Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 11 avril 2015

C’est l’événement numérique de la semaine : de l’Internet gratuit dans 20 autobus exploités par l’Entreprise du transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa) sur les lignes à partir du 1er Mai, Ben Aknoun, place des Martyrs, El Harrach et Audin vers les nombreuses destinations desservies comme Zéralda, Aïn Benian ou Bab Ezzouar. Par Hassiba Chaiblaine et R. Bouarroudj Si l’Etusa propose désormais de l’Internet dans 20 premiers bus, avant de l’étendre à tout son parc, sans toutefois spécifier de calendrier, c’est grâce à Mobilis, devenu, à l’issue d’un accord formalisé jeudi dernier entre les dirigeants des deux compagnies, son fournisseur attitré. Les usagers pourront facilement distinguer les bus dotés d’une connectivité à Internet à travers une bannière indicative et une fois dans le bus, le mot de passe est visible sur l’écran d’affichage et pourrant se connecter avec leurs ordinateurs, tablettes ou Smartphones librement et gratuitement, le nom du réseau étant « WIFIETUSA22100 » et le mot de passe « ETUSA2015 ». « La connexion est illimitée », s’est réjoui le directeur général de l’Etusa, Krim Yassine, signataire, avec le premier dirigeant de Mobilis, Saad Damma, du « protocole portant fourniture de connexion à Internet sans fil », qui s’est fait sous le sceau de la confidentialité, les deux responsables s’étant refusés à avancer le moindre chiffre sur le coût de l’opération. Le ministre des Transports, Amar Ghoul, présent à la signature, a saisi l’occasion pour annoncer que l’ETUSA disposera à l’avenir d’un total de 1000 bus, contre 650 actuellement, pour couvrir les 57 communes de la wilaya d’Alger, tous équipés d’une connectivité sans fil. Il a également fait part de l’ouverture prochaine d’une station nationale de maintenance et de mécanique de bus publics à El Harrach (Alger). Cette station, selon M. Ghoul, « aura pour objectif d’améliorer les prestations de services », réitérant l’engagement de son département à acquérir de nouveaux bus en mettant à sa disposition les financements nécessaires « pour qu’elle puisse couvrir toutes les zones urbaines d’Alger ». A ce titre, il a exprimé son entière « satisfaction » de l’ouverture de nouvelles lignes couvrant les nouvelles cités. L’Etusa, qui dispose d’un parc d’autobus de 650 véhicules, exploitera 22 nouvelles lignes au total qui s’étendront vers Zéralda, Rouiba et Birtouta. D’autre part, le premier responsable de l’Etusa a indiqué que les nouveaux bus qui renforceront le parc de l’entreprise seront dotés d’accès destinés aux personnes à mobilité réduite, en plus de la mise en exploitation de minibus qui se déplaceront jusqu’au domicile des usagers à mobilité réduite pour les transporter vers l’hôpital ou les structures de santé.

