Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 02 septembre 2015

Au terme de sa visite effectuée lundi dernier au chantier de réalisation de la faculté des sciences économiques de Berchiche, dans la daïra d’El-Kseur, le wali de Béjaïa, Ouled Salah Zitouni, a piqué une colère noire après avoir constaté de visu le retard flagrant qu’accuse le projet dont le taux d’avancement des travaux ne dépasse pas les 8%. Du coup, le chef de l’Exécutif a pris la décision de résilier le contrat avec le bureau d’études chargé du suivi de ce chantier à la traîne. Sur les lieux, il ordonnera également l’arrêt des travaux à certaines entreprises en charge de la réalisation de divers travaux en bâtiment. Le non-respect des délais de réalisation et la mauvaise qualité des travaux exécutés, ont été les principales raisons ayant poussé M. Zitouni à sanctionner le bureau d’études et les entreprises responsables du retard constaté dans la mise en exécution des opérations inscrites à l’indicatif de ce projet relevant du secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. « C’est vraiment inacceptable ! Après 31 mois du lancement des travaux, le taux d’avancement n’a pu dépasser la barre des 8% ! », s’est-il écrié.
Rappelons que lors de sa première visite, au début du mois d’août, au niveau de ce chantier, M. Zitouni avait exhorté les entreprises réalisatrices à accélérer la cadence des travaux.
À noter que les délais de réalisation de cette faculté, d’une capacité de 6 000 places pédagogiques, ont été initialement fixés à 18 mois, alors que le chantier demeure au ralenti après 36 mois de démarrage des travaux. Le retard étant tellement énorme que le nouveau wali de Béjaïa ne peut tolérer une telle incurie ! 

Publié dans Der

La rentrée scolaire des élèves s’approche et c’est le dernier week-end de répit, en particulier pour les parents qui font face, chaque fois à cette période, à un véritable casse-tête, appelés à mettre la main à la poche pour subvenir aux besoins de leurs enfants en fournitures et articles scolaires, sans compter l’habillement.
C’est aussi un casse-tête pour le gouvernement qui, lui, doit contenir les différentes poches de mécontentement syndical et éviter qu’une crise n’éclate. En plus du poids du cartable scolaire qui pèse sur le dos des écoliers, il ne faut pas qu’ils subissent le fardeau de la grève des enseignants. Les syndicats du secteur, certains dans l’attentisme et d’autres embusqués, ont néanmoins renouvelé leur disponibilité au dialogue, mais sous condition : la satisfaction de leur plate-forme de revendications. Pour montrer sa bonne foi, la ministre a annoncé l’organisation de concours de promotion professionnelle dans les rangs d’enseignant principal avant la date de 15 octobre prochain, jour de la tenue d’une nouvelle rencontre avec ses partenaires sociaux dans l’espoir de solutionner une fois pour toutes les problèmes exposés par les syndicats. Au moment où l’école s’enlise davantage dans divers problèmes, les responsables du secteur de l’éducation et leurs partenaires sociaux n’arrivent toujours pas à dépasser leurs différends et maintiennent la menace d’un recours à la protestation, alors que l’école algérienne a besoin d’un vrai débat pour la sortir de l’impasse. Quoi qu’il en soit, le ministère de l’Education et ses partenaires sociaux restent aux aguets.
Pour la ministre de l’Education, « les revendications soulevées » par ses partenaires « sont légitimes ». Elle a estimé que leur « prise en charge nécessite des solutions progressives, du temps et de la patience ». C’est ce qu’elle demande aux syndicats.
L’autre défi qui attend Mme Benghebrit, c’est la rentrée scolaire de plus de 8 millions d’écoliers et d’élèves dimanche prochain. Elle a choisi la ville de Skikda pour donner le coup de starter de la rentrée scolaire des élèves. Nouria Benghebrit a multiplié ses visites d’inspection ces derniers mois dans les wilayas du pays pour inspecter les projets de réalisation de nouvelles infrastructures dans son secteur en vue de la prochaine rentrée ; mais le temps presse et certains établissements ne sont pas entièrement finalisés. 

Publié dans Der

Le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, a animé, hier, une conférence de presse au forum d’El Moudjahid. Le premier homme de l’instance morale du sport national est notamment revenu sur le retentissant échec de Taoufik Makhloufi lors des Mondiaux de Pékin. Il a évoqué en outre les prochaines dates importantes du calendrier sportif. Les Jeux africains (qui débuteront demain et dureront jusqu’au 19 septembre à Brazzaville), les jeux Olympiques (prévus l’été prochain à Rio), mais aussi les jeux Méditerranéens qu’abritera Oran en 2021.

