Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 10 décembre 2015

Le président du Forum des chefs d’entreprise, Ali Haddad, a participé, sur invitation du président du patronat français, Pierre Gattaz, au Sommet d’affaires sur l’énergie et le changement climatique qui s’est tenu les 8 et 9 décembre 2015, à Paris, à l’occasion de la COP21.


A cette occasion, Ali Haddad est intervenu sur l’innovation. Il a déclaré que l’Algérie, qui s’attelle à peaufiner son système national de l’innovation, a, dans une première étape, mis en place, en septembre 2015, un cadre législatif dans le but de «valoriser les résultats de la recherche, de l’innovation et du développement technologique».
En effet, «la loi d’orientation sur la recherche a pour principal objectif l’intégration de la recherche scientifique dans le domaine économique et social, à travers l’exploitation des résultats de la recherche pour le développement». Dans ce sens, le gouvernement algérien apporte son soutien «aux entreprises économiques investissant dans le domaine de la recherche en leur consacrant une partie du budget de la recherche nationale». A l’issue de cette réunion à laquelle ont participé les homologues mondiaux du Medef, une déclaration commune a été adoptée pour témoigner de l’engagement de la communauté d’affaires mondiale à apporter des solutions aux défis climatiques. Un accord en six points a été conclu à cette occasion, appelant à une concertation renforcée en signe de contribution à la lutte contre le changement climatique en vue de réduire de 2 °C le réchauffement de la Terre à l’horizon 2026. Ce Sommet a ainsi «reconnu la responsabilité des entreprises dans la diffusion d’émissions de gaz à effet de serre». Les participants ont émis leur espoir de voir la COP21, réunie actuellement à Paris, aboutir d’ici samedi à un accord global. La communauté des entreprises «reconnaît et soutient le besoin vital de répondre de façon décisive aux risques environnementaux et économiques liés au changement climatique à court et moyen terme», a souligné la déclaration lue par le président du Medef, Pierre Gattaz. Le Sommet mondial des entreprises a également souhaité la mise en place d’un mécanisme de calcul et de fixation du prix de carbone. «Ce prix du carbone, une fois fixé, doit livrer une visibilité aux entreprises. C’est un impératif souhaité», selon M. Gattaz. Enfin, le Sommet a souligné «l’importance de l’expertise de la communauté internationale pour atteindre des objectifs pour mettre en œuvre les décisions de la COP21».

Publié dans Der

L’Algérie « possède une fenêtre d’opportunités pour relancer et diversifier son économie. Si elle la rate, c’est la catastrophe », a prévenu dernièrement le président du Conseil national économique et social (Cnes). C’est dire que la question est plus qu’une nécessité. Le DG de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) est, quant à lui, catégorique. « L’agriculture est aujourd’hui l’un des rares secteurs sur lequel il faut miser pour réaliser la croissance dont l’Algérie a cruellement besoin », a affirmé hier Fouad Chahat dans son intervention sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Un objectif que l’on ne pourrait atteindre sans rompre avec les anciennes pratiques « routinières », en les remplaçant par des techniques innovantes. Observant que les rendements, particulièrement dans la céréaliculture, restent en deçà des attentes, le DG de l’INRA a appelé à y consacrer le maximum d’efforts, sachant « que d’ici à 2030 », les besoins de consommation annuels des Algériens en céréales atteindront les 80 millions de quintaux, « qu’on n’est par sûrs de trouver sur les marchés ». « Une augmentation de la production agricole dans son ensemble reste du domaine du possible, à la condition toutefois que l’investissement privé s’y fasse plus important. Il cite à cet effet la réussite constatée par la production de maïs dans les zones sud du territoire», a-t-il expliqué.
Durant son intervention, le DG de l’INRA a précisé que les cent milliards de dinars débloqués annuellement par l’Etat ne le sont pas au seul profit de l’investissement et de la production agricoles. « Une bonne partie sert à soutenir les prix à la production de lait et de céréales et à subventionner l’achat de matériels agricoles à 0% de taux d’intérêt », selon lui. Pour agir sur une augmentation de la production agricole, l’intervenant a jugé urgent d’accélérer la remise des droits de concession à leurs attributaires, une décision dont il assure qu’elle aidera certainement à libérer leurs initiatives et à leur permettre de s’associer à des privés pour réaliser cet objectif. L’autre possibilité d’influer sur une croissance des rendements réside dans l’augmentation des superficies agricoles accordées à des personnes au titre de la concession, « à la condition, insiste-t-il, qu’elles acceptent de se former aux techniques d’exploitation de celles-ci ».
De l’éventualité pour des étrangers d’acquérir des superficies agricoles dans le pays, Fouad Chahat s’est montré aussi clair que catégorique. « Les terres algériennes doivent rester algériennes, ces dernières pouvant toutefois y investir et y apporter leurs connaissances en matière de gestion en particulier », a-t-il tranché, estimant « absurde » l’idée de faire appel à des ouvriers étrangers pour combler le déficit de main-d’œuvre observé dans l’agriculture. « La solution réside dans l’introduction de techniques minimisant l’usage de celle-ci », a conclu le DG de l’Institut national de la recherche agronomique.

