Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 28 juin 2015

Gaspillage, baisse de la productivité, nervosité et absentéisme, c’est le constat relevé par bon nombre de spécialistes en ce mois sacré de Ramadan. Le manque de sommeil qu’affichent certains employés plombe l’activité au sein des administrations et des entreprises.

Certains patrons prennent les devants et mettent leurs personnels en congé, alors que d’autres cherchent des solutions pour tenter de maintenir le rythme de productivité. En ce mois de Ramadan, le constat est amer : ce sont pratiquement presque toutes les administrations et entreprises qui se vident de leurs employés. « L’hémorragie » a débuté avec les premiers jours de ce mois de jeûne. Il est vrai que « le congé » est un droit garanti pour tout fonctionnaire dépassant les six mois dans un même poste, cependant, le fonctionnaire algérien préfère parfois s’offrir un congé en cette période, sans le moindre souci de la continuité du service. Communes, postes, administrations, agences de prestation de services, hôpitaux, aucun secteur n’échappe à la règle. Dans la plupart des cas, seulement 50% des personnels sont présents, chacun à son poste. Le laisser-aller et l’absentéisme ont atteint un pic intolérable. Force est de constater que le Ramadan est en réalité un mois de congé officieux pour la plupart des employés. Pour de nombreuses entreprises et administrations, ce mois s’est quasiment transformé en un mois où le rendement des travailleurs est nul, si toutefois ces derniers sont à leurs postes évidemment. Le traitement des dossiers des citoyens par certaines administrations est reporté pour après le Ramadan. « Effectivement, durant ce mois de Ramadan, il est constaté une baisse de régime. D’abord, parce que les gens veillent, et de ce fait, n’ont pas les capacités de travailler comme ils le font d’habitude, d’une part. Deuxièmement, les horaires de travail sont écourtés. C’est un énorme gâchis », a déploré Tahar Daoudi, directeur de cabinet de placement des ressources humaines, dans une déclaration à la Chaîne III de la Radio nationale. Autre phénomène récurrent pendant le mois de carême : l’abus de congés de maladie. A en croire un cadre à la Cnas d’Alger, « les congés de maladie se multiplient à la même période chaque année ». « C’est pourquoi, a-t-il expliqué, bon nombre de chefs d’entreprises optent pour un congé d’office pour leurs personnels afin de faire face à l’improductivité caractérisant ce mois. » Au siège des communes, le constat est éloquent. La plupart des services travaillent au ralenti. Un silence magistral règne en maître. Aucune comparaison avec le brouhaha habituel. Il faudrait se contenter du minimum durant ce mois.

LES RÉDACTIONS SE VIDENT
Les administrations, les entreprises et autres secteurs d’activités ne sont pas les seuls à se « vider » de leurs personnels durant ce mois. Les quotidiens d’information aussi. Un petit tour à la maison de la presse Tahar-Djaout en ce samedi 27 juin, correspondant au dixième jour de Ramadan, renseigne sur ce phénomène d’absentéisme. « Bon nombre de mes éléments ont préféré partir en congé au même moment. Au niveau de notre rédaction, l’on se contente de faire avec les cinq ou six journalistes et photographes disponibles. On n’avait le choix que d’accepter les congés annuels, car dans le cas contraire, ces journalistes seraient partis en congé sans solde. Et dans les deux cas, c’est la rédaction qui se vide », a avoué un rédacteur en chef d’un quotidien francophone. Un journaliste, en revanche, a estimé « inconcevable » le fait de ne pas « avoir une conscience professionnelle ». « Jeûner n’est pas un prétexte pour déserter la rédaction ou son lieu de travail d’une manière générale », a-t-il asséné « complètement perdu » dans les dépêches APS et AFP traitant les derniers événements du week-end en relation avec les attentats ayant ensanglanté la Tunisie, la France, le Koweït et la Somalie. 

Publié dans Der

Le président de l’association des diabétiques de la wilaya d’Alger, Fayçal Ouhadda, a dénoncé une nouvelle disposition réglementaire datant du 18 juin dernier et émanant du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, concernant l’octroi de bandelettes d’auto-surveillance glycémique. Le ministère impose désormais aux pharmaciens de prescrire une boîte de bandelettes tous les trois mois pour les personnes atteintes de diabète type 2, ce qui est loin d’être suffisant, selon M. Fayçal Ouhada. Suite à cette instruction, les diabétiques de type 2 sont contraints de mesurer leur taux de glycémie une fois chaque deux jours, « alors que selon les normes, ils doivent surveiller leur glycémie deux fois par jour au minimum, comme le prône l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Durant le mois de Ramadan, les patients doivent prendre cette mesure quatre fois par jour », explique M. Ouhadda. Ce dernier accuse la CNAS de penser à « alléger sa facture d’importations des médicaments sur le dos des diabétiques », dénonce le président de l’association des diabétiques d’Alger. Selon lui, la limitation du nombre de bandelettes pénalise lourdement les malades qui «se voient dans l’obligation d’aller dans des hôpitaux qui peinent à garantir le service minimum et sont mal pris en charge ». Ce dernier pense qu’avant de prendre une telle décision, le ministère du Travail « aurait dû prendre l’avis des médecins ». A cet effet, le président de l’association invite le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière à « intervenir » pour remettre les choses dans l’ordre. Rappelons que les bandelettes en question permettent au malade d’être autonome et d’éviter de se déplacer vers un cabinet médical pour mesurer son taux de glycémie. 