A elle seule, l’image de Taoufik Makhloufi reflétait la difficulté que rencontre le sport algérien en général et l’athlétisme en particulier à s’imposer dans la durée parmi le gotha international. Le rêve de se poser sur le sommet du demi-fond planétaire s’est envolé.
Pour rappeler que le bricolage et l’absence d’une politique sportive concrète et fiable gangrènent cette discipline reine, pourtant pourvoyeuse de médailles jadis. Conséquence inéluctable, les carences ont été - de nouveau - mises à nu lors du prestigieux rendez-vous mondial. Le champion olympique a, cette fois, dû se rendre à l’évidence. S’est vu contraint de baisser les bras une fois la ligne d’arrivée franchie. Lui qui savourait le vermeil olympique à Londres où personne ne l’attendait. Trois ans après, celui qui semblait avoir tout pour devenir le digne héritier de Noureddine Morceli n’a pas pu escalader la Muraille de Chine qui semblait vraiment grande. Pékin, là où l’athlétisme algérien a montré ses limites. Là où l’arbre, qui a longtemps caché la forêt, a vacillé face à l’accélération dévastatrice du Kényan Asbel Kiprop, sacré roi du demi-fond.
Le président du COA, Mustapha Berraf, est revenu sur cette désillusion très succinctement : « On sait tous que Makhloufi a un énorme potentiel comme il a pu le démontrer par le passé. On aurait aimé qu’il nous ramène l’or comme ce fut le cas à Londres, mais sa tactique en finale n’était décidément pas la bonne», a-t-il regretté. Si le champion olympique en titre a manqué le coche, son compatriote Larbi Bouraâda a signé une «encourageante» 5e place au décathlon avec un record d’Afrique à la clé. «Une performance remarquable et une progression très appréciable», selon le conférencier qui a tenu à souligner que le décathlonien n’a pas bénéficié d’une préparation haut standing.
Par ailleurs, les athlètes algériens, à leur tête Makhloufi, auront l’occasion de redorer le blason aux JA de Brazzaville. L’objectif sera de moissonner 34 médailles d’or. Berraf s’attend à une hausse de 25% par rapport à la dernière édition où nos représentants ont décroché le métal suprême à 22 reprises sur les 84 podiums réalisés à Maputo. Après cette échéance importante, il y aura les JO de Rio. Pas grand-chose à espérer, si l’on se fie aux propos de Berraf : «On attendra un coup d’éclat de Makhloufi ou d’un boxeur. Je ne vous cache pas qu’on accuse un retard considérable au niveau de la préparation, comparés à d’autres nations.» Ça a le mérite d’être clair.
Toutefois, le président du COA a fini par retomber dans l’optimisme lorsqu’il a évoqué l’organisation des JM-2021 attribuée à El-Bahia récemment. Un défi organisationnel que l’«Algérie est tout à fait en mesure de relever.
Oran dispose de moyens considérables et les projets en cours ne pourront que renforcer l’assise infrastructurelle de la ville», a-t-il assuré, précisant au passage que «la cité méditerranéenne sera située au centre universitaire qui a l’avantage d’être près du centre-ville».
Au final, ce qui est notable, c’est que les manifestations sportives se suivent et se ressemblent sur le plan de la représentation, où l’ambition permanente laisse souvent place à des déconvenues récurrentes. 

Publié dans Der

Un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP)a découvert, mardi dernier, dans le cadre de la poursuite de l’opération de recherche et de ratissage dans la localité d’El-Aouana (Jijel), un abri contenant cinq bombes de confection artisanale, des outils de confection et d’emplissage de cartouches, une quantité de poudre noire, des denrées alimentaires et d’autres objets, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale publié hier. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste et en continuité de l’opération de recherche et de ratissage dans la localité d’El Aouana dans la wilaya de Jijel (5e Région militaire), un détachement de l’ANP a découvert, hier, un abri contenant cinq bombes de confection artisanale, des outils de confection et d’emplissage de cartouches, une quantité de poudre noire, des denrées alimentaires et d’autres objets», relève la même source.
Par ailleurs, «un détachement relevant du secteur opérationnel de Tamanrasset (6e Région militaire) a intercepté huit contrebandiers et a saisi deux véhicules tout-terrain, une paire de jumelles, cinq détecteurs de métaux et 600 grammes de mélange d’or». Au niveau de la 2e Région militaire, «des éléments des garde-frontières de Maghnia et Bab El Assa, du secteur opérationnel de Tlemcen, ont saisi quatre camions et 6 100 litres de carburant destinés à la contrebande, alors qu’à Oran, six immigrants clandestins ont été interceptés par les éléments de la Gendarmerie nationale», ajoute la même source.

