur de la République près le tribunal de Blida a prescrit l’ouverture d’une enquête. L’adolescente a été confiée à son oncle qui a été contacté par téléphone par les gendarmes de ladite brigade. Une enquête est ouverte.
A Oran, une fille de 15 ans retrouvée une heure après sa disparition…
Une dame âgée de 56 ans, demeurant dans la commune de Bousfer (Oran), s’est présentée à la brigade locale de Gendarmerie nationale pour signaler la disparition de sa fille âgée de 15 ans, qui a quitté le domicile de sa tante au centre-ville de Bousfer le même jour à 21h et depuis elle n’a plus donné de ses nouvelles.
Aussitôt alertés, les gendarmes de ladite brigade, avec ceux de la section de sécurité et d’intervention du groupement territorial, qui ont effectué des recherches, ont retrouvé l’adolescente toute seule, une heure plus tard, à la cité Hammou-Boutlelis de la même localité. La jeune fille a déclaré aux gendarmes qu’elle a quitté le domicile de sa famille pour fuir la pression exercée par sa mère. Sur instructions du procureur de la République près le tribunal d’Aïn Turk, elle a été confiée à sa mère.  

Publié dans Der

Selon un communiqué du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de la wilaya d’Annaba, transmis à notre rédaction hier, les éléments de la brigade d’El Hadjar ont procédé au cours de la semaine passée à la saisie de pas moins de 88, 631 kg de corail et à l’arrestation d’une bande composée de 4 individus spécialisée dans ce trafic. L’affaire remonte au 10 novembre lorsque les éléments de la brigade de Gendarmerie de cette localité, située à une dizaine de kilomètres à l’est du chef-lieu de la wilaya d’Annaba, ont investi, vers 18 h, le domicile d’un des suspects, en l’occurrence H. M. habitant sur les rives de l’Oued Seybouse. Une fouille minutieuse des lieux a permis de découvrir dans un gros carton, soigneusement emballés, 52,628 kilogrammes de corail préparés pour être exportés vraisemblablement vers la Tunisie, la frontière de ce pays n’étant qu’à quelques dizaines de kilomètres.
L’interrogatoire du suspect, qui a nié que « la marchandise » lui appartenait, a révélé aux enquêteurs l’identité du propriétaire, Y. S. habitant dans les parages. Les lieux avaient été encerclés et un ratissage a eu lieu près du domicile de cet individu qui, à la vue des véhicules de la Gendarmerie, a pris la fuite à bord d’une barque à moteur en compagnie de l’un de ses complices, H. Y. en direction de Sidi Salem, abandonnant son véhicule, une Volkswagen Polo stationnée à une vingtaine de mètres de l’oued Seybouse. L’autre suspect dans cette affaire est le dénommé M. G. qui a été arrêté suite à la découverte dans un enclos de 7 sacs contenant du corail ainsi que la somme de 294 000 DA qui serait une partie du produit d’une vente de corail qui aurait été effectuée récemment.
Le 11 novembre, les deux suspects qui avaient pris la fuite se sont rendus à la Brigade de la Gendarmerie d’El Hadjar pour être présentés avec leurs deux autres complices le lendemain par devant le procureur de la République d’El Hadjar qui les placera sous mandat de dépôt. Rappelons que ces dernières années, les saisies de corail ont atteint des proportions jamais égalées auparavant, saisies qui s’opèrent au niveau des frontières, sur les routes, en montagne, sur les rives de l’Oued Seybouse ou en mer. La cueillette du corail, très lucrative du fait des prix de cet animal marin, est devenue l’activité principale de plusieurs anciens marins pêcheurs qui se sont convertis.  

Publié dans Der

C’est le président de l’Assemblée populaire de la wilaya de Bouira, Slimane Ziane, qui sera le candidat du Front national de libération (FLN) à l’élection du sénateur de la wilaya, dans le cadre du renouvellement partiel des membres du Sénat. Le P/APW a remporté la majorité des voix exprimées par les élus du FLN. Notons que l’élection devait être organisée la semaine passée mais a été annulée après avoir enregistré quelques incidents où des candidats se sont livrés à une bagarre. Certains élus avaient protesté contre le ralliement de « dernière minute » de plusieurs élus d’autres formations politiques et qui ont été invités à participer à cette élection. Par ailleurs, c’est le P/APC de la commune d’Al Hachimia, Abdat Rachid, qui a été choisi pour l’élection du côté du RND. Le candidat a obtenu une voix de plus contre l’autre candidat. Par ailleurs, aucun candidat ne sera présenté des autres formations politiques, à l’image du Mouvement populaire algérien de Amara Benyounes, dès lors que cette formation ne détient pas le nombre suffisant d’élus au niveau de la wilaya de Bouira. L’élection du nouveau sénateur de Bouira se jouera donc entre les deux candidats du FLN et du RND.
S. S.

