Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 15 juin 2015

Société Générale Algérie (SGA) a investi 50 millions d’euros pour ouvrir un nouveau siège à Bab Ezzouar (Alger), selon le président du directoire de cette banque, Eric Wormser, qui présidait hier à Alger une cérémonie célébrant le quinzième anniversaire de cette banque en Algérie.

Le nouveau siège, dont la date d’ouverture n’a pas été précisée, témoigne, selon M. Wormser, de l’engagement de SGA en Algérie, une banque qui se définit comme « algérienne » et « citoyenne ». Depuis l’ouverture de sa première agence en 2000, SGA a fait un long parcours, puisqu’elle compte aujourd’hui 86 agences, dont 10 centres d’affaires, et a fidélisé 340 000 clients professionnels et particuliers. Dans un marché dominé à 80% par les banques publiques, cette banque détient 3 à 4% de parts de marché, soit entre 15 et 20% de parts de marché dominé par les banques privées. Pour ses quinze ans d’activité sur le marché algérien, c’est surtout l’aspect sociétal que la direction de SGA a souhaité mettre en avant. Un aspect auquel le plan d’action de la banque accorde, semble-t-il, un intérêt particulier.
SGA informe s’être engagée dans « des actions caritatives en direction des associations (défendant les intérêts) de personnes en situation de vulnérabilité, la promotion du sport pour handicapés, des jeunes talents et de la culture ».
Pour M. Wormser, l’Algérie est un pays auquel croit SGA, qui « réinvestit la totalité de ses bénéfices, cette année », précisant qu’au cours des dernières années, la banque avait « réinvesti la majeure partie de ses bénéfices en Algérie ».
Concernant le bilan de la banque, il est fait état d’un produit net bancaire de 13,3 milliards de dinars en 2014, avec une baisse de l’ordre de 1,4 milliard de dinars par rapport à l’année 2013. D’autre part, la banque a réalisé, la même année, un résultat net de 5,1 milliards de dinars, enregistrant une progression de 1,1 milliard de dinars par rapport à l’année précédente. Le bilan total a enregistré, quant à lui, une progression de 9% entre les deux années avec, en 2014, un total de 243 milliards de dinars, contre 222,3 milliards de dinars en 2013.
D’un autre côté, le total des dépôts a atteint, l’année dernière, 198 milliards de dinars, en hausse de 16 milliards de dinars, en comparaison avec l’année d’avant.
Globalement, « l’exercice 2014 s’est soldé avec une évolution positive du résultat, qui est revenu au niveau de l’exercice 2012, après une baisse enregistrée en 2013. Cette évolution positive du résultat est due, en partie, à un accroissement de la production, notamment en matière de volume de crédits accordés aux entreprises », explique un document relatif aux résultats financiers de la banque.
SGA informe, en outre, que « l’année 2014 a été marquée par (…) l’accompagnement de gros projets lancés par des investisseurs locaux, étrangers ou dans le cadre de joint-ventures algéro-étrangères ».
Enfin, le président du directoire, qui s’est dit satisfait des résultats de la banque au cours de ces quinze dernières années, a parlé de la volonté de SGA d’être davantage présente sur le territoire algérien à travers l’élargissement de son réseau d’agences. 

