Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 20 juin 2015

Comme partout ailleurs en Algérie et dans le monde, le Ramadan a commencé ce jeudi. Annaba n’a pas dérogé à la règle à l’occasion de ce mois sacré avec une flambée des prix qui plombe le pouvoir d’achat du citoyen modeste.

Les principaux marchés de la quatrième ville du pays étaient, dans les jours qui ont précédé le Ramadan, pris d’assaut par des consommateurs qui ont souhaité, coûte que coûte, ne pas déroger à une règle qu’ils jugent ancestrale, le couffin de Ramadan. « C’est une tradition qu’il ne faut surtout pas abandonner, s’exclame une mère de famille rencontrée avec ses filles au marché couvert dit Marché français. Je dois acheter tous les ingrédients nécessaires pour pouvoir préparer chaque jour pour le ftour, le jari (chorba), el bourek, tadjine (à base d’œufs, d’oignons, de viande hachée, de pommes de terre, un plat très répandu dans l’est du pays et en Tunisie, ndlr). D’autant que mon mari, Allah ybarek, est très gourmand. » Malgré le fait que le Ramadan ait commencé, le marché couvert, situé à l’angle des rues Emir-Abdelkader (ex-Bugeaud) et Ibn-Khaldoun (ex-Gambetta), ne semble pas désemplir. Il reste ouvert. Mais une fois à l’intérieur, force est de constater que de nombreux étals restent déserts. A l’extérieur, en revanche, sous les arcades du marché, nombreux sont les jeunes à préparer el bourek dans des conditions d’hygiène qui laissent parfois à désirer. D’autant plus que les questions que nous essayons de poser semblent les déranger fortement. « Ces vendeurs de bourek n’ont aucune véritable autorisation pour exercer leur métier, nous a-t-on expliqué à l’APC. Mais nous les laissons faire afin qu’ils puissent eux aussi gagner leur pain. » Et en matière de pain, le consommateur est servi avec tous ces vendeurs de pains, de baguettes, de khobz eddar ou de galette.

Appât du gain
Sauf que, au niveau prix, le portefeuille en prend un coup. Pour la baguette de pain, il faut compter en moyenne 40 à 50 DA. La galette, elle, peut être vendue à 100 DA, alors qu’en temps normal, elle est cédée à 50 DA. Le tout exposé en plein soleil et dans des conditions qui, là aussi, laissent fortement à désirer. Le cas est identique pour les vendeurs de pâtisseries qui se rencontrent un peu partout en ville, tant à la rue Asselah-Hocine qu’au rond-point d’El Hattab ou le long de certaines rues parallèles à la rue Emir-Abdelkader. Entre qalb ellouz, maqrout, zlabiya et autres douceurs, le consommateur n’a que l’embarras du choix, sauf que, là aussi, tout le monde ou presque ignore comment tout cela a été préparé. « Je préfère faire mes achats dans une pâtisserie, reconnaît un consommateur d’une cinquantaine d’années. Je ne fais pas du tout confiance à ces vendeurs qui ne connaissent rien à l’art de la pâtisserie et de la confiserie. Tout ce qui les intéresse, c’est uniquement l’appât du gain. Ils ne se soucient pas du tout de la santé de leurs clients. L’année dernière, une femme est venue se plaindre auprès de l’un d’eux à cause d’une intoxication alimentaire dont sa fille a été victime. Aux urgences, on lui avait confirmé que c’était dû aux pâtisseries vendues à même la rue. Le vendeur lui a rétorqué qu’il n’était pour rien et que c’était certainement à cause de la façon dont elle cuisinait. J’ai vu ça, j’en étais scandalisé. » Toutefois, il est un élément symptomatique d’Annaba en ces premiers jours de Ramadan, c’est cet aspect de ville morte. Rares sont les boutiques ouvertes en centre-ville. Le Cours de la Révolution connaît toujours une certaine affluence, mais avec la fermeture diurne des kiosques, les visiteurs s’affairent à l’ombre des arbres pour lire les journaux ou bien faire quelques rencontres.

