Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 09 novembre 2015

Comme si le chaos libyen ne suffisait pas pour qu’un scandale vienne éclabousser l’instance onusienne à travers son médiateur sortant, Bernardino Leon. Le parlement de Tripoli a déjà saisi le Conseil de sécurité pour demander des explications sur la manière dont son émissaire en Libye a obtenu son nouveau poste aux Emirats arabe unis.

 

Les soupçons du CNG ont été confirmés par les révélations du journal londonien, ce qui éloigne davantage les perspectives d’un accord interlibyen sur la base des textes proposés par Bernardino Leon qui vient de quitter son poste sur la pointe des pieds sans être parvenu, depuis sa nomination en juillet 2014, à mettre en place un gouvernement d’union nationale.
Mais en plus, sa crédibilité ressort ternie par des révélations du journal britannique The Guardian. Les journalistes ont eu accès à des échanges de mails qui mettraient au jour les relations particulières que le diplomate entretenait avec les Emirats arabes unis. D’après ces correspondances électroniques rendues publiques par The Guardian, l'émissaire de l'ONU a passé l'été non pas seulement à tenter de trouver un accord entre les parties au conflit, mais également à négocier son avenir professionnel. En juin dernier, il aurait décroché un emploi à 35 000 livres (48 000 euros) par mois pour diriger l'Académie de diplomatie d'Abu Dhabi, un think tank présidé par le cheikh Abdallah Bin Zayed al-Nahyane, le ministre des Affaires étrangères des Emirats. Le conflit d’intérêt réside dans le fait que les Emirats jouent un rôle particulièrement actif en Libye : ils soutiennent le parlement rival de Tobrouk et les milices de Khalifa Haftar. Or, dans d'autres mails cités par le journal britannique, Bernardino Leon avoue chercher à affaiblir la partie rivale : le Congrès général national à Tripoli, dominé par les islamistes. Lorsque le diplomate prend ses fonctions en 2014, il refuse d'abord que ce dernier prenne part aux discussions internationales. Mais sur pression des Etats-Unis et de l'UE, il se voit finalement contraint d'accepter Tripoli à la table des négociations. «Une mauvaise option», écrit-il en décembre 2014 au ministre des Affaires étrangères des Emirats. Les discussions ne se déroulent pas dans la même pièce. Ce sont des émissaires de l'ONU qui font les aller et retour entre les deux parties. La délégation de Tripoli juge ce procédé contraire aux coutumes libyennes et s’en plaint. Bernardino Leon, qui reconnaît sur le compte Twitter de la mission de l'ONU qu'il aurait pu «faire les choses autrement», rejette néanmoins tout conflit d'intérêts. Ce n’est certainement pas l’avis du parlement de Tripoli qui dénonce depuis 2011 les ingérences étrangères qui alimentent, selon eux, le conflit. Sur les réseaux sociaux, la crédibilité de l'ONU est même remise en cause.
Restaurer la confiance, la lourde mission de Martin Kobler
Cela accroît encore la pression sur les épaules du successeur de Bernardino Leon, Martin Kobler. Ce diplomate aguerri devra à la fois faire sortir de l'impasse les négociations sur un gouvernement d'union et restaurer la confiance de tous les acteurs. Sans faire allusion à ces révélations du Guardian qui entament sa crédibilité, l’instance onusienne donne l’impression d’être désarmée face au chaos libyen et aux tergiversations des deux parlements rivaux qui se disputent un pouvoir illusoire et des butins d’une guerre qui déchire le pays et risque même de le faire éclater en deux entités au moins, la Cyrénaïque et la Tripolitaine.
Samedi dernier, le Conseil de sécurité a fait part de son inquiétude face à la crise politique, sécuritaire et institutionnelle en cours en Libye et à la menace croissante du terrorisme dans le pays. Exprimant la «préoccupation à propos de la poursuite des combats, des destructions et de la détérioration de la situation humanitaire dans diverses parties du pays», le Conseil a appelé à mettre immédiatement fin à la violence, indique un communiqué du Conseil.
L'Accord politique pour la formation d'un gouvernement d'entente nationale finalisé par les parties libyennes au mois d’octobre présente une opportunité réelle de résoudre la situation actuelle, après des consultations amples et exhaustives réalisées dans le cadre du dialogue mené par les parties, sous l'égide de l'ONU. Le Conseil a exhorté tous les participants libyens au dialogue à approuver et à signer l'Accord politique pour la formation d'un gouvernement d'entente nationale et a appelé toutes les parties prenantes libyennes à travailler rapidement à la mise en place de ce gouvernement, pour le bénéfice de tous les Libyens. Les membres du Conseil ont encouragé la Mission d'appui des Nations unies en Libye (MANUL) à déployer les efforts nécessaires pour coordonner l'assistance internationale à l'appui du futur gouvernement d'entente nationale. Le Conseil a condamné la poursuite des attaques menées par Daech, Ansar Charia et tous les autres personnes, groupes, entreprises et entités associés à El-Qaida opérant en Libye, notamment à Syrte, avant d'ajouter qu'il est prêt à prendre des sanctions contre ceux qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité de la Libye ou qui compromettent la réussite de sa transition politique.
Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé leur ferme attachement à la souveraineté, l'indépendance, l'intégrité territoriale et l'unité nationale de la Libye. Les menaces du Conseil de sécurité ne sont pas nouvelles, c’est pourquoi personne en Libye ne les prend au sérieux puisque les deux principales parties qui entravent l’accord de paix, de réconciliation et d’un gouvernement d’union nationale continuent d’entretenir la situation de blocage politique et institutionnelle qui profite essentiellement aux affairistes et aux groupes terroristes. 

