Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 06 décembre 2015

Selon l’APS, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a présidé, samedi au Bourget à Paris, une réunion de coordination des membres de la délégation algérienne à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21).

Cette réunion, qui s’est déroulée à huis clos, en présence d’Ahmed Djoghlaf, co-président groupe de travail international chargé de préparer l’avant-projet d’accord, et de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, Amar Bendjama, était destinée à faire, de façon approfondie, le point des négociations au niveau des experts et hauts fonctionnaires à la lumière des positions de l’Algérie et du groupe 77 plus la Chine dont notre pays fait partie. Ramtane Lamamra a déclaré à l’APS qu’il était «raisonnablement optimiste» quant à l’issue de cette conférence, c’est-à-dire sur l’aboutissement à un accord contraignant sur le climat qui aura pour objectifs de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et ainsi limiter à 2 degrés Celsius le réchauffement climatique mondial. Le ministre algérien a présidé hier dimanche, en marge de la conférence mondiale sur le climat, une réunion des pays africains qui veulent montrer qu’ils ne sont pas demandeurs seulement d’exigences, en matière de soutien financier, mais veulent aussi le succès de la conférence. La position de l’Algérie est connue. Elle est exprimée dans sa contribution à la lutte contre les changements climatiques qui a été présentée à Bonn (Allemagne), début septembre, à l’occasion d’une réunion de la séance de clôture de la réunion Comité préparatoire de la COP21. Elle est inspirée du «souci de permettre à notre pays de poursuivre son effort de développement en s’appuyant sur un mix énergétique non polluant porté par le gaz naturel et intégrant son grand potentiel en énergies renouvelables». L’Algérie a fait savoir qu’elle compte solliciter un accompagnement financier conséquent de «son ambition relative à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et à l’adaptation aux effets des changements climatiques». L’Algérie a participé à Paris aux consultations ministérielles informelles dans le cadre de la préparation de la COP21. On sait que notre pays est concerné surtout par l’adaptation au changement climatique qui fera partie intégrante du nouvel accord sur le climat, avait fait savoir, il y a quelques mois, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Il reste à savoir si les financements suivront pour mettre en place les programmes et activités qui vont dans ce sens. Il parait évident, selon les experts, que quel que soit l’effort de réduction des gaz à effet de serre, à travers le monde, pour les prochaines décennies, l’Afrique continuera de faire face à de sérieux problèmes et difficultés liés au changement climatique qui vont changer fondamentalement le paysage productif, redessineront la carte des précipitations, de la disponibilité des ressources hydriques, de la production agricole et de la répartition des populations ». Quant à l’Algérie, elle affronte une double vulnérabilité, naturelle et économique, aux effets, impacts et conséquences des changements climatiques. 

