Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 21 septembre 2015

Après la passe sublime face au CS Constantine samedi dernier (victoire 2 buts à zéro pour l’USM Alger), c’est la passe difficile pour Youcef Belaïli. En effet, deux ans de suspension, telle est la sanction prononcée par la Confédération africaine de football (CAF) à l’encontre du numéro 10 usmiste. Le contrôle antidopage qu’il a subi au sortir de la rencontre face au MC El Eulma, jouée le 7 août dernier, a révélé la présence d’un produit illicite. Un véritable coup dur pour son club, mais surtout pour le joueur, dont beaucoup le prédestinaient – avec insistance – à décrocher une place avec les Verts.

« Je n’ai rien pris, c’est un complot contre moi. On veut à tout prix me détruire ! » L’ancien attaquant du MC Oran et de l’Espérance de Tunis nie catégoriquement avoir eu recours à une quelconque substance dopante. Contredit, par la même occasion, le communiqué de la FAF où il est stipulé que « le joueur Belaïli Youcef a été entendu par les membres de la commission médicale fédérale et a reconnu les faits qui lui sont reprochés et a renoncé au droit de faire l’analyse de l’échantillon B comme le prévoit la réglementation ». Du moins, ce qui est certain, c’est que sa suspension a pris effet hier et le natif d’Oran ne pourra pas fouler les terrains avec son club, ni au niveau local ni à l’international (Ligue des champions comprise), jusqu’à preuve du contraire. Une contre-analyse devrait donc être demandée par la direction du club de la capitale qui tentera de blanchir son joueur providentiel. Une petite prise de sang qui pourrait coûter très cher aux deux parties. Après avoir grandement participé à la qualification du club de Soustara pour les demi-finales de la Ligue des champions (4 buts et 2 passes décisives), le « roi Belaïli 10 », comme aiment à l’appeler les supporters, voit son empire partir en poussière. Et même voler littéralement en éclats pour une quantité illégale infinitésimale. La théorie du complot est à exclure, parce que l’affaire n’émane pas d’une instance locale, mais plusieurs questions méritent d’être posées. Est-ce une indélicatesse d’un médecin qui lui a prescrit un mauvais médicament ? Belaïli a-t-il commis un « écart » qu’il a mal calculé ? Tant d’interrogations pour un joueur au talent sûr, mais dont le comportement en dehors du rectangle vert laisse parfois à désirer, pour ceux qui le connaissent. Beaucoup de choses peuvent traverser la tête d’un jeune de 23 ans qui perçoit 650 millions de centimes nets par mois. Des mauvaises idées lui ont peut-être traversé l’esprit et il est maintenant là à en payer les conséquences. Un lourd tribut sur le plan footballistique qui met carrément sa carrière et sa réputation en danger. Un cas qui vient se greffer à celui du milieu de terrain du RC Arba, Rafik Boussaïd, qui a, lui aussi, été contrôlé positif au niveau national et suspendu 6 mois, avant de se présenter devant le CA pour se défendre. Deux cas de dopage survenus dans un laps de temps très court qui mettent la puce à l’oreille. Des éléments qui font surgir une pratique qu’on n’évoque pas souvent dans notre milieu footballistique, mais qui, apparemment, existe comme partout ailleurs dans le monde.
En tout cas, cette affaire devrait faire couler beaucoup d’encre lors des jours à venir et susciter les vives réactions. En parlant de réactions, la direction unioniste ne devrait pas tarder à engager une procédure de recours. Coupable ou pas ? Wait and see… 

Publié dans Der

La Tunisie a dû faire face cette année à une forte baisse de régime de son industrie touristique, en accueillant quatre millions de touristes depuis le début de l’année seulement jusqu’à la date du 10 septembre, en baisse d’un million, comparativement à une année auparavant, selon la ministre tunisienne du Tourisme, Salma Rekik Elloumi, qui a présidé, hier, une réunion à Tunis avec une délégation du tourisme de Belgique.
Le pire, c’est qu’elle a perdu 50% de touristes européens à cause des attaques terroristes contre le musée du Bardo et celle de Sousse, la plupart ayant annulé leurs projets de vacances en Tunisie depuis. La seule embellie a été apportée par les touristes algériens qui représentaient 17% de plus que l’année dernière, franchissant le million de visiteurs.