Publié dans Der

La haute représentante européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, ainsi que le vice-président de la Commission européenne et commissaire à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, coprésideront à partir de lundi prochain des « consultations » avec les pays de la rive sud de la Méditerranée intégrés à la Politique européenne de voisinage (PEV). La rencontre, abritée par la ville de Barcelone, regroupera les ministres des Affaires étrangères des deux espaces européen et méditerranéen dans une réunion ministérielle informelle lors de laquelle une discussion approfondie sera menée sur le processus de consultation en cours sur la révision de la PEV, la situation dans le voisinage méridional et la question sécuritaire. Au titre de sa participation à la PEV, l’Algérie devrait être représentée par son ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui a bouclé un périple à Washington, où il prenait part aux travaux de la troisième session du dialogue stratégique entre l'Algérie et les Etats-Unis. Extrémisme, terrorisme, sécurité énergétique, immigration clandestine… autant de sujets autour desquels l’Algérie sera justement sollicitée, l’UE considérant que « la PEV telle qu'elle est actuellement n’exploite pas pleinement le potentiel des relations » avec ses partenaires. Il est question alors d’associer, aussi étroitement que possible, « nos partenaires dans la conception de la nouvelle politique européenne de voisinage ». L’Algérie était déjà engagée dans un tel processus, avec un calendrier de négociations d’adhésion à la PEV resté au stade de pourparlers exploratoires marqués par une série de consultations entre les deux rives. Un rendez-vous qui répond également à l’agenda « antiterroriste » de l’UE qui a décidé l’intensification « urgente » de l’action extérieure à l’égard des pays de la Méditerranée, d’Afrique du Nord et du Proche Orient, étendue au Yémen, mais plus particulièrement en Libye et au Sahel, deux zones que redoutent plus que jamais les Européens dans la mesure où elles ont été présentées comme des « bases arrières » à partir desquelles des opérations criminelles sur le territoire européen peuvent être commanditées. Désormais, la lutte contre le terrorisme sera pleinement intégrée à la politique étrangère de l’UE, qui tend à renforcer les partenariats avec des pays de premier plan, à travers des dialogues ciblés et plus approfondis portant sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Au cœur de ce dialogue, l’Algérie, au centre d’une des régions les plus instables au monde, où coexistent des pays dits « fragilisés », Mali et Libye en tête.

Publié dans Der

Jeunes femmes et hommes à idées et avec des ambitions entrepreneuriales ont encore jusqu’au 26 avril pour prendre part au premier concours national sur l’innovation – www.jinnovtic.dz – qui s’apparente également au premier challenge institutionnel, à l’initiative du ministère des TIC et de la Poste. La première édition, avec pour intitulé « La jeunesse, nerf de l’innovation », a été voulue comme la contribution de l’Algérie aux célébrations mondiales des 150 ans de l’Union internationale des télécommunications (UIT), avec l’espoir de réussir à stimuler chez les jeunes de l’intérêt pour les carrières technologiques et d’ingénierie. Il est également question à travers ce concours national d’encourager les innovations qui contribuent à la création de nouveaux services ou produits et de créer un espace de compétition favorisant la concurrence valorisante ; d’autant que le premier prix est de 1 million de dinars, sonnants et trébuchants. Il y a lieu de savoir que la participation à cette première édition a été répartie en deux catégories, « Femmes, innovation & TIC », exclusivement et évidemment réservée aux seules femmes de moins de trente-cinq ans, puis « Jeunes, innovation & TIC », ouverte aux jeunes des deux sexes avec la même limitation d’âge. C’est même ouvert aux mineurs pour peu qu’ils obtiennent l’autorisation paternelle. Les thèmes des projets à proposer doivent concerner, entre autres, la préservation de l’environnement et la contribution au développement durable, la qualité de vie, la santé publique ou encore la sécurité publique. Si l’appel à projets est déjà clos pour la catégorie « femmes », dont la finale est prévue pour le 23 avril, l’autre catégorie est encore ouverte jusqu’au 26 avril, pour une finale arrêtée pour le 17 mai.

Publié dans Der

La lutte antiterroriste se poursuit. Depuis quelques jours, les services de sécurité ont déclenché une offensive contre le reste des terroristes écumant les maquis de la wilaya de Boumerdès.Il s’agit, selon des sources, d’une opération visant à éliminer le reste des éléments armés activant au sein des trois katibates El Farouk, El Arkam et El Feth qui sévissent toujours surtout du côté du sud de Boumerdès et de l’ouest de la wilaya de Bouira. En effet, deux jours après l’élimination d’un terroriste par les forces de l’ANP dans les maquis situés entre Larbaâtache et Keddara, dans la wilaya de Boumerdès, les forces combinées ont réussi à neutraliser jeudi dernier 4 terroristes et la récupération d’armes automatiques et une quantité de munitions. Pour rappel, un terroriste avait été abattu mardi dernier dans une embuscade tendue par l’armée au lieudit Oued Larbâa. Une arme de type kalachnikov a été récupérée à l’issue de cette opération. L’opération réussie jeudi matin a eu lieu dans la commune de Kharouba, dans la wilaya de Boumerdès. Selon une source sécuritaire, c’est au cours d’une opération de ratissage que les militaires ont abattu les 4 terroristes. A l’issue de ce coup de filet des services de sécurité, les militaires ont récupéré des armes et des équipements de différents types, a précisé le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Selon cette source, c’est un détachement de l’ANP qui a abattu quatre terroristes jeudi à 7h30 lors d’une opération de poursuite et de ratissage menée près de la localité d’Oued Ouakser, affirme le ministère dans un communiqué. L’opération a permis de saisir deux fusils d’assaut Kalachnikov, un fusil semi-automatique Simonov, un pistolet automatique Beretta, deux appareils radio sans fil, une paire de jumelles, une importante quantité de munitions, des moyens de détonation, trois téléphones portables, vingt et une puces téléphoniques et d’autres objets, souligne le communiqué.