Publié dans Environnement

La compagnie pétrolière américaine Chevron et les groupes français EDF et BNP-Paribas, accusés « d’affaiblir les politiques climatiques », ont été épinglés jeudi par plusieurs ONG qui leur ont décerné les Prix Pinocchio du Climat 2015. Ce prix, décerné alors que se tient à Paris la conférence internationale sur le climat, la COP21, « dénonce leur responsabilité dans l’affaiblissement des politiques climatiques et l’impact de leurs activités sur les communautés locales », indiquent dans un communiqué Les amis de la terre France, Peuples solidaires-Action aid France, Friends of the earth Europe, Corporate Europe observatory et Crid. Dans leur collimateur, BNP-Paribas, « l’un des sponsors de la COP 21, (qui) a été épinglé pour son soutien financier au secteur du charbon partout dans le monde, notamment d’énormes centrales en Afrique du Sud et en Inde ». Le second vainqueur français, EDF, également sponsor de la COP 21, « a été distingué pour sa campagne publicitaire visant à faire du nucléaire une ‘’énergie propre’’ et ses investissements dans les énergies fossiles : il détient 16 centrales à charbon dans le monde », déplorent les ONG. Enfin, l’américain Chevron « a été dénoncé pour sa politique très agressive de lobbying pro-gaz de schiste en Argentine ». Les ONG « lancent un appel aux gouvernements pour que des mesures concrètes soient prises pour mettre fin à l’impunité dont bénéficient aujourd’hui les grandes entreprises », via « des réglementations contraignantes ». « Un certain nombre d’entreprises parmi les plus polluantes au monde font preuve d’un effort jamais égalé pour polir leur image lors des négociations sur le climat de la COP21 à Paris », dénonce, cité dans le communiqué, Colin Roche, chargé de campagne industries extractives pour les Amis de la Terre Europe. D’autres entreprises ont été nommées pour un prix, comme les français Engie, « pour ses investissements dans les énergies fossiles », ou Total « pour avoir infiltré les associations professionnelles de promotion des énergies renouvelables ». Le pétrolier anglo-néerlandais Shell figure également parmi les nommés, « pour son empreinte dévastatrice sur le plan social et environnemental laissée au Nigéria», de même que le groupe minier britannique Anglo American «pour sa méga-mine El Cerrejn en Colombie», ou le fabricant norvégien d’engrais Yara International, « pour sa tentative de donner une image plus durable et écologique aux engrais». Les ONG revendiquent près de 43 000 votes sur le site internet des Prix Pinocchio, pour sélectionner les lauréats.
(Source : AFP)

Publié dans Environnement

La Chine a exhorté l’Union européenne (UE) à arrêter les droits anti-dumping et anti-subvention contre les exportations photovoltaïques (PV) de la Chine, alors que ces derniers représentent une extension de telles mesures commerciales. Le ministère chinois du Commerce a indiqué samedi dans un communiqué que la décision d’étendre les mesures nuirait aux intérêts des deux parties, et qu’il espérait que l’UE arrêterait ces politiques le plus tôt possible afin d’améliorer les relations économiques Chine-UE. Les panneaux solaires et les composants concernés sont importants pour le développement de l’énergie propre et aideront les pays à atteindre leurs objectifs de réduction d’émissions et à lutter contre le changement climatique, a noté le ministère. L’organe exécutif de l’UE, la Commission européenne, a décidé samedi de lancer un réexamen au titre de l’expiration de ses mesures commerciales concernant les PV. Le rythme de croissance de l’énergie propre a été ralenti en Europe après que les pays européens ont fortement réduit leurs subventions des panneaux solaires et établi un prix minimum d’importations.
La capacité installée des PV dans la région a chuté à 7GW en 2014, contre 24 GW en 2012, avec des parts qui sont passées de 74% à 14,5% du total mondial. Les deux parties ont connu de grands différends concernant les mesures commerciales sur les panneaux solaires importés de Chine avant d’aboutir à des accords sur un prix minimum d’importations et à un quota établi pour les importations depuis la Chine en 2013.
(Source : agences)