Publié dans Der

Le joueur du club anglais de Leicester City devra attendre le feu vert du staff médical des Verts pour pouvoir jouer face au Lesotho.

L’attaquant de Leicester City prolonge encore le suspense sur sa participation à la prochaine rencontre comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN-2017 face au Lesotho, le 6 septembre, étant donné qu’il ne s’est pas entraîné au début du stage qui se déroule à Pretoria, en Afrique du Sud. En effet, les Verts se sont entraînés sans ce joueur qui reste encore blessé et qui n’est pas en mesure d’intégrer le groupe. Malgré cela, le coach national, le Français Christian Gourcuff, n’a pas voulu se priver de ses services et a décidé de le prendre, tout en espérant une probable guérison avec les soins qui lui seront prodigués par le staff médical de la sélection nationale. Il faut savoir que ce dernier souffre de douleurs dorsales. L’ancien joueur du Havre AC devrait passer des examens médicaux à Pretoria pour être fixé sur son sort. Pour le reste du groupe, tout le monde s’est entraîné le plus normalement du monde, sous la conduite du sélectionneur national, qui souhaite préparer son groupe comme il se doit pour le match de dimanche prochain. Par ailleurs, et dans une déclaration à la presse à l’arrivée de la sélection en Afrique du Sud, Gourcuff a avoué qu’il regrettait l’absence de Feghouli et de Bentaleb, tous deux blessés, et qui déclarent forfaits pour ce match. « Je regrette leur absence, c’est dommageable. Ce sont des choses qu’on ne maîtrise pas, c’est toujours difficile, d’autant qu’il y a des matches qui précèdent les rassemblements de la sélection et tout peut arriver malheureusement», a affirmé le coach national. Les défections de Feghouli (Valence) et de Bentaleb (Tottenham) ont poussé Gourcuff à convoquer deux éléments évoluant en championnat national : Hocine El Orfi (USM Alger) et Khaled Gourmi (MC Alger), ce qui a porté à 8 le nombre d’éléments du cru présents en Afrique du Sud. « Pour Feghouli, il s’agit d’une blessure au dos contractée dimanche soir avec son club, alors que Bentaleb s’est blessé bêtement chez lui et a été opéré. Il s’agit de deux absences de taille », a expliqué le technicien breton.

Publié dans Sports

L’attaquant de Clermont Foot 63 (Ligue 2 française de football), Idriss Saâdi, s’est engagé pour trois ans avec le club gallois de Cardiff City (D2 anglaise), a annoncé le club d’Auvergne sur son site officiel, juste après la concrétisation de ce transfert. « Je suis heureux et fier de rejoindre Cardiff City pour les trois prochaines saisons. C’est un nouveau challenge, une nouvelle vie et un nouveau départ que je prends », a réagi, de son côté, l’Algérien de 23 ans sur les réseaux sociaux. L’avant-centre formé à l’AS Saint-Etienne a remercié au passage toutes les personnes qui l’ont « soutenu dans les moments difficiles » et a reçu en retour un vibrant hommage de la part de son ancien club « pour services rendus », tout en lui souhaitant « bonne chance pour la suite de sa carrière ». Auteur de 11 buts en 21 matches au début de la saison 2014-2015, Saâdi a été stoppé dans son élan par une grave blessure à un genou, qui l’a éloigné des terrains pendant six mois. Mais sa cote est restée élevée, puisqu’il a réussi à décrocher un bon contrat professionnel en Angleterre, dès son rétablissement. Le départ de Saâdi a coïncidé avec l’arrivée en renfort d’Enzo Reale, en provenance du FC Lorient. Ce jeune milieu de terrain polyvalent de 23 ans, formé à l’Olympique lyonnais, a disputé 23 matches en Ligue 1 avec l’OL et Lorient, ainsi que 35 matches en Ligue 2 avec Boulogne-sur-Mer et Arles-Avignon. Reale est aussi international français. Il a été champion d’Europe U19 en 2010 aux côtés de la génération Clément Grenier, Antoine Griezmann et Alexandre Lacazette. «Reale s’est engagé pour deux saisons et portera le numéro 28», a encore précisé Clermont Foot sur son site officiel.

