Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 01 juin 2015

La préparation à la gestion des catastrophes naturelles et des accidents industriels, c’est bien, initier la population aux gestes et réactions importants en situation d’exception, c’est mieux.

Partant de cette logique, les services de la Protection civile ont formé depuis 2010 71 230 bénévoles aux techniques du secourisme.
Ce programme ambitieux par son caractère citoyen, a-t-on appris hier à Boumerdès lors du lancement de la saison estivale, consiste à rappeler que la meilleure façon de faire face aux situations de crise liées à des accidents naturels, technologiques ou humains est d’éduquer les citoyens et les mettre en situation de faire face aux scénarios-catastrophes. Il a été intitulé à juste titre « Un secouriste pour chaque famille » et permet à la Protection civile de « démocratiser » la culture du secourisme dans notre pays, nous a expliqué le colonel Farouk Achour, premier responsable de la communication. Pour cet officier, les moyens humains et technologiques utilisés dans les opérations d’intervention et de secours ne sont réellement efficaces que s’ils sont utilisés dans un contexte où les populations disposent de bons réflexes, comme au Japon, par exemple, où les gens sont régulièrement invités par la sécurité civile et des organismes spécialisés à des stages de mise en condition en raison du caractère sismique de l’environnement dans lequel ils vivent.
Faire des concitoyens le premier maillon de la chaîne des secours en leur enseignant les bons réflexes à adopter, explique le colonel Achour, c’est « augmenter sensiblement les chances de sauver des vies et de rendre encore plus efficaces les interventions des services de secours ». Le programme « Un secouriste pour chaque famille » a été lancé voici cinq ans à l’initiative du patron de la Protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri. Pour ce faire, la Protection civile a ouvert des centres de formation dans toutes les unités des wilayas et a mobilisé plusieurs agents et officiers. Parmi les 71 230 personnes qui ont été formées par les sapeurs-pompiers, on compte 12 781 femmes et 59 463 hommes. Leur formation est simple et courte pour la « maîtrise des gestes qui sauvent », indique le colonel Achour. Elle s’étale sur 21 jours et est sanctionnée par un test de contrôle et d’évaluation à chaque afin de semaine et par un examen final en fin de cycle de formation.
Il est à rappeler que les services de la Protection civile ont effectué, hier à Boumerdès, des exercices de simulation de sauvetage et ont ouvert des stands destinés à faire connaître ses activités au grand public, à la veille de l’ouverture de la belle saison et du rush balnéaire dont elle est coutumière. 

Publié dans Der

Les familles de disparus durant la décennie noire ont organisé, hier, un rassemblement à la place 1er-Mai (ex-Champ de manœuvres), à Alger. Mères, épouses et enfants des victimes, du étaient une quarantaine à rappeler leurs traditionnelles revendications pour la « vérité et la justice » sur le sort des leurs. Vers 9h20, les participants ont commencé à affluer vers le lieu du rassemblement en petits groupes de deux ou trois personnes. Les manifestants ont brandi une large banderole sur laquelle on pouvait lire
« Tous contre les disparitions forcées ». Les manifestants exposaient également des portraits et des photos des leurs.
« Nous sommes patients et debout, et sur Dieu nous comptons, notre justice est traitresse, on demande une commission d’enquête internationale, rendez-nous nos enfants nous rentrerons chez nous, on a libéré l’Algérie », scandaient-ils sous le regard des dizaines de passants curieux. Trois camions, deux voitures et une dizaine de policiers arrivent sur les lieux. Ils semblent chercher des personnes en particulier. Khalif Yekhlef, chargé de la communication de SOS Disparus, l’association ayant appelé à ce rassemblement à l’occasion respectivement de la fête des mères et de la Journée internationale de l’enfant, est embarqué. « Nos enfants sont notre cause, la police nous ne fera pas peur, les pressions non plus… », répliquent les manifestants. La police hausse le ton, tentant de disperser les manifestants. «On ne demande rien, sauf la vérité et la justice », crie une manifestante montrant à un policier le portrait de son fils militaire enlevé. « On a frappé à toutes les portes, mais hélas, aucune trace de nos enfants», confie une autre manifestante à un passant qui l’abordait. Vers midi, les familles se dispersent dans le calme. M. Yekhlef a été libéré vers 14h, où il a fait l’objet, dit-il, «d’une procédure routinière, sans plus ».

