Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 30 juin 2015

Le transfert par l’Association de protection des consommateurs (Apoce) de la wilaya d’Alger d’échantillons de différentes marques de jus de fruits et dérivés n’a pas été du goût de l’Association des producteurs algériens de boissons (Apab).

Selon un communiqué de l’association publié hier, les faits remontent à « tout récemment, quand l’Apoce, sur instigation de son président, a décidé, après avoir prélevé plusieurs échantillons de différentes marques de jus de fruits et dérivés produits dans notre pays, de les transférer en Tunisie pour les faire contrôler par un laboratoire d’analyse tunisien ». Une initiative que les rédacteurs du document jugent « toute légitime » s’agissant d’une association d’intérêt général, dont le but est de protéger les consommateurs.
Cependant, l’initiative en elle-même n’a pas manqué pour autant de susciter de la part des « producteurs que nous sommes la vive réaction que nous portons par le présent communiqué à votre information », notent les producteurs de boissons algériens. « Le choix du laboratoire suscite des interrogations, sachant que ce pays œuvrera, en tout état de cause, dans le sens des intérêts de ses producteurs et non des nôtres », indique le communiqué.
Devant cette situation, l’Apab rappelle avoir dénoncé, il y a deux années, auprès des autorités comme dans les médias « les tentatives tunisiennes visant à freiner l’introduction des boissons algériennes dans le marché tunisien ». Ces tentatives, expliquent-ils, « ont consisté en une campagne médiatique dénigrant la qualité des boissons algériennes auprès du consommateur tunisien et en l’instauration d’une taxe intérieure de consommation de 25%, qui n’est appliquée qu’à l’entrée des produits algériens sur le sol tunisien ». Le document de l’Apab signé par son président Ali Hamani hausse le ton pour dénoncer l’attitude « malveillante » de l’Apoce, laquelle, ajoute-t-il, est de nature à « torpiller » tous les efforts consentis par nos pouvoirs publics, qui ont lancé, comme chacun le sait, une campagne patriotique « Consommons algérien ».
« Est-ce une manière de discréditer la qualité des boissons algériennes ? », s’interroge-t-il, au moment où « la production de celles-ci couvre près de 98% des besoins du marché algérien et présente un volume marginal en termes d’importation », a-t-il expliqué. Enfin, l’Apab s’indigne devant une opération « malveillante et grossière déguisée en acte citoyen de protection des consommateurs ». Il appelle le consommateur algérien à « faire preuve de vigilance, et à demeurer serein, en ce mois sacré de Ramadan, face à ces tentatives dont les véritables desseins restent à découvrir ». Le coup de gueule de l’Apab n’est pas le premier du genre. Faut-il le rappeler, il y a quelques mois, le patron de NCA Rouiba, Slim Othmani, avait adressé une lettre au chef de gouvernement tunisien, dénonçant « une discrimination fiscale ». 