Publié dans Der

Le petit Mouataz Telli, retrouvé sain et sauf il y a deux jours près de la gare routière de Tolga, a été séquestré durant une partie de la journée de lundi par un couple dans un appartement, a indiqué hier le procureur de la République près le tribunal de Tolga (Biskra). L’enfant âgé de 6 ans, résidant à Tolga, était séquestré par ce couple qui avait exigé de sa famille le paiement d’une rançon de 20 millions de dinars contre sa libération, menaçant de le tuer en cas de refus, a précisé le procureur de la République dans un point de presse. Il a expliqué que le resserrement de l’étau autour du couple au moyen, notamment, du blocage des issues de la ville, a contraint les ravisseurs à relâcher le petit Mouataz, lundi soir vers 18 heures près de la gare routière où il a été retrouvé.  Exploitant les informations fournies par l’enfant en présence son père, un mandat a été établi pour la perquisition du domicile où l’écolier avait été séquestré, permettant l’arrestation, «en présence du procureur» des deux auteurs présumés, a également indiqué le conférencier. Les services de la police judiciaire poursuivent l’enquête pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire, a encore fait savoir le procureur de la République, avant de révéler que la femme du couple en question est «une proche» de la famille de Mouataz.  Il a également rappelé que l’article 293 bis du Code pénal prévoit que quiconque, par violence, fraude ou tout autre moyen, enlève une personne mineure pour demander une rançon, est puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

Publié dans Der

Le propriétaire de la chaîne TV privée Al Adjwaa ainsi que cinq autres personnes sont en détention préventive depuis dimanche dernier, suivant les ordres du procureur de la République près le tribunal Abane-Ramdane d’Alger.
M. Zoubiri, propriétaire de la chaîne, doit répondre d’accusations portant sur « fausse déclaration et fausse accusation contre X » lorsque ce dernier s’est présenté au bureau du procureur de la République pour déclarer que le siège de la chaîne, situé au niveau de la rue Amirouche d’Alger, a été volé par des inconnus. L’enquête menée par la police judiciaire a abouti à une autre version des faits.
En effet, les auteurs du vol – des journalistes et techniciens de la chaîne – ont avoué que c’est le propriétaire de la chaîne qui a échafaudé ce plan pour qu’il soit dédommagé par la compagnie d’assurances. L’un des journalistes, accusé dans l’affaire, a révélé par ailleurs avoir obtenu une somme d’argent du propriétaire de la chaîne pour accomplir le vol, précisant qu’il a accepté de le faire car il avait besoin de ressources financières. Le patron de la chaîne est actuellement en détention à la prison d’El Harrach.
M. K.

