Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 13 septembre 2015

« L’acte suicidaire : aspects cliniques, prise en charge et prévention» était le thème d’une journée de formation médicale continue (FMC), organisée samedi 12 septembre, à l’auditorium d’Aboudaou (Université Abderrahmane Mira de Béjaïa) par le service de psychiatrie du CHU Khellil Amrane de Béjaïa, en collaboration avec la faculté de médecine et l’association des médecins généralistes libéraux de la région.

 

Au menu de cette rencontre scientifique, une dizaine de communications données par une pléiade de chercheurs universitaires, dont d’éminents psychiatres issus de plusieurs structures de santé, lesquels ont tenté de décortiquer ce phénomène de suicide qui ne cesse de prendre des proportions alarmantes en Kabylie.
Ainsi donc, le Dr Boubezari du CHU de Béjaïa sera le premier à intervenir pour aborder le thème « Le suicidant vu aux urgences », rappelant, illustration à l’appui, quelques aspects du suicidant et l’attitude à adopter face à ce dernier.
L’orateur préconisera, à ce titre, la mise en place d’un réseau d’accueil et d’écoute visant à conseiller, orienter et prendre en charge le sujet enclin au suicide. Ce dispositif, qui fait encore défaut en Algérie, doit être piloté par des psychiatres.
De son côté, le Dr Abassi interviendra sur « la crise suicidaire », pour rappeler, d’emblée, que « le médecin généraliste constitue le pivot de la prise en charge du sujet suicidaire ». L’oratrice insistera sur la manière de mener l’entretien avec ce patient, tout en passant en revue tous types d’orientations dans le cas d’un suicide.
Le Dr Leulmi du CHU de Blida se penchera, quant à lui, sur le rapport existant entre le phénomène du suicide et la toxicomanie. Se référant à une étude récente, il affirmera à ce titre que « l’autopsie psychologique a révélé que la majorité des suicidant a des antécédents toxicomanes ». Selon lui, les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) soulignent que 30 à 50% des dépendants ont déjà pensé au suicide.
Abordant le thème « L’aspect médico-légal du suicide », le Dr Gani Smail, chef de service de la médecine légale à l’hôpital Frantz Fanon de Béjaïa, indiquera qu’une étude épidémiologique nationale et un état des lieux sont indispensables pour apporter des solutions au phénomène en dépit de sa complexité. Face à la problématique du suicide, l’intervenant plaidera pour la mise en place d’une politique nationale visant à lutter contre ce phénomène, en élaborant une stratégie de prévention du suicide. « En dépit de l’absence de chiffres officiels en Algérie, qui pourraient permettre de comprendre le phénomène d’une manière globale, une étude épidémiologique a déjà été effectuée à Béjaïa. Basée sur les rapports d’autopsie, l’étude échelonnée sur trois ans (1er janvier 2011 au 31 décembre 2013) a montré que sur 441 cas de morts violentes enregistrés lors des autopsies pratiquées, 163 cas de suicide ont été relevés », fera savoir ce médecin légiste du CHU de Béjaïa.
La même étude, a-t-il ajouté, fait état de la prédominance masculine, dont 63,63% de sans professions, de la prévalence du suicide chez la femme rurale par rapport à la femme citadine et de la prédominance du mode de suicide par pendaison. Par ailleurs, elle révèle que 37,3% des suicides ont été enregistrés à Akbou suivie de Kherrata avec 26,9%, a-t-il précisé.
À noter que plusieurs autres thèmes liés au phénomène du suicide ont été également développés au cours de la rencontre. Il s’agit notamment de « l’approche cognitive du suicide », « le suicide et le trouble de la personnalité », « le suicide en milieu du travail et les recommandations de l’OMS », « la tentative de suicide chez l’enfant », « histoire tragique d’une enfant sans histoire » et «la pendaison : les aspects biomécaniques et anatomopathologiques des lésions du rachis cervical supérieur ».
Globalement, les différents intervenants ont été unanimes à souligner que les principaux facteurs de risque sont « la toxicomanie et l’alcoolisme », notamment lorsqu’ils s’associent à une pathologie mentale (dépression, schizophrénie, trouble de la personnalité…). Enfin, certains conférenciers estiment que parmi les facteurs susceptibles d’aggraver les risques d’un passage à l’acte suicidaire, selon les nombreuses recherches effectuées dans le monde, on citera les antécédents suicidaires, personnels et familiaux ; des échecs, pertes, deuils, problèmes financiers, solitude, isolement, éloignement, conflit, surmenage, épuisement, difficulté d’insertion socioprofessionnelle, chômage, absence de projet, retraite, maladie organique, incurie, etc. 