Publié dans Der

Deux personnes ont été arrêtées par la police des frontières à l’aéroport de Constantine, alors qu’elles tentaient de transférer illégalement une grande somme d’argent en devises, équivalent à près d’un demi-million d’euros. Les faits remontent, selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), « au 25 juin lorsque les deux individus âgés de 37 et 38 ans s’apprêtaient à quitter le pays à destination de l’étranger ». Grâce à leur vigilance, les services de la police des frontières de l’aéroport Mohamed-Boudiaf de Constantine, indique-t-on dans le communiqué, ont pu interpeller les deux personnes « en flagrant délit de violation de la législation et des règlements en vigueur portant transfert des capitaux depuis et vers l’étranger ». En effet, les concernés tentaient de transférer pas moins de « 495 000 euros, sans avoir le moindre document ou déclaration, auprès des services des douanes du même aéroport, justifiant la détention d’une telle somme d’argent ». Avisé, le procureur de la République a ordonné la saisie de l’argent et la mise sous mandat de dépôt des deux personnes, en attendant leur introduction devant les instances juridiques territorialement compétentes pour les chefs d’inculpation de violation des lois et législations d’importation, transfert de devises vers l’étranger, évasion fiscale et fausse déclaration douanière, entre autres. La lutte contre le transfert illicite des devises s’est intensifiée ces derniers jours. Début juin, rappelons-le, pas moins de 17 personnes avaient été présentées devant le pôle judiciaire spécialisé relevant de la cour d’Oran pour une affaire de transfert de 26 millions d’euros et 5 millions de dollars vers l’étranger. Outre des dirigeants d’une société d’import-export, quatre directeurs d’agences bancaires publiques et privées et un agent de transit sont impliqués dans cette affaire pour laquelle la section de recherche du groupement de gendarmerie avait opéré un travail d’investigation d’une année, mettant en échec un plan visant le transfert de 124 millions d’euros vers l’étranger, à travers de fausses opérations d’importation. Lors des investigations, les enquêteurs avaient constaté que les importations qui bénéficiaient de facilitations de la part des agences bancaires concernées n’étaient pas conformes à la nature des activités des sociétés et des Eurl, en plus d’un gonflement des factures. Deux importateurs ont été écroués, tandis que cinq autres et l’agent de transit ont été placés sous contrôle judiciaire, à l’issue de l’enquête qui s’est étendue jusqu’au port d’Oran. A rappeler aussi que des procédures avaient été lancées en coordination avec l’organisation internationale de la police criminelle, Interpol, pour la recherche d’autres acolytes, dont certains sont à l’étranger. 

Publié dans Der

Quelque 42 peines capitales contre des terroristes ont été prononcées par la justice, les cinq premiers mois de l’année. Une autre condamnation à six mois de prison ferme a été prononcée par les mêmes instances judiciaires à l’encontre d’Abdelghani Alaoui pour outrage à corps constitué sur le site Facebook.
Ces terroristes condamnés ont été jugés sur la base de leur implication dans des attentats meurtriers contre des civils et des éléments de l’ANP, des assassinats ou des kidnappings entre 1995 et 2014. Le tribunal criminel d’Alger a prononcé ces peines capitales lors de deux affaires de terrorisme, l’une le 17 février 2015, où 26 inculpés, dont le chef de l’organisation terroriste Aqmi, Abdelmalek Droukdel, impliqué dans plusieurs assassinats durant les années 1990 à Alger et Boumerdès, ont été condamnés à mort.
Seize autres condamnations à mort ont été prononcées par le tribunal d’Alger, le 30 mai, à l’encontre d’individus pour formation d’une organisation terroriste, kidnapping, homicide volontaire, attentat à l’explosif dans un lieu public au centre du pays et ses environs. Outre ces deux affaires, le tribunal criminel d’Alger avait traité depuis le mois de janvier 2015 sept autres affaires liées au terrorisme, prononçant des peines allant de trois années de prison à la réclusion à perpétuité pour appartenance aux groupes terroristes activant à l’intérieur et à l’extérieur du pays, y compris l’affaire du fils et frère du terroriste (abattu) Abdelhamid Abou Zeid. Concernant les affaires de corruption, le tribunal d’Alger a traité l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, dans laquelle sont impliquées 16 personnes et 7 sociétés étrangères.
Le tribunal criminel d’Alger avait prononcé le 7 mai des peines allant de l’acquittement à 10 ans de prison ferme contre des inculpés.

Publié dans Der

Quinze individus ont été arrêtés lundi par les services de la police judiciaire de Tizi Ouzou et ont été écroués pour constitution d’un réseau de soutien au terrorisme. Selon une source sécuritaire, ce réseau était particulièrement actif dans la région sud de la wilaya, dans la vaste région de Boghni. L’opération a été rendue possible suite à des renseignements recueillis par les services de la sûreté de wilaya sur un présumé soutien logistique de ce réseau à des terroristes. Présentés lundi au parquet de Draâ El Mizan, cinq membres de ce réseau ont été placés en détention préventive tandis que les 10 autres ont été mis sous contrôle judiciaire.

