Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 28 avril 2015

La direction du commerce de la wilaya de Béjaïa organise, en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Soummam et la Chambre d’artisanat et des métiers (CAM), un salon intitulé « Consommons algérien » qui s’étalera du 25 avril au 3 mai. Organisée sous un grand chapiteau déployé sur le site des ex-Galeries algériennes jouxtant le siège de la wilaya, la manifestation a vu la participation de plus d’une soixantaine d’opérateurs économiques de la région qui ont exposé leurs différentes gammes de produits. Parmi les plus importantes entreprises ayant pris part à ce rendez-vous économique et commercial, on peut citer les filiales du groupe Cevital, la Sarl Ifri, la laiterie Soummam, Tchin-Lait Candia, Toudja… « Ce salon se veut une campagne de sensibilisation au profit des citoyens de la région, pour les inciter à consommer le produit national, tout en les informant et les rassurant sur la conformité des produits fabriqués localement, et ce, conformément aux orientations du ministre du Commerce », expliquera Amar Aït Yahia Mourad, directeur du commerce de la wilaya de Béjaïa, lors de la cérémonie d’ouverture de cette manifestation. Selon lui, cet espace commercial permettra aux consommateurs algériens de découvrir la qualité des produits de leur pays. Afin de cibler le maximum de citoyens de la région, a-t-il affirmé, des caravanes de sensibilisation sillonneront les différentes localités de la wilaya. En outre, la direction du commerce compte organiser, en collaboration avec la direction de l’éducation de Béjaïa, des visites guidées au profit des élèves à travers les différents stands du salon afin qu’ils puissent eux aussi découvrir le produit algérien, a-t-il ajouté. A noter que parallèlement à cette exposition, une série de conférences ayant trait au thème « Consommons algérien » sont également au menu de cette manifestation commerciale. Ces conférences-débats seront animées par des universitaires et autres spécialistes en la matière. « L’objectif étant de faire découvrir aux consommateurs béjaouis des produits fabriqués localement qui garantissent le rapport qualité-prix », a souligné M. Aït Yahia Mourad, affirmant que des tables rondes animées par des chefs d’entreprise seront diffusées quotidiennement sur les ondes de la station locale, Radio Soummam. Enfin, il est à signaler que cette manifestation a réussi à susciter l’engouement des citoyens béjaouis qui prennent d’assaut quotidiennement les stands réservés aux exposants.

Publié dans Région

Les firmes pétrolières algérienne Sonatrach et vénézuélienne PDVSA négocient actuellement la mise en place d’une joint-venture qui doit donner naissance à une compagnie pétrolière commune, dans une logique d’« entraide », selon l’agence d’information de l’industrie pétrolière Platts, qui cite des sources de Sonatrach. Une logique d’« entraide », car l’objectif de la société commune est de faire en sorte que Sonatrach fournisse du fossile de qualité légère et d’extraction douce, dont la teneur en naphta et en kérosène est très riche, le fameux Sahara Blend, augmentant de la sorte les débouchés du pétrole algérien, la seconde société le mélangeant à son brut, à la texture trop lourde, et de s’ouvrir ainsi de nouveaux marchés. A juste titre, le mélange produit sera alors vendu par cette société « collective » algéro-vénézuélienne principalement… dans le marché américain, jusque-là hermétique au brut vénézuélien pour des raisons de politique étrangère. A ce jour, les deux sociétés, qui ont en commun d’être toutes deux contrôlées par l’Etat, poursuivent les discussions sur la formation de cette joint-venture et des formalités de commercialisation de leurs bruts mélangés. Alger et Caracas en discutent depuis plusieurs mois, et Platts de rappeler que Saïd Sahnoun, président de Sonatrach, avait déclaré en février dernier que les deux groupes travaillent sur « l’initiative d’une fusion qui ferait partie d’une relation structurelle ne se limitant pas à la seule fourniture de pétrole ». Une affirmation survenue un mois après la visite de Nicolas Maduro, président vénézuélien, à Alger, lors de laquelle il a beaucoup été question de pétrole. Désormais, les deux parties cherchent à formaliser l’accord. Visiblement, cette joint-venture à venir est issue d’un « compromis » entre les deux parties, dans la mesure où la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA avait acheté auprès de Sonatrach 2 millions de barils de brut, prévoyant de les transporter à travers sa propre flotte, ce qui lui aurait permis d’économiser trois millions de dollars par chargement, avant de finir par suspendre tout achat de pétrole faute de ressources financières pour payer la logistique nécessaire pour son acheminement, l’Etat vénézuélien se débattant dans une crise sociale et financière. Entre-temps, l’Algérie, elle, a accusé le coup dans ses exportations de brut léger aux Etats-Unis, principalement en raison de l’augmentation de la production d’hydrocarbures schisteux domestiques. Le Venezuela et l’Algérie ont été particulièrement actifs ces derniers mois dans les efforts visant à renforcer la coopération entre pays Opep et non-Opep afin de trouver une issue viable à la chute des prix des hydrocarbures, en continuité de l’initiative algérienne visant à encourager le dialogue entre cartels avec dans l’intérêt d’une action collective qui permettrait de stabiliser les prix à travers une réduction de la production coordonnée. Qui n’a pas encore vu le jour !