Publié dans Der

Un incendie spectaculaire s’est déclaré, hier matin, dans l’espace commercial souterrain situé en plein cœur de Constantine, place du 1er-Novembre (ex-la Brèche), a constaté l’APS. Une quarantaine de boutiques et plus de 110 tables servant aux commerçants ont été entièrement ravagées par le feu, a indiqué la Protection civile dont les responsables ont mis l’accent sur la « complexité » de l’intervention des pompiers « en sous-sol, dans un endroit barricadé, de surcroît, par des portails en acier pratiquement blindés ». Ce n’est que près de 3 heures après sa déclaration que le sinistre a pu être maîtrisé, alors que les interventions se poursuivaient pour évacuer tous les débris résultant de l’incendie. Le souterrain de Constantine est situé sur un axe stratégique constituant un des repères de la ville. Ses accès ont fait l’objet d’une importante opération d’embellissement en prévision de la manifestation « Constantine capitale de la culture arabe » dont l’ouverture officielle est prévue jeudi prochain. Une enquête ouverte par les services de sécurité devra déterminer les circonstances ayant présidé à la déclaration de cet incendie.

Publié dans Der

Troisième volet de la saison de F1 en Chine qui débute demain et nouvel épisode de la lutte à deux écuries qui s’annonce pour la saison entre Ferrari et Mercedes. Après la victoire de Sebastian Vettel en Malaisie, comment va se comporter Ferrari et comment va réagir Mercedes ? La victoire de Sebastian Vettel à Sepang, fin mars a mis du piment (rouge) dans ce début de saison. On s’attendait à un nouveau cavalier seul des Flèches d’argent, mais l’écurie italienne est venue rappeler que la concurrence n’était pas qu’un concept en F1. Elle est bien là, et c’est tant mieux pour le suspense. Si les monoplaces rouges confirment leurs progrès à Shanghai, on pourra commencer à parler de tendance, même si la saison est encore longue. Très longue puisqu’après la Chine, il restera 16 GP à disputer. « Nous avons eu un week-end difficile en Malaisie », résume Lewis Hamilton, le champion du monde en titre, rappelant qu’il a fait « très chaud », qu’il a eu « des problèmes » sur sa Mercedes le vendredi, qu’il a plu samedi en qualifications et que « rien ne s’est passé comme prévu » dimanche en course. Depuis, l’écurie allemande a « tout analysé » et son champion « ne regrette rien ». Son désir de revanche est d’autant plus grand qu’il apprécie Shanghai, ses fans et surtout ce circuit où il a déjà gagné trois fois : en 2008 et 2011 dans des McLaren, l’an dernier dans une Flèche d’argent. « C’est un défi différent par rapport à l’Albert Park (de Melbourne) et Sepang (en Malaisie), mais je l’apprécie vraiment et il convient plutôt bien à mon style de pilotage. Je n’y ai manqué que deux fois le podium » en huit visites à Shanghai, ajoute le Britannique.