Publié dans Der

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera, aujourd’hui, une visite de travail dans la wilaya de Blida où il procédera à l’inspection et à l’inauguration de projets de développement relevant de plusieurs secteurs.
Cette visite, durant laquelle le Premier ministre sera accompagné d’une importante délégation ministérielle, intervient en application du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, visant à constater l’état d’avancement et de mise en œuvre des projets de développement affectés à cette wilaya.
M. Sellal procédera, au cours de cette visite, à l’inspection et à l’inauguration du pôle universitaire Ali-Lounici d’El Affroun (ouest de Blida) ainsi qu’à la pose de la première pierre d’un projet de réalisation de 4.000 logements AADL, sur les hauteurs de Sidi Sarhane, dans la commune de Bouinane, à l’est de la Wilaya.
Il se rendra également dans une exploitation agricole relevant d’un opérateur privé, dans la commune de Beni Tamou.
Le Premier ministre inspectera, aussi, le projet de dédoublement de la route nationale RN 1, dans sa partie reliant Chiffa (Blida) et Berrouaghia (Médéa), sur une distance de 53 km. Il inspectera, à la même occasion, nombre d’entreprises, dont une unité de production de paillettes à partir du recyclage de bouteilles en plastique, ainsi que les laboratoires Venus spécialisés dans les produits esthétiques, ainsi que l’entreprise publique de construction métallique CR-Metal. M.Sellal inaugurera, aussi, un hôtel privé d’une capacité d’accueil de 90 lits. Le Premier ministre achèvera sa visite, dans la wilaya, en présidant une réunion élargie aux élus locaux, aux opérateurs économiques et aux représentants de la société civile, en vue de l’examen des contraintes entravant la dynamique de développement dans la wilaya. 

