Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 06 avril 2015

Quelque 2000 personnes ont été évacuées ces jours-ci du camp palestinien de Yarmouk, dans le sud de la capitale syrienne, Damas. Cette évacuation intervient après l’avancée des djihadistes du groupe Etat islamique (EI). Selon un responsable de l’OLP, ces réfugiés palestiniens ont été déplacés vendredi et samedi dernier vers Zahira, un quartier limitrophe tenu par l’armée syrienne, alors qu’un mouvement similaire était prévu hier. Le camp de réfugiés palestiniens, qui comptait encore la semaine passée quelque 18 000 habitants, est en train de se vider de ses habitants qui souffrent de pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments. Le porte-parole de l’Agence des Nations unies en charge des réfugiés palestiniens (UNRWA), Christopher Guiness, a indiqué dans un communiqué que « 94 civils, dont 43 femmes et 20 enfants, avaient réussi à fuir le camp hier dimanche dans la matinée après une nuit d’intenses combats ». Il a appelé « toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue pour permettre à d’autres, qui souhaitent partir, d’être évacués ». Depuis Ramallah, le président palestinien Mahmoud Abbas, a déploré que « les Palestiniens payent le prix de guerres et d’agressions qui ne sont pas les leurs», appelant à « trouver une solution pour protéger les habitants de Yarmouk qui n’ont rien fait pour mériter cela ». Une centaine de manifestants se sont rassemblés à Ramallah en solidarité avec les habitants de Yarmouk. Parmi eux, Mustafa Barghouti, membre de la direction palestinienne, a affirmé à l’AFP que «la leçon la plus importante à tirer c’est que nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes : nous ne pouvons compter sur personne, sur aucun Etat ni aucun gouvernement». Daech a lancé mercredi une offensive sur le camp avec l’aide des djihadistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Les djihadistes contrôlent le centre, le sud et l’ouest du camp, tandis que les forces palestiniennes d’Aknaf Beit al-Maqdess, proches du mouvement islamiste Hamas, sont présentes dans le nord et l’est, selon le responsable de l’OLP. Au moins 26 personnes sont mortes dans les violences depuis mercredi, selon l’OSDH, un bilan qui inclut les civils, les djihadistes de l’EI et les combattants palestiniens. L’armée syrienne n’a « pas pris jusqu’à présent la décision d’y entrer, mais elle a renforcé sa présence autour du camp », selon une source de sécurité citée par les agences de presse.

Publié dans Der

Incontestablement, l’Armée nationale populaire (ANP) fait face, ces dernières années, à de véritables épreuves, tant dans le cadre de la lutte antiterroriste et surtout dans le cadre de la sécurisation des frontières et la lutte contre le crime organisé et la contrebande, inscrites parmi les priorités de l’état-major. En fait, la migration subsaharienne en direction des villes du nord du pays, notamment en provenance des deux pays, le Mali et le Niger, prend des proportions alarmantes. Il ne se passe pas un jour sans que les troupes de l’ANP procèdent à l’arrestation de migrants clandestins qui parfois se versent dans la contrebande. Hier, 496  immigrants clandestins de différentes nationalités africaines ont été arrêtés à In Guezzam et Tamanrasset par les forces de l’ANP. C’est ce qui a été souligné dans un communiqué du ministère de la Défense nationale. Selon cette source, cette opération, qui entre dans le cadre de la sécurisation des frontières et la lutte contre la contrebande et le crime organisé, a permis à deux détachements relevant des secteurs opérationnels de Tamanrasset et d’In Guezzam, de la 6e Région militaire, d’arrêter 496 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines. L’opération s’est soldée également par l’arrestation de 2 contrebandiers en possession de quatre détecteurs de métaux et d’un téléphone portable, ajoute la même source. Par ailleurs, un détachement relevant du secteur opérationnel d’El Oued, relevant de la 4e Région militaire, a appréhendé dans la localité de Debila deux individus en possession d’un pistolet automatique, d’une quantité de munitions et d’un groupe électrogène. Une autre opération similaire a eu lieu, précise la même source, dans le sud du pays. Un autre détachement relevant du secteur opérationnel de Djanet a appréhendé un contrebandier près de la localité frontalière de Tin Alcoum et a saisi un véhicule tout-terrain, 750 litres de carburant, une quantité de denrées alimentaires et un téléphone portable, précise le communiqué du ministère de la Défense nationale.

