Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 03 décembre 2015

Ce qui n’était qu’une rumeur qui a longtemps duré est finalement arrivée. Des changements attendus à la tête des médias publics ont eu lieu, hier. Ainsi, le quotidien El Moudjahid sera dirigé par Achour Cheurfi en remplacement de Mme Naâma Abbas. Achour Cheurfi est un enfant de la maison. Il y a entamé sa carrière en 1977 et occupé précédemment le poste de rédacteur en chef. Il est également auteur de plusieurs dictionnaires. La direction du quotidien El Massa a également connu un changement. Abderrahmane Tigane cède son poste à son collègue d’Ennasr de Constantine, Larbi Ounoughi. Ce dernier, journaliste expérimenté, avait fait de la publication régionale une des seules à concurrencer de manière forte les titres de la presse privée. Au moment où nous mettons sous presse, aucune information n’a été donnée pour expliquer ce mouvement dans le secteur public.

Publié dans Der

L’Algérie a entamé officiellement les procédures d’appropriation de la Grande mosquée de Paris. Ce lieu de culte musulman de rite malékite a été construit en 1926 et a eu comme premier imam ou recteur l’Algérien Si Kaddour Benghabrit.

 

Depuis cette date, la Grande Mosquée, qui fait figure de mère des mosquées de France et dont l’enjeu, donc, dépasse dans ce pays où l’islam est prétexte à compétition entre différents pays, dont le Maroc, la Turquie, l’Arabie saoudite et depuis peu le Qatar, l’aspect strictement religieux et cultuel appartient de facto aux Algériens parmi lesquels on choisit jusqu’à présent le recteur.
Le gouvernement algérien, qui, pour l’instant, ne possède pas de titre de propriété légal du principal lieu de culte musulman de France, n’a jamais caché ses prétentions de « tuteur » cultuel et donateur officiel pour une bonne partie du budget de la Grande Mosquée de Paris. « Les procédures visant à faire de la Mosquée de Paris une propriété de l’Etat algérien ont été entamées officiellement par le biais de l’ambassade d’Algérie à Paris. (…) Cette démarche s’appuie sur une loi française qui stipule qu’un pays étranger qui finance une association de droit français peut, passés 15 ans, prétendre à la propriété de cette entité, ce qui est le cas pour la Grande Mosquée de Paris, administrée par la Société des habous », a indiqué, mardi, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, lors d’une audition par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée populaire nationale (APN).
La sortie du ministre survient la veille du départ de la Grande Mosquée de l’actuel recteur, Dalil Boubekeur, qui sera bientôt remplacé, sans doute dans le courant de l’année 2016, et au lendemain d’une série d’attentats terroristes à Paris revendiqués par Daech et qui ont fait 130 morts en plusieurs endroits de la capitale française.
L’Algérie, qui assume une responsabilité « morale et spirituelle » sur la gestion de la Grande Mosquée de Paris, affiche ainsi sa détermination à placer ce lieu du culte dans son giron. Ce qui lui permettra de se positionner comme le maître des lieux.
D’autant que des courants de pensées, absolument étrangers à l’esprit même de l’Islam et loin de cadrer avec l’école malékite à laquelle s’apparente l’Algérie en particulier et le Maghreb en général, ont tendance à propager des idées d’une extrême violence. Mohamed Aïssa a souligné à ce sujet que l’Algérie est aujourd’hui « en position de force en matière de lutte contre l’extrémisme religieux ».
« C’est également une référence dans ce domaine avec la reconnaissance de l’Etat français, cependant, cette place privilégiée se trouve menacée en raison de l’existence de concurrents potentiels qui risquent de prendre le monopole des mosquées si les efforts ne sont pas intensifiés », a-t-il mis en garde. 

Publié dans Der

Elle s’appelle D. M., Mimi pour ses collègues de travail. Elle a 50 ans et a passé plus de 16 longues et pénibles années au service de l’Agence de développement social (ADS). A la veille de la Journée mondiale des personnes handicapées, coïncidant avec le 3 décembre de chaque année, Mimi a reçu un cadeau empoisonné de la part de son employeur. Postulant pour une retraite proportionnelle, elle se verra signifier un accord sans indemnités et moins de la moitié de son salaire pour subsister. « J’ai été sidérée d’apprendre que si je sortais en retraite anticipée, je ne recevrais que des miettes, ni indemnités, ni salaire décent… », s’écrie-t-elle. Pourtant, la convention collective ratifiée en 2014 par les travailleurs stipulait des indemnités satisfaisantes, nous dit-on. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Beaucoup de choses en fait. « J’ai déposé mon dossier au mois de mai 2015 et la convention a été modifiée et paraphée le 15 octobre 2015… Donc, les changements opérés ne s’appliquent pas à moi. » Du coup, la travailleuse de l’ADS a décidé de faire valoir ses droits et déposé plainte au tribunal social de Bir Mourad Raïs, en date du 13 novembre écoulé, apprend-on de mêmes sources. « Ce n’est pas normal. Je suis handicapée et je travaille dans un secteur censé être celui des personnes aux ressources spécifiques… Je constate que je n’ai aucun droit. Je suis traitée au même titre que les gens indemnes. Ce n’est pas juste tout ça », s’exclame-t-elle. Et d’ajouter sur un ton empreint d’amertume : « Je suis lasse, je suis fatiguée… J’ai tout donné à cette institution… J’ai été réglo et honnête jusqu’au bout… Maintenant, j’ai envie de me reposer un peu… C’est le moins qu’on puisse nous donner. » Un cas parmi tant d’autres qui renseigne sur les paradoxes les plus extrêmes que recèle le secteur de la solidarité nationale.
R. N.