Publié dans Der

L’Algérie sera l’invitée d’honneur du Salon du tourisme, de l’art et de la culture (Euroal) de Malaga, en Espagne, prévu du 3 au 5 juin. La participation de l’Algérie à ce salon s’inscrit dans le cadre du programme tracé par le ministre du Tourisme à l’horizon 2030. D’ailleurs, pour marquer sa présence à cet événement auquel prendront part quelque 150 exposants et plus de 19 pays, l’Office national algérien du tourisme (Onat) s’est réservé un stand de 80 m2 au pavillon central du salon. Pour faire la promotion du tourisme algérien, l’Onat a décidé de mettre en avant l’authenticité et la modernité du patrimoine culturel national ainsi que la richesse du littoral algérien.
Des activités culturelles et des ateliers de travail seront animés en sein même du stand algérien, sans oublier la troupe de musique andalouse qui accompagnera les visiteurs et les exposants tout au long de l’événement. De son côté, le directeur général de l’Onat animera une conférence en présence de ses homologues étrangers pour présenter « le potentiel du tourisme algérien ». En vue d’ouvrir la voie à des partenariats algéro-européens, des ateliers d’information seront animés durant toute la durée de la manifestation.
A noter que chaque année, plus de 37 314 touristes espagnols se rendent en Algérie. D’ailleurs, les deux Etats comptent sur ce salon pour fructifier le partenariat économique dans différents secteurs. Cela dit, bien que ce salon semble présenter de nombreux avantages, mais surtout une opportunité de partenariat économique et touristique, certains experts doutent qu’il puisse avoir des retombées commerciales.
« Je suis surpris que l’Algérie prenne part à un salon de petite envergure, sachant que nous participons aux plus grands salons du tourisme dans le monde depuis 1976 », déclare l’ex-conseiller au ministère du Tourisme et de l’Artisanat, Saïd Boukhelifa, qui insiste sur le fait que « participer à un salon mineur est une perte d’argent et de temps ». Selon lui, ce salon ne peut avoir de « retombées commerciales ». Pour cause, « le salon de Malaga est un salon régional et est destiné au tourisme domestique ». Notre interlocuteur précise que « la décision de prendre part à un salon nécessite une étude de marché ». « Je ne sais pas si c’est par incapacité ou par ignorance que cette décision a été prise, mais en tout cas, on vient de perdre une grande occasion de promouvoir notre tourisme ». A ce sujet, il ajoutera : « On a laissé de côté une chance en or d’attirer non seulement la diaspora algérienne à l’étranger, mais aussi les grandes agences touristiques dans le monde. »
« Je pense que les cadres de ce ministère devraient penser à arrêter de faire des choses pour des enjeux politiciens », a-t-il poursuivi, faisant notamment référence au fait que le ministère du Tourisme s’occupe de la gestion des plages.
« Dans aucun pays au monde, le ministère du Tourisme gère les concessions des plages, depuis toujours, c’est le rôle des collectivités locales. ». Pour Saïd Boukhelifa, « cette réforme, si je peux l’appeler ainsi, ne fait que compliquer les choses ».
En effet, c’est hier que la saison touristique 2015 a été inaugurée par le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, M. Ghoul. D’ailleurs, M. Boukhelifa estime que l’Etat ne veut absolument pas développer le tourisme puisque le ministère a été « chamboulé » lors du dernier remaniement ministériel.
« Aujourd’hui, on n’a plus de ministère du Tourisme, il y a juste un petit appendice adjoint au ministère de l’Aménagement du territoire. » 