Publié dans Environnement

Découpler la croissance économique de l’utilisation croissante des ressources doit faire partie intégrante de la politique climatique, selon un groupe d’experts scientifiques de la gestion des ressources naturelles de renommée mondiale. À l’heure où les nations sont réunies à la COP21 à Paris en vue de déterminer un nouveau régime climatique mondial, le Panel international des ressources (PIR) a déclaré qu’une «vision de l’ensemble du système » était cruciale en politique climatique. Le Panel International des Ressources a été créé en 2007 pour fournir des évaluations scientifiques indépendantes, cohérentes et fiables de l’utilisation durable des ressources naturelles et des impacts de ces ressources sur l’environnement tout au long de leur cycle de vie. En publiant ses «Dix messages sur les changements climatiques », le PIR a affirmé que la gestion des ressources naturelles et le changement climatique sont intimement liés. En effet, une grande partie de la consommation mondiale d’énergie (et donc des émissions de gaz à effet de serre, GES) est associée directement à l’extraction, au traitement, au transport, à la conversion, à l’utilisation et à l’élimination des ressources naturelles. Accroître la productivité de ces ressources, en améliorant l’efficacité des systèmes qui les utilisent et en réduisant leur gaspillage, permet à la fois de réduire leur consommation et les émissions de GES. Ces améliorations s’accompagnent de gains économiques, et d’un accès plus équitable aux ressources, a déclaré le PIR. En outre, grâce à ce «découplage», les pays en voie de développement pourraient réduire l’augmentation de la demande annuelle d’énergie de moitié, voire plus, au cours des 12 prochaines années, tout en réalisant leurs objectifs de développement. «Les changements de politiques visant à atténuer les émissions de GES affectent non seulement la stabilité du climat, mais aussi d’autres aspects environnementaux et l’utilisation des ressources d’une manière positive ou négative», a déclaré le co-président du PIR, Janez Potočnik. «Une approche intégrale du système, qui comprendrait la production, la consommation et leurs impacts sur l’environnement et les ressources, aide à prévenir les conséquences imprévues et parfois néfastes de l’atténuation des émissions de GES». Cet argument est étayé dans le nouveau rapport du PIR, «Choisir nos énergies vertes : avantages, risques et arbitrages associés aux technologies bas-carbone de production d’électricité», publié également aujourd’hui. Ce rapport évalue neuf technologies bas-carbone de production d’électricité, qui seront essentielles pour répondre à l’objectif de 2°C et à la hausse de la demande en énergie. Pour la première fois, les pays qui font le choix des énergies renouvelables ont une information scientifique claire, non seulement sur les avantages de la réduction des GES, mais aussi sur les impacts, positifs et négatifs, sur l’environnement, la santé humaine et les ressources naturelles.
(Source : PNUE)

Publié dans Environnement

Dans un groupe assez relevé, nombreux ne donnaient pas cher de leur peau, mais les Verts ont fait mieux que survivre dans la CAN-2015 des U23. Un match nul (0-0) réalisé samedi soir face au Nigeria pour se hisser en demi-finale. Mieux, l’Equipe nationale ne s’est pas contentée de composter le précieux sésame, puisqu’elle est passée avec le statut de protégée et évitera de croiser le Sénégal, premier de la poule A, dans l’avant-dernière étape. Un bel exploit pour nos « Olympiques » qui effleurent le rêve de Rio. Pour eux, les choses sérieuses commencent maintenant !

La première moitié du chemin a été parcourue. Nos petits Fennecs sont dans le carré d’as du 2e championnat d’Afrique des nations de 2015 espoirs. Toutefois, les coéquipiers de Zinedine Ferhat sont dans la bonne spirale pour aller au bout de leur mission : se qualifier pour les jeux Olympiques de 2016, prévus l’été prochain au Brésil. Pour l’instant, rien n’est concrètement acquis et le sélectionneur national André-Pierre Schürmann n’a pas manqué de le rappeler au sortir même de la dernière rencontre face aux Golden Eagles nigérians : «La rencontre face au Nigeria n’était pas facile pour nous, on cherchait une victoire pour se qualifier directement, sans attendre l’autre résultat, mais c’était très compliqué face à une grande équipe. Sinon, je suis très heureux de cet exploit, on a franchi un grand pas pour atteindre notre objectif, qui est d’arriver à Rio. Ceci dit, on ne doit pas avoir la grosse tête après cet exploit, on doit commencer à penser au match face à l’Afrique du Sud, et là je reviens à ce que je disais avant, il ne faut pas anticiper les événements. » Ses poulains sont, eux aussi, conscients que le plus dur reste à faire et que le véritable tournoi commencera après la fin de la phase de poules. Une lucidité palpable dans les propos du meneur de jeu Mohamed Benkhemassa. « Nous sommes sur le droit chemin, et notre qualification est la preuve, notre objectif maintenant est de se qualifier en finale et aux jeux Olympiques, qui restent notre rêve, il ne nous reste pas beaucoup pour y être, je veux dire 90 minutes de Rio. Nous allons nous battre pour éliminer l’Afrique du Sud, ensuite ce sera un autre langage », a déclaré le sociétaire de l’USM Alger. En trois sorties, les coéquipiers de Zakaria Haddouche, sur le radar du prestigieux club égyptien Zamelek SC, ont montré qu’ils en avaient en magasin. Beaucoup de solidarité, d’abnégation et de générosité, même quand l’adversité était rude. Tous les ingrédients nécessaires pour aller loin dans ce genre de compétitions. Où est-ce que les poulains de Shürmann verront leur chemin prendre fin dans la messe continentale ? On n’en a pas idée. On souhaite qu’ils aillent le plus loin possible. Assez loin pour atteindre Rio de Janeiro. Le plus beau des terminus serait le toit de l’Afrique, qu’ils lorgnent en présence du Sénégal, pays organisateur, qui reste le grandissime favori du tournoi. Pour se hisser en finale, il faudra se défaire de l’Afrique du Sud, qui a terminé à la seconde place du groupe A au détriment de la Tunisie et derrière les Sénégalais qui ont réalisé un 3 sur 3. Autrement, il faudra remporter le match de classement pour valider le ticket brésilien. Tout reste à faire donc pour « El Khadra » qui a une (belle ?) histoire à parachever. 