Publié dans Der

Un réseau de trafic de cocaïne a été démantelé récemment à Oran, a-t-on appris, hier, du chef de la sûreté de wilaya. Deux membres de ce réseau ont été arrêtés et 150 grammes de cocaïne ont été saisis lors de cette opération menée depuis plusieurs semaines par la brigade de lutte contre les stupéfiants relevant de la Police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Oran, a indiqué le contrôleur de police Salah Nouasri. La drogue dure saisie provient du Maroc, a-t-il affirmé lors d’un point de presse, animé par la cellule de communication de la Sûreté de wilaya. D’autre part, un autre réseau de trafic de stupéfiants qui opérait dans la région de l’ouest a été démantelé également par les services de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Oran qui ont procédé à la saisie de 3000 comprimés psychotropes (Ecstasy), a-t-on appris lors du point de presse. Cette opération de police a permis l’arrestation de trois individus âgés entre 21 et 26 ans, tous des repris de justice, ainsi que la saisie de deux véhicules utilisée pour le transport.

Publié dans Der

La traque des groupes terroristes dans les massifs de Kabylie se poursuit depuis maintenant plus de deux semaines, et le ministère de la Défense nationale a rendu compter hier de l’état de l’évolution de la vaste campagne antiterroriste menée dans la région. Dans la continuité de l’opération de ratissage, qui est toujours en cours, dans la commune d’Aghrib, à Tizi Ouzou (1re Région militaire), un détachement de l’ANP a abattu, hier, trois terroristes et a récupéré 2 pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, un fusil à pompe et une quantité de munitions. Le nombre des terroristes mis hors d’état de nuire s’est élevé à cinq terroristes et celui des armes récupérées à quatre pistolets mitrailleurs, un fusil à pompe et une quantité de munitions. Il faut rappeler que dans la même région d’Aghrib, 2 terroristes avaient déjà été éliminés et 16 casemates détruites par l’ANP le 30 novembre dernier. Le lendemain, dans la même zone opérationnelle, mais à Boumerdès, seize quintaux de produits explosifs ont été découverts à Sidi Daoud par les éléments de l’Armée. Par ailleurs, et dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée et grâce à la permanente vigilance et à l’exploitation efficiente de renseignements et lors d’une opération de qualité, un détachement de l’ANP relevant du secteur opérationnel d’Ouargla (4e Région militaire) a déjoué, le 1er décembre dernier, une tentative de colportage d’une grande quantité de kif traité s’élevant à dix-sept quintaux et treize kilogrammes. Deux véhicules tout-terrain ont également été saisis, selon le ministère de la Défense nationale. D’autre part et au niveau de la 6e Région militaire, « des détachements relevant des secteurs opérationnels de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam ont arrêté quarante contrebandiers de différentes nationalités africaines et ont saisi un pistolet automatique, une quantité de munitions et trente-sept détecteurs de métaux ».

Publié dans Der

Le certificat de résidence n’est plus exigé aux mineurs dans les dossiers de demande du passeport, du permis de conduire et de la carte nationale d’identité, a indiqué hier le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. « Pour les mineurs, le certificat de résidence n’est plus exigé dans le dossier de demande du passeport, du permis de conduire et de la carte nationale d’identité », précise la même source. Le certificat de résidence était auparavant exigé pour l’obtention de ces documents. Ces mesures entrent dans le cadre de la volonté des autorités de mettre fin aux lenteurs administratives en facilitant la délivrance des documents administratifs.