Publié dans Der

Une fillette de 5 ans a été retrouvée saine et sauve hier par les éléments de la Sûreté de wilaya de Constantine moins de cinq heures après son enlèvement du domicile de ses parents, a appris l’APS auprès de la cellule de communication de ce corps constitué. Les services de police ont été alertés peu après 3 heures du matin via le numéro vert de la DGSN (15 48) par le père de la petite fille qui, au moment de la prière du Fadjr, se rendit compte de la disparition de la fillette et de l’effraction de la porte en acier de terrasse du domicile familial situé cité El Djebass, a indiqué cette source. Les policiers, secondés par la brigade canine et les éléments de la police scientifique, ont rapidement bouclé la zone et pu resserrer l’étau sur le (ou les) auteur(s) de cet acte, avant de déterminer, avec la collaboration de citoyens, la direction prise par le (ou les) criminel(s), a-t-on souligné. Grâce à leur célérité et aux indices recueillis en un temps record, les enquêteurs ont pu retrouver, vers 7 heures 45, la petite fille sur un versant forestier donnant sur le village de Salah-Bey, à quelques centaines de mètres de son domicile. La fillette a été prise en charge par les services de la sûreté de wilaya, assistés de psychologues relevant de ce corps, tandis que le (ou les) auteur(s) de cette tentative d’enlèvement est (ou sont) activement recherché(s), a encore faite savoir la même source. Ironie du sort (ou comble du cynisme), cette tentative de rapt d’une petite fille intervient le jour-même où la planète célèbre la journée internationale de l’enfance.

Publié dans Der

28 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés hier vers 2 heures du matin à 8 miles au nord de Oued Bakrat, une plage de la wilaya d’Annaba. C’est une patrouille des gardes-côtes de la station maritime principale qui avait pris en chasse 2 embarcations de fortune pour les arraisonner après quelques minutes de poursuite pour ensuite les arraisonner et arrêter tous ceux qui se trouvaient à bord. Après vérification de leurs identités, il s’est avéré que ceux-ci sont âgés entre 17 et 52 ans et sont originaires des wilayas d’Annaba (24) et de Bordj Bou Arréridj (4). Ces émigrants, profitant des bonnes conditions météorologiques, avaient pris la mer de nuit à partir de la plage Oued Bakrat et comptaient ainsi atteindre les rives nord de la Méditerranée et de là débarquer sur le continent européen. Après la visite médicale habituelle en pareil cas, les mis en cause ont été présentés à la justice. Cette entreprise pourtant périlleuse à plus d’un titre n’a pas découragé jeunes et moins jeunes prêts à risquer leurs vies pourvu qu’ils arrivent à quitter le pays pour s’installer sur le Vieux continent. Et même s’ils arrivaient à bon port, ils seraient immédiatement arrêtés par les gardes-côtes italiens qui se sont mobilisés ces derniers temps pour stopper le flux d’émigrants venus d’Afrique subsaharienne, mais aussi d’Asie.
Les autorités algériennes ont de leur côté renforcé la surveillance des eaux territoriales en effectuant des patrouilles 24h/24 pour intercepter tout véhicule marin.

Publié dans Der

Les dates des deux confrontations amicales face aux Lions de la Téranga et aux Etalons seront connues bientôt. Ce qui devrait réjouir Gourcuff, qui souhaite pouvoir jouer quelques rencontres avant d’entamer les matches comptant pour les éliminatoires de la CAN-2017.

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, s’est chargé de conclure des matches amicaux avec les sparring-partners que devrait rencontrer la sélection nationale dans les prochains jours. En effet, le patron de la fédération a déjà pris attache avec ses homologues du Sénégal et du Burkina Faso pour des matches-tests qui devraient avoir lieu dans les mois prochains. Cela s’est fait en marge de la dernière assemblée générale de la Fifa à Zurich, où le premier responsable de la fédération avait eu une discussion sérieuse avec les présidents des fédérations sénégalaise et burkinabie. Il se serait entendu avec eux sur les modalités de la tenue de ces matches, tout en laissant la porte ouverte pour les dates qui seront choisies pour leur programmation. Il continuera donc les négociations avec eux par téléphone et communiquera les dates dès qu’il se sera entendu avec eux, même s’il ne veut pas se précipiter, car, pour lui, le plus important est de trouver un terrain d’entente sur tout. A noter que Raouraoua n’est pas prêt à payer pour programmer ces matches amicaux pour ne pas changer ses principes, en jouant ce genre de matches sans avoir à verser une contrepartie, à l’exception des frais de prise en charge à Alger. Ces deux matches devraient permettre au sélectionneur national, Gourcuff, de bien préparer son groupe pour les prochaines échéances, surtout que ce dernier compte voir à l’œuvre certains joueurs et cela demande l’organisation de ce genre de matches. L’essentiel est de choisir une équipe solide, ce qui serait le cas avec ces deux formations qui sont considérées comme deux sélections qui jouent un football chatoyant et qui surtout, sont solides sur le plan défensif et offensif. Par ailleurs, et pour ce qui est du stage qui a débuté à Sidi Moussa, le sélectionneur national a augmenté la cadence en passant à deux séances/jour pour améliorer la condition des joueurs.