Publié dans Der

A l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de l’Union internationale des télécommunications, Algérie Télécom Satellite (ATS) a organisé, hier, une importante journée d’étude sur la relation entre les technologies de l’information et de la communication (TIC) et la gestion des catastrophes naturelles et des situations de risques exceptionnels.
Bien évidemment, cette journée a été organisée en partenariat avec le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), la Défense nationale, ainsi que la Protection civile. Les débats inscrits à son programme ont été déclinés à travers quatre thèmes. Le premier a porté sur la permanence des risques naturels auxquels est confronté l’Algérie. Le deuxième a concerné le rôle des TIC dans la prise en charge des catastrophes naturelles et des risques. Le troisième a permis d’aborder le rôle des systèmes d’alarme. Tandis que le quatrième a concerné la gestion des crises par les acteurs les plus concernés, a savoir la Défense nationale, la Sûreté nationale, la Gendarmerie nationale et la Protection civile. Lors des débats, on a compris que la disponibilité des TIC ainsi que leur bonne utilisation permet d’intervenir efficacement notamment pour sauver des vies et gérer des scénarios extrêmes. Ces discussions ont été d’autant plus intéressantes qu’elles ont été menées par des spécialistes d’ATS, du CRAAG et de représentants des corps constitués spécialisés. Il est à rappeler de manière rassurante que la problématique de la gestion des catastrophes suscite dans notre pays de plus en plus de débats et de discussions sur les moyens de sensibilisation et d’action en cas d’urgence. Elle indique qu’une tradition s’installe et que les institutions concernées se préparent à toute éventualité dans un pays, le nôtre, où le risque sismique reste permanent. La dernière action de prévention en date a été la grande manœuvre de la Protection civile, où 10 000 hommes ont été mobilisés pour un exercice grandeur nature. 

Publié dans Der

Le procureur-adjoint de la Cour pénale internationale s’est dit « déçu » hier que l’Afrique du Sud n’ait pas arrêté le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de génocide, alors qu’il participait à un sommet de l’Union africaine à Johannesburg. « Nous sommes déçus qu’il n’ait pas été interpellé », a déclaré à l’AFP James Stewart, adjoint de la procureure Fatou Bensouda : « Notre position a toujours été que l’obligation incombant à l’Afrique du Sud est claire, elle devait l’arrêter ». Omar el-Béchir a quitté hier l’Afrique du Sud, faisant fi d’une interdiction de sortie du territoire prononcée la veille par la justice sud-africaine. Il y était depuis dimanche pour un sommet de l’UA. Le procureur-adjoint s’est toutefois voulu optimiste : « Au final, cela pourrait nous renforcer et non être un revers comme certains pourraient le penser ».
C’est en effet la première fois que la justice d’un pays tente d’empêcher un chef d’Etat en exercice de quitter son territoire en réponse à une demande de la CPI. La CPI, qui recherche Omar el-Béchir pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la province soudanaise du Darfour, avait demandé à l’Afrique du Sud, Etat membre de la CPI, de procéder à son arrestation. Dimanche, un tribunal de Pretoria lui avait même interdit de quitter le pays tant que la justice sud-africaine n’aurait pas statué sur son cas. « Cela démontre qu’un mandat d’arrêt de la CPI signifie quelque chose », a soutenu M. Stewart : « C’est un travail de longue haleine et la patience payera ». Lundi, alors qu’Omar el-Béchir avait déjà quitté le pays, un tribunal sud-africain a estimé que le gouvernement sud-africain avait enfreint la Constitution en n’arrêtant pas le président soudanais. 

Publié dans Der

En marge des débats, ATS a présenté, hier, au public un véhicule tout-terrain bourré de technologies et prêt à être opérationnel en cas de besoin. Ce véhicule, utilisant les communications par satellite, est doté d’une capacité de mouvement et d’opérabilité remarquable, en cas de catastrophes naturelles, ont expliqué des représentants de l’opérateur télécom. Louiza Ferhat, directrice de la communication d’ATS, a, pour sa part, indiqué que les moyens satellitaires dont dispose l’entreprise permettent l’envoi d’images et de vidéos en temps réel, sans compter le GPS, ainsi que des terminaux mobiles de grande qualité. Selon cette responsable, le véhicule est préparé et équipé pour les situations les plus difficiles.