Publié dans Sports

L’international algérien, Abdelmoumen Djabou, dont le contrat avec le Club africain a expiré en juin dernier, se réunira avec le directeur sportif du Club africain, Oussema Sallami, pour négocier une possible prolongation de son bail, rapporte l’agence TAP. Selon la même source, le meneur de jeu algérien a exigé aussi de négocier directement avec le président du club, Slim Riahi, le remboursement de ses arriérés auprès du club. L’ancien joueur de l’ES Sétif a affirmé récemment qu’il était en contact avec des clubs algériens, tunisiens et du Golfe, soulignant qu’il choisirait sa future destination une fois rétabli de sa blessure au genou. Opéré le 7 mai dernier à Tunis des ligaments croisés, le joueur algérien sera de retour sur les terrains fin 2015. Agé de 28 ans, Djabou a disputé la saison dernière 18 matches en championnat de Ligue 1 tunisienne et marqué 8 buts, contribuant au titre de champion remporté par les Clubistes.

Publié dans Sports

Le président du Comité olympique et sportif algérien (COA) Mustapha Berraf s’est montré, hier, sceptique sur l’utilité d’une ouverture d’un centre de contrôle antidopage en Algérie, arguant notamment que ce projet serait trop coûteux. « Les tests antidopage que nous effectuons actuellement à l’étranger nous reviennent à seulement 300 euros l’unité. Or, si nous ouvrons un centre antidopage en Algérie, le même test nous reviendrait à plus de 1000 euros l’unité », a expliqué le président du COA au Forum du journal El Moudjahid. Berraf a indiqué par la suite que le fonctionnement d’un centre antidopage en Algérie implique l’importation d’un kit et d’un réactif pour chaque test antidopage, coûtant 300 euros chacun, sans oublier les frais d’envoi, sous scellés et par courrier express (DHL, ndlr). Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), dans le cadre de sa campagne de lutte contre le dopage, plaide depuis 2004, sous l’ère du ministre Yahia Guidoum, pour la création d’un centre antidopage en Algérie. Au moment où des voix s’élèvent pour connaître la date exacte à laquelle sera livré ce projet, le président du COA, Mustapha Berraf, a réitéré son désaccord.

Publié dans Der

L’international algérien de Crystal Palace, Adlene Guedioura, a rejoint Watford FC pour trois ans, juste avant la fermeture du mercato d’été, ont annoncé mardi les deux clubs de Premier League. Agé de 29 ans, le milieu de terrain algérien avait été prêté à deux reprises à Watford la saison dernière, contribuant largement à l’accession du club en Premier League. Il avait été aligné à 17 reprises, marquant trois buts et transmis quatre passes décisives. A Crystal Palace, Guedioura a fait 19 apparitions depuis son arrivée au club, il y a deux ans, en provenance de Nottingham Forest. Crystal Palace a souhaité bonne chance à Adlene à Vicarage Road. Le joueur algérien a joué dans plusieurs clubs en France et en Belgique avant de rejoindre l’Angleterre en 2010. Outre Guedioura, Watford compte dans ses rangs un autre international algérien, Essaid Belkalem, dont l’avenir avec le club est incertain.

Publié dans Sports

Segun Odegbami, ancien capitaine de la sélection du Nigeria, s’est lancé à son tour dans la campagne pour devenir président de la Fifa, en remplacement de Joseph Blatter, démissionnaire, alors qu’un énorme scandale de corruption secoue l’institution. « La Fifa traverse la pire crise de ses 111 ans d’existence. Pour aller de l’avant, la Fifa a besoin d’une nouvelle génération de leadership afin de restaurer la dignité d’un sport noble et celle d’une institution internationale estimée », a expliqué Odegbami, 63 ans et membre de la sélection championne d’Afrique des nations en 1980. « Dans des moments comme celui-ci, chaque membre de la famille du football doit participer au renouvellement des objectifs de la Fifa, en élisant une personne méritante et qualifiée, une personne dont le caractère permettra d’accomplir les objectifs désirés et de restaurer la confiance et l’intégrité de l’organisation », a ajouté Segun Odegbami. Michel Platini, président de l’UEFA, et le milliardaire sud-coréen Chung Mong-joon, un ancien vice-président de la Fifa, sont les deux principaux candidats à la succession de Sepp Blatter, en poste depuis 1998 et réélu en mai avant de présenter sa démission. Le congrès extraordinaire électif doit élire le président de la Fifa le 26 février 2016.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7