Publié dans Sports

L’attaquant Islam Slimani est devenu le troisième joueur algérien à gagner la Coupe du Portugal de football, après Rabah Madjer et Hilal Soudani, qui avaient goûté avant lui au même sacre. Slimani, pour sa deuxième saison avec le Sporting Lisbonne, a contribué également et grandement dans ce trophée remporté dimanche soir face au Sporting Braga. Le club de la capitale s’est offert pour l’occasion sa 16e coupe nationale en s’imposant péniblement par 3 tirs au but à 1, les deux équipes n’ayant pu se départager (2-2) après la prolongation en finale à Lisbonne. Les Lions, dirigés par Marco Silva, privés de trophée depuis sept ans et réduits à dix dès la 15e minute et l’exclusion de Cedric Soares, étaient même menés 2-0 après le penalty transformé par Eder et le but de Rafa Silva (25e). Mais ils ont réussi à revenir dans la partie par Slimani (84e), qui a porté à 15 son capital buts cette saison avec le Sporting (toutes compétitions confondues) et Fredy Montero (90+3), avant de se montrer plus efficaces aux tirs au but. Le Sporting avait enlevé sa dernière coupe nationale en 2008, également après prolongations, face au FC Porto, avant de connaître une longue traversée du désert. L’ancienne star algérienne, Rabah Madjer, compte dans son palmarès deux coupes du Portugal, gagnées avec le FC Porto en 1988 et 1991. Il sera « imité » par Soudani en 2013, lorsqu’il avait gagné le même titre sous les couleurs de Vitoria Guimaraes.

Publié dans Sports

L’international olympique de l’USM Alger, Zineddine Ferhat, a déclaré hier toujours garder espoir d’opter pour un club européen dans un avenir proche, après que la direction de son équipe de Ligue 1 algérienne de football ait refusé de le libérer pour les Français de Montpellier l’été dernier. « Je suis toujours sous contrat avec mon club, mais cela ne m’empêche pas de garder espoir d’entamer une carrière professionnelle dans un avenir proche. Tout dépendra donc de la position de mes dirigeants vis-à-vis d’une éventuelle offre émanant de l’étranger », a déclaré Ferhat. Révélation de la saison dernière, Ferhat, qui a contribué grandement dans le titre de champion remporté par les Rouge et Noir de la capitale lors de l’exercice 2013-2014, avait failli suivre à Montpellier (Ligue 1, France) son ex-entraîneur à l’USMA, le Français Rolland Courbis, n’était le « veto » de la direction usmiste. « Certes, j’aurais souhaité partir à Montpellier, mais mon destin n’était pas entre mes mains. J’espère que les dirigeants vont se montrer compréhensifs en cas d’une nouvelle offre », a souhaité le milieu offensif. Au passage, il a affirmé n’être au courant de rien de ce qui a été rapporté dans la presse à propos d’un intérêt envers lui de la part de la formation d’Angers, nouveau promu parmi l’élite française et que préside l’Algérien Saïd Chaâbane. « Franchement, je ne suis au courant de rien. J’ai laissé à mon père (un ancien joueur de la JS Kabylie, ndlr), le soin d’étudier les contacts qui pourraient me parvenir, car j’étais concentré uniquement sur le parcours de mon équipe en championnat où nous avions traversé une période très difficile en fin de compétition », a expliqué le joueur. L’USMA a attendu la dernière journée du championnat pour assurer son maintien dans la cour des grands après sa victoire à domicile face à l’ASO Chlef (3-1), vendredi dernier dans un match auquel Ferhat n’a pas pris part en raison d’une suspension. «Les changements fréquents dans la barre technique étaient pour quelque chose dans notre parcours négatif en championnat cette saison, car, et contrairement à ce que certains prétendent, il n’y a aucun problème dans le vestiaire de l’équipe », a encore précisé le joueur de 21 ans. N’ayant pas beaucoup brillé cette saison, le natif de Bordj Menaïel impute cela aux « blessures à répétition » dont il a été victime.

