Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 15 avril 2015

Les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) ont, dans le cadre de la lutte antiterroriste et la sécurisation des frontières, mis en échec hier une tentative d’acheminement d’une importante quantité d’armements, de munitions et d’explosifs près de la frontière algéro-nigérienne, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale. L’opération a eu lieu près de la bande frontalière, à Tiririne. Une patrouille de reconnaissance de l’ANP a découvert une cache contenant six pistolets-mitrailleurs de type kalachnikov, trois fusils-mitrailleurs de type FMPK, deux lance-roquettes de type RPG-7 et SPG-9, deux mortiers de calibre 60 mm, six mitrailleurs de calibres 14,5 et 12,7 mm, deux mines anti-groupe, soixante grenades offensives et défensives, deux cent vingt-cinq kilogrammes de produits explosifs, quarante-cinq roquettes de différents calibres et mille sept cent soixante et une balles pour divers armements, ajoute la même source. Il s’agit là d’un véritable arsenal de guerre qui a été saisi. « Cette opération de qualité est le fruit de la vigilance des éléments de l’ANP et leur veille à défendre l’intégrité du territoire national et à déjouer toute tentative visant à porter atteinte à la stabilité et la sécurité de l’Algérie, et ce, en dépit de tous les sacrifices pour faire face à ces menaces et défis, à l’instar de la sécurisation des frontières, la lutte antiterroriste, la lutte contre la contrebande et le crime organisé », affirme le ministère de la Défense nationale. C’est dans la même zone, début octobre 2014, que des éléments de l’ANP ont abattu plusieurs criminels au cours d’une embuscade. Quatre autres individus, dont un Libyen, avaient été blessés au cours de la même opération qui s’est soldée aussi par la destruction de deux véhicules de type 4×4 utilisés par ces criminels. L’ANP continue sa lutte inlassable contre le terrorisme. Pour rappel, au mois de mars, neuf terroristes ont été abattus, et depuis le début avril, cinq autres terroristes ont été neutralisés.

Publié dans Der

L’opérateur public des télécommunications, Algérie Télécom, et le Centre de développement des technologies avancées (CDTA) ont procédé, lundi dernier, à la signature d’un pacte d’actionnaires, qui consacre l’entrée d’Algérie Télécom dans le capital de la Saticom, filiale du CDTA. Le groupe Algérie Télécom détient désormais 67% des actions de la Saticom, contre 33% pour le CDTA. Disposant d’un laboratoire de recherche et développement basé au technoparc de Sidi Abdallah (ouest d’Alger), la Saticom aura pour missions la conception, le développement et l’intégration de solutions dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, ainsi que la réalisation et la fabrication industrielle de produits innovants. Selon Samir Tagzout, directeur général du CDTA, la Saticom a pour mission de « concevoir, développer et intégrer les solutions dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, ainsi que la réalisation et la fabrication industrielle de produits innovants ». Le DG d’Algérie Télécom, Azouaou Mehmel, a déclaré que son groupe a choisi de « financer matériellement les activités de recherche et de développement que mènent le CDTA, voire le soutenir sur le plan marketing ». « Les solutions qu’offre le CDTA répondent à nos propres besoins ainsi qu’à ceux du marché algérien », poursuit M. Mehmel. Lors de la cérémonie de signature du pacte d’actionnaires, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Mme Zohra Derdouri, a indiqué que ce genre de partenariat répond parfaitement aux ambitions des pouvoirs publics, qui ambitionnent de « créer de nouvelles sources de croissance économique ». Selon Mme Derdouri, ce pacte d’actionnaires contribuera efficacement au développement socioéconomique du pays et à la promotion des usages des technologies de l’information et de la communication. De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, également présent à la cérémonie, a indiqué que « cette initiative encouragera les autres centres de recherche algériens à créer des filiales à caractère économique ayant pour but de transformer les résultats de la recherche en produits et services au profit des différents secteurs d’activité ». Concernant l’application de la technologie 4G en Algérie, le DG d’Algérie Télécom nous a informés que son groupe avait déjà commencé à couvrir l’est du pays, et s’engagera durant le mois en cours à assurer la couverture des wilayas du centre en vue de généraliser cette technologie au reste du pays.