Publié dans Der

Le Comité olympique algérien (COA) a organisé hier, en partenaire avec l'opérateur de téléphonie mobile, Mobilis, le premier forum des athlètes algériens. L'initiative est de réunir les «performers » sportifs algériens et échanger avec eux sur les moyens d'encourager davantage leurs disciplines respectives.
Elle consiste surtout à réfléchir aux moyens de les aider à mieux gérer leur carrière et parvenir après à mieux se recycler dans la formation ou le coaching. Une transition facile à dire, mais difficile à faire sur le terrain pour beaucoup de nos athlètes qui se retrouvent en situation sinon précaire ou ne leur permettant pas de faire bénéficier de leur expérience les jeunes athlètes.
Le forum contribuera à « aider nos sportifs et athlètes à atteindre, à la fois, leurs objectifs sportifs et personnels », a-t-il été indiqué en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports. El Hadi Ould Ali a promis aux anciens sportifs algériens de les faire bénéficier de l'aide de l'Etat pour une « bonne reconversion». Il a souhaité que le forum soit « un espace d'échange fructueux entre les athlètes et un moyen de relancer la contribution des sportifs dans un domaine où ils ont brillé ».
Mustapha Berraf, le président du COA, a déclaré pour sa part qu’il était « sportif comme vous, et je comprends votre inquiétude concernant l'après-carrière, même pour ceux qui sont encore en activité ».
Il a annoncé aux sportifs présents hier au forum qui s'est tenu au Hilton d'Alger, qu’« après une période de formation, les anciens athlètes auront leur place dans les différentes fédérations sportives ».
La majorité des athlètes ne savent pas qu'ils pouvaient lancer des projets Ansej en relation avec le sport, a indiqué le premier responsable de l'Agence national, de soutien à l'emploi de jeunes, M. Zemali. « Je vous informe que l'Ansej a accompagné, depuis sa création, pas moins de 761 projets dans le domaine sportif, notamment des salles et des complexes sportifs.» A bon entendeur…

Publié dans Der

On le savait. Même si l’équation paraîssait simple, la tâche s’annonçait compliquée. L’USM Alger devait s’imposer sur tout autre score qu’un 1 but à 0 à Lubumbashi pour s’adjuger son premier sacre continental ou périr. Hélas, il n’en fut rien. Vainqueur 2 buts à 1 il y a huit jours à Bologhine, le TP Mazembe se fera broder une cinquième étoile sur son écusson à la faveur de sa victoire (2/0) acquise hier après-midi devant son public à l’occasion du match retour. Les Congolais succèdent à l’ES Sétif au palmarès de l’épreuve prestigieuse. Pour les Usmistes, la malédiction des finales perdues (13 sur 25 jouées) perdure aussi bien au niveau national qu’international.