Publié dans Der

Dans le cadre du partenariat franco-algérien en matière de protection civile, l’ambassadeur de France, Bernard Emié, et le Colonel Lakhdar El Habiri signeront, aujourd’hui, à la Direction générale de la Protection civile d’Alger, une convention de financement qui parachèvera l’élaboration du projet FSP (Fonds de solidarité prioritaire) La Protection civile, domaine presque inexploré de la coopération franco-algérienne est un secteur qui a pourtant vu les échanges très concrets de savoir-faire se multiplier depuis plusieurs années entre la France et l’Algérie, parfois à l’occasion de catastrophes naturelles ou de situations d’urgence. Prévu pour une durée de trois ans, le projet FSP aura pour objectif de soutenir la création d’un réseau d’unités pédagogiques dédiées à la lutte contre les incendies en zones urbaines. La participation française se traduira par l’apport d’expertises techniques et d’ingénierie pédagogique. Elle garantira la formation des cadres en charge des futures unités créées. Ce projet complètera un partenariat particulièrement dense et fructueux dans le domaine de la Protection civile, déjà engagé depuis le début des années 2000. Le document cadre de partenariat, signé par les deux présidents de la République en décembre 2012, avait considérablement renforcé ces échanges en instituant trois axes principaux de coopération : le développement des formations, en particulier pour les formateurs, une participation aux exercices de simulation d’accidents majeurs et, enfin, une assistance mutuelle opérationnelle en cas de catastrophe ou d’accident grave. Ces dernières années, de nombreuses simulations d’accidents de tramway, de métro et de télécabine ont ainsi été organisées en commun. Le dernier en date, le spectaculaire exercice d’accident de tramway à Constantine a permis, au début mois de juin, un échange de connaissances clés dans le domaine des protocoles d’intervention. Le lancement de ce nouveau projet FSP, qui s’ajoute au partenariat d’excellence existant déjà entre les protections civiles des deux pays, témoigne d’une réelle volonté bilatérale de développer ces échanges techniques et de les inscrire dans la durée. 

Publié dans Der

Deux terroristes ont été abattus samedi à Aïn Defla par les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) qui ont récupéré des armes et une quantité de munitions, indique dimanche le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. « Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel d’Aïn Defla (1re Région militaire) a abattu deux terroristes, hier 27 juin 2015, suite à une embuscade près du lieudit Oued El Kheraz, commune de Tacheta Zougagha, wilaya d’Aïn Defla », précise le ministère de la Défense nationale. L’opération a permis de récupérer « un pistolet mitrailleur de type kalachnikov, un fusil semi-automatique, deux bombes de confection artisanale et une quantité de munitions », ajoute la même source. Le communiqué du ministère de la Défense nationale note que « ce bilan vient s’ajouter à celui de l’opération menée le 24 juin dans la même zone, où un terroriste a été abattu et un fusil semi-automatique a été récupéré ».

Publié dans Der

Un équipement MSAN (multiservice access node) d’Algérie Télécoms (AT) a été détruit par une surcharge électrique dans la soirée de samedi à dimanche à Said Hamdine, sur les hauteurs de Bir Mourad Rais, à Alger, indique l’opérateur. L’opérateur historique de téléphonie fixe et fournisseur d’accès Internet a indiqué dans un communiqué qu’« un équipement d’accès téléphonique et ADSL a fait l’objet d’un acte de sabotage, tard dans la soirée de samedi à dimanche, près de la cité des 380 logements de Said Hamdine ». « ‘Cet acte s’est soldé par la destruction du compteur électrique qui alimente l’équipement et l’isolement de 524 clients », ajoute le communiqué. Une plainte a été déposée auprès des services de sécurité, qui ont identifié et interpellé deux suspects présents sur lieux au moment des faits, selon la même source. Selon les premiers éléments de l’enquête, les deux individus ont ouvert le compteur afin de brancher des appareils externes pour les besoins de leur activité commerciale informelle exercée à même la rue. « Ce branchement a provoqué une surcharge sur le compteur qui a pris feu et coupé l’alimentation électrique nécessaire au fonctionnement de l’équipement MSAN », détaille AT. Le remplacement du compteur et le rétablissement de l’équipement MSAN devait s’effectuer hier, selon AT.