Publié dans Der

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu, hier mercredi à Alger, le président du Conseil constitutionnel français, Jean-Louis Debré. L’audience s’est déroulée en présence du président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, et de l’ambassadeur de France, Bernard Emié. Le président du Conseil constitutionnel français effectue une visite de deux jours à l’invitation de son homologue algérien, Mourad Medeli. En marge d’un entretien et d’une intervention qu’il a eus hier matin sur des thèmes relevant de son statut et de la coopération dans le domaine qui le concerne avec les parties algériennes, il a plaidé pour des rapports de coopération réciproques avec le Conseil constitutionnel algérien. Il a également appelé à un renforcement de la relation bilatérale algéro-française. « Nous souhaitons qu’il y ait entre nos deux institutions importantes des rapports de coopération réciproques. C’est une coopération technique, il est très important pour nous d’avoir le regard de nos amis algériens sur le fonctionnement du nouveau Conseil constitutionnel français », a indiqué Debré à l’issue de ses entretiens avec le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci. Il a ajouté qu’« aujourd’hui, personne n’a de certitude sur rien, mais c’est en discutant et en confrontant nos façons de faire que l’on peut progresser, pour le bien de nos concitoyens ».
« Avec nos amis algériens, il est important qu’ils nous regardent sur ce que nous avons fait et qu’ils nous disent avec toute la sincérité qui préside dans nos rapports ce qui va et ce qui ne va pas, pace qu’il n’y a de coopération que dans les deux sens », a-t-il relevé. Debré a soutenu, dans ce cadre, que « nous sommes là pour travailler ensemble pour le bien de tous les justiciables ». Medelci et Debré ont convenu de mettre en place un programme de travail dont le début d’exécution est prévu à partir de 2016.

Publié dans Der

Au pays du Soleil levant, elles seront sept équipes à viser la lune. La Coupe du monde des clubs revient dans sa 12e édition. Un opus 2015 qui se jouera, du 10 au 20 décembre au Japon, après deux tournois (2013 et 2014) abrités par le Maroc, où le FC Barcelone, vainqueur de l’UEFA Champions League, part en grand favori pour succéder à l’autre club espagnol, le Real Madrid, dans le palmarès qu’Européens et Latino-américains se partagent exclusivement. L’Afrique sera représentée par le très attendu Tout Puissant Mazembe qui avait disputé la finale de l’épreuve en 2010 face à l’Inter Milan.