La situation paraîssait irréversible au vu du bilan terrifiant que l’adversaire du jour présentait à domicile (77 sorties africaines pour 59 victoires, 15 nuls et 3 défaites). La tendance a été confirmée à l’occasion du match retour dans l’enceinte de Kamalondo. Pour ne rien arranger, les circonstances n’étaient pas vraiment favorables pour le team algérien. En plus des suspensions de Khoualed, El Orfi et Meftah, le coach Miloud Hamdi a dû se passer de son solide rempart Mohamed Lamine Zemmamouche, remplacé par Ismaïl Mansouri, blessé au coude. Un ultime coup dur pour les Rouge et Noir diminués lors des deux manches aller et retour. Il faut savoir que lors de cette finale de la 51e édition, les Usmistes n’ont jamais pu tirer la quintessence de leur effectif avec des défections à déplorer à chaque fois. Face à un vis-à-vis qui regorge de bonnes individualités, ce paramètre a fait basculer la balance du mauvais côté. Cependant, le onze unioniste a enregistré le retour d’Andria, absent lors de l’acte I, qui s’est illustré dès la 8e minute avec une frappe captée par Kidiaba. Avec un 4-3-3 osé, le driver des « gars de Soustara » aura tenté de forcer le destin de son équipe contre un géant continental qui semble avoir définitivement retrouvé sa notoriété depuis la venue du chairman Moïse Katumbi. Bien en place, les coéquipiers de Hamza Koudri ont livré une première mi-temps solide, mais pauvre en termes d’occasions. Les deux prétendants avaient manifestement été rattrapés par l’enjeu dans un stade qui affichait complet. Une première période pas au goût du public du TP qui a grondé face à la belle résistance algérienne. 0/0 à la pause et rien n’était joué. Aoudia & cie restaient dans le coup face à un adversaire hésitant. Constatant le manque de tranchant chez ses protégés, Patrice Carteron décide de remplacer, dès le retour des vestiaires, Sinkala et Asante par Adjey Nii et Assalé dans l’ordre. Son homologue Hamdi a rappelé Aoudia pour incorporer Beldjilali. Pas de quoi emballer une rencontre peu emballante. Il aura fallu attendre l’heure de jeu pour ressentir les premiers véritables frissons. Adama Traoré est lancé dans l’axe. Le Malien frappe et voit son ballon effleurer le montant gauche de Mansouri qui semblait battu. Cette action a réveillé les désormais quintuple vainqueurs de la Ligue des champions CAF qui voient Benayada les priver de l’ouverture de score (65’) en repoussant le ballon sur la ligne. Dans la foulée, les Algérois réagissent par l’intermédiaire de Boudebouda (67’). A la réception d’un centre de Ferhat, l’arrière-gauche reprend d’une tête plongeante mais n’a pas assez dominé son ballon. L’incorporation de Nadji à la place de Benmoussa a permis à ses camarades de jouer un peu plus haut.
72e le soupçon d’espoir s’envole…
Vingt ultimes minutes pour tout tenter, mais le coup de théâtre intervient à la 72e minute lorsque le referee gambien Papa Gassama désigne le point de penalty, pas du tout évident, suite à une intervention (régulière) de Chafaï sur l’Ivoirien Assalé. Sentence transformée par Samatta, buteur à l’aller sur… penalty. L’arbitre et la Coupe ont choisi leur camp. Les camarades de Nadji, qui avait la balle d’égalisation au bout du pied à 6 minutes de la fin, ne reviendront pas au score. C’est même la formation congolaise qui aggravera la marque sur une réalisation d’Assalé (90e, +4). Coaching gagnant de Carteron car l’Ivoirien était impliqué sur les 2 buts. Après un séjour d’un an à Sétif, la reine africaine a décidé d’aller ailleurs. Loin d’une Algérie du football qui ne l’a pas vraiment incitée à rester plus longtemps. La consécration sétifienne n’était qu’une petite éclaircie dans le ciel sombre de la balle ronde algérienne. L’arc-en-ciel, ce n’est certainement pas pour demain. Pour se poser sur le sommet de l’Afrique, le team de Lubumbashi n’a rien laissé au hasard sur tous les plans. L’investissement et les grosses sommes d’argent ne peuvent tout garantir. Les limites s’affichent à un certain stade.
L’« Ettihad » l’a – malheureusement – vérifié à ses dépens. A défaut de consécration, l’actuel leader de la Ligue 1 Mobilis a acquis de l’expérience mais devra aussi retenir certaines leçons. L’octuple vainqueur de la Coupe d’Algérie aura livré un match retour plus que correct face à un adversaire qui n’aura, reconnaissons-le, pas volé son trophée. Notons que le TP Mazembe intègre le trio le plus titré en Afrique avec 5 LDC (1967, 1968, 2009, 2010 et 2015) à égalité avec le Zamalek SC et l’hégémonique Al Ahly SC avec 8 C1.

Fiche technique :
Stade Kamalando de Lubumbashi
Pelouse : Parfaite
Affluence : 20 000 spectateurs (complet)
Temps : Ensoleillé
Arbitre : Bakary Papa Gassama (Gambie)
Assistants : Jean-Claude Birumushahu (Burundi) et Yahya Mahamadou (Niger).
But : Samatta (75’) ; Assalé (90’;+4)
Avertissements :
USM Alger : Benayada (4’)
TP Mazembe : Ullimengu (70’)
Expulsion : Ferhat (90, +4)
Composition des équipes :
TP Mazembe : Kidiaba, Kimwaki (cap.), Sinkala (Adjey Nii 45’), Coulibaly, Boateng, Asante (Assalé 45’), Diarra, Frimpong, Ullimengu, Samatta, Traoré Entraîneur : Patrice Cartéron
USM Alger : Mansouri, Benayada, Abdellaoui, Chafai, Boudebouda, Koudri (cap.), Benkhemassa, Ferhat, Benmoussa (Nadji 67’), Andria, Aoudia (Beldjilali 45’)
Entraîneur : Miloud Hamdi