Publié dans Der

La Direction générale des impôts (DGI) a rassuré hier mardi de la disponibilité des vignettes automobiles. « Il n’y a pas de pénurie de vignettes, il y a plutôt un épuisement rapide de certaines (catégories de vignettes) au niveau de quelques centres de recettes et de bureaux d’Algérie poste », a indiqué à l’APS le directeur de la communication auprès de la DGI, Brahim Ben Ali. Le manque de certaines catégories de vignettes, notamment celles de 1500 DA et moins, a été provoqué, explique-t-il, par le « rush » des automobilistes qui sont allés nombreux pour acheter leurs vignettes dès le lancement de l’opération qui s’étale du 25 mars au 30 avril. « Habituellement, la plupart des automobilistes ne s’acquittent de leurs vignettes que durant les derniers jours (de la période légale), alors que cette année, nous assistons à un phénomène tout à fait contraire », constate-t-il. Il précise aussi que jusqu’au 13 avril, la DGI a reçu un quota de 6,55 millions de vignettes, soit 98,5% du quota total commandé. Pour celles de 1500 dinars, la DGI a livré, jusqu’au 13 avril, aux recettes et Algérie Poste un quota de 824 000 vignettes et a gardé un stock de 205 000 unités, alors que pour celles de 1000 dinars, il a été livré 1,399 million de vignettes et stocké 342 000, ajoute le représentant de la DGI. Pour assurer un meilleur déroulement de l’opération de vente de vignettes, la DGI a instruit toutes ses recettes d’ouvrir pendant les jours ouvrables de 8 heures à 16 h30 sans pause déjeuner.En outre, elle va mobiliser ses équipes durant les deux derniers samedi du mois d’avril pour permettre à un plus grand nombre d’automobilistes de s’acquitter de leurs vignettes dans le délai légal. En 2014, la DGI a engrangé près de 9,5 milliards de dinars en provenance de ventes de vignettes automobiles (pénalités non incluses), contre plus de 11 milliards de dinars en 2013 (pénalités comprises), avec des prévisions de l’ordre de 12 milliards de dinars en 2015. Une part de 20% de ces recettes est affectée au Trésor public, alors que le Fonds commun des collectivités locales (FCCL) reçoit les 80% restants. Instaurée en 1981 puis abrogée en 1990, la vignette automobile a été rétablie en 1997 dans le cadre d’une loi des finances pour entrer en vigueur en 1998. Son prix varie en fonction de la puissance de motorisation du véhicule et de son ancienneté. Une fourchette de 300 à 2000 DA est imposée sur les véhicules ayant plus de 10 ans, contre 700 à 3000 dinars pour ceux dont l’âge varie entre 6 et 10 ans et de 1000 à 4000 DA pour les 3 à 6 ans. Les véhicules ayant moins de 3 ans sont imposés d’une vignette dont le prix oscille entre 1500 et 8000 dinars.