Publié dans Der

La médecine islamique est le thème autour duquel a été organisée, avant-hier, une conférence au musée national des beaux-arts. Organisé par le collectif « Oasis littéraire », l’événement a réuni des étudiants, des militants associatifs, des médecins, des universitaires et des journalistes. Lors de son intervention, l’ancien ministre des Affaires religieuses et ancien chef de service d'ophtalmologie du CHU MustaphaPacha, Saïd Chibane, a insisté sur le caractère scientifique de la médecine islamique. Il a tenu à préciser que l’expression « médecine arabo-islamique » n’était pas correcte étant donné que la médecine islamique couvrait l’ensemble des territoires musulmans et n’était pas exclusive aux habitants de la Péninsule arabique. Il a indiqué, en outre, que la religion musulmane, de manière générale, encourage le savoir ajoutant que l'essor de la civilisation islamique est dû au fait que les chercheurs musulmans s’étaient intéressés à l'étude des sciences dites traditionnelles. Il a rappelé, à ce sujet, que les califes musulmans finançaient la traduction de manuscrits et de textes anciens et aidaient les chercheurs musulmans à faire aboutir leurs travaux. Selon M. Chibane, « l'objectivité scientifique, ainsi que la méthode expérimentale et scientifique sont des procédés avant-gardistes propres aux chercheurs musulmans ». Pour bien comprendre l'histoire de la médecine musulmane, il est important, dira le conférencier, de revenir aux écrits de l'un des médecins les plus célèbres de cette époque Abderrazak ibn Hamadouche el Djazairi, signalant que le retour aux références bibliographiques est primordial. « Il faut savoir que les manuscrits de ces médecins et chercheurs ont disparu. Il ne reste plus que quelques-uns d'entre eux dans les bibliothèques européennes », a-t-il regretté. «Il reste peu de traces dans le monde de leurs recherches à cause des guerres coloniales. De plus, les traductions qui ont été faites des livres musulmans portent les noms des chercheurs qui les ont traduits. Il n'est signalé nulle part dans les traductions les noms des auteurs originaux », a-t-il dit. Pour conclure son intervention, M. Chibane s'est largement attardé sur la médecine prophétique, indiquant que la médecine islamique n’a rien à voir avec le charlatanisme et autres pratiques de sorcellerie. « Les sourates ont exclu toutes formes d'intervention des esprits sur la maladie, le diagnostic et le traitement ». Il a affirmé, à ce propos, que seuls les médecins sont autorisés à soigner les malades. «Aucune incantation ne peut guérir une maladie », a-t-il tranché. Selon lui, la médecine prophétique est une série de « Ahadith » du prophète de l'islam en rapport avec la santé, la nutrition et la bonne forme physique et mentale. Parallèlement, elle fait référence à l'éthique du médecin. D'ailleurs, Ibn El Kaïm s'est consacré à l'étude de l'éthique médicale. Interrogé en marge de la conférence, le Dr Chibane a indiqué que les imams et les prêtres chrétiens ou autres représentants religieux n'ont aucun rôle à jouer dans le domaine médical. Un domaine qui est du ressort des praticiens. « Dans tous les hôpitaux du monde, des salles sont consacrées à la prière. Le rôle des hommes de religion n'est ni plus ni moins que le soutien moral », a-t-il poursuivi. De son point de vue, les soigneurs traditionnels ne sont que des « assassins ». D'autre part, M. Chibane a indiqué que les théologiens musulmans ne condamnent pas la transplantation, le don d'organe ou de sang. «Sauver une vie est sacré dans la religion musulmane », a-t-il conclu.