Publié dans Sports

C’est hier après-midi qu’a débuté le stage de préparation en prévision du match comptant pour les éliminatoires du Mondial russe et cette confrontation aller face à la Tanzanie le 14 novembre prochain à Dar Es-Salaam. Le staff technique a regroupé, d’abord, les joueurs locaux, qui ont rejoint le Centre de préparation des équipes nationales de Sidi Moussa, avant que les autres éléments professionnels en fassent de même, pour que le groupe soit ensuite au complet. La première séance d’entraînement lors de ce regroupement était prévue hier matin avec un travail quelque peu léger, avant d’entrer dans le vif du sujet pour préparer le rendez-vous tanzanien dans les meilleures conditions. Les premiers professionnels à arriver à Alger sont les joueurs évoluant en France, mais il y aura aussi ceux jouant en Angleterre, en Turquie et en Tunisie. Par ailleurs, on croit savoir que le joueur de Beni Yas, Belfodil, sera le dernier à arriver, étant donné qu’il est pris par un match qu’il devra jouer avec sa formation. La séance de mardi devrait regrouper tous les joueurs qui rallieront Alger pour ce stage, avant de s’entraîner au stade Tchaker le mercredi. La délégation algérienne ralliera ensuite Dar Es-Salam jeudi à bord d’un avion spécial. Ce stage reste très important pour le coach national, Christian Gourcuff, qui souhaite reprendre les choses en main afin de réussir ce match aller et oublier les turbulences qui ont secoué le groupe après les deux dernières sorties amicales face à la Guinée et au Sénégal jouées au stade 5-Juillet d’Alger. Gourcuff souhaite revenir de là-bas avec un résultat probant qui lui permettra de jouer la manche retour avec sérénité et donc prendre option pour la qualification au prochain tour. Le coach des Verts sait ce qui l’attend et reste confiant quant à la possibilité de décrocher un résultat probant, pour éviter une déconvenue.

Publié dans Sports

L’USM Bel Abbès a conservé sa place en tête du classement avec trois longueurs d’avance sur ses concurrents directs, malgré le nul concédé chez le dauphin, l’ASO Chlef (0-0), lors de la 11e journée de Ligue 2 Mobilis, disputée ce week-end et marquée par les victoires en déplacement de la JSM Béjaïa chez l’AS Khroub (1-0), et de l’US Chaouia contre le MC Saïda (2-1). L’ASO Chlef et le CA Batna (2e, ex aequo avec 18 points) étaient les seuls, en effet, à pouvoir titiller le leader au cours de cette 11e journée, à condition de gagner. Mais le fait de s’être contentés d’un nul vierge chacun, respectivement contre l’USMBA et le CA Bordj Bou Arréridj, les a maintenus à la même position, avec désormais 19 points. Les principaux bénéficiaires de cette 11e journée ont donc été la JSM Béjaïa, l’Olympique de Médéa et le MC El Eulma, qui, à la faveur de leurs victoires respectives contre l’AS Khroub, le CRB Aïn Fekroun et l’Amel Boussaâda, se hissent au pied du podium. Le mérite des Béjaouis est d’autant plus grand qu’ils sont allés chercher les trois points nécessaires à cette ascension chez une coriace équipe de l’ASK, réputée très difficile à manier sur son terrain. Contrairement à l’OM et le MCEE, qui jouissaient de l’avantage du terrain. Le Paradou AC compte également parmi les grands bénéficiaires de cette journée, sa victoire (3-1) en déplacement chez l’USMM Hadjout l’ayant éloigné davantage de la zone rouge, le positionnant désormais au milieu du tableau avec 14 points. Dans le bas du tableau, l’US Chaouia peut également se targuer d’avoir réussi une très bonne opération suite à sa victoire en déplacement (2-1) chez le MC Saïda, car cette performance le ramène à seulement une longueur du premier club non relégable, le MC Saïda, qui compte 12 points.