Publié dans Der

La direction générale de la Protection civile s’emploie à préparer ses cadres à communiquer en situation de crise. Sous l’intitulé « De la communication opérationnelle à la communication de crise », une session de formation de trois jours a été ouverte hier au niveau de la direction générale de la Protection civile. Des chargés de la communication de douze wilayas du pays sont concernés par cette formation. Cette formation, initiée dans le cadre des accords de coopération algéro-français dans le domaine de la protection civile, prépare les officiers à la gestion de l’information en cas de risque et au management des crises. A cet effet, le colonel Pedro Rodriguez, de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et coopérant technique de la Protection civile, soulignera que « les objectifs assignés à cette formation, qui sera dispensée par des experts français, est de permettre aux cadres en charge de la communication de mieux gérer les situations de crise ». A ce sujet, il dira qu’une « mutation stratégique de l’appréhension et de l’anticipation des crises est primordiale », expliquant que « la diversification des menaces accroît la dimension de la gestion de crise et cela implique un effort croissant de coordination, d’organisation et de préparation au plan global de la gestion, comme au plan spécifique de la communication ». Dans le cadre de coopération algéro-française, le haut responsable des sapeurs-pompiers de Paris indiquera que « plus de 80 formateurs français sont venus en Algérie depuis deux ans », l’objectif étant le renforcement des capacités opérationnelles des unités d’intervention. L’on apprend, en outre, que plus de 4 500 actions de formation ont été entreprises par la Protection civile depuis trois ans. Pour sa part, le colonel Farouk Achour, responsable de la communication au sein de la Protection civile algérienne, fera savoir que « la préparation à la crise, tant des moyens matériels qu’humains, est fondamentale pour organiser une réponse efficace et adaptée ». A la fin de la formation, il est prévu que « des agents d’intervention soient encadrés au niveau des écoles de la Protection civile », ajoute-t-il. L’officier informe également que « l’information de la population en cas de crise représente également un élément important ». Parce qu’elle permet de construire la confiance, de sensibiliser et d’expliquer en amont, de mobiliser et diffuser les instructions et consignes le moment venu. La communication devient partie intégrante de toute stratégie de sécurité nationale, selon les participants à cette rencontre. L’Algérie, qui a connu plusieurs catastrophes naturelles ces quinze dernières années, a un véritable déficit en matière de communication. Un problème auquel il faudra remédier.

Publié dans Der

Le Conseil de Paris a adopté un vœu demandant que l’Etat français reconnaisse les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie, a annoncé hier à l’AFP son initiatrice, la Conseillère de Paris PG Danielle Simonnet. Le vœu, adopté lundi, demande que la Ville « sollicite le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, et le président de la République, pour la reconnaissance par l’Etat des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata, et l’ouverture de toutes les archives relatives à ces terribles événements ». Les massacres, qui virent l’Etat français réprimer dans le sang des manifestations pour l’indépendance, restent l’une des pages les plus noires de l’Algérie française. Pour rappel, plus de 45 000 manifestants ont été assassinés sommairement dans ces 3 villes.