Publié dans Sports

Les jeunes capés de la sélection des U23, qui prennent part à la CAN U23 qui se déroule au Sénégal, tentent d’allier performance et plan de carrière. En effet, ces joueurs, qui évoluent pour la plupart dans des clubs de Ligue 1 algérienne, souhaitent décrocher le gros lot et arracher un contrat intéressant avec une formation européenne, surtout qu’un bon nombre de managers et autres intermédiaires du Vieux Continent suivent attentivement cette compétition pour tenter de trouver l’oiseau rare et prendre des joueurs qui pourraient jouer aisément en Europe. C’est le cas de l’ancien coach de l’O Marseille, José Anigo, reconverti en manageur et dénicheur de talent et qui tente de trouver des joueurs capables de signer dans le club phocéen. Ce dernier a été subjugué par le talent de quelques éléments de la sélection nationale, notamment Ferhat, la star de l’EN des U23, mais aussi Kheniche, le joueur de l’ES Sétif, et le meneur de jeu du RC Arba, Meziane. Il pense que ces jeunes ont tous les qualités qu’il faut pour évoluer en Europe, d’autant plus qu’ils ont une marge de progression à faire valoir vu leur jeune âge. En outre, Meziane du RCA, qui est à l’origine un joueur de l’USMA prêté à Larbaâ, aurait aussi été approché par un recruteur de Montpellier où évoluent deux autres Algériens, Bensebiani et Boudebouz et coaché par l’ancien entraîneur de l’USMA, Roland Courbis. Kheniche, lui, en plus de l’intérêt d’Anigo, intéresse les recruteurs du club égyptien, le Zamalek du Caire, mais ce dernier les a orientés vers le président de l’Entente, Hassan Hammar, étant donné qu’il est encore sous contrat avec le club des Hauts-Plateaux. Tout cela montre que le joueur local n’est pas aussi mauvais qu’on le pense et peut prétendre à une meilleure carrière, étant donné que les recruteurs s’y intéressent. Gageons seulement que ces jeunes ne prennent pas la grosse la tête et se concentreront sur leur travail sur le terrain, car ils doivent savoir que seul le travail paye.