Publié dans Der

Le Directeur de la Jeunesse et des Sports (DJS) de la wilaya de Béjaïa, Abdelhamid Daâmache, est décédé, dans la nuit de dimanche à lundi, dans sa ville natale, à Mila, suite à un arrêt cardiaque. Souffrant de douleurs abdominales et de brulures d’estomac, le défunt a rendu l’âme après son admission à l’hôpital, précise-t-on. Âgée de 60 ans, la victime, qui jouit d’une longue expérience dans le secteur de la jeunesse et des sports, a été nommée au poste de DJS de Béjaïa en mars 2014, après avoir occupé les mêmes fonctions au niveau des wilayas de Sétif et Khenchela. Feu Daâmache avait succédé au défunt Salem Benathmane, qui était aux commandes de ce secteur à Béjaïa, durant une décennie, avant sa disparition, le 28 octobre 2013, à l’âge de 63 ans, au CHU de Constantine, des suites d’une longue maladie. Pour rappel, le regretté Abdelhamid Daâmache était diplômé de l’Institut national de formation supérieure des cadres de la jeunesse de Tixeraïne (Alger) comme conseiller à la jeunesse, et de l’Institut supérieur de la technologie du sport (ISTS) de Dély Ibrahim comme inspecteur. Il avait ensuite suivi une formation en Gestion et management en France.

Publié dans Der

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a reçu, hier à Alger, l’historien Benjamin Stora, également inspecteur général de l’éducation en France. Benjamin Stora dont les recherches portent notamment sur l’histoire du Maghreb contemporain, particulièrement l’Algérie, est à Alger dans le cadre de la visite du président François Hollande. (APS)

Publié dans Der

A l’occasion des sorties de promotions des différentes universités algériennes, l’opérateur de téléphonie mobile, Mobilis, prévoit d’« honorer les majors de promotions de l’année universitaire 2014/2015 », indique un communiqué de Mobilis.
En effet, Mobilis accompagnera aujourd’hui l’Université Alger 1 Benyoucef-Benkhedda et le lendemain l’Université de Boumerdès, M’hamed-Bougara, en honorant les lauréats majors de promotions dans les cycles de graduation et de post-graduation, ayant excellé dans différentes spécialités (médecine, droit, sciences islamiques, sciences de l’économie, sciences de gestion, sciences commerciales, informatique et électronique), tout au long de leur parcours universitaire. Par ailleurs, des cérémonies de remise de prix seront organisées en leur honneur dans plusieurs autres établissements universitaires à travers le territoire national.

Publié dans Der

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, accédera sans doute au vœu de son coach de disputer les prochains matches de la sélection au temple olympique.

Le retour au stade olympique 5-Juillet pour y jouer les prochains matches internationaux et notamment les rencontres comptant pour les éliminatoires de la CAN-2017 n’est qu’une question de temps. En effet, on apprend que le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, devrait accéder au vœu du coach national, Christian Gourcuff, qui souhaite jouer sur ce stade, après l’avoir visité. « Si le stade 5-Juillet est prêt, pourquoi ne pas jouer là-bas ! Je pense que ce sera une bonne option pour nous.
Pour les équipes qui défendent trop, comme par exemple les Seychelles, le stade Tchaker les aide beaucoup par rapport à la largeur du terrain », a avoué le sélectionneur des Verts. Par ailleurs, et même si Raouraoua est d’accord sur le principe de revenir jouer dans ce stade, il n’empêche qu’il souhaite installer une commission qui devrait suivre le dossier, surtout pour ce qui est des quelques travaux qui restent, et ce, avant de prendre une décision finale.
A noter qu’il ne reste que quelques retouches avant que le stade ne soit livré définitivement. Un terrain que même la formation du Mouloudia d’Alger convoite pour y évoluer et jouer tous ses matches. Il faut savoir que le patron de la FAF avait laissé entendre auparavant qu’il pensait à changer la domiciliation des matches de la sélection, car elle n’était plus à l’aise au stade Tchaker de Blida. Par ailleurs, et pour ce qui est du prochain stage de l’équipe qui précédera le match face au Lesotho pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN, on apprend qu’il devra être programmé officiellement en Afrique du Sud, selon le vœu du coach des Verts, qui veut mettre tous les atouts de son côté pour bien préparer ce rendez-vous. Le driver national avait déjà supervisé les installations en Afrique du Sud et s’est montré chaud pour s’y préparer en prévision du match face au Lesotho.