Publié dans Sports

Le président de la Fédération tanzanienne de football (TFF) Jamal Malinzi, a estimé samedi que les Taifa Stars restent «capables» de créer la surprise face à l’Algérie, lors de la double confrontation qui va opposer les deux équipes (14 et 17 novembre), dans le cadre du 2e tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 en Russie. « Je suis très confiant quant à une victoire face à l’Algérie. Notre équipe va se battre pour créer la surprise, d’autant qu’il règne actuellement une excellente ambiance au sein du groupe », affirmé le président de la TFF à radio Algérie internationale. Exemptée du tour préliminaire, l’Algérie a hérité de la Tanzanie qui s’est qualifiée aux dépens du Malawi (victoire à l’aller 2-0 à Dar Es-Salam et défaite 1-0 à Blantyre). Le match aller face à l’Algérie se jouera à Dar Es-Salaam, alors que la seconde manche est prévue à Blida, trois jours plus tard (19h15). « Nous ne craignons pas l’Algérie, que nous avons déjà battue par le passé à Dar Es-Salam en 1995 (2-1), mais en même temps, nous respectons beaucoup cette équipe qui a fait honneur à l’Afrique lors du Mondial 2014 au Brésil », a souligné Jamal Malinzi. La Tanzanie poursuit son stage de préparation en Afrique du Sud entamé mardi dernier. Après trois jours de travail d’endurance au centre sportif d’Edenval, à Johannesburg, avec au programme un biquotidien, les Taifa Stars se sont contentés d’un seul entraînement vendredi soir. « Nous sommes en train de nous préparer dans les meilleures conditions en Afrique du Sud sous la houlette du sélectionneur Charles Boniface Mkwasa. Je suis persuadé que l’équipe va réaliser un grand match le 14 novembre », a-t-il conclu.

Publié dans Sports

Le coach national, Salah Bouchkeriou, devrait apporter d’autres réglages à la sélection lors d’autres stages qu’il organisera en préparation de la CAN-2016 qui se déroulera au mois de janvier en Egypte.

La sélection nationale de handball a enfin remporté son premier match de ce tournoi des quatre nations qui s’est déroulé en Tunisie et qui entre dans le cadre de la préparation de la prochaine CAN. Les Verts se sont imposés face à l’Iran sur le score de 33-27 dans ce match qui s’est déroulé au Palais des sports d’El Menzah (Tunis). Il faut savoir que la sélection nationale avait perdu les deux premiers matches face à la Suisse (20-32) et à la Tunisie (19-29). Le coach national, Salah Bouchekriou, qui avait opté pour ce tournoi afin de jauger les capacités de ses poulains, devrait s’inquiéter pour la forme de son groupe, à moins de deux mois du grand rendez-vous africain, où l’EN défendra son titre acquis il y a deux ans en Algérie. Le driver des Verts avait pourtant préparé ses joueurs avec de courts stages qui se déroulaient périodiquement, à défaut d’organiser de longs stages qui ne peuvent se faire sans l’accord de la FIHB, qui institue des dates FIHB pour les stages et matches amicaux internationaux afin de préserver les intérêts des clubs professionnels qui se plaignaient du fait que leurs joueurs internationaux qu’ils payaient avec de forts salaires arrivaient en retard pour reprendre la compétition. Néanmoins, le coach national devrait pouvoir apporter encore des réglages afin d’être prêt pour la CAN, lui qui avait été clair et qui avait déclaré que le plus important était de faire bonne figure lors de cette compétition et surtout arracher la qualification pour le Mondial. A noter que l’EN évoluera aux côtés du Maroc, du Gabon, du Nigeria, du Cameroun et de l’Egypte (pays organisateur) dans le groupe A. Pour revenir à ce tournoi amical des quatre nations, il faut savoir que la victoire finale est revenue à la Tunisie, qui a battu la Suisse sur le score de 31 à 27. Lors des deux premières journées, le sept tunisien s’était imposé respectivement devant ses homologues iranien (32-23) et algérien (29-19).