Publié dans Der

Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, effectuera une visite de travail au Caire (Egypte) du 6 au 8 avril et assistera à une partie des travaux du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) qui désignera mercredi le pays hôte de la CAN-2017, a-t-on appris hier auprès du ministère. « Tahmi se déplacera en Egypte du 6 au 8 avril et assistera à une session du comité exécutif de la CAF pour présenter les derniers développements dans le dossier de candidature de l’Algérie pour la CAN-2017 », a indiqué le ministère des Sports. A quatre jours du verdict de la CAF concernant l’attribution de l’organisation de cette CAN-2017 de football, des médias ont laissé entendre que l’Algérie avait déjà reçu des garanties dans cette perspective, et qu’elle en était même « déjà assurée ». Tahmi a catégoriquement démenti samedi avoir reçu une quelconque garantie de la part de l’instance continentale. L’Algérie, le Gabon, le Ghana et l’Egypte sont candidats à l’organisation de cette CAN-2017 après le désistement de la Libye en raison de la situation sécuritaire du pays.

Publié dans Der

Les services de sûreté de la circonscription administrative de Chéraga (W. d’Alger) ont procédé récemment à l’arrestation de quatre individus accusés de vol dont un gardien du marché communal de Chéraga, a-t-on appris hier auprès de la cellule de communication de la sûreté de la wilaya d’Alger. Selon la cellule de communication, l’enquête a débuté suite à une plainte déposée au niveau de la police judiciaire de Chéraga faisant état de vol par effraction dans un magasin de prêt-à-porter du marché communal. Lors de leur déplacement sur les lieux, les éléments de la sûreté ont surpris un autre cambriolage. Après investigations, la marchandise volée a été retrouvée mise en vente sur la voie publique à Chéraga par un individu qui a de suite été arrêté. Ce dernier a permis de remonter à ses acolytes dont le gardien du marché communal, accusé principal dans cette affaire. Les quatre individus impliqués et auteurs de plusieurs autres vols (08) dans la commune de Chéraga ont également été arrêtés. Après perquisition de leurs domiciles, des armes blanches ont été découvertes outre un nombre de comprimés psychotropes destinés à la vente. Les accusés ont été présentés devant le procureur de la République du tribunal de Cheraga qui a ordonné la mise en détention provisoire du principal accusé. Deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire avec convocation du quatrième individu dans l’attente de leur procès conformément à la loi.