Publié dans Der

L’état des blessés algériens hospitalisés, suite à la chute d’une grue vendredi à la sortie de la mosquée El Harem, est « stationnaire », alors que deux d’entre eux ont subi de « lourdes interventions chirurgicales » au niveau des membres inférieurs, a-t-on appris auprès de la mission nationale du hadj. Outre les 8 hadjis hospitalisés dans les structures sanitaires saoudiennes, une jeune hadja reste en observation au niveau de l’hôpital central de la Mission de La Mecque, précise à l’APS la même source. Par ailleurs, la Mission nationale du Hadj et Omra signale que « deux pèlerins algériens n’ont pas donné signe de vie depuis le jour du drame », qui a endeuillé la communauté musulmane. « Les recherches sont en cours pour les localiser », en espérant qu’« ils se sont simplement égarés », a indiqué à l’APS un responsable de la Protection civile. Le Consul général d’Algérie à Djeddah, M. Abdelkader Kacimi El Hassani, a rendu visite à la veuve du hadji décédé lors de l’accident, pour lui « présenter les condoléances du Gouvernement et du peuple algérien » et l’assurer de « son soutien, de sa compassion ainsi que de sa disponibilité à l’assister pour surmonter cette dure épreuve ». Il lui a également promis assistance dans l’accomplissement des procédures administratives. 

Publié dans Der

La wilaya de Bouira a été touchée par les pluies diluviennes et des habitations ont été submergées. Dans la localité de Dirah, à 50 km au sud du chef-lieu de la wilaya, une jeune fille âgée de 10 ans a été portée disparue à la suite du débordement d’un oued, a indiqué une source de la Protection civile de Bouira. Les opérations de recherches se poursuivent toujours. C’est dans l’après-midi d’avant-hier que l’alerte a été donnée par des villageois. Plusieurs unités de la Protection civile de la wilaya ont été dépêchées sur les lieux à la recherche de la petite fille. Elle a été emportée par les eaux d’un oued traversant le village Lechouat, dans la commune de Dirah. Le débordement de l’oued a causé, par ailleurs, des dégâts dans quelques maisons situées à la périphérie. A l’heure où nous mettons sous presse, aucune information n’a été encore donnée sur la fillette, si elle a été retrouvée ; si oui, est-elle morte ou vivante ? « Les opérations se poursuivent toujours et nous avons mobilisé tous les moyens possibles pour retrouver la disparue », a précisé la même source. Il faut noter que les pluies qui se sont abattues dans l’après-midi de samedi dernier ont causé des dégâts, surtout sur le réseau routier. La circulation automobile a été rendue délicate sur certains tronçons pour cause d’éboulements.

Publié dans Der

Huit mois, c’est le temps qu’il a fallu à l’ES Sétif pour aller à vau-l’eau, pour passer de la consécration la plus prestigieuse en Afrique au stade de la simple figuration dans la phase de groupes de la Champion’s League continentale. Du gâchis pour un champion qui n’a pas pu assumer son statut, se faisant éliminer, sans gloire, dans une poule pourtant à sa portée. En effectuant l’autopsie de cet échec – et il ne faut pas être expert en la matière –, le penchant serait de placer la consécration de l’an dernier dans la case «coup d’éclat éphémère» plutôt que d’appartenir à une politique sportive réelle, qui s’inscrit dans la durée.

 