Publié dans Sports

Le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, a assuré que son instance compte mobiliser tous les moyens logistiques et financiers pour garantir au mieux la préparation des athlètes algériens aux jeux Olympiques de Rio de Janeiro 2016. « Les résultats obtenus par nos athlètes depuis les jeux Méditerranéens de Mersin, en Turquie, (2013) jusqu’aux jeux Africains de Brazzaville (2015), reflètent le travail intense et soutenu des fédérations, mais cela reste très en deçà des rythmes à suivre dans la préparation des JO-2016 », a déclaré M. Berraf lors d’une réunion consacrée à la préparation des athlètes algériens regroupant aussi les présidents et directeurs techniques nationaux des fédérations olympiques. Le président du COA a souligné à cette occasion la nécessité d’assurer une bonne préparation pour ce grand rendez-vous et élaborer un programme de travail ambitieux à même d’assurer les meilleures conditions pour la réalisation de bonnes performances des athlètes algériens. 

Publié dans Sports

Les participants au rallye raid Sahari International d’Algérie, qui a pris fin samedi dernier avec le déroulement de la 6e et dernière étape entre Laghouat et Alger, sont unanimes à dire que «cet évènement n’a pas été à la hauteur» tant le circuit était parsemé d’embûches. «Les organisateurs de ce rallye auraient peut-être dû consacrer plus de temps à préparer l’évènement, en faisant appel à des experts étrangers pour les aider dans cette tâche», ont indiqué certains participants. En effet, la première étape de ce rallye, lundi dernier entre Alger et Laghouat (380 km), a été annulée pour des «raisons sécuritaires», notamment «la présence de camions et semi-remorques» sur le circuit, qui auraient pu mettre en danger la vie des pilotes, particulièrement celle des motards. La troisième étape de ce rallye, entre El Ménéa et Timimoune, fut également annulée, et cette fois les organisateurs ont évoqué « des raisons techniques », sans communiquer davantage de détails. Seule la deuxième étape de ce rallye s’est relativement bien passée et les participants ont pensé qu’après l’échec de la première étape, les choses étaient enfin rentrées dans l’ordre et que la course allait se poursuivre dans de bonnes conditions. Mais les soucis sont vite revenus, et ce, dès l’étape suivante. La quatrième étape a été ainsi marquée par une importante désorganisation, à tel point que les concurrents ne connaissaient même pas le point d’arrivée. Les journalistes chargés de la couverture de ce rallye ont eu droit, eux aussi, à leur part de soucis, notamment en ce qui concerne l’obtention des résultats, de l’information et la connexion à Internet. Les pilotes, particulièrement les motards, se sont plaints du manque de coordination en termes d’approvisionnement en mazout. « Ce rallye n’a pas été à la hauteur sur les plans logistique et technique, et c’est dommage, car le paysage était formidable. Avec une meilleure organisation, ça aurait pu être parfait », a déclaré la concurrente italienne, Barbara Werner, dont c’est la quatrième visite en Algérie depuis 1993. « Les organisateurs manquaient d’expérience, c’est regrettable. Seule la beauté du paysage a sauvé la face », a résumé son compatriote motard Franco Beco. Le président de la Fédération algérienne des sports mécaniques (FASM), Chihab Baloul, a reconnu que cette première édition du rallye raid Sahari International d’Algérie « a présenté des lacunes », affirmant qu’il « assume entièrement cet échec ». M. Baloul s’est cependant accordé quelques circonstances atténuantes, affirmant que « c’était une première expérience en la matière et nous avons tout mis en œuvre pour relever le défi de bien l’organiser. Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées exactement comme nous l’avions espéré et c’est dommage », a reconnu le président de la FASM. « Il s’agit cependant d’une bonne expérience qui nous aidera à nous perfectionner et à faire mieux à l’avenir », a ajouté M. Baloul.

Publié dans Sports
Page 1 sur 5