Publié dans Der

Les athlètes de l’USEB seront engagés dans les deux styles de la discipline Kung Fu, à savoir Sanda (combats) et Taolu (kumité ou démonstration) et feront tout pour ramener le maximum de titres. Une équipe de Kung Fu de l’Union sportive El Biaroise (USEB), composée de neuf athlètes dont une fille, prend part au championnat arabe des clubs champions prévu du 15 au 20 avril à Amman, en Jordanie, a-t-on appris auprès du président de l’USEB, Abderrahmane Bouzid. La formation de l’USEB participe à ces joutes régionales grâce à la 3e place par équipe gagnée par le club, lors du dernier championnat d’Algérie, derrière celle de la Police et Rouiba. Les athlètes de l’USEB seront engagés dans les deux styles de la discipline Kung Fu, à savoir Sanda (combats) et Taolu (kumité ou démonstration), avec l’objectif de revenir au pays avec un maximum de consécrations en individuel et se classer parmi les quatre premiers clubs arabes. « C’est une première participation pour l’équipe de Kung Fu de l’USEB et aussi une première internationale pour des athlètes comme Kaloune, Messioud, Midoune et autres. Mais cela ne diminuera pas de la volonté de nos représentants qui ne comptent pas revenir bredouilles d’Amman. Nous avons de l’espoir pour des consécrations en individuel», a déclaré à l’APS l’entraîneur du style Sanda, Lounès Hamiche. En perspective du rendez-vous arabe, les athlètes sélectionnés ont bénéficié d’une bonne préparation tant sur le plan physique que technique, à travers des séances d’entraînement bi-quotidiennes et tri-quotidiennes à la salle de l’ISTS de Dely Ibrahim (Alger). Pour sa part, le président de l’association de l’USEB, Abderrahmane Bouzid, a indiqué que les moyens possibles ont été réunis pour une bonne préparation et participation des athlètes qui ne lésineront pas sur les efforts pour représenter dignement l’Algérie. « Les athlètes sont prêts pour ces joutes. Ils sont conscients de leur mission et feront tout ce qui est nécessaire pour obtenir des satisfactions, et des consécrations. C’est une première pour plusieurs d’entre eux, mais ils ont les potentialités qu’il faut pour une bonne prestation », a souligné Bouzid, remerciant au passage le président de la Fédération des arts martiaux (FAAM), la DJS d’Alger et l’APC d’El Biar pour l’aide apportée à la section Kung Fu de l’USEB, créée en 2013. La délégation de l’USEB comprend treize personnes, dont deux entraîneurs et un arbitre: Sanda (combat) : Kaloune Kherriddine (-65 kg), Messioud Bassem (-90 kg), Badreddine Amine (-70 kg), Benabderahmane Aek (-60 kg), Mahmah Mustapha (-85 kg). Taolu (kumité) : Charchali Med, Midoum Abbdelmadjid, Mansouri Moussa et Belhayani Khadidja. Lounès Hamiche (entraîneur sanda) et Sofiane Amari (entraîneur de Taolu)

Publié dans Sports

Le président de la FAF s’est enquis de la situation et a constaté que les travaux sont loin d’être achevés. C’est un vrai dilemme auquel la commission d’organisation de la Coupe d’Algérie et la FAF sont confrontées après cette information faisant état d’un sérieux retard dans les travaux de réhabilitation du stade 5-Juillet, qui était auparavant programmé pour abriter ce grand rendez-vous du football local et cette finale inédite qui aura lieu entre le RC Arba et le MO Béjaïa. En effet, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui a effectué une visité du chantier pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux dans cette enceinte qui devait abriter, en plus de la finale de la Coupe, les matches de la sélection nationale et sans doute les derbies de la capitale, la saison prochaine, a remarqué que les choses n’avançaient pas au rythme souhaité et qu’il y a des insuffisances qu’il sera difficile de combler. Même si les responsables des entreprises chargées des travaux tiennent un discours rassurant, n’empêche qu’il est difficile d’y croire, d’autant plus que les vestiaires, par exemple, ne sont pas prêts et ne risquent pas de l’être. En outre, même les tribunes qui devraient l’être pour le 1er mai sont encore en travaux et il sera difficile d’y remédier.  La pelouse devrait être aussi prête dans peu de temps. Cependant, il se pourrait qu’il y ait encore d’autres couacs qui empêcheraient de réceptionner tout le stade en temps voulu. La FAF devrait donc prendre ses dispositions et trouver une solution au cas où les travaux ne seraient pas achevés dans les délais. Ainsi, on apprend que le match de la finale devrait se jouer à Tchaker si le 5-Juillet n’est pas prêt à temps. En outre, Raouraoua a espéré que le stade soit prêt au moins pour le mois de juin afin d’y jouer un match amical avant l’entame des éliminatoires de la CAN-2017.