Publié dans Sports

Son talent déferle sur les côtes de la Manche. Il éclabousse la Barclays Premier League de ses palettes techniques. Son pied gauche est un régal. Chaque touché de l’Algérien se transforme en or. Ryad Mahrez ressemble à un raz-de-marée innarrêtable devant lequel les défenses anglaises se délitent. S’engloutissent littéralement. Quand le buteur providentiel de l’équipe, Jamie Vardy, ne marque pas, c’est le Vert qui prend le relais et porte le costume du héros pour permettre à Leicester City de rester sur son nuage. Au top du championnat d’Angleterre que le club domine, à la surprise générale, à la faveur de ses 32 points devant Arsenal (30 unités) et Manchester City, qui en totalisent 29. Vardy et Mahrez, un tandem de rêve qui fait saliver. A eux seuls, les deux attaquants ont inscrit 24 buts (dont 10 pour l’Algérien grâce au triplé signé chez Swansea City) des 32 marqués par les Foxies en BPL. Mieux, le duo a fait trembler les filets plus que 14 autres teams, dont Southampton, Chelsea, Liverpool ou encore Manchester United. Le hat-trick inscrit samedi après-midi sur la pelouse des Swans était le premier dans la carrière professionnelle du Fennec. Une autre preuve que le joueur formé au Havre AC a le vent en poupe. Une véritable ascension pour le joueur de 24 ans qui n’arrêtera certainement pas de surprendre. Son exploit de samedi a même fait oublier que la série record de son acolyte en attaque, Vardy, a pris fin. Ce dernier avait réussi à envoyer le ballon au fond en 11 sorties de suite, enlevant l’ancienne référence de 10 buts au nom de Ruud Van Nistelrooy (Manchester United), qui datait de la saison 2005/2006, des tablettes. Deuxième meilleur buteur de l’équipe et 5e du classement général des meilleurs artilleurs, avec Olivier Giroud (Arsenal) et Sergio Agüero (Manchester City), Mahrez sait se montrer aussi collectif qu’adroit dans la surface de vérité. Depuis le début de l’exercice, le natif de Sarcelles a délivré 6 offrandes, à égalité avec Kevin De Bruyne (Manchester City) et Gerrard Deulofeu (Everton). Seul (l’inégalable ?) Mesut Özil (Arsenal) a fait mieux avec 12 passes décisives. Les performances de l’homme aux 14 offrandes avec l’EN lui ont fait une place parmi le beau monde du foot british. Ses chiffres ne peuvent qu’éveiller l’intérêt des grands d’Angleterre, voire d’Europe. Les offres risquent d’atterrir en masse sur le bureau de Leicester lors du marché des transferts hivernal. Mahrez sera l’un des plus beaux cadeaux de Noël qu’une franchise pourrait s’offrir. 

Publié dans Sports

L’entraîneur algérien de l’IR Tanger, Abdelhak Benchikha, ambitionne d’atteindre la barre des 60 points en championnat de première division marocain de football. « Nous tablons sur des victoires à domicile et des nuls à l’extérieur, ce qui devrait nous permettre d’engranger 60 points à la fin de la saison et du coup terminer en tête du classement, du moment que le champion de l’exercice précédent avait eu 59 points », a indiqué Benchikha, cité samedi par la presse locale. L’IR Tanger, promu cette saison parmi l’élite, pointe à la 3e place au classement de la Botola Pro avec 18 points, à deux unités du leader, le WA Casablanca. Vendredi, en ouverture de la 10e journée, l’IR Tanger est allé battre Hassania Agadir (3-1). « Nous disposons de joueurs de talent capables de relever le défi et un conseil d’administration professionnel et compétent qui encourage sans cesse les joueurs. Je prédis une saison réussie sur tous les plans », a-t-il ajouté. Benchikha avait rejoint la formation de Tanger en juillet passé pour sa troisième expérience dans le championnat marocain, après le Raja Casablanca et Difaâ El Jadida. L’ancien sélectionneur de l’Algérie (septembre 2010-juin 2011) avait d’ailleurs remporté la Coupe du Maroc avec Difaâ El Jadida en 2013. Outre Benchikha, un autre entraîneur algérien exerce cette saison dans le championnat marocain, en l’occurrence Azeddine Aït Djoudi, aux commandes du MC Oujda, qui occupe la 4e place au classement avec 14 points. 

Publié dans Sports

Le président de la JS Awzellaguen a décrié cette nouvelle formule qui lèse son équipe appelée à rétrograder, alors qu’elle est considérée comme un club pourvoyeur de joueuses pour les grosses cylindrées du handball féminin.