Publié dans Der

Les Douanes algériennes font état d’une baisse des importations algériennes de véhicules en valeur et en quantité durant le premier trimestre 2015. Les importations effectuées par les concessionnaires ont été évaluées à 1,3 milliard de dollars durant les trois premiers mois de 2015, contre 1,58 milliard de dollars à la même période de 2014, soit une baisse de 17,76%, précise le Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis)des Douanes algériennes. Le nombre de véhicules importés a atteint 95 075 unités au 1er trimestre 2015, contre 117 486 unités durant la même période de l’année d’avant, soit une baisse de près de 20%. Les marques européennes, notamment françaises et allemandes, occupent toujours la tête de la liste des importations, suivies des marques asiatiques, essentiellement japonaises et sud-coréennes. Les véhicules chinois, en forte perte de marché en Algérie, ne seraient que faiblement importés. La situation générale du marché fait ressortir un recul des importations des véhicules, confirmant la tendance baissière des importations de véhicules entamée dès 2013, après un record enregistré au cours de l’année 2012 avec 605 312 unités importées. Les concessionnaires automobiles algériens sont des commerçants hors pair. La plupart d’entre eux ont anticipé sur la publication du nouveau cahier des charges concernant leur profession. Les importateurs de véhicules chinois ont, dans leur majorité, décidé de ne plus passer commande en raison des surcoûts que généreraient les équipements de sécurité, comme les airbags, et engendreraient des difficultés supplémentaires pour écouler des véhicules qui n’ont pas bonne presse auprès des conducteurs algériens. Cette anticipation orientée à la baisse est compensée par d’autres à la hausse. Durant la période allant du 23 mars au 9 avril 2015, des concessionnaires auraient anticipé sur la publication du nouveau cahier des charges au Journal officiel en procédant à des importations massives et ne correspondant pas à la réalité du marché. Dans une missive au ministre des Finances et au gouverneur de la Banque d’Algérie, Abdelmalek Sellal, Premier ministre, affirmait que « certains concessionnaires, filiales de constructeurs étrangers, avec la complicité de banques privées, ont procédé à des domiciliations bancaires d’importation, durant la période du 23 mars au 9 avril 2015, de volumes de véhicules sans rapport avec la moyenne enregistrée durant la même période de 2014, évaluées à 613 millions d’euros ». Ces pratiques non conformes aux tendances à la baisse relevées sur le marché visent, souligne le Premier ministre, « un contournement de la nouvelle réglementation et la constitution de stocks de véhicules ne répondant pas aux nouvelles normes techniques édictées qui les placent en porte-à-faux avec leurs concurrents ». Il étayera son propos par l’exemple d’une banque commerciale privée qui a ouvert une lettre de crédit à un concessionnaire alors que ce dernier avait procédé à la clôture d’un compte ouvert auprès d’une autre banque. Cette dernière respectant la nouvelle réglementation a refusé l’ouverture d’une ligne de crédit. Pour rappel, l’arrêté ministériel fixant le cahier des charges relatif aux conditions et modalités d’exercice de l’activité des concessionnaires de véhicules neufs, est venu en application des dispositions du décret exécutif de février 2015 portant sur cette activité. Il définit le cahier des charges à respecter pour la délivrance des agréments d’exercice des activités de concessionnaires de véhicules automobiles, remorques, semi-remorques et engins roulants neufs. Les nouvelles mesures renforcent les normes de sécurité et les droits du consommateur. Cependant et au regard des dates de publication de l’arrêté au Journal officiel, rien ne peut être reproché légalement aux concessionnaires dont le but commercial est de générer des bénéfices. L’anticipation n’étant pas un crime, il sera difficile de demander à des commerçants d’avoir une autre déontologie que celle de maximiser les bénéfices.