Rues désertées
D’ordinaires animées et encombrées, les rues Emir-Abdelkader, Ibn-Khaldoun et surtout Khemisti-Mohamed ont l’aspect de ces rues désertées à la tombée de la nuit. Même les cartons des revendeurs de l’informel n’ont pas été enlevés. Les automobilistes, eux, font fi du Code de la route en roulant à des allures dignes d’un circuit automobile ou d’un rallye. Les boutiques du centre-ville fermées, les rues demeurent désertes jusqu’après le ftour. A ce moment-là, nombreuses sont les familles à entamer une promenade qui pourra les emmener jusqu’à la corniche bônoise, sur les plages. L’aspect ville morte se fait également remarquer au niveau de certaines stations taxis, à l’instar de la station pour Echatt, située à l’angle des rues Asselah-Hocine et Khemisti-Mohamed, non loin de la gare SNTF, ou bien celle pour Sidi-Amar, située sur le boulevard de l’Afrique. En temps normal, on y aurait trouvé des queues interminables. En ces chaudes journées de Ramadan, ce sont surtout les taxis qui attendent. Il faudra attendre les environs du dixième jour de Ramadan pour qu’Annaba puisse enfin se réveiller et voir la plupart de ses boutiques et magasins rouvrir leurs portes. Même si la véritable ambiance « à la bônoise » se passe la nuit. 

Publié dans Der

Comme chaque année, le début du Ramadan est accompagné par une frénésie des achats. A l’occasion, les marchés et les magasins sont pris d’assaut par les consommateurs, qui sans se soucier du gaspillage, achètent tout sur leur passage. Quoi de mieux pour les commerçants et les intermédiaires de profiter de cette boulimie et imposer, une nouvelle fois, leur diktat. Au marché Ali-Mellah, les prix ont sensiblement augmenté. Mais cette cherté n’a pas dissuadé les consommateurs, qui achètent sans modération. « On dirait que les aliments allaient disparaître », ironise un commerçant. « Je connais ces consommateurs, ils achètent tout et n’importe quoi », a-t-il confié. C’est le même constat chaque année. Les Algériens, en dépit de la flambée des prix, dépensent.
Même un peu trop. Les bacs à ordures de tous les quartiers algérois débordent en ce mois de jeûne et s’avèrent trop exigus pour contenir tout ce dont se débarrasse la ménagère pour faire de la place dans son réfrigérateur. Ils débordent non pas parce que les agents de Netcom sont en grève, mais tout simplement parce que les déchets ménagers ont triplé.
Le mois sacré est paradoxalement celui où le gaspillage atteint son summum. Les emplettes de la matinée et les restes de la table bien garnie du ftour finissent souvent dans les sacs-poubelles que l’on jette parfois du haut des immeubles, sans même prendre la peine de descendre les escaliers et les déposer là où il faut. A l’appel du muezzin, annonçant la rupture du jeûne, nombreux sont les Algériens qui se contentent juste de quelques cuillères de chorba, un petit morceau de pain, quand ce ne sont pas carrément une cigarette et un café-presse qui précèdent le petit bol de chorba.
Au bout d’une quinzaine de minutes, la table se vide. Les membres de la famille la quittent les uns après les autres.
La mère de famille est confrontée à cette épineuse question : que faire des restes ? La réponse est souvent claire. Un sac-poubelle et l’affaire est réglée. Ce sera ainsi durant les 29 ou 30 jours du mois de Ramadan. Du gaspillage. Un vrai gâchis qui pourrait être évité si la raison l’emportait sur le ventre. En ce mois de Ramadan, ce scénario est au rendez-vous dans la plupart des foyers algériens, puisque rien que pour le pain, la consommation atteint habituellement 25 millions de baguettes par jour durant ce mois de jeûne, soit l’équivalent de 5 tonnes de farine par jour, selon l’Union nationale des boulangers algériens. Pour le lait, l’Office national interprofessionnel du lait (Onil) a aussi renforcé ses stocks, sachant que la demande en lait pasteurisé augmente sensiblement durant le Ramadan. De son côté, l’Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev) va mettre sur le marché une quantité de 10 000 tonnes de poulet congelé, alors que le groupe public chargé de l’approvisionnement en production animale interviendra par l’importation des viandes rouges congelées afin de combler le déficit sur le marché et permettre aux petites bourses d’accéder à ce produit particulièrement prisé durant ce mois. 

Publié dans Der

Plus de 2 200 litres de carburant destinés à la contrebande ont été saisis par des gardes-frontières de la wilaya de Tlemcen et deux contrebandiers ont été arrêtés par un détachement de l’Armée nationale populaire à Djanet, a indiqué hier un communiqué du ministère de la défense. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, les éléments des Gardes-frontières de Bab El Assa relevant du secteur opérationnel de Tlemcen/2e Région militaire ont saisi, le 17 juin 2015, une quantité de carburant s’élevant à 2 280 litres destinée à la contrebande », précise la même source. Par ailleurs, « un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel sud-est Djanet, 4e Région militaire, a appréhendé le 19 juin 2015, deux contrebandiers à bord d’un véhicule tout-terrain, en possession de six tonnes de produits alimentaires, une somme d’argent de 78 000 dinars algériens et trois téléphones portables », a ajouté le communiqué.