«Le succès est de taille, mais il faut garder nos repères. Plus belle est la médaille, plus lourd sera le revers.» Une punchline d’un rappeur français qui reflète parfaitement la situation de l’ES Sétif. Une dégringolade présagée, un sort inéluctable et le fruit amer d’une gestion hasardeuse après le sacre africain. Les ailes de l’Aigle noir n’étaient pas assez robustes pour stabiliser son vol et le maintenir à un niveau où les exigences sont permanentes et très élevées. Conséquence immédiate : l’ESS a perdu le nord et la voie menant aux demies. Un accroc de plus qui s’ajoute à la liste interminable des éliminations prématurées des clubs algériens dans les tournois de renom. Départ massif de joueurs, recrutement bon marché et un président pointé du doigt pour ne pas avoir pu préserver l’ossature de l’équipe de Aïn Fouara. Les voyants ont commencé à virer à l’orange puis au rouge pour finir en un atterrissage en catastrophe. Tout d’abord, il y a eu ce Mondial des clubs raté au Maroc, où les poulains de Kheireddine Madoui ont trépassé dès leur entrée en lice face à la modeste formation néozélandaise d’Auckland City, se contentant de jouer le match pour la 5e place, gagné au forceps contre les Australiens de Western Sidney Wanderers. Ensuite, ce finish insoutenable en Ligue 1 Mobilis, ponctué tout de même par un titre de champion d’Algérie glané sur le fil, au nez à la barbe du MO Béjaïa. L’essoufflement se faisait ressentir chez les Sétifiens, qui semblaient rassasiés par la C1 africaine. Les sollicitations, l’envie de voir ailleurs chez les joueurs faisant l’objet d’intérêts incessants des clubs du Golfe, sont venues diminuer la force du collectif ententiste. Hassan Hammar, président du club, dont le mandat devrait prendre fin en juin prochain, a été pointé du doigt pour son management raté, malgré les grosses sommes insufflées dans la trésorerie de l’octuple détenteur de la Coupe d’Algérie. La prime (1 425 000 dollars) reversée au vainqueur de la Ligue des champions, additionnée à celle de la Coupe du monde des clubs, estimée à un million de dollars, devaient permettre de solidifier les rangs afin de pouvoir défendre une notoriété continentale, aussi «accidentelle» qu’elle puisse être, tant attendue pour une balle ronde algérienne longtemps sevrée de titres majeurs. Fragiles, comme le démontre ce bilan famélique à domicile et ces quatre succès seulement sur 15 matches africains disputés au 8-Mai-1945, Djamel Benlamri – qui n’a pas pu combler le départ de Farid Mellouli en défense centrale – et consorts ont dû rendre les armes après les six rencontres.
Un premier tour qu’ils terminent avec 5 unités seulement et un nul laborieux, ô combien illustrateur de l’impuissance de l’ESS, qui offre l’unique point au MC El Eulma dans le challenge africain. Une moisson qui n’est pas digne d’un maître des lieux obligé de confier la mission de représenter l’Algérie à l’USM Alger à la 51e édition de l’illustre tournoi. Le team de la capitale a été le seul parmi les trois ambassadeurs du football national à se hisser au dernier carré. C’est là l’autre contre-performance, sachant que les trois équipes algériennes figuraient dans le même quatuor postulant pour les deux sésames du groupe B.
Un 1 sur 3 qui en dit long sur l’état de santé de notre sport-roi, qui montre ses limites lorsqu’il se mesure aux meilleures écuries continentales. Même le Soudan a fait mieux en plaçant deux clubs dans le carré d’as (Al Merreikh et Al Hilal d’Omdurman). Le très redoutable Tout-Puissant Mazembe (RD Congo), sacré en 2008 et 2009 et qui reste sur quatre demi-finales africaines de suite (3 en C1 et 1 en CAF), et le quatrième candidat pour une place en finale. Une longévité et une constance à méditer. Les Congolais ne sont pas là tout le temps par accident. Si le hasard peut, parfois, bien faire les choses, il ne garantit en aucun cas l’hégémonie. Au plus haut niveau, il ne suffit pas d’être fort, il faut avoir les épaules larges et les fondations solides. Halte au bricolage !

Publié dans Sports

Le technicien Youcef Bouzidi est devenu le nouvel entraîneur du NA Hussein Dey, en remplacement d’Abdelkader Iaïche, limogé. « Je me suis entendu avec le président (Mahfoud Ould Zmirli, ndlr) pour diriger l’équipe. Dziri Billel sera mon adjoint », a affirmé Bouzidi. Bouzidi, limogé de son côté de la barre technique de l’Olympique Médéa (Ligue 2/Algérie), revient ainsi au Nasria qu’il avait mené la saison dernière au maintien. Dziri Billel, parti de l’USM Alger après deux décennies en tant que joueur puis entraîneur, a été également démis de ses fonctions du RC Arba, après trois défaites de rang. Il retrouve le NAHD 20 ans après l’avoir quitté pour l’USMA. Iaïche a été limogé à la suite de la défaite concédée jeudi face à l’USM El Harrach (2-0), en ouverture de la quatrième journée du championnat, la troisième de rang après celles face à l’ASM Oran (2-1) et au CR Belouizdad (3-0). Le Nasria avait gagné lors de la première journée face à l’USM Alger (2-1). Iaïche devient ainsi le quatrième coach à quitter son poste en Ligue 1, après Mourad Karouf (JS Kabylie), Billel Dziri (RC Arba) et Omar Belatoui (RC Relizane).