Publié dans Der

Selon une source proche des services consulaires algériens à Madrid, des nationaux désireux d’acquérir des biens immobiliers en Espagne ont transféré durant ces quatre dernières années quelque 300 millions d’euros. La même source indique que ces services ont reçu depuis 2013 de nombreuses plaintes de la part de ces ressortissants qui souhaitaient acheter des appartements dans ce pays et qui se sont retrouvés victimes d’escroquerie de la part d’intermédiaires indélicats. Les personnes les plus touchées sont les non-résidents porteurs de visa à courte durée et qui n’arrivent pas à les renouveler pour suivre de près leurs transactions. D’autres, attirés par les prix dérisoires de ces biens, en raison de la crise économique et immobilière en Espagne il y a plus de deux ans, ont été tout simplement arnaqués. Le marché de l’immobilier en Espagne a enregistré une baisse remarquable depuis 2008, avoisinant les 20%, ce qui a suscité l’intérêt des Algériens d’investir dans ce marché. Sans réel bonheur pour certains.

Publié dans Der

Que ce fut dur ! L’équipe nationale est revenue de loin, de très loin même, face à son homologue tanzanienne, qui regrettera longtemps toutes ses situations favorables vendangées. Un précieux nul (2-2) ramené de Dar Es Salem qu’on doit, en grande partie, à Islam Slimani. Un résultat qui place la 27e nation au dernier classement Fifa dans une position idéale pour passer au dernier tour des « qualifiers ». Un billet à valider ce mardi (19h15) au stade Mustapha-Tchaker (Blida).