Publié dans Der

Les brigades criminelles de la police ont traité durant le mois de mai 25 affaires pénales ayant permis l’arrestation de 48 individus impliqués dans des homicides, a indiqué samedi un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Les brigades criminelles de la police ont traité durant le mois de mai 2015 à travers le territoire national «quelque 25 affaires pénales ayant permis l’arrestation de 48 individus impliqués dans des homicides volontaires et des voies de fait entraînant la mort », a précisé le communiqué. Les enquêteurs de la police ont élucidé 15 affaires d’homicide volontaire qui se sont soldées par l’arrestation de 34 individus impliqués qui ont été traduits devant la juridiction compétente. Dix affaires de voie de fait ayant entraîné la mort ont été élucidées et 14 individus impliqués ont été arrêtés et traduits devant la juridiction compétente. Les affaires pénales enregistrées durant le mois de mai 2015 ont été élucidées à 100 % et tous les individus impliqués ont été déférés à la justice, a ajouté la source.

Publié dans Der

A l’occasion du mois sacré de Ramadan, Mobilis annonce ses promotions à destination de ses clients prépayés «Mobtasim », accessibles grâce à sa formule *600#. Afin d’exaucer les vœux de ses clients qui souhaitent encore plus rester en contact avec leur famille et leurs proches pendant tout le mois sacré, Mobilis leur offre des bonus valables sur l’ensemble des Bons Plans Mobtasim, en utilisant simplement la formule *600#. Avec le Plan 90 DA, ils pourront ainsi profiter chaque jour d’1H30 d’appels en plus, vers tous les numéros Mobilis. Et sur les Plans 150 DA et 50 DA, la formule *600# double les minutes, les SMS et le volume d’internet. Les vœux des clients Mobilis seront ainsi exaucés jusqu’au 21ème jour du mois de Ramadan.

Publié dans Der

En ce mois de ramadhan, Ooredoo fait profiter ses clients de l’Internet et leur dédie une promotion en doublant le volume de leurs forfaits Internet. En effet, les clients désireux bénéficier de la promo n’ont qu’à cumuler deux souscriptions au forfait de leur choix durant la validité du forfait auquel ils ont souscrit. Pour bénéficier de cette promotion, le client Ooredoo peut se connecter gratuitement sur : CHOOF.OOREDOO.DZ ou composer le code *151# sur son téléphone. Cette nouvelle promotion est valable du 1er jour jusqu’au 21e jour du mois de Ramadhan pour les clients 2G, et jusqu’au deuxième jour de l’Aïd El Fitr pour les clients 3G. Grâce à cette nouvelle promotion, les clients Ooredoo peuvent surfer en toute liberté sur leur téléphone mobile, clé ou tablette sur le meilleur réseau 3G++.

Publié dans Der

Le Kenya a été sacré champion d’Afrique de volley-ball (dames) en battant son homologue algérienne sur le score de 3 sets à 0 (25-17, 25-21 et 25-20) en finale de la 17e édition de cette compétition disputée samedi à Nairobi (Kenya). Le Kenya, qui a organisé le tournoi pour la 2e fois consécutive, remporte à cette occasion son 9e trophée, dont le 3e de suite après ceux de 1991, 1993, 1995, 1997, 2005, 2007, 2011 et 2013. En dépit de cette défaite, le Six algérien sacré du titre africain une seule fois en 2009 à Blida (Algérie), prendra part en compagnie du Kenya au prochain Mondial, qu’organise le Japon du 22 août au 6 septembre 2015. La 3e place de la compétition est revenue au Cameroun victorieux du Sénégal au tie-break, trois sets à deux (25-19, 23-25, 14-25, 25-13, 17-15) en match de classement disputé en ouverture de la finale. Huit pays africains ont pris part à cette compétition.

Publié dans Der

Le patron du Mouloudia d’Alger tend une perche à Megheni, en le relançant dans le championnat national, après avoir tant souffert des blessures.