Alonso veut « finir sa carrière chez McLaren » Alonso, 33 ans, a été sacré en 2005 et 2006 chez Renault F1. Il est retourné chez McLaren cet hiver, après cinq saisons frustrantes, sans titre mondial, chez Ferrari, de 2010 à 2014. « J’ai passé cinq ans avec Ferrari et j’ai fini trois fois deuxième (du championnat), je ne voulais pas que ça m’arrive une quatrième fois », a dit Alonso jeudi, lors d’un point presse très attendu. « Bien sûr, s’ils (Ferrari) remportent le titre cette année, j’aurai peut-être une opinion différente. Mais s’ils terminent encore deuxième ou troisième, je serai content d’être parti. » Alonso a raté le GP d’Australie suite à un accident lors des essais hivernaux à Barcelone. Il était de retour en Malaisie et a assisté, après son abandon, à la première victoire de son successeur chez Ferrari, Sebastian Vettel. Alonso avait déjà passé une année chez McLaren en 2007, dans la foulée de ses deux titres mondiaux, puis il était parti en claquant la porte, en fin de saison, mécontent du statut accordé au débutant Lewis Hamilton. Tout s’est arrangé cet hiver, notamment avec Ron Dennis, et l’Espagnol est retourné à Woking. « Je finirai avec McLaren. Ça fera probablement comme avec Ferrari, je bouclerai la boucle, je clôturerai ce chapitre de ma vie », a ajouté Alonso. Son contrat actuel avec McLaren-Honda, pour deux ans, est évalué officieusement à 25 millions de livres (32 millions d’euros) par an. La marque japonaise voulait absolument l’Espagnol pour son retour en F1. Interrogé sur ses choix de carrière, Alonso s’est estimé « chanceux d’avoir remporté des titres et beaucoup de GP (32 à ce jour, mais aucun depuis mai 2013 en Espagne, ndlr) », ajoutant qu’il lui arrive de se sentir « plus heureux et fier de bien faire mon travail, avec mon équipe, que si je remportais un trophée. Il y a des moments dans la vie où on se retrouve dans un état d’esprit différent, avec des priorités différentes dans la vie ». « Après 15, 16, 17 saisons de F1, quel que soit le total, ça suffira », a aussi dit Alonso au sujet de sa fin de carrière. Il a débuté en 2001 chez Minardi (la petite écurie italienne a ensuite été rachetée par Red Bull et rebaptisée Toro Rosso), puis il a été pilote d’essai en 2002 chez Renault F1. Il attaque donc sa 14e saison de F1 comme titulaire, dans une écurie qui a raté son début de saison. Les deux McLaren-Honda d’Alonso et Jenson Button, champion du monde 2009, sont parties de l’avant-dernière ligne de la grille de départ en Malaisie, puis ont abandonné en raison de problèmes mécaniques. Hamilton, double champion du monde (2008 et 2014) et coéquipier d’Alonso chez McLaren en 2007, lui a témoigné son soutien, jeudi à Shanghai, en évoquant l’écurie anglaise qu’il connaît bien : « C’est une équipe remarquable, donc je n’ai aucun doute : ils reviendront au sommet, à un moment ou un autre. Dans combien de temps ? C’est la grande question. »

Publié dans Sports

L’EN masculine des cadets fera tout son possible pour revenir avec les meilleurs résultats possibles et donc arracher le ticket de la qualification pour la phase finale qui se déroulera chez nos voisins maliens, même si la mission s’annonce quelque peu difficile. La sélection algérienne masculine U16 de basket-ball disputera ce week-end le tournoi qualificatif de l’Afrobasket-2015 Zone 1 qui se déroulera à Salé, au Maroc, avec l’objectif d’arracher le ticket qualificatif à la phase finale prévue en août au Mali. Les jeunes basketteurs algériens sont arrivés à Rabat et se sont entraînés jeudi à la salle Fathallah-El-Bouazaoui de Salé, est-il précisé sur la page facebook de la Fédération algérienne de basket-ball. Après le retrait de la Tunisie et de la Libye, le tournoi de qualification se disputera entre l’Algérie et le Maroc en deux matches. Le premier sera qualifié pour la phase finale de l’Afrobasket-2015. Le premier match est programmé à la salle Fathallah-El-Bouazaoui de Salé, alors que le match retour est prévu samedi à 18h dans la même salle. Avant de s’envoler pour le Maroc, la sélection nationale, entraînée par Mohamed Abidat et son adjoint l’ancien international Fardjallah Harouni, était en stage de préparation du 4 au 7 avril au centre de préparation des équipes nationales de Souidania. Avant ce stage précompétitif, le cinq algérien avait pris part au tournoi international de l’amitié, disputé du 25 au 30 mars à Staouéli (Alger) avec la participation du Mali, de la Tunisie et du Maroc. Les Algériens s’étaient inclinés en finale face à la Tunisie sur le score de 87 à 79 (après prolongations).