Publié dans Der

Hier, vers 3 h du matin, une patrouille des garde-côtes a intercepté une embarcation de fortune à 13 miles au nord-est de Ras El Hamra. A son bord 17 candidats à l’émigration clandestine âgés entre 21 et 36 ans tous originaires de la wilaya d’Annaba qui ont été arrêtés et reconduits sur la terre ferme.
Les 17 harragas avaient embarqué mardi vers 1 h du matin à partir de la plage Oued Mafrag dans la wilaya d’El Tarf où ils comptaient rejoindre à bord de cette embarcation l’Ile de Sardaigne et de là embarquer une seconde fois pour le continent. Ils croyaient avoir trompé la vigilance des garde-côtes en embarquant à cette heure tardive à quelques minutes du S’hor, mais leur aventure s’arrêta net avec l’arrivée de cette patrouille qui a rapidement rejoint leur barque pour l’arraisonner.
Rappelons que c’est la première fois que cette plage, Oued Mafrag, dans la wilaya d’El Tarf sert de point de départ pour les harragas qui d’habitude prenaient la mer de Sidi Salem Chétaibi ou El Battah. Les passeurs ont donc dû changer de lieu d’embarquement pour échapper à la surveillance des garde-côtes, mais encore une fois cela n’a pas marché.

Publié dans Der

Le patron de la JSK risque de plier bagage avec la nouvelle décision de la FAF lui demandant d’ouvrir le capital de la SSPA.

Le président de la JS Kabylie est dans une mauvaise posture et risque vraiment de laisser des plumes cette fois-ci, surtout que les instances nationales de la balle ronde se seraient saisies du dossier de la fronde de l’opposition et d’une frange du public qui fait bloc derrière le comité de sauvegarde de la JSK dirigé par des anciens joueurs et dirigeants du club kabyle. Ainsi, on apprend que ce comité est invité à discuter avec les responsables des instances nationales dans les plus brefs délais, et ce, pour mettre au clair la situation qui prévaut dans ce club mythique. Il faut savoir que le comité de sauvegarde a montré, preuve à l’appui, que Hannachi n’était plus le président de la JSK, étant donné qu’il avait lâché la présidence du club amateur sportif qui détient le plus d’actions dans la SSPA/JSK. Se rendant compte de cette bévue, les instances nationales du football seraient décidées à ne pas laisser le président signer les demandes de licence, et il se pourrait même qu’on lui interdise de déposer le dossier d’engagement en prévision de la nouvelle saison. Cela serait un sérieux coup pour la formation kabyle, mais beaucoup plus pour le président qui se trouve isolé et risque même de déposer sa démission à tout moment. Par ailleurs, on croit savoir que la FAF, et pour tenter de sauver le professionnalisme et l’appliquer comme il se doit, du moins pour les grands clubs, demandera l’ouverture du capital au président de la JSK, Hannachi, pour le mettre devant ses responsabilités et l’inciter à quitter le bateau, surtout que des industriels se sont manifestés, à l’image de Rebrab, qui seraient prêts à reprendre le destin du club en main et y investir si Hannachi part. Ces clubs doivent appliquer à la lettre les dispositions du professionnalisme qui patine encore en Algérie. Sur un tout autre registre, la JSK a débuté hier son premier stage de préparation qui se déroulera jusqu’à l’Aïd en Tunisie et plus précisément à Hammam Bourguiba sous la conduite de Mourad Karrouf qui avait réussi la saison passée à mener l’équipe à bon port et lui éviter la relégation. 