Publié dans Der

Le patron du Comité olympique algérien (COA) déclare que la situation financière s’est améliorée par rapport au découvert qui avait marqué cette institution par le passé. Le Comité olympique algérien (COA), qui a tenu son assemblée générale ordinaire samedi au siège de Mobilis, à Bab Ezzouar (Alger), « a retrouvé son équilibre sur tous les plans », a indiqué son président, Mustapha Berraf, devant les membres de l’AG. « Aujourd’hui, le Comité olympique algérien se réjouit d’avoir retrouvé la situation effective et une sérénité qui lui permet de se consacrer entièrement à ses tâches et missions », a notamment souligné le président de l’instance olympique algérienne, lors de la lecture des bilans (moral et financier) de l’exercice écoulé (2014) du COA, ainsi que le plan d’action pour l’année 2015. Après l’enregistrement de 30 millions DA de découvert lors de la dernière assemblée, le COA a réussi avec les efforts des uns et des autres, dont ses partenaires (publics et privés), à « rétablir la situation financière », ce qui « va nous amener à mener des activités transversales et complémentaires à celles initiées par le mouvement, et plus  généralement, à représenter le mouvement olympique dans toutes ses composantes », a expliqué M. Berraf devant les 52 membres présents à l’AG, qui en compte 79. « Votre implication dans les travaux du mouvement olympique algérien est un investissement qui contribue indéniablement à la qualité des résultats obtenus, et nous permet ensemble de déterminer les évolutions nécessaires et les orientations à suivre en vue du développement des activités physiques et sportives en général », a ajouté le président du COA. A la fin des travaux de l’AG ordinaire, qui a adopté à l’unanimité les bilans présentés, le premier responsable du mouvement sportif algérien a appelé la famille olympique sportive algérienne à maintenir son « attachement indéfectible aux athlètes qui se préparent aux qualifications pour les Jeux olympiques de Rio-2016, et de les accompagner dans leur quête de l’aura olympique ». Le président du COA n’a pas omis de rappeler à l’assistance la parfaite communion existant avec le ministère des Sports et les différentes fédérations. Il s’est félicité également du soutien de l’ensemble des partenaires du mouvement olympique algérien, offrant ainsi plus de visibilité dans la gestion et permet surtout de dégager des solutions permettant de booster le sport algérien. Outre les membres de l’exécutif du COA et des représentants des fédérations olympiques et non olympiques, les travaux de l’AGO ont été rehaussés par la présence de plusieurs personnalités, dont le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Noureddine Bedoui, le directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri, Sid Ali Lebib (ancien président du COA et ancien ministre de la Jeunesse et des Sports), Amar Addadi, président du Comité international des jeux Méditerranéens (CIJM) et Rachid Mekhloufi (membre de l’équipe de football du FLN).

Bounemri (hand) et Oukazi (volley) nouveaux membres de l’AG Mme Saliha Bounemri (handball) et Fatma Zahra Oukazi (volley-ball) sont les deux nouveaux membres de l’assemblée générale du Comité olympique algérien (COA), a annoncé le président de l’instance olympique, Mustapha Berraf, lors de l’AG ordinaire. «En application des règlements et des statuts du Comité olympique algérien (COA), Mme Bounemri et Fatma Zahra Oukazi deviennent membres à part entière de l’AG», a indiqué M. Berraf, à l’entame des travaux de l’AGO. Avec l’adhésion de ces deux personnalités du mouvement sportif algérien, l’assemblée du COA est composée de 81 membres. « J’ai toujours pris part aux évènements qu’organise le COA ici et là en tant que participante. Aujourd’hui, j’ai été proposée par cette instance olympique pour mieux apporter ma contribution à ses activités dans mon domaine. Je suis contente que l’on fasse appel à mes compétences », a déclaré Mme Bounemri, ex-entraîneur national de la sélection féminine de handball. Souhaitant pouvoir contribuer dans l’action olympique et le sport algérien en général, Mme Bounemri, également maître de conférences à l’ISTS de Dély Ibrahim (Alger), ambitionne d’intégrer la commission des jeunes talents au niveau du COA. « Franchement, je souhaite apporter ma contribution dans la formation, le suivi et la prise en charge des jeunes talents, évidemment dans ma spécialité, le handball, de préférence. » Concernant Fatma Zahra Oukazi, absente à l’AGO, elle est internationale de volley-ball et évolue sous les couleurs du Groupement sportif des pétroliers (GSP). Elle a été sacrée championne d’Afrique avec la sélection algérienne en 2009.

Mustapha Lahbiri, Nacéra Zaâboub et Mohamed Djouad décorés Le directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri, ainsi que Nacéra Zaâboub (athlétisme) et Mohamed Djouad (ex-président du MCA) ont été décorés de la médaille de l’Ordre du mérite olympique et sportif algérien samedi en marge de l’assemblée générale ordinaire tenue au siège de l’opérateur de téléphonie Mobilis à Bab Ezzouar (Alger). « Par cette distinction, nous rendons hommage à des acteurs du sport algérien qui ont dignement représenté l’Algérie à travers leur parcours sportif et contribué au développement et l’épanouissement du sport de manière générale », a indiqué le président du COA, Mustapha Berraf, ajoutant l’instance olympique « désire reconnaître le mérite de ces personnalités pour, également, leur engament et abnégation au service de la nation ». Pour sa part, le directeur général de la Protection civile, Mustapha Lahbiri, a salué l’initiative du COA, en indiquant : « J’ai été décoré de plusieurs médailles, mais celle-ci me manquait beaucoup. J’ai formé beaucoup d’athlètes qui ont réussi dans leur vie sportive. Je remercie le COA et tous ceux qui contribuent au développement du sport algérien, et je leur souhaite beaucoup de réussite. ».