Si les sérieux candidats pour le sacre universel ne débuteront l’aventure qu’à partir des demi-finales, le traditionnel match barrage se jouera aujourd’hui entre le Sanfrecce Hiroshima, représentant du pays hôte en sa qualité de champion nippon, et Auckland City, détenteur de la Ligue des champions de la zone OFC. Si l’affiche, qui se jouera cet après-midi au stade Nissan (Yokohama) à 11h45, ne fait pas vraiment saliver, elle permettra de connaître l’adversaire du TP Mazembe en quarts de finale qui auront lieu dimanche prochain à Osaka. Dans l’autre match des quarts, la formation mexicaine du Club America, vainqueur de la LDC Concacaf, sera confrontée aux Chinois du Guangzhou Evergrande, sacrée meilleure équipe asiatique (AFC). L’ambassadeur du foot africain tentera, au minimum, de rééditer l’exploit de 2010 aux Emirats arabes unis lorsqu’il avait réussi à se défaire, à la surprise générale, des brésiliens du SC Internacional, qui avaient décroché la très réputée Copa Libertadores. Pour la troisième participation, après celles de 2009 et 2010, au rendez-vous international, les Congolais aspirent à décrocher le trophée, comme l’a confié l’expérimenté gardien de but, Robert Kidiaba. En tout cas, le président du team de Lubumbashi, le très croyant et spirituel Moïse Katumbi, sait que l’équipe a besoin d’un miracle pour faire vaciller River Plate et le FC Barcelone, qui seront les deux gros écueils à passer pour se poser sur le toit du monde. « Le Tout Puissant Mazembe a besoin de la prière de tous les Congolais en particulier et des Africains en général pour bien jouer la Coupe du monde des clubs », a déclaré le chairman, qui est aussi actionnaire du club anglais, FC Chelsea. La délégation du quintuple champion d’Afrique (1967, 1968, 2009, 2010 et 2015), forte de 35 personnes, dont les 24 joueurs, a rejoint les terres japonaises depuis mardi. Après les quarts en 2009, la finale en 2010, les Corbeaux pourront-ils atteindre le sommet en 2015 ? Telle est l’interrogation cette fois. La certitude, c’est que la lutte sera féroce.
Le Barça et River Plate en prédateurs…
Si les finales n’ont pas toujours été 100% latino-européennes (8 sur 11), les lauréats venaient toujours du vieux continent ou celui découvert par Christophe Colomb. Les trois invités surprise de l’ultime explication étaient le TP Mazembe en 2010, le Raja Casablanca, il y a deux ans, lorsqu’il a subi la loi du « Kolossal » Bayern Munich au royaume chérifien, et le SC Corinthians (sacré lors du Brasileirão 1999) qui avait animé la finale 100% samba contre le CR Vasco de Gama, roi de la Conmebol. C’était en 2000 à l’occasion de l’instauration de la compet’ et unique tournoi avec 8 clubs scindés en deux groupes (ancienne formule) jouée sur le sol « hispanique ». L’hégémonie footballistique planétaire est partagée entre l’Europe (8 sacres) et l’Amérique latine (4 consécrations). Les chiffres reflètent une domination des formations qui remportent la coupe aux grandes oreilles. Depuis 2007, seuls le SC Corinthians (en 2012) a pu déroger à la règle et mettre fin au règne de 7 ans des représentants de l’UEFA en prenant, petitement (1-0), la mesure du FC Chelsea. La « Joga Bonito » ne peut, manifestement, plus (voire pas) grand-chose face à la rigueur « made in Europe » et les gros moyens mis par les ténors de la discipline qui phagocytent désormais les talents latinos, affaiblissant leurs équipes qui voient leurs pépites traverser l’Atlantique très tôt. En parlant de jeunes talents, Neymar, qui a débuté sa carrière avec le Santos FC, sera très attendu avec le FC Barcelone. Le prodige Auriverde est l’un des atouts majeurs du Barça, qui visera un troisième titre, après ceux signés en 2009 et 2011 pour devenir la formation la plus titré en la matière, avec Léo Messi et Luis Suarez. Cependant, l’actuel meilleur buteur de la Liga espagnole (14 buts) a été déclaré incertain pour la messe mondiale en raison d’« une petite blessure à la cuisse, à l’adducteur de la jambe gauche ». C’est ce que le club catalan a fait savoir mercredi matin. La durée de son indisponibilité n’a pas encore été déterminée. « L’évolution de sa lésion déterminera sa disponibilité pour les prochains matches », a expliqué le médecin des Blaugrana. L’autre sérieux concurrent qui pourrait empêcher les Barcelonais de réaliser la passe de trois est le légendaire River Plate venu d’Argentine. La troupe à Marcelo Gallardo a signé une belle résurrection, après avoir retrouvé l’élite, il y a deux saisons. L’équipe de Buenos Aires a été rétrogradée pour la première fois de son histoire en 2011. Les compatriotes de Lionel Messi se sont adjugé la Copa Libertadores en domptant les Tigres UANL (Mexique). L’éternel rival du Boca Juniors, que le TP Mazembe affrontera en cas de qualif’ en demies, semble avoir les arguments et la finesse nécessaires pour accrocher la finale et empêcher Andrès Iniesta et ses compères d’asseoir leur suprématie et d’avoir (est-ce inéluctable ?) le monde à leurs pieds. Si le nom du futur vainqueur n’est pas facile à prédire, ce qui est sûr, c’est que le spectacle sera au rendez-vous en présence des despotes de chaque confédération. 