Publié dans Der

Un autre rappel à l’ordre adressé à une entreprise chinoise attributaire d’un marché public. En fait, le groupement Gmes-Sigonaz est visé par une mise en demeure qui lui a été adressée par l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). En effet, cet importateur public de céréales a adressé par voie de presse une mise en demeure au groupement algéro-chinois Gmes-Sigonaz pour le projet de réalisation de 9 silos en béton armé prévus dans le programme de renforcement des capacités de stockage des céréales qui porte sur un total de 39 structures. C’est l’état d’avancement des chantiers qui est pointé du doigt. Mais il ne s’agit que d’un premier avertissement avant de passer à la vitesse supérieure qui implique des mesures coercitives à l’encontre des deux entreprises, constituées en groupement, chargé de l’exécution du contrat conclu avec l’OAIC. Faut-il rappeler que la convention a été paraphée en mars 2013 entre l’OAIC et le groupement Gmes-Sigonaz. Le contrat est relatif à l’étude et à la réalisation de neuf silos en béton « clé en main » et leurs annexes dans un délai de 30 mois. Le courrier de l’importateur public de céréales spécifie qu’aucun avancement des travaux n’a été constaté sur le terrain. En effet, cette mise en demeure intervient après que l’OAIC, en sa qualité de maître d’ouvrage, n’ait relevé aucun état d’avancement réel et substantiel se rapportant à l’aboutissement effectif de l’élaboration des études d’exécution des neuf silos. Par cette voie réglementaire, le groupement d’entreprises, composé de Sinohydro (Chine/chef de file), Guho (Chine/membre), Zzrd (Chine-Membre) et Sna (Algérie/membre), est sommé par cette mise en demeure de faire aboutir la remise des dossiers d’exécution des travaux prévus. Faute d’une réponse convaincante, l’OAIC menace sans détour de procéder à l’application des mesures coercitives prévues par la réglementation. Le ton est solennel et le caractère est non conciliant. Ce n’est pas la première fois que des entreprises chinoises, attributaires d’une commande publique, sont mises en demeure pour défaut d’avancement de projets d’investissement public. L’OAIC avait lancé un programme de renforcement de ses capacités de stockage à même de rehausser le niveau d’autonomie et le tonnage des produits emmagasinés. Cette décision a entraîné une effervescence sur les marchés internationaux, auprès notamment des fournisseurs de l’Algérie en céréales, qui se sont mis à se frotter les mains, y voyant un signal d’une demande qui irait crescendo. La mise en oeuvre du programme de renforcement des capacités de stockage des céréales s’articulera en 2015 sur la réalisation clés en main de 9 silos en béton armé, dont la capacité est estimée à 3,5 millions de quintaux, ainsi que 30 silos métalliques de 4,7 millions de quintaux attribués de façon provisoire aux groupements Gmes-Sigonaz et Gmes-Batisilo (batimetal, Algérie/chef de file et Srl Borghi, Italie/membre). Les montants des deux projets s’élèvent à plus de 736 millions de dinars pour les 9 silos et à 22 milliards de dinars pour les 30 silos répartis à travers le pays dans les régions Centre, Ouest, Sud-Ouest, Est et Sud-Est.

Publié dans Der

La Fédération algérienne de volley-ball (FAVB) a pris acte des doléances des acteurs du volley-ball algérien en vue de promouvoir cette discipline sur le plan national et international, dimanche lors d’une réunion tenue à Ghermoul (Alger) avec les représentants des clubs de l’élite. La FAVB a dressé, en effet, un bilan négatif des différents championnats à l’issue de la saison 2014-2015, notamment l’importante différence de niveau entre certains clubs, ainsi que le manque d’investissement des « ténors du volley » dans la formation de jeunes talents. Deux griefs placés en tête des problèmes qui ont provoqué la régression du volley algérien au cours des dernières années. « Mis à part contre deux ou trois adversaires de taille, certains clubs sont assurés de remporter la totalité de leurs matches par (3-0), et vice-versa, car de l’autre côté, certains clubs sont assurés de n’avoir aucune chance contre certains adversaires, et se présentent donc à l’avance comme des victimes expiatoires. Pour nous, il est anormal qu’il y ait une telle disparité entre des clubs sociétaires d’un même groupe », a souligné le président de la FAVB, Okba Gougam. La même source a reproché également aux grands clubs de l’élite de se focaliser uniquement sur les équipes seniors, avec pour seul objectif de gagner des titres, quitte à ce que cela se fasse au détriment de la formation de jeunes talents. « En seniors, certains clubs jouent régulièrement les premiers rôles, ce qui n’est cependant pas le cas chez les jeunes, où ils sont quasi inexistants. Là aussi, nous considérons que cette disparité est anormale », a encore souligné Gougam devant les présidents et représentants des différents clubs.