Publié dans Sports

Le premier responsable du sport a indiqué que le dossier de l’Algérie est complet, mais qu’il n’a reçu aucune assurance pour décrocher l’organisation, sans passer par le vote du comité exécutif de la CAF. Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, ne veut rien avancer pour ce qui est du dossier de candidature de l’Algérie pour l’organisation de la CAN-2017 et dont la désignation est attendue pour le 8 avril, qui aura lieu en même temps que le tirage au sort des éliminatoires de cette édition. Ainsi, le premier responsable du département du sport en Algérie avouera que rien n’a filtré à ce jour pour ce qui est du pays qui aura l’honneur d’abriter cette compétition de la plus haute importance que tout pays africain souhaiterait organiser. « Certes, l’organisation de cet évènement nous tient à cœur, mais nous comptons l’obtenir par des moyens légaux, notamment en présentant un dossier complet qui séduira le jury », a tenu à faire savoir le ministre, en marge d’une visite d’inspection du stade 5-Juillet. Cela voudrait dire plus implicitement que l’Algérie n’a officiellement engagé aucun lobbying pour pouvoir obtenir les faveurs des membres du comité exécutif pour voter pour elle, ce que certains réfutent, en admettant que c’est tout le contraire qui s’est produit et que les responsables algériens ont pu obtenir des garanties pour décrocher l’organisation de ce rendez-vous. Il faut savoir que la concurrence sera rude avec le Gabon, le Ghana et l’Egypte, qui souhaitent organiser ce grand rendez-vous du football africain. L’Egypte avait déclaré dans un premier temps qu’elle retirait sa candidature pour soutenir celle de l’Algérie, mais s’est rétractée et a décidé de se présenter pour l’abriter. Tous ces pays partent à chances égales, même si certains avouent que la concurrence sera rude entre le Gabon et l’Algérie qui avait échoué dans l’organisation des éditions 2019 et 2021 et qui souhaite donc prendre sa revanche en ayant l’honneur d’obtenir l’organisation de l’édition de 2017. Rappelons que les CAN-2019, 2021 et 2023, quant à elles, ont déjà été attribuées, respectivement au Cameroun, à la Côte d’Ivoire et à la Guinée.

Publié dans Sports

Les pugilistes de Béjaïa se sont illustrés en finale de la Coupe d’Algérie juniors de boxe, vendredi soir au Palais des sports Hamou-Boutlélis d’Oran, en s’adjugeant trois titres sur les dix mis en jeu.  Toutes les victoires ont été arrachées aux points. Les combats ont été très disputés dans les différentes catégories, gratifiant le public d’un beau spectacle.  Les concurrents ont montré beaucoup de punch et les combats ont été, dans l’ensemble, d’un bon niveau technique, ont estimé les spécialistes du noble art présents à Oran. Selon l’entraîneur national, Mourad Ouhib, « cette compétition, qui s’est déroulée quatre jours durant, a été d’un niveau technique et physique acceptable », permettant à certains boxeurs de montrer des capacités prometteuses susceptibles de leur ouvrir les portes de la sélection nationale.  Certains combats ont été qualifiés de haut niveau par les techniciens, surtout dans les catégories de moins 49 kg, 56 kg, 60 kg et 81 kg. En prévision du championnat du monde 2016, prévu à Astana, capitale du Kazakhstan, plusieurs stages de préparation des éléments de la sélection nationale sont programmés dans plusieurs wilayas du pays, ainsi que des participations à des tournois à l’étranger, a-t-on indiqué. Le président de la Fédération algérienne de boxe (FAB), Nabil Saadi, a félicité les organisateurs pour la réussite de cet évènement sportif, où aucune protestation n’a été émise.