Publié dans Der

La Direction générale de la Protection civile a mis en « alerte » toutes ses unités d’intervention, tout en intensifiant les actions de prévention et de sensibilisation face à la canicule qui touche certaines wilayas du pays, a indiqué hier dans un communiqué de cette institution. La Protection civile recommande, entre autres mesures préventives, d’« éviter de se déplacer pendant la hausse de température, sauf en cas de nécessité, en particulier dans les wilayas intérieures du pays, tout en évitant de s’exposer au soleil ». Les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques, ainsi que les enfants, sont prioritairement concernés par cette mise en garde de la Protection civile qui conseille les citoyens de « fermer les volets et les rideaux des façades exposées au soleil », de « maintenir les fenêtres fermées tant que la température extérieure est supérieure à celle de l’intérieur et de les ouvrir tôt le matin, tard le soir et la nuit ». La Protection civile invite, par ailleurs, les citoyens à « prendre régulièrement des douches ou des bains frais durant la journée, sans se sécher, ainsi que de baisser ou d’éteindre les lumières électriques ». Il est, en outre, recommandé de « provoquer des courants d’air dans tout le bâtiment dès que la température extérieure est plus basse que celle de l’intérieur », et d’« éviter les activités extérieures nécessitant des dépenses en énergie très importantes, à l’instar du sport, jardinage et bricolage ». Pour les conducteurs n’ayant pas l’air conditionné dans leur véhicule, il est conseillé d’« éviter les longs trajets au cours de la journée » et « ne jamais laisser les enfants seuls à l’intérieur d’un véhicule ».

Publié dans Der

Les Rouge et Noir effectuent une belle opération et débutent bien la phase de poules de la Ligue des champions, même si le plus dur est à venir.

L’USM Alger a surpris l’ES Sétif, tenante du titre, samedi soir, en la battant au stade 8-Mai-1945 sur le score de 2 buts à 1, pour le compte de la première journée de la phase de poules (groupe B) de la Ligue des champions d’Afrique de football. La première période fut quelque peu terne et a vu les deux équipes s’affronter sans se créer de véritables occasions de but, hormis l’incursion de Ferhat à la 25e qui aurait dû être sanctionnée par un penalty que l’arbitre gambien Bakary Papa Gassama a été le seul à ne pas voir. Le défenseur sétifien Arroussi ayant retenu l’attaquant algérois par le maillot à l’entrée de la surface de réparation. Les débats s’animèrent quelque peu après la pause, largement dominés par l’USMA, dont le jeu très fluide n’a laissé aucune marge de manœuvre aux hommes de Madoui, desservis par la méforme de Djahnit, censé construire le jeu de son équipe, et par les approximations d’un milieu de terrain amorphe et sans imagination. Conduites par un trio Belaïli-Beldjilali-Ferhat très complémentaire, soutenues par un Khoudri des grands soirs, les offensives usmistes furent logiquement récompensées par Seguer qui convertit victorieusement d’un heading rageur un centre précis de Ferhat (60e). Loin de fouetter les Sétifiens, cette réalisation les plongea davantage dans le doute, si bien que Khoualed, monté aux avant-postes, réussit à doubler la mise sur une passe de Benmoussa, mal renvoyée par la défense (72e). Il faudra attendre le 74e pour voir l’Entente de Sétif mener sa première attaque placée du match qui aboutira à un tir de Ziaya (sans doute le joueur sétifien qui se démena le plus sur le terrain) à côté de la cage de Mansouri. La réduction du score par le remplaçant Kourbia, à la suite d’une longue touche de l’autre remplaçant Belameïri, déviée de la tête par Meguatli (84e), ne changera pas l’issue du match, malgré un forcing sétifien dans les dernières minutes. L’équipe sétifienne, qui a donné l’impression de ne pas être encore tout à fait prête au plan physique, devra corriger le tir dès la 2e journée chez les voisins du MC El Eulma pour ne pas se laisser distancer dans un groupe qui reste malgré tout très ouvert. L’USM Alger, en revanche, s’est déjà installée dans la peau du favori de la poule B.