Le président du Mouloudia d’Alger, Raïssi, concocte des surprises pour les prochaines opérations de recrutement qu’il compte finaliser. Ainsi, et après avoir renforcé de nombreux secteurs, que ce soit défensif ou offensif, le patron du Mouloudia pense à engager un joueur qui pourrait faire l’animation du jeu. Ainsi, des contacts ont été noués avec le manager de l’ancien international et ex-star du club italien de la Lazio Rome, Mourad Megheni. Ce dernier souhaiterait se relancer en Algérie, après avoir vécu des moments difficiles à cause de ses interminables blessures qui l’ont poussé à se contenter de jouer en futsal. Toutefois, et avant de conclure avec ce joueur, les dirigeants du MCA comptent bien décortiquer le dossier médical du joueur, pour ne pas avoir à tomber dans les mêmes erreurs passées, quand ils avaient ramené Hadj Aïssa, qui était dans la même situation et qui n’a pas pu se relever de sa blessure contractée auparavant. Par ailleurs, les responsables du doyen des clubs algériens ne comptent pas casser leur tirelire pour engager ce joueur, étant donné qu’ils souhaitent faire un recrutement raisonnable. Par ailleurs, Megheni ne sera pas le seul joueur qui devrait être engagé, si l’accord est conclu, étant donné que les dirigeants souhaitent ramener un autre attaquant puissant, qui n’est autre que l’international gabonais de l’AS Bitam, Axel Méyé. Celui-ci recevra bientôt une invitation des dirigeants pour ensuite approfondir les discussions avec ce joueur qui a été demandé par le staff technique. Tout porte à croire que cette transaction sera conclue, surtout que la direction compte proposer une offre intéressante au joueur afin de le faire venir et donc donner un plus à la formation mouloudéenne. La direction pense aussi recruter un autre joueur en la personne de l’émigré Bouderbal, qui était passé par le RC Arba la saison passée, avant de s’en aller à la fin de la phase aller, après un différend financier avec le président Amani.

Publié dans Sports

Le milieu international algérien, Adlène Guedioura, est ciblé par le club Bournemouth (Premier League anglaise), selon la presse londonienne. Le club du sud de l’Angleterre, Bournemouth, voudrait s’attacher les services du milieu défensif algérien, également convoité par Watford. Si Guedioura connaît bien les Hornets, avec lesquels il a rejoint l’élite anglaise, la lutte pourrait être sévère entre les deux clubs pour s’attacher ses services. Il semble clair que Crystal Palace, qui veut diminuer sa masse salariale, ne devrait pas poser de problème pour le transfert de l’international algérien de 29 ans, qui évoluera selon toute vraisemblance en Premier League la saison prochaine.

Publié dans Sports

L’ex-sélectionneur de l’équipe nationale du Qatar, Djamel Belmadi, a été nommé nouvel entraîneur de Lekhwiya, en remplacement du Danois Michael Laudrup, qui a démissionné, a indiqué le champion de Qatar de football (QSL) sur son site officiel. Selon le chargé de la communication du club, la direction de Lekhwiya est parvenue à un accord avec Belmadi pour entraîner l’équipe la saison prochaine, après le départ de Laudrup. « Belmadi est toujours sous contrat avec le club, lequel a décidé de le nommer nouvel entraîneur pour la nouvelle saison en prévision notamment des quarts de finale de la Ligue des champions d’Asie contre Al Hilal d’Arabie saoudite », a précisé Salah Moussa. Djamel Belmadi était lié par un contrat de quatre ans avec Lekhwiya, mais n’est pas allé à son terme, après la venue du Belge Eric Gerets. Il avait été nommé à l’époque conseiller du club, jusqu’à sa désignation à la tête de la sélection du Qatar. Le technicien algérien effectue donc son retour au club pour la seconde fois, après un premier passage en 2010, où il avait conduit son équipe au titre de champion deux fois de suite : 2011 et 2012. L’ancien international algérien avait démissionné il y a quelques mois de son poste de sélectionneur du Qatar en raison d’un différend avec la Fédération qatarie sur les modalités de son nouveau contrat. Sous sa direction, le Qatar a remporté la Coupe du Golfe après plusieurs années de disette, mais la participation de l’équipe à la Coupe d’Asie 2015 en Australie a été calamiteuse, avec une élimination dès le premier tour. Djamel Belmadi avait décliné récemment une offre de la direction de l’USM Alger de prendre en main la barre technique en vue de la saison 2015-2016.

Publié dans Sports
Page 1 sur 8