 mondial 2018 tanzanie 2 algerie 2

Un milieu de terrain aux abois, une défense trop perméable, un gardien et une transversale qui ont longtemps retardé une ouverture du score, semblant comme suite logique d’une forte domination de la Tanzanie. Une fatalité d’un code de passage que les Etoiles du Kilimandjaro n’ont pas eu de mal à décrypter. Les Fennecs sont fébriles, on le savait.
A peine trois minutes de jeu et la Tanzanie manque d’ouvrir le score par l’intermédiaire de Samatta. Les locaux ont d’emblée affiché leurs intentions, n’hésitant pas à mettre de l’engagement. Beaucoup trop par moments, en attestent les deux grosses interventions de Thomas Ulimwengu sur Faouzi Ghoulam (5e et 10e) sanctionnées par un coup de sifflet de l’arbitre Mahamadou Keita et… c’est tout. Un début de partie très haché avec très peu de situations favorables pour les Algériens. La première tentative côté Fennecs n’est intervenue qu’au quart d’heure de jeu. Belfodil, très en jambes et qui justifie la confiance de son entraîneur, fixe trois adversaires et s’essaye aux abords de la surface, mais son tir est freiné par le dos d’un défenseur, puis capté par le gardien adverse. Six minutes après, les Taifas Stars mettent de nouveau à nu les carences défensives des Verts. Samatta balance une lourde frappe des 20 mètres, mais M’bolhi, de retour dans les cages après un an d’absence, détourne sur sa barre transversale. L’arrière-garde de l’EN grince. Surtout sur le flanc gauche où Ulimwengu a donné du fil à retordre à Ghoulam. Quand ce n’est pas le numéro 11 qui se met en lumière, c’est son coéquipier du TP Mazembe et compatriote Samatta qui se montre dangereux. Le longiligne attaquant est trouvé dans l’intervalle et se présente face à M’bolhi, lui glissant le ballon sous les bras, mais Medjani le prive de l’ouverture du score (32e). Trop lymphatique, la défense est prise de vitesse trois minutes plus tard avec une accélération foudroyante de Musa qui enrhume Mandi, dont le manque de compet’ s’est fait ressentir sur le déboulé de son vis-à-vis, avant de mettre un pointu. Le cuir effleure le montant de M’bolhi, battu. Les poulains de Charles Boniface Mkwasa ont trouvé le point faible de la dernière ligne de l’équipe nationale : les passes dans le dos. Une nouvelle passe qui vient fissurer le rideau défensif, envoyant Samatta au duel avec le dernier rempart (37e). M’bolhi gagne le face-à-face. L’ancien gardien du CSKA Sofia venait juste de différer l’échéance puisque Miguri fait, inévitablement, sauter le verrou à une minute de la pause d’une superbe tête smashée. Un but de retard à la pause. Ce n’était pas cher payé pour la bande à Christain Gourcuff, submergée de toutes parts et qui a frôlé le naufrage.
« Super Slimani » est passé par là…
Avec un entre jeu sans véritable régulateur et qui a pris l’eau face à la densité adverse, le driver du Club Algérie décide d’incorporer Nabil Bentaleb pour l’intégralité du second acte, à la place de Belfodil. Pas de quoi redonner l’équilibre. Les mêmes symptômes reviennent et Samatta sanctionne les largesses défensives à la 55e minute. Un break qui fait mal aux huitième-de-finalistes du dernier Mondial, plus que jamais méconnaissables. Mehdi Zeffane et consorts commençaient à boire la tasse. Désormais, la mission était de limiter la casse pour préserver des chances de se qualifier au dernier tour dans deux jours à Blida. La rentrée de Belkaroui à l’heure de jeu à la place de Taïder est venue conforter cette tactique et confirmer les appréhensions dans un match qui pouvait virer au cauchemar si le score s’aggravait. Alors qu’on les pensait résignés, les Combattants du Sahara réagissent de fort belle manière lorsque Slimani réduit la marque à la 71e minute. L’avant-centre du Sporting Lisbonne convertit la belle passe piquée de Mesloub. En feu, l’ancien joueur du CR Belouizdad nivèle la marque dans la foulée (75e) en partant à la limite du hors jeu. Pas très en vue lors de la première mi-temps, l’homme aux 18 buts en 41 sélections s’est illustré avec deux superbes inspirations qui ont sorti les siens d’un véritable guet-apens. Deux buts qui permettent d’envisager une présence parmi les vingt dernières nations qui se disputeront les cinq tickets pour la Coupe du monde 2018 en Russie. Sans faire renaître des certitudes ou être brillante, El Khadra a fait le « job » dans les vingt dernières minutes d’un match durant lequel les supporters ont dû passer par tous les états. Le football est fou et le coach de l’EN a fait preuve d’une sagesse tactique appréciable au moment où son team tanguait. Il aura fini par colmater des imperfections tactiques criantes avec un effectif décimé par les absences de Brahimi et Feghouli notamment. Ces deux derniers devraient être présents mardi pour les ultimes 90 minutes à Tchaker.

Publié dans Sports

L’ancien entraîneur de la formation de Ligue 1 française, Hervé Renard, aurait établi un visa d’entrée pour l’Algérie. Bien sûr, rien ne prouve qu’il vient négocier son engagement par la FAF pour le poste de sélectionneur des Verts, mais étant donné que son nom a été cité par des proches des décideurs du football algérien, tout reste possible. A souligner que Renard a déjà laissé entendre dans une déclaration publique qu’il souhaitait prendre en main la sélection nationale, surtout qu’il aimerait relever le défi avec la première sélection d’Afrique ou le roi sans couronne. Première dans le continent d’Afrique dans le classement établi par la Fifa, l’Algérie n’arrive pas quand même à décrocher le titre africain depuis le sacre réussi en 1990 à domicile. Le technicien français se targue d’avoir la recette pour faire de l’Algérie une équipe capable d’arracher une consécration au niveau africain, lui qui a remporté deux coupes d’Afrique avec deux sélections différentes, à savoir la Zambie et le Côte d’Ivoire tout récemment en Guinée équatoriale. Bien sûr, nul doute qu’on n’est qu’aux supputations pour le moment étant donné que le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, a laissé entendre qu’il comptait garder l’actuel coach, Christian Gourcuff, même s’il est décrié par certains qui ne comprennent pas comment l’Algérie avec un effectif étoffé n’arrive pas à faire étalage de sa classe. D’ailleurs, Gourcuff lui-même sent cette pression sur ses épaules et se rend compte désormais qu’il n’est plus soutenu par une grande partie des fans algériens et qui le lui ont montré lors des deux dernières sorties amicales face à la Guinée et au Sénégal au stade 5-Juillet. Toutefois, il faudra attendre quelque peu pour voir plus clair, d’autant plus que le sort du sélectionneur dépend en grande partie de cette double confrontation face à la Tanzanie.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6