Publié dans Der

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune a rencontré hier le secrétaire général du syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), Belkacem Felfoul et des représentants des travailleurs, indique un communiqué du ministère. La rencontre a porté, selon la même source, sur les préoccupations et revendications des travailleurs du secteur et la vision de la tutelle et les mesures prise récemment en leur faveur. Les deux parties ont évoqué également les résultats de la commission mixte des secteurs concernés pour l’enrichissement des statuts et l’examen des obstacles qui entravent l’application des textes organiques.
Le ministre a souligné avoir pris note de toutes les préoccupations soulevées, relevant l’importance de ces mesures qui constituent « un acquis important » pour les travailleurs du secteur de l’habitat.
Les deux parties ont convenu de charger les travailleurs du secteur affiliés au SNAPAP de mener une campagne pour expliquer ces mesures au niveau des services décentralisés concernés.

Publié dans Der

La donne était simple : gagner pour rester en vie dans l’arène africaine. Tout autre résultat réduisait considérablement, voire anéantissait,  les chances de s’extirper de la poule « B » et rallier les demi-finales de la 2e édition du Championnat d’Afrique des nations U23. Un tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques 2016 à Rio. Nos U 23 sont partis au Sénégal pour chercher le sésame brésilien. Si rien n’est encore sûr, ils sont toujours en lice pour le composter. La victoire (2/0) acquise hier face au Mali, qui prend la porte après un deuxième revers en autant de rounds, les a remis dans la course.

 

Briller ou s’éteindre. Tel était le leitmotiv dans la journée d’hier pour les Verts dans un duel à couteaux tirés où la moindre faute pouvait tout compromettre. Pour ne rien arranger, la chaleur suffocante est venue se mêler à cette partie qui s’annonçait déjà très chaude. Beaucoup de prudence de la part des deux équipes qui n’ont pas trop voulu s’aventurer lors du premier quart d’heure à l’image de cette timide tentative de Niane (14’) qui n’a pas réussi à attraper le cadre de Salhi. L’occasion la plus dangereuse est intervenue à la 27e minute avec un moment de flottement dans la défense des Fennecs. Un cafouillage qui a failli profiter aux poulains du Cheick Oumar Koné, mais le danger est passé. Trois minutes plus tard, les Algériens réclament une main dans la surface adverse que le Botswanais Joshua Bondo, qui était au sifflet, n’a pas daigné siffler. Manifestement rattrapés par l’enjeu, nos jeunots commençaient à montrer des signes de déconcentration et de frilosité. En témoigne cette nouvelle mésentente dans le compartiment défensif entre le portier Salhi et son arrière-central Kenniche. Ce dernier dégage le ballon en catastrophe. Plus imposants et présents physiquement, les Maliens ont continué à posséder le ballon. Privés du cuir, les camarades de Draoui, qui a pris la place de Gaâga (blessé et forfait pour le restant de la messe), ne se sont pas montrés dangereux. Au terme d’un premier acte très pauvre en occasions franches, les 22 acteurs regagnent les vestiaires sans être parvenus à faire trembler les filets. Constatant que son Onze manquait cruellement de percussion, le sélectionneur national, André-Pierre Schurmann, a décidé de substituer Haddouche par Meziane Bentahar dès le retour des vestiaires. Pas de quoi arranger immédiatement l’animation offensive. C’est même le vis-à-vis qui était tout proche d’ouvrir le score peu avant l’heure de jeu (56’). L’arrière-gauche de l’EN était vigilant et réalise un sauvetage sur sa ligne avec… la poitrine. Bien que stérile, la possession du ballon adverse devenait menaçante au fil des minutes. Nos « Olympiques » ont tenté de réagir (58’ et 61’) en vain. Ils ont même frôlé la correctionnelle à 71e minute n’était Salhi qui a annihilé la frappe de Niane. Réveillés par cette alerte, les nôtres font mouche dans les 2 minutes qui ont suivi. Cinq passes échangées entre Derfalou, qui avait remplacé Mokrane touché à la cuisse (20’), Draoui et Meziane. Ce dernier décale Zinedine Ferhat qui fait sauter le verrou. L’Usmiste, buteur dimanche dernier contre l’Egypte, venait d’inscrire son second but dans l’épreuve. Au bout de 20 minutes, l’entrant Meziane a fini par se libérer. Dans la peau du « super-sub » déclencheur, il met Draoui sur orbite. Le pensionnaire du CR Belouizdad fait le break et met ses compères à l’abri. Une belle réaction et un joli succès qui laissent le destin de Abdellaoui et consorts entre leurs pieds. Tout se jouera samedi (18h00) contre les Nigérians. Les Golden Eagles, vainqueurs du Mali 3 buts à 2 lors de la première journée, ont croisé le fer avec l’Egypte, qui s’est quittée dos à dos (1/1) avec l’Algérie, dans le second match plus tard dans la soirée (19h00) sur la même pelouse. Celle du Cardine Faye de M’Bour. Pour clore, il est utile d’informer que le Sénégal, pays hôte, s’est assuré une place dans le carré d’as à la faveur de ses 6 unités et son second succès (2/0) acquis mardi face à la Tunisie (3e, 3 points) dans le choc entre leaders du groupe « A ». Des réalisations signées Ibrahima Diedhiou (4') et Mouhamadou Diallo (84'). Un peu plus tôt dans l’après-midi, l’Afrique du Sud a, au terme d’un duel mal-engagé, dominé la Zambie 3 buts à 2 l’éliminant de la compétition par la même occasion. Menés à la pause après l’ouverture de Luchanga (39’) pour les « Chipolopolos », les Sud-Africains (2es, 3 points) ont repris l’ascendant en l’espace de 7 minutes par l’intermédiaire de Masuku (48’) et le doublé de Motupa (52’ et 55’) avant que Katema ne réduise la marque (73’). Le second ticket se jouera entre les Aiglons de Carthage et les Bafana Bafana samedi (20h00).