Les membres de l’Assemblée générale extraordinaire (AGEx) de la Fédération algérienne de handball (FAHB) ont approuvé à Alger la formule d’un Championnat d’Algérie de handball (dames) « Excellence » à dix équipes. Organisés au Centre de préparation des équipes nationales à Souidania, sous la conduite du président de la FAHB, Saïd Bouamra, les travaux de l’AGEx ont vu la présence de 80 membres de droit sur les 113 composant l’assemblée générale. La nouvelle formule de compétition, votée à bulletin secret par 45 membres de l’AGEx, prévoit la création d’un championnat « Excellence » à dix équipes et un palier intermédiaire à huit clubs. Trois équipes descendront du palier supérieur et trois autres accéderont en élite à l’issue de la saison. La proposition de fiche technique relative au championnat dames de handball 2015-2016, prévoyant une compétition à deux groupes de 8 équipes chacun, a été par contre rejetée par les membres de l’AGEx. Cette dernière proposition a fait l’objet d’une réunion du collège technique le 18 octobre dernier au cours de laquelle une proposition de fiche technique relative à la Division nationale 1 dames avait été adoptée puis présentée au bureau fédéral de la FAHB. « La décision d’adopter une nouvelle formule du championnat avait été prise lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) d’avril dernier. Nous comptons sur le sens de responsabilité des membres composant l’assemblée générale pour trouver une solution favorable à ce problème pour l’intérêt général du handball féminin », a indiqué Said Bouamra au cours des travaux. De son côté, le président de la JS Awzellaguen, Hassaoui Driss, a fait part de son « mécontentement » à l’issue des travaux de l’AGEx. « Les membres de l’AGEx sont unanimes à dire que nous étions bel et bien lésés par une décision du collège technique qui a décidé de faire rétrograder trois équipes au lieu de deux. C’est une décision arbitraire qui a fait l’objet d’un recours auprès du TAS (Tribunal arbitral du sport, NDLR) de Lausanne qui nous a déboutés d’une manière injuste », a-t-il estimé. Pour le président de la JS Awzellaguen, club pourvoyeur de jeunes talents au profit des grandes équipes du championnat féminin, « cette AGEx n’a fait que compliquer les affaires de notre club ». « Nous avons voté pour une formule à deux groupes de huit équipes, mais les membres de l’AGEx en ont décidé autrement.
Cette décision complique de plus en plus la situation du handball féminin en Algérie. Nous avons tendance à changer les systèmes de compétition à tort et à travers. Ces pratiques doivent cesser », a-t-il ajouté. Pour rappel, le championnat féminin est à l’arrêt depuis la fin de la saison dernière qui avait vu le sacre du HBC El-Biar. La situation de la sélection algérienne dames est plus compliquée, puisqu’elle est toujours en hibernation et sans entraîneur depuis le départ de Karim Achour à l’issue de la coupe d’Afrique des nations-2014 à Alger, ponctuée par une 4e place et un échec à se qualifier au Mondial-2015. 

Publié dans Sports

Une centaine de participants sont attendus vendredi prochain à la quatrième édition de l’Open de Kabylie de tennis de table qui se déroulera à Tizi-Ouzou, a-t-on appris de la Direction locale de la jeunesse et des sports (DJS). Cette compétition nationale, qui s’étalera sur deux jours, est programmée au niveau de la salle omnisports Saïd Tazrout de la nouvelle ville. Elle est organisée par la ligue de wilaya de Tizi-Ouzou de tennis de table, en collaboration avec la DJS et sous l’égide de la Fédération algérienne de cette même discipline (FATT), précise la même source. Le début de la compétition, qui verra la participation de pas moins de 25 équipes représentant plusieurs wilayas dont : Boumerdès, Alger, Béjaïa, Bouira, Aïn Defla, Sétif, Constantine, Ouargla, Tizi-Ouzou et Blida, est prévu pour vendredi à 9h avec un programme qui s’étalera jusqu’à 19h. Elle sera clôturée par la remise de prix aux gagnants le lendemain à 15H00.

Publié dans Sports
Page 1 sur 8