Les grands clubs investissent peu chez les jeunes Les reproches de la FAVB sont motivés par le constat négatif dressé après la fin de la saison 2014-2015, ayant révélé, entre autres, qu’au moment où certains clubs comme le NR Bordj Bou Arréridj et l’ES Sétif caracolent en tête du classement avec plus de 70 points, d’autres formations comme Hamra n’ont pas réussi à récolter le moindre point en championnat pendant toute la saison. Concernant les jeunes, la fédération a constaté que des clubs comme le GS pétroliers, l’NRBBA et l’ESS jouent régulièrement les premiers rôles en seniors, alors qu’en minimes, cadets et juniors, ils sont dominés par de petites équipes, dotées de ressources financières très limitées. Preuve que ces grands clubs n’investissent pas grand-chose chez les jeunes. Après l’exposition de ces deux principaux points, le débat a été ouvert avec les présidents de clubs qui ont pris la parole à tour de rôle pour s’expliquer et exposer leurs doléances en vue de relancer la bonne marche du volley-ball algérien.

Publié dans Sports

Les pétroliers coiffent au poteau les clubs formateurs, que sont Barika et la Protection civile, ce qui est somme toute logique, étant donné qu’il dispose des athlètes de l’EN. Le Groupement sportif des pétroliers (GSP) a été sacré champion d’Algérie d’haltérophilie toutes catégories, à l’issue de la 52e édition de cette compétition clôturée samedi en soirée au palais des sports Hamou-Boutlélis d’Oran. Le GS pétroliers a totalisé au classement général toutes catégories 442 points devant le Nadi Barika avec 425 points et la Protection civile d’Alger avec 397 points. « Il faut rendre hommage aux clubs qui travaillent dans la formation des jeunes catégories à l’image de Bensrour et de Barika chez les garçons et les associations de la Protection civile de Mostaganem, l’IRB Maghnia et l’AS Mers El Kebir pour les filles », a déclaré le président de la Fédération algérienne d’haltérophilie (FAH), Aziz Brahimi. « Notre stratégie est de préparer une bonne relève pour l’avenir de cette discipline », a-t-il ajouté. « Cette compétition de cinq jours a été un test d’évaluation de nos athlètes qui visent différents objectifs. Une importante étape dans leur préparation aux échéances internationales, notamment les jeux Africains en juillet 2015 à Brazzaville (Congo) et les championnats du monde du 20 au 29 novembre 2015 à Houston (Etats-Unis d’Amérique) », a-t-il encore souligné, déclarant : «Notre objectif sera de réaliser de belles performances aux jeux Africains de Brazzaville pour améliorer notre classement mondial, avant le championnat du monde. » En prévision de ces jeux Africains, trois athlètes de la sélection algérienne d’haltérophilie effectueront un stage de préparation d’un mois en Pologne sous la houlette d’un coach polonais à partir du 9 mai. Les trois athlètes sont Walid Bidani (+105 kg), Missaoui Saddam (94 kg) et Hocine Faradjallah (85 kg), qui ont bénéficié d’une bourse octroyée par le ministère des Sports, en prévision des jeux Africains en juillet 2015 à Brazzaville (Congo) et du championnat du monde à Houston (USA) en novembre prochain. Les trois haltérophiles « ont reçu une bourse à l’étranger en leur qualité de mondialistes. Les autres athlètes effectueront leur préparation à Alger », a-t-il expliqué. Plus de trois cents athlètes filles et garçons de 35 clubs représentant 13 ligues de wilaya du pays ont pris part à ce rendez-vous national, organisé par la Ligue oranaise d’haltérophilie.