Publié dans Sports

Trois matches avancés comptant pour la 14e journée de la Ligue 1 Mobilis devraient avoir lieu jeudi et vendredi, même si le derby algérois qui mettra aux prises l’USM El Harrach et le RC Belouizdad est de loin le match le plus intéressant vu qu’il oppose deux formations qui jouent les premiers rôles et aspirent à décrocher une place sur le podium. Les Harrachis, qui sont sur une belle lancée, tenteront de prendre les trois points qui leur permettraient de conforter leur place. Toutefois, les banlieusards espèrent que les remous qu’a connus le club cette semaine n’influeront pas sur le groupe, sachant que les joueurs ont montré leur mécontentement après qu’ils n’aient pas touché leurs salaires, même l’entraîneur Charef s’est embrouillé avec le président Mana à cause de cela. De son côté, le Chabab de Belouizdad se donnera lui aussi à fond pour tenter de prendre les points de cette confrontation difficile, surtout que les derbies ne lui réussissent pas beaucoup. Les poulains de Michel feront tout leur possible pour décrocher le meilleur résultat possible. Le Nasr Hussein Dey, qui reste sur une défaite concédée face au MCO, tentera de renouer avec le succès et surtout se réconcilier avec ses fans en recevant le CS Constantine qui traverse une mauvaise passe. Les Sang et Or savent ce qui les attend et doivent faire très attention à cette équipe constantinoise qui ne se déplacera pas en victime expiatoire et qui fera de son mieux pour revenir avec au moins le point du nul qui lui permettra de reprendre espoir avant de tenter une remontée au classement. Enfin, l’USM Blida, qui avait reçu une véritable gifle à Relizane avec ce cinglant 5-1, tentera de se reprendre sur son terrain face à la JS Saoura. Les gars de la ville des Roses n’ont d’autre choix que de l’emporter s’ils souhaitent être pardonnés par leurs supporters, mais cela ne sera pas aussi facile quand on sait que la Saoura a pour habitude de bien négocier certaines de ses sorties.

Publié dans Sports

Le tirage au sort des tours préliminaires des deux compétitions africaines interclubs, la Ligue des champions d’Afrique et la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), aura lieu vendredi à Dakar, indique la CAF. Cette opération sera effectuée en marge de la Coupe d’Afrique des moins de 23 ans qu’abrite le Sénégal depuis le 28 novembre et qui arrive à son avant-dernière étape avec le déroulement mercredi des demi-finales : Sénégal-Nigeria et Algérie-Afrique du Sud. L’Algérie participera avec l’ES Sétif et le MO Béjaïa en Ligue des champions, alors qu’elle sera représentée par le MC Oran et le CS Constantine en Coupe de la CAF. M. M.

Publié dans Sports

Le leader de la Ligue 2 Mobilis, le CA Batna, évoluera sur du velours lors de cette 14e journée en recevant la formation de la JSM Béjaïa. Les Aurésiens, qui sont revenus avec les trois points du match qu’ils ont joué en déplacement face à l’ASO Chlef lors de la précédente journée, feront tout pour confirmer et donc conforter leur place de leader. Ils devront quand même faire très attention à cette équipe bougiote qui se reprend peu à peu depuis l’arrivée de l’entraîneur Saïd Hammouche et qui réussit de belles performances. L’USM Bel Abbès souhaite, de son côté, rester dans la course à l’accession en recevant l’AS Khroub et devrait logiquement l’emporter, surtout quand on sait que les Khroubis ne sont pas dans leur meilleure forme ces derniers temps. Les gars de la Mekerra devraient ainsi garder le cap et aligner un autre succès à domicile. L’ASO Chlef effectuera un déplacement périlleux en se rendant à Oum El Bouaghi et en donnant la réplique à l’US Chaouia qui souhaite se reprendre aussi après des résultats en dents de scie. Les Chélifiens, eux, souhaitent refaire surface après le naufrage à domicile et cette défaite inattendue face au CAB. L’O Médéa se déplacera à Boussaâda pour croiser le fer avec l’ABS. Les gars du Titteri feront tout pour revenir avec un résultat probant, mais cela sera certainement difficile, quand on sait que l’équipe locale cède difficilement les points à domicile.

Publié dans Sports