Publié dans Sports

Le MC Alger (Ligue 1 algérienne de football), domicilié actuellement au stade Omar-Hamadi de Bologhine, « pourra recevoir à nouveau au 5-Juillet après sa réhabilitation », a indiqué le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, samedi à Alger. « Si on réhabilite une structure aussi imposante que le grand stade olympique, c’est bien pour l’exploiter. Donc oui, le MCA pourra y rejouer après la fin des travaux, et c’est valable même pour les autres clubs », a répondu le ministre à une question d’un journaliste, en marge d’une visite d’inspection au stade 5-Juillet pour s’enquérir de l’avancement des travaux en prévision de la finale de la Coupe d’Algérie, prévue début mai. Le MCA, un des clubs les plus populaires d’Algérie, avait transféré sa domiciliation au stade de 5-Juillet au début des années 1990 pour satisfaire la demande croissante de ses supporters, qui se comptaient par dizaines de milliers. Mais la fermeture de cette enceinte en septembre 2013 pour travaux l’a obligé à transférer ses quartiers à Bologhine, avec l’incertitude de pouvoir retourner dans le grand stade olympique. Certaines rumeurs avaient laissé entendre, en effet, qu’après la rénovation de la pelouse, des vestiaires et des tribunes, le stade 5-Juillet allait être laissé entièrement à la disposition de la sélection nationale, et que par souci de conservation des différentes installations, aucun club n’allait pouvoir y rejouer. Des rumeurs que le ministre des Sports a finalement démenties, affirmant même que le MCA ne sera pas le seul club à pouvoir rejouer dans le grand stade olympique. Allusion faite à d’autres clubs de l’Algérois, comme l’USMA, le NAHD, le CRB, le RCK et l’USMH, ainsi que d’autres formations de l’Est et de l’Ouest du pays, notamment l’ES Sétif, à l’occasion d’évènements importants, comme par exemple une finale de la Ligue des champions.

Publié dans Sports

L’attaquant international algérien du Sporting Lisbonne (division 1 portugaise de football) a signé samedi soir son dixième but de la saison, lors du match en déplacement à Paços Ferreira (1-1), dans le cadre de la 27e journée du championnat portugais de football. Après s’être vu refuser un but de la tête à la 7e minute pour une position de hors jeu, Slimani (26 ans) a réussi à ouvrir la marque à la demi-heure du jeu du pied droit, sur un service de Nani (30e). L’équipe locale est parvenue à remettre les pendules à l’heure par l’entremise de Galo (75e). Titularisé par l’entraîneur Marco Silva, l’attaquant algérien a cédé sa place à son coéquipier Fredy Montero (76e). A l’issue de ce résultat, le Sporting Lisbonne stagne à la 3e place au classement de la Liga Sagres avec 57 points, à onze longueurs du leader, Benfica Lisbonne, vainqueur à domicile samedi face à Nacional Madeira (3-1). Slimani avait rejoint le Sporting Lisbonne en 2013, en provenance du CRB, pour un contrat qui expire en 2017. Il est convoité par le club allemand de Schalke 04, qui serait prêt à débourser 12 millions d’euros pour engager l’été prochain l’actuel meilleur buteur du Sporting. Le joueurs algérien venait de prendre part avec l’équipe nationale au stage effectué à Doha du 23 au 31 mars, avec deux matches amicaux au menu, face au Qatar (défaite 1-0) et Oman (victoire 4-1), mais sans parvenir à inscrire le moindre but.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6