Liste des joueurs convoqués : Amine Oulahcen, Zakaria Houari, Mohamed Cheblaoui, Mohamed Canon, Abdelhadi Koob (US Sidi Amar), Mostafa Braik, Ismail Belaouel (US Sétif), Lotfi Ramoul (USM Blida), Abdelaziz Agouabi (RAM Alger), Akram Sahbi (ASS Oum El Bouaghi), Mehdi Djoudar (TRB Bab El Oued), Mohamed Mekanzia (IRB Laghouat), Nabil Benabderahmen (WA Boufarik), Djamel Hadjazi (OSBB Arréridj), Karim Chamouni (OM Jijel)

Publié dans Sports

Certains avouent que notre pays a payé cash l’affaire Ebossé, surtout que le Gabon avait tablé sur la sécurité dans ses stades et même sur le plan régional. Au lendemain de la déception de la non-attribution de la CAN à l’Algérie, qui a été coiffée au poteau par le Gabon, des personnalités commencent à s’exprimer pour donner leurs versions des faits sur ce qui n’a pas marché pour notre pays, dont on disait que le dossier était bétonné. Nul ne comprenait vraiment ce qui s’est passé au Caire lors du vote pour l’attribution de la CAN-2017, qui est revenue en fin de compte au Gabon, à la surprise générale. Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, avait déclaré à chaud que l’Algérie devrait désormais revoir sa relation avec la CAF après ce qui s’est passé, parlant de jeu de coulisses qui a été défavorable à notre pays. Il affirmera que l’annonce de céder l’organisation au Gabon n’a pas suscité l’engouement de la salle puisqu’il n’y a pas eu pratiquement d’applaudissements qui ont accompagné l’annonce de cette nouvelle. Appelé à s’exprimer, étant donné qu’il avait tiré la sonnette d’alarme sur le fait que les jeux sont faits et que la CAF a choisi le Gabon, le président du COA, Mustapha Berraf, avouera qu’en tant qu’Algérien, il se devait de prévenir tout le monde sur ce qui se tramait, après avoir obtenu des informations que l’organisation allait être confiée au Gabon. Il dira que Hayatou avait mal pris la chose et qu’il ne voulait pas le saluer lors de sa dernière visite en Algérie à l’occasion de l’organisation de la Supercoupe africaine à Blida entre l’ESS et Al Ahly du Caire. Il indiquera, par ailleurs, dans une déclaration sur El Heddaf TV que l’Algérie ne devra pas en rester là, malgré la déception, et qu’il faudra aller de l’avant, puisqu’il y aura d’autres événements à organiser. L’Egyptien, membre du comité exécutif de la Fifa, proche de Raouraoua, Hani Abou Rida, avait avoué qu’il se devait de consoler le patron de la FAF, qui a été abattu après l’annonce du verdict de la CAF et que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, le président de la CAF, Hayatou, a voté pour l’Algérie, mais les autres membres ont choisi le Gabon. Certains avouent que le Gabon a joué la carte de la sécurité, indiquant que leur pays est stable et qu’ils ne connaissent pas de joueurs qui seraient morts sur le terrain, voulant certainement faire référence au décès d’Ebossé sur le terrain en marge du match entre la JSK et l’USMA. Certains avouent donc que cet incident a été fatal à l’Algérie, qui a tout perdu à cause de ce malheureux accident. Le principal perdant aussi dans cette affaire est le patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui a aussi perdu son poste de membre du comité exécutif de la Fifa, en plus du fait que ses chances de concurrencer Hayatou pour le poste de président de la CAF en 2017 sont minimes. Pour ce qui est du vote pour l’attribution de l’organisation de la CAN, on apprend que le Gabon a obtenu 9 voix, alors que l’Algérie n’en a obtenu que 4. Tout le monde s’accorde à dire maintenant qu’il faut tourner la page et penser à l’avenir en tentant de restructurer le football national et surtout en pensant à bâtir de plus en plus d’infrastructures pour penser le développer.