L’Ethiopie prend le meilleur sur le Lesotho
La sélection éthiopienne de football a battu son homologue du Lesotho sur le score de 2 buts à 1 en match comptant pour la première journée de la Coupe d’Afrique des nations de 2017 groupe J (CAN-2017), disputé dimanche soir à Addis-Abeba. Menés à la mi-temps (0-1), les Ethiopiens ont attendu la seconde période pour niveler la marque par Gatoch Panom (68e), avant de prendre l’avantage par Saladin Saïd dix minutes plus tard (78e). Grâce à cette victoire, l’Ethiopie rejoint à la première place avec l’Algérie, victorieuse samedi des Seychelles (4-0), avec 3 points, alors que le Lesotho et les Seychelles se partagent la 3e place avec zéro point. La 2e journée des éliminatoires de la CAN-2017, prévue les 4, 5 et 6 septembre, mettra aux prises le Lesotho à l’Algérie d’une part, et les Seychelles à l’Ethiopie d’autre part.

Publié dans Sports

La Fédération algérienne de football (FAF) a organisé dimanche soir à Alger une cérémonie en l’honneur des clubs champions de la saison 2014-2015, dans les différents paliers et différentes catégories. Cette cérémonie, à laquelle ont assisté des présidents de clubs, des personnalités sportives et politiques, s’est déroulée dans une ambiance conviviale, marquée également par de nombreuses retrouvailles entre anciens footballeurs algériens. Des cadeaux et des récompenses ont été remis aux équipes qui se sont illustrées lors de la saison 2014-2015 ainsi qu’à d’anciens dirigeants de la ligue et plusieurs personnalités sportives. Les capitaines d’équipes, entraîneurs et présidents de clubs champions des différentes divisions régionales, interrégions, féminines, nationale amateur et Ligues 1 et 2 Mobilis ont été honorés. Au total, ce sont 37 clubs issus de différents paliers qui ont reçu leurs récompenses à cette occasion. Il s’agit, entre autres, de l’ES Sétif, champion d’Algérie et détenteur de la Ligue des champions d’Afrique, en plus de l’USM Blida, champion de la Ligue 2 qui vient de retrouver l’élite après quatre saisons d’absence.

Publié dans Sports

La formation de l’USM Alger est depuis le début de cette semaine en stage de préparation au Maroc en prévision des matches comptant pour la phase de poules de la Ligue des champions africaine et son premier match face à la formation de l’Entente de Sétif. S’étant déplacée sans entraîneur en chef depuis le limogeage de l’Allemand, Otto Pfiser, l’équipe est sous la conduite du duo Zeghdoud-Meftah, qui étaient aussi avec l’équipe espoirs et qui devaient assurer l’intérim avant l’engagement d’un nouveau coach. Les Usmistes se donneront à fond lors de ce stage pour être prêts pour le rendez-vous africain qui sera sans doute très difficile. Les Rouge et Noir, qui n’ont pas été très actifs sur le marché des transferts se sont contentés de recruter Mazari de l’USMH, ont plutôt fait confiance à leurs jeunes, puisqu’il y a eu une promotion de cinq autres espoirs qui s’ajoutent aux autres jeunes qui sont déjà au club, ce qui est tout à fait logique étant donné que les U23 sont champions d’Algérie pour la troisième fois consécutive, ce qui démontre le grand travail qui se fait au niveau des catégories jeunes à Soustara. Le club du richissime Haddad a appris la leçon et recrute utile, tout en gardant l’ossature de l’équipe, puisque jusque-là seuls des joueurs qui arrivent au crépuscule de leur carrière, à l’image de Laïfaoui et Bouaâza, ont été libérés, alors que le gardien Zemmamouche, qui était convoité en France, a renouvelé pour une période de cinq ans. 

Publié dans Sports
Page 1 sur 12