Publié dans Sports

L’attaquant international algérien, Ishak Belfodil, libre de tout engagement depuis son départ du FC Parme (Serie A italienne de football), a affiché son souhait d’opter pour la Fiorentina qui convoite ses services. « J’attends, je m’entretiens en permanence avec mon agent D’amico. Avec Andrea, nous avons eu l’occasion de visiter la ville de Florence, une ville merveilleuse. Ce serait un réel honneur de recevoir un appel de la Viola », a affirmé le joueur algérien dimanche au site spécialisé Tuttomercatoweb. Belfodil a traversé une saison difficile face à Parme, relégué en Serie B, ce qui l’a contraint à résilier son contrat, après son refus d’accepter une baisse de son salaire décidée en raison des dettes auxquelles est confronté le club parmesan. « Clairement, l’Italie serait la solution la plus simple, j’ai joué ici pendant trois ans et je n’ai aucun problème de langue, tout en connaissant bien le championnat. J’ai beaucoup voyagé, cependant, une expérience à l’étranger ne me poserait pas de problème, elle me stimulerait même », a-t-il ajouté.

Publié dans Sports

La tenniswoman algérienne ne cesse de progresser et se positionne comme l’avenir de la balle jaune nationale.

La joueuse de tennis algérienne Inès Ibbou s’est qualifiée dimanche au 2e tour du tournoi Roland-Garros « juniors », organisé du 31 mai au 6 juin à Paris (France) suite à sa victoire 2-1 (5-7, 6-2, 6-4) contre la Japonaise Chihiro Muramatsu, en match comptant pour le 1er tour. Passée par le tableau des qualifications, la championne d’Afrique en titre chez les U18, classée 43e mondiale, avait remporté deux matchs, jeudi et vendredi, respectivement contre l’Italienne Ludmilla Samsonova et la Roumaine Patricia Bejenaru, sur le même score (2-0) pour atteindre le tableau final. Dans un match momentanément interrompu par la pluie, l’Algérienne a réussi une bonne entrée en matière contre la Japonaise Muramatsu, avec laquelle elle est restée au coude à coude (5-5), avant de chuter (7-5). Ibbou s’est cependant bien ressaisie dans le 2e set, contre la 40e mondiale, qu’elle a expédiée assez rapidement (6-2), avant d’éprouver quelques difficultés dans le 3e set (4-4), mais qu’elle a réussi à remporter (6-4). Au prochain tour, l’Algérienne sera confrontée à la Russe Anna Kalinskaya, classée 16e mondiale, qui s’est qualifiée aux dépens de la Canadienne Bianca Vanessa Andreescu, suite à sa victoire 2-1 (0-6, 6-3, 6-2), en match disputé dimanche pour le compte du 1er tour. Un bon parcours qui confirme la bonne santé d’Ibbou en ce début de l’année 2015, pendant laquelle elle s’est hissée de la 152e à la 43e place au classement mondial « juniors », et ce, en l’espace de seulement deux mois. Certes, l’Algérienne reste sur une élimination précoce dans un tournoi international, disputé le 19 mai à Milan (Italie), mais d’après le Directeur technique national (DTN) Samir Amier « Ibbou a déjà atteint ses principaux objectifs pour 2015 : le titre de championne d’Afrique U18, et une place dans le top 50 mondial ». « Le prochain objectif pour notre championne sera d’intégrer le top-ten mondial juniors et elle dispose de deux ans pour réussir cette performance, car elle n’a que 16 ans et elle sera considérée comme junior jusqu’à l’âge de 18 ans », a ajouté le DTN dans une déclaration. La jeune algérienne a débuté la pratique du tennis à l’âge de 6 ans sous la conduite du coach Zine El Abidine Midoun, avant de passer sous la coupe de la Fédération algérienne de tennis (FAT) au début de l’année 2015, avec l’ambition de donner une autre dimension à sa carrière.

Publié dans Sports
Page 1 sur 5