Publié dans Sports

Les dirigeants et surtout le président Laïb et le manageur Hadj Kamel croient en les capacités de leurs poulains à arracher le titre. A seulement deux points du leader sétifien, l’USM El Harrach est revenue en force en cette fin de saison, surtout qu’elle a battu les deux prétendants au titre. Les Harrachis avaient d’abord battu le MO Béjaïa chez lui par le plus petite des marges, avant de prendre le dessus dans son antre du 1er-Novembre d’El Harrach sur le leader, l’Entente de Sétif. Les gars d’Essafra, qui avaient connu un long passage à vide, ont repris goût au succès et fait plaisir à leurs supporters, qui avaient perdu espoir à un certain moment de voir leur équipe favorite jouer les premiers rôles en championnat cette saison. Les Jaune et Noir souhaitent continuer sur cette lancée et accrocher la formation du Mouloudia d’Alger à leur tableau de chasse. Cela sera, certes, difficile, vu la solidité de cette équipe qui commence à s’en sortir, mais pas impossible quand on connaît la grande détermination des poulains de Charef qui ne souhaitent pas s’arrêter en si bon chemin et qui feront tout pour revenir avec les trois points du succès lors de ce derby passionnant. Les dirigeants, à leur tête le président Laïb et le manageur général Hadj Kamel, pensent qu’il y a un bon coup à jouer et qu’il est possible de décrocher le championnat, surtout que tout est relancé après les deux succès d’affilée de leurs protégés, conjugués à des défaites du leader et de son poursuivant. Désormais, le titre ne sera pas impossible à décrocher, d’autant plus qu’il faudra juste bien négocier les prochains derbies qu’ils disputeront, à commencer par le MCA et ensuite le NAHD et le CRB. Il est vrai que le club est sanctionné par la CAF et ne pourra pas jouer la Ligue des champions après s’être retiré en dernière minute la saison passée après s’être engagé, mais n’empêche que le titre intéresse fortement les Jaune et Noir qui se donneront à fond pour le prendre cette saison.

Publié dans Sports

Le trophée de la Coupe d’Algérie de football a été présenté et exhibé dimanche à la Maison de la culture de Béjaïa, en présence de milliers de fans du MO Béjaïa, en lice pour le ramener définitivement au bercail à l’issue du match final, prévu le 2 mai à Blida contre le RC Arba. Le trophée a été exposé dans un espace du patio de la Maison de la culture sur un piédestal au milieu d’une cloche de protection en verre, livré d’abord aux regards des journalistes, avant de donner l’opportunité au large public venu le découvrir avec un enthousiasme débordant. Afin d’empêcher les débordements, les organisateurs, notamment les dirigeants du MOB et les représentants de l’opérateur téléphonique Mobilis, ont fait rentrer les fans par groupes et par flux tournant en présence d’un imposant dispositif de sécurité. L’occasion a été saisie par ailleurs pour distribuer des ballons et des maillots aux visiteurs dont une grande partie s’apprête à faire le voyage au stade Tchaker pour y suivre le match de la finale et supporter leur équipe. 11 000 billets seront mis en vente et répartis entre la région orientale (1 500), la région occidentale (2 500) et Béjaïa-ville (7 000), selon le porte-parole des actionnaires du MOB, qui a déploré cependant la limitation des quotas réservés à la wilaya, estimant que le club est en état de rassembler au moins 30 000 personnes.

Publié dans Sports

Le défenseur international algérien de Trabzonspor, Carl Medjani, a signé dimanche son deuxième but en une semaine, à l’occasion du match en déplacement face à Genclerbirligi (1-1), dans le cadre de la 30e journée du championnat turc de football. Mené au score dès la 70e minute grâce à un but marqué par Tomic, Trabzonspor a réussi à égaliser par l’entremise de Medjani au temps additionnel (90+2). Le défenseur algérien récidive une semaine après avoir offert la victoire aux siens lors du choc face à Galatasaray (2-1). De son côté, l’autre international algérien de Trabzonspor, Essaid Belkalem, qui revient de blessure, n’a pas été convoqué pour cette rencontre.  A l’issue de ce résultat, Trabzonspor reste scotché à la 6e place au classement de la Super Lig avec 47 points, à 13 longueurs du leader, Fenerbahce.

Publié dans Sports

L’attaquant du MCE Eulma, Walid Derrardja, a consolidé sa position de meilleur buteur du championnat professionnel de football de Ligue 1, en signant son 14e but, à l’occasion de la 26e journée disputée samedi. L’ancien joueur du NA Hussein Dey a offert la victoire à la formation du Babya face à l’USM Bel Abbès (1-0) d’une belle frappe en dehors de la surface de réparation. Derrardja compte désormais trois buts d’avance sur son poursuivant direct, Hamza Boulemdaïs (CS Constantine - 11 buts) et quatre sur Antar Djemaouni (ASM Oran - 10 buts). La belle opération de cette journée est à mettre à l’actif du défenseur de la JS Kabylie, Ali Rial, auteur d’un doublé lors du succès lors du derby kabyle face au MO Béjaïa (2-1). Le natif de Zemmouri (Boumerdès) en est déjà à 9 buts. Le titre du meilleur buteur de la Ligue 1 de la saison passée était revenu au défunt attaquant de la JS Kabylie, le Camerounais Albert Ebossé qui avait inscrit 17 buts.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6