Plusieurs blessés parmi les supporters usmistes
Plusieurs blessés ont été enregistrés dans les rangs des supporters de l’USM Alger dans des incidents ayant émaillé la fin du match de leur équipe sur le terrain de l’ES Sétif (victoire 2-1), samedi soir dans le cadre de la 1re journée de la phase de poules de la Ligue des champions d’Afrique de football, indique dimanche le site officiel du club de Ligue 1 algérienne. Les victimes ont fait l’objet de « jets de pierres » de la part de supporters du champion d’Algérie en titre, précise la même source, tout en condamnant les « lâches agressions » commises à l’encontre des fans. Environ 3 000 supporters de l’USMA ont fait le déplacement à Sétif pour soutenir leur formation à l’occasion de sa première sortie comptant pour la phase de poules de la prestigieuse épreuve continentale. Les Rouge et Noir, qui ont attendu la dernière journée du championnat de l’exercice dernier pour éviter la relégation, ont retrouvé la compétition africaine après 11 années d’absence. Dans l’autre rencontre du groupe B, Al Merreikh du Soudan s’est imposé à domicile face au troisième représentant algérien dans cette phase de poules, le MC El Eulma (2-0) vendredi soir.

Publié dans Sports

L’international algérien, Faouzi Ghoulam, a été élu meilleur footballeur africain du championnat d’Italie saison 2014-2015, selon le sondage annuel organisé par Africa Football Shop. Le défenseur algérien du Napoli a obtenu 12 491 voix, soit 51% des suffrages, devançant l’attaquant international égyptien Mohamed Salah (46%). Le Marocain Omar El Kaddouri (1%) complète le podium. Les deux autres nominés pour le prix du meilleur joueur africain de la Serie A, Seydou Keita et Khouma Babacar, ont obtenu respectivement 29 et 20 voix. « Ghoulam est un digne vainqueur cette saison.
Il s’est tranquillement taillé une formidable réputation d’être l’un des défenseurs les plus constants du championnat d’Italie », estime le site spécialisé Africa Football Shop. Agé de 24 ans, le latéral droit des Verts est sur les tablettes de plusieurs grosses cylindrées, entre autres, Arsenal et le Real Madrid. Manchester United (Premier League) est lui aussi intéressé par les services du joueur algérien qui avait atterri à Naples en janvier 2014 en provenance de Saint-Etienne. Le coût de l’éventuel transfert de Ghoulam est estimé entre 15 et 20 millions d’euros.

Publié dans Sports

L’attaquant international algérien, Baghdad Bounedjah, transféré à Al Sadd (division 1 qatarie), a inscrit vendredi soir son 32e but, toutes compétitions confondues, à l’occasion de son dernier match avec l’ES Sahel (Ligue 1 tunisienne) qu’il avait rejoint en 2013 en provenance de l’USM El Harrach (Ligue 1 Algérie). Bounedjah (23 ans) a permis au club de Sousse de l’emporter face au Stade malien (1-0), dans le cadre de la première journée (groupe A) de la phase de poules de la Coupe de la CAF. Lors de sa première saison avec la formation de l’ESS, Bounedjah, formé à l’USM Oran, a terminé meilleur buteur du championnat tunisien avec 14 réalisations, avant de céder ce titre honorifique cette année à l’attaquant du Club africain, Sabeur Khelifa, auteur de 15 buts. Repéré par l’entraîneur de l’USM El Harrach, Boualem Charef, Bounedjah a marqué 16 buts durant ses deux saisons passées (2011-2013) à El Harrach, avant d’être transféré à l’ES Sahel. Selon la presse qatarie, l’ES Sahel a officiellement saisi son homologue d’Al Sadd pour récupérer l’attaquant algérien, à titre de prêt pour six mois. La direction du club qatari n’a pas encore rendu sa réponse.

Publié dans Sports

L’entraîneur Abdelkader Iaïche s’est officiellement engagé avec le NA Hussein Dey pour un contrat d’une année et commencera son travail lundi en dirigeant la première séance des Sang et Or en vue de la saison prochaine, a-t-on appris dimanche auprès du club de Ligue 1 algérienne de football. Aussitôt arrivé, Iaïche a validé la liste des joueurs libérés et qui comporte huit éléments : Ghalem, Ghazi, Besseghir, Bessaha, Herida, Boussaid, Z. Benyahia et Touahri. Iaïche, qui avait entraîné l’USM El Harrach (L 1, Algérie) lors de la première partie de l’exercice dernier, a en outre refusé d’engager le meneur du jeu du CR Belouizdad (L 1, Algérie), Lamouri Djediat, qui était sur les tablettes des dirigeants husseindéens, ajoute-t-on de même source. Le NAHD, qui a attendu la dernière journée du précédent exercice pour éviter la relégation, était en contacts avancés avec l’entraîneur Abdelkrim Bira pour remplacer Youcef Bouzidi, avant de porter son dévolu sur Iaïche. Ce dernier a signé son contrat samedi soir.

Publié dans Sports
Page 1 sur 9