Publié dans Sports

La brusque détérioration du climat ces dernières 48 heures n’a pas été sans conséquence à Iflissen, commune de la daïra de Tigzirt, au nord de la wilaya de Tizi-Ouzou. Un homme de 38 ans, B. Mohamed, et son compagnon Rabah, berger de son état, ont été frappés par la foudre, samedi dernier vers 17h30. B. Mohamed, agent de sécurité dans un CFPA de la localité, a été mortellement touché, alors que son compagnon a eu la vie sauve. Souffrant de graves brûlures, il a été évacué en urgence vers l’hôpital de Tigzirt où il a été pris en charge.

Publié dans Der

La brusque détérioration du climat ces dernières 48 heures n’a pas été sans conséquence à Iflissen, commune de la daïra de Tigzirt, au nord de la wilaya de Tizi-Ouzou. Un homme de 38 ans, B. Mohamed, et son compagnon Rabah, berger de son état, ont été frappés par la foudre, samedi dernier vers 17h30. B. Mohamed, agent de sécurité dans un CFPA de la localité, a été mortellement touché, alors que son compagnon a eu la vie sauve. Souffrant de graves brûlures, il a été évacué en urgence vers l’hôpital de Tigzirt où il a été pris en charge.

Publié dans Der

Le promu, le DRB Tadjenanet, est en train d’effectuer un début surprenant puisqu’il vient de confirmer sa bonne santé en l’emportant face à l’ASM Oran. La formation de Tadjenanet s’est appropriée la deuxième place de la Ligue 1 Mobilis lors de cette quatrième journée. Un but de sa nouvelle recrue Amir Sayoud (68e), son second de la saison, a permis au DRBT de signer sa troisième victoire et prendre provisoirement la place de dauphin, à un point seulement de l’USM El Harrach. Une grosse performance des hommes de Liamine Bougherara pour leur première saison en Ligue 1 professionnelle. En revanche, les Asémistes de Kamel Mouassa sont dans une situation compliquée, eux qui n’arrivent pas à retrouver le rendement de la saison dernière et se mettent dans une situation compliquée. La journée est marquée également par le nul arraché par l’ex-coleader, le CR Belouizdad, face à la JS Kabylie (1-1). Mené au score sur un but de Diawara depuis la 13e minute, les Belouizdadis ont attendu l’ultime minute de la partie pour égaliser par Bencherifa. Avec ce nul, le CRB est décalé à la troisième place, à deux points de l’USMH. L’affiche de la journée entre le MO Béjaïa et le CS Constantine n’a pas connu de vainqueur malgré de bonnes opportunités de marquer de part et d’autre. Un score de parité (0-0) qui arrange beaucoup plus les Sanafir, lesquels restaient sur une défaite face à l’ES Sétif (2-1). Le MOB, lui, enregistre le troisième nul consécutif en quatre rencontres et surtout l’équipe n’arrive toujours pas à s’imposer sur sa pelouse depuis l’entame de la saison. Pour sa part, le promu, l’USM Blida, a signé sa première victoire de la saison en battant le MC Alger (1-0). Les Blidéens doivent remercier Noubli, auteur de l’unique but de la rencontre et qui a été décisif cette fois-ci (62e). En revanche, cette contreperformance du MCA pourrait avoir des conséquences sur le staff technique de plus en plus sur la sellette. La quatrième journée, qui a débuté jeudi par le derby de la capitale entre le leader, l’USM El Harrach, et le NA Hussein Dey (2-0) au stade 5-Juillet, se poursuivra mardi avec le déroulement des deux derniers matches : RC Relizane-ES Sétif et USM Alger-MC Oran.

Publié dans Sports

La Copa America 2016 aura bien lieu aux Etats-Unis, a affirmé, samedi, la Concacaf, alors que circulent depuis plusieurs semaines des rumeurs à propos d’une relocalisation du tournoi. « Nous continuons à travailler avec la Conmebol, la Fédération américaine de football, et les autres partenaires pour que la Copa America du Centenaire se déroule aux Etats-Unis », a indiqué la Confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf). « La Concacaf est décidée à travailler sur les questions opérationnelles et financières pour assurer la plus grande transparence », a-t-elle ajouté. Ce communiqué a été publié à quelques jours d’une réunion importante, jeudi à Mexico, entre les dirigeants de la Conmebol et la Concacaf. La tenue aux Etats-Unis du tournoi qui doit célébrer en juin 2016 le centenaire de la création de la Combebol (Confédération sud-américaine de football) est remise en cause par les scandales de corruption qui ont ébranlé la Fifa. Plusieurs dirigeants de la Concacaf et de la Conmebol sont soupçonnés par la justice américaine d’avoir reçu des pots-de-vin lors du processus d’attribution de droits de diffusion TV.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7