Publié dans Sports

La décision de la CAF d’attribuer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de 2017 au Gabon a provoqué un véritable tollé en Algérie, alors que tout semblait en notre faveur. Une fois l’annonce faite par le président de la CAF, certains ont rejeté la responsabilité sur la FAF pour n’avoir par pu défendre convenablement le dossier. Alors que d’autres affirment qu’Issa Hayatou a attendu le moment propice pour « tirer » sur Mohamed Raouraoua, qui demeure pour lui un concurent dangeureux. A la reflexion, les uns et les autres ont raison, car dans un continent miné par la corruption, tout est possible. Il convient de souligner que le choix du Gabon était préparé bien à l’avance,  bien que le Gabon a été asssocié à la Guinée équatoriale pour accueillir la 29e édition en 2012, mais cheikh Hayatou n’a pas tenu cas ni du découpage régional, ni même des moyens au plan des infrastructures sportives, hôtelières, de transport, entre autres, que recèle l’Algérie. L’Algérie et le Ghana s’étaient aussi portés candidats pour accueillir la compétition, qui aurait dû se dérouler en Libye, mais ce pays, secoué par des évènements, a été contraint de se désister. Après cette séquence, des voix se sont élevées pour dénoncer ce genre de subterfuge de l’ensemble des membres de la CAF, tout en proposant à ce que le continent soit réparti en quatre sous-régions, dont le Maghreb/Sahel sera représenté par l’Egypte, la Libye, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, le Mali et le Niger et l’organisation sera confiée chaque fois à un pays de la sous-région. D’autres ont été plus durs, en proposant purement et simplement le retrait non seulement de l’Algérie, mais des pays du Maghreb, de la prochaine CAN. L’organisation des trois CAN suivantes a été déjà attribuée au Cameroun (2019), à la Côte d’Ivoire (2021) et à la Guinée (2023). Ce qui laisse dire que beaucoup de personnes qui ont vécu la fièvre de 1990 n’auront peut-être pas l’occasion d’assister à un évènement de la même stature.

Publié dans Sports

Le match aller qui mettra aux prises l’USM Alger face aux Ghanéens de l’AS Kaloum, comptant pour les 8e de finale de la Ligue des champions d’Afrique de football, aura lieu dimanche 19 avril au stade Omar-Hamadi à Bologhine (Alger), a-t-on appris jeudi auprès de la direction algéroise. Le manager général des Rouge et Noir de la capitale, Rachid Redjradj, a précisé que le coup d’envoi de la partie sera donné à 18h. La deuxième manche entre les deux équipes devrait avoir lieu à Bamako (Mali), entre le 1er et 3 mai, avait rapporté lundi le site spécialisé Guinéen ActuSport. Les clubs guinéens engagés dans les compétitions africaines ne sont pas autorisés à recevoir à domicile, en raison du risque du virus Ebola, qui a lourdement touché le pays. L’USMA, l’un des trois représentants algériens en Ligue des champions, avec l’ES Sétif (tenant du trophée) et le MCE Eulma, a composté vendredi dernier son billet pour les 8e de finale de l’épreuve après avoir fait match nul à Dakar face aux Sénégalais de l’AS Pikine (1-1).

Publié dans Sports
Page 1 sur 6