Publié dans Sports

Le président de la JS Kabylie, Moh-Chérif Hannachi, se penche sur le recrutement lors de ce mercato hivernal et espère renforcer son team par des éléments capables d’apporter le plus escompté. Ainsi, un attaquant venant de l’Hexagone, Rahoui, est déjà à l’essai au club en attendant le verdict du staff technique et du coach français, Bijotat, qui devrait donner son avis sur cet élément.
Ce joueur, faut-il le préciser, a déjà joué en Algérie à Arzew et à l’O Médéa avant qu’il ne rejoigne la France pour évoluer dans un club de CFA (D III). Le boss des Canaris, qui s’est rendu en France ces derniers jours, a même tenté de négocier le transfert du défenseur du FC Paris, Tahart, qui avait été sélectionné par le coach national, Gourcuff, lors des deux matchs amicaux face à la Guinée et au Sénégal. Ainsi, le premier responsable du club kabyle souhaite ramener trois éléments, un pour chaque compartiment et souhaite conclure dans les plus brefs délais pour se consacrer ensuite à la préparation qui devrait se dérouler à la trêve pour relancer l’équipe qui devra être dans de meilleures conditions afin de réussir un meilleur parcours lors de la phase retour qui s’annonce difficile, d’autant plus que les Kabyles devront rattraper le retard qu’ils accusent par rapport aux autres formations qui jouent les premiers rôles en championnat de Ligue I. Par ailleurs, la direction de la JSK tente de décrocher le droit de recruter un quatrième joueur, au lieu de trois éléments comme le prévoit la réglementation pour le mercato et ce après la blessure de Gaâga, intervenue avec la sélection olympique et qui le mènera à déclarer forfait pour le reste du championnat. A noter que le club avait recruté le gardien du MC El Eulma, Kara, mais son contrat sera vite résilié. Hannachi expliquera cette volte-face par le fait que la direction s’est rendu compte qu’il vaudrait mieux recruter des joueurs de champ, surtout que le nombre de licences accordé par la LFP aux clubs pour le mercato est insuffisant et qu’il ne vaudrait pas se tromper.

Publié dans Sports

Plusieurs chocs sont à l’affiche des tirages au sort des 32es de finale de la Coupe d’Algérie de football seniors effectués mardi soir à Alger, notamment les deux confrontations entre pensionnaires de Ligue 1 Mobilis : MC Oran-MO Béjaïa et RC Relizane-JS Kabylie. Le MOB (tenant du trophée) entame sa campagne par un déplacement difficile à Oran pour croiser le fer avec le MCO dans un match qui promet beaucoup, même si les deux équipes ne tournent pas bien cette saison, surtout les Hamaraous qui luttent pour quitter la zone rouge. Le promu, le RC Relizane, qui reste sur une retentissante victoire en championnat contre l’USM Blida (5-1), a hérité de la JS Kabylie, un habitué de Dame Coupe. Le RC Arba, finaliste malheureux de l’édition précédente et lanterne rouge du championnat de Ligue 1 cette saison, ne devrait pas, a priori, rencontrer de difficultés pour passer en 1/16 de finale contre l’ORBG Boussbaâ. Quant au leader de Ligue 1 Mobilis, l’USM Alger, il accueillera la formation de Paradou AC (L2) dans un derby de la capitale qui s’annonce intéressant à suivre. Parmi les autres matchs au programme des 32es de finale, le derby de l’est du pays entre le MC El Eulma qui accueillera le CS Constantine, deux équipes en difficultés dans leurs championnats respectifs. Le CR Belouizdad, qui carbure fort cette saison en championnat de Ligue 1, sera opposé à l’ASO Chlef qui ambitionne de retrouver la Ligue 1 dès cette saison. Les matchs des 32es de finale se dérouleront les 18 et 19 décembre prochains.

Publié dans Sports
Page 1 sur 4