Publié dans Sports

Le club français du FC Nantes (Ligue 1 française de football) est entré en contact avec l’attaquant international algérien Ishak Belfodil, libre de tout engagement après la résiliation de son contrat avec le FC Parme (Italie), rapporte le site spécialisé Footmercato. Selon la même source, le joueur algérien n’est pas resté insensible à l’approche de Nantes. Toutefois, si le président de Nantes Franck Kita est intéressé par le profil de Belfodil, l’entraîneur Michel Der Zakarian est peu emballé à l’idée d’engager les services de l’ancien joueur de l’Inter Milan. Outre Nantes, Belfdoil (23 ans) est convoité par le club turc de Trabzonspor où évolue le défenseur international algérien Carl Medjani. Ayant été prêté une saison à Parme par l’Inter, le joueur algérien a dû quitter le club après la banqueroute de la formation parmesane, reléguée administrativement en Serie D (division amateur).

Publié dans Sports

Le club français du FC Nantes (Ligue 1 française de football) est entré en contact avec l’attaquant international algérien Ishak Belfodil, libre de tout engagement après la résiliation de son contrat avec le FC Parme (Italie), rapporte le site spécialisé Footmercato. Selon la même source, le joueur algérien n’est pas resté insensible à l’approche de Nantes. Toutefois, si le président de Nantes Franck Kita est intéressé par le profil de Belfodil, l’entraîneur Michel Der Zakarian est peu emballé à l’idée d’engager les services de l’ancien joueur de l’Inter Milan. Outre Nantes, Belfdoil (23 ans) est convoité par le club turc de Trabzonspor où évolue le défenseur international algérien Carl Medjani. Ayant été prêté une saison à Parme par l’Inter, le joueur algérien a dû quitter le club après la banqueroute de la formation parmesane, reléguée administrativement en Serie D (division amateur).

Publié dans Sports

L’attaquant international A’ de l’USM Harrach (Ligue 1 algérienne de football), Mohamed Amine Abid, annoncé au CS Sfax (Ligue 1 / Tunisie), a affirmé lundi qu’il ne pouvait pas jouer pour le moment à l’étranger, car sous les drapeaux.
« Je ne peux pas jouer pour le moment à l’étranger et répondre favorablement à la sollicitation du CS Sfax. Je suis toujours sous contrat militaire de quatre années. Mais il y a possibilité que je reçoive une dérogation pour pouvoir jouer à l’étranger », a indiqué Abid. Contacté, le nouveau président du club Abdelkader Manaâ a confirmé pourtant le transfert de Mohamed Amine Abid pour un contrat de trois saisons.
« Nous avons tout conclu avec nos homologues du CS Sfaxien pour le transfert d’Abid », avait indiqué le successeur de Mohamed Laib. Le joueur a souligné qu’il ne pourra rien signer tant qu’il est encore soumis à l’obligation militaire.
« C’est vrai que l’USMH et le CS Sfax ont trouvé un accord à mon sujet, mais il n’y a encore rien d’officiel. Je me considère toujours comme étant un joueur d’El-Harrach et je suis prêt à rester », a-t-il expliqué. 

Publié dans Sports

Les deux clubs de Ligue 2 Mobilis, le CA Bordj Bou Arréridj et l’AS Khroub sont interdits de recrutement durant l’actuelle période d’enregistrement (mercato d’été) saison 2015-2016, a indiqué hier la Ligue de football professionnel (LFP). Les deux clubs ont été sanctionnés parce qu’ils n’ont pas à ce jour apuré leurs dettes conformément aux décisions de la Chambre de Résolution des Litiges, précise la même source. Après examen de la dernière situation (au 15 avril 2015), la commission de discipline de la LFP a décidé à l’encontre du CA Bordj Bou Arréridj et de l’AS Khroub la sanction d’interdiction de recrutement durant la période d’enregistrement saison 2015-2016 qui a débuté, explique la LFP. Le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football (FAF) avait mis en demeure, lors de ses séances du 20 avril et 1er mai 2015, les clubs défaillants à se conformer à la réglementation et à apurer leurs dettes envers les joueurs dans les meilleurs délais, faute de quoi ils seront interdits de recrutement lors du mercato d’été. Le championnat de Ligue 2 Mobilis saison 2015-2016 débute le 14 août prochain.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7