Publié dans Sports

La dotation pour l’édition-2015 du tournoi Roland-Garros de tennis (19 mai-7 juin), sera de plus de 28 millions d’euros, soit une hausse de 3 millions d’euros par rapport à 2014, a annoncé hier la Fédération française de tennis (FFT).   La dotation précise sera de 28 028 600 euros. Les vainqueurs des simples messieurs et dames empocheront chacun 1,8 million d’euros avec une hausse de 150 000 euros par rapport à l’an passé. En 2014, le «prize money» des Internationaux de France avait déjà augmenté de 3 millions d’euros. Comme la saison dernière, la hausse la plus significative porte sur les joueuses et joueurs qui perdront aux deuxième et troisième tours, ainsi qu’en huitièmes de finale (plus de 20 %), a indiqué la FFT. « Cette progression sensible de la dotation de Roland-Garros s’inscrit dans le plan sur quatre ans élaboré pour les années 2013 à 2016. Elle cible tout particulièrement les joueurs et joueuses éliminés en première semaine », a expliqué Gilbert Ysern, directeur du Grand Chelem parisien et directeur général de la FFT. A titre de comparaison, la dotation de l’Open d’Australie en 2015 était de 40 millions de dollars australiens (27,5 millions d’euros). Celle de Wimbledon s’élevait en 2014 à 25 millions de livres (30,43 millions d’euros). A l’US Open, environ 38,3 millions de dollars (28,1 millions d’euros) avaient été distribués la même année.

Publié dans Sports

L’international algérien, Ryad Boudebouz, a mis en garde contre tout excès de confiance lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2017), estimant qu’il n’y avait désormais plus de matches faciles en Afrique, notamment en raison des facteurs extrasportifs qui y règnent. L’Algérie, candidate malheureuse pour l’organisation de la CAN-2017, attribuée finalement au Gabon, est versée dans le groupe J, en compagnie de l’Ethiopie, du Lesotho et des Seychelles. « Il n’y a plus de matches faciles en Afrique, surtout au vu des conditions climatiques très difficiles régnant au fin fond du continent. Ce sont des détails qui s’avèrent parfois décisifs dans l’issue des rencontres », a déclaré le joueur de Bastia (Ligue 1, France) sur RFI. Boudebouz, écarté des rangs des Verts depuis la CAN-2013, mais rappelé au cours des éliminatoires de la CAN-2015, sans pour autant qu’il soit retenu pour la phase finale, a regretté le fait que le prochain rendez-vous continental ne se déroule pas en Algérie. « Ça aurait été moins compliqué pour l’équipe nationale. Personnellement, je misais énormément sur le déroulement de la CAN en Algérie, où toutes les conditions plaident pour nous », a-t-il encore dit. Le sélectionneur national, Christian Gourcuff, qui a convoqué Boudebouz pour le précédent stage de Doha (23-31 mars), avant de le ménager pour blessure, avait lui aussi refusé de s’enflammer, en commentant le groupe dans lequel joueront les Verts lors des éliminatoires de la CAN-2017. L’Algérie est 21e au dernier classement de la Fédération internationale de football (Fifa) publié jeudi passé. Quant à ses adversaires, ils occupent les positions suivantes : Ethiopie (101e), Lesotho (122e) et Seychelles (189e).

Publié dans Sports

Le technicien algérien Abdelhak Benchikha, sans club depuis son départ d’Al Kalbaa (D1 Emirats arabes unis), est pressenti pour diriger la barre technique d’Umm Salal (division 1 qatarie), en remplacement du Turc Bulent Uygun, rapporte lundi la presse locale. Benchikha (51 ans), qui avait débuté la saison sur le banc du Raja Casablanca (D1 marocaine), club qu’il a quitté en septembre dernier, a supervisé les derniers matches d’Umm Salal en vue d’un éventuel retour au sein de cette équipe, précise la même source. L’ancien sélectionneur de l’équipe algérienne (octobre 2010-juin 2011) avait déjà assuré les destinées techniques lors de la saison 2005-2006, avec à la clé une accession parmi l’élite. A une journée de l’épilogue, Umm Salal pointe à la 8e place au classement de Stars League avec 34 points. La formation de Lekhwiya, dirigée par le Danois Michael Laudrup, a assuré dimanche le titre du championnat, le quatrième de son histoire, en battant Al Ahly (3-1), dans le cadre de la 25e journée.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6