Publié dans Der

Plusieurs jours après le putsch, la situation au Burkina Faso demeure tendue et reste marquée par l’inquiétude d’une aggravation de la violence. Le projet de sortie de crise présenté par la médiation ouest-africaine suscite toujours l’indignation de la société civile et d’une partie de la population, opposées à l’amnistie des putschistes et à la participation de candidats pro-Compaoré aux prochaines élections.
Dimanche dans la soirée, l’avocat Guy-Hervé Kam, porte-parole du Balai Citoyen, en pointe dans le soulèvement populaire contre Blaise Compaoré en 2014, a jugé «honteux» le projet avancé par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), une réaction qui trouvait un écho dans les rues de la capitale burkinabé.
Après trois jours de médiation-marathon à Ouagadougou, le projet d’accord sera soumis aujourd’hui au feu vert de la Cédéao lors d’un sommet extraordinaire à Abuja. Le texte, articulé en 12 points, propose le maintien des élections législatives et présidentielle au plus tard le 22 novembre – elles étaient initialement prévues le 11 octobre –, mais surtout la participation des candidats pro-Compaoré, invalidés ces derniers mois suite à une loi votée par l’Assemblée intérimaire. C’était la principale revendication des auteurs du coup d’Etat militaire du 17 septembre, menés par le général Gilbert Diendéré.
Parmi les autres points figurent «la restauration des institutions de la transition et du président Kafando» et «la libération sans condition de toutes les personnes détenues suite aux événements». Le sort du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), à l’origine du coup d’Etat, est quant à lui «laissé à l’appréciation du Président issu des prochaines élections».
A Ouagadougou, la nuit de dimanche à lundi a été particulièrement violente, la population ne veut pas qu’on lui «vole» sa transition ni sa révolution, affirme Ousmane Boundaoné, un militant démocratique burkinabé joint par téléphone. «Les barricades ont été à nouveau érigées dans plusieurs quartiers de la capitale, cela dit la vraie mobilisation se trouve dans les autres villes de l’intérieur où des centaines de personnes ont décidé de rejoindre Ouagadougou pour dire non à l’accord de la Cédéao», affirme-t-il.
«J’ai eu peur que l’armée décide de se ranger du côté des putschistes et que le pays tout entier sombre dans une guerre civile sans fin. Heureusement, le rapport de force a été du côté de la population. L’armée n’a eu d’autre choix que de marcher main dans la main avec la population», nous a confié Ousmane Boundaoné. Il affirme également que «des garnisons de l’armée régulière de Bobo Dioulasso, de Kaya et de Fada N’gourma se dirigeraient sur Ouagadougou».
Aux quatre coins de Ouagadougou, qu’il décrit comme une ville en état de siège, société civile et population s’organisent en «collectif de résistance» pour les approvisionnements en carburant, nourriture et médicaments. Selon Ousmane Boundaoné, les hommes du général Gilbert Diendéré sont «presque en reddition», même si le bilan des victimes ne cesse d’augmenter ; officiellement on fait état de 153 blessés et de 17 morts.
Cela dit, il semblerait que les éléments du RSP maintiennent la pression, en s’introduisant dans les bâtiments officiels ou stratégiques, notamment hier matin où les télécommunications ont été visées, nous informe notre interlocuteur. Des éléments du RSP se sont introduits dans le bâtiment d’Onatel Ouaga en cassant les portes et ont disjoncté les équipements, entraînant l’indisponibilité des services téléphoniques.
Selon notre source, toutes les forces armées nationales sont en train de converger vers Ouagadougou «pour désarmer le RSP sans effusion de sang». Il lui est demandé de «déposer immédiatement les armes» et de «rejoindre le camp Sangoule Lamizana». 

Publié dans Der

Dix jours après la chute d’une grue sur la Grande mosquée de La Mecque, qui avait fait 108 morts et quelque 400 blessés parmi des fidèles rassemblés avant le hadj, voilà que quatre pèlerins ont été légèrement blessés et 1500 autres évacués à la suite d’un incendie nocturne dans un hôtel de La Mecque, à la veille du début du pèlerinage, a indiqué, hier, la Défense civile saoudienne. Une enquête préliminaire a conclu que le feu s’était déclaré en raison d’un court-circuit dans une chambre de cet hôtel, qui compte 15 étages. Les personnes affectées ont pu regagner leurs chambres. Plus d’un millier de fidèles asiatiques avaient déjà été évacués jeudi d’un hôtel de La Mecque après un incendie mineur. Plus de deux millions de personnes sont attendues pour le pèlerinage.

Publié dans Der

Les clubs qui ont tenté de frauder seront vite rattrapés par les nouvelles dispositions de la FAF sur le recrutement de joueurs étrangers.

Les avenants signés avec des joueurs étrangers après l’annonce de la décision d’interdiction de leur recrutement à partir du prochain mercato d’hiver, annoncée par la Fédération algérienne de football (FAF), le 25 juillet dernier, ne sont pas valables, selon la Ligue de football professionnel (LFP), qui rappelle ainsi la décision prise il y a quelque temps d’interdire l’engagement de joueurs étrangers. Il faut savoir que certains clubs de la Ligue 1 ont prolongé les contrats de leurs joueurs étrangers au lendemain de la décision prise par l’instance fédérale, ce qui est considéré comme une tentative de fraude sur les contrats, et ce, pour assurer le maintien après l’entrée en vigueur de cette nouvelle disposition. La LFP a précisé, dans un communiqué sanctionnant la réunion de son conseil d’administration, que la FAF « n’est pas opposée au recrutement de ces joueurs, mais vu les conditions dans lesquelles sont accueillis actuellement ces étrangers, il est recommandé de s’abstenir à recourir à l’apport de l’extérieur », regrettant au passage que « beaucoup de joueurs étrangers évoluent en Algérie sans permis de travail et sont rémunérés par le biais du circuit informel ». Ainsi, le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, a annoncé la constitution prochaine d’une commission qui sera chargée d’effectuer des visites au niveau des clubs de Ligue 1 pour enquêter sur place sur les conditions d’hébergement des joueurs étrangers ou des joueurs algériens venant de l’étranger. Réuni le 25 juillet dernier, le bureau fédéral de la FAF avait décidé d’interdire le recrutement des joueurs étrangers «compte tenu des difficultés financières, de l’impossibilité d’obtenir des devises légalement pour payer les salaires, indemnités de formation et de solidarité des joueurs étrangers», déplorant aussi dans ce registre « les agissements de certains agents de joueurs et autres acteurs du football peu scrupuleux ». Un bras de fer est donc engagé avec les responsables de clubs de Ligue 1 qui ne souhaitent pas que cette décision se matérialise vraiment, car ils considèrent qu’ils ne peuvent pas se priver de l’apport de ce genre de joueurs qui devraient pouvoir apporter un certain plus à leurs équipes.

Publié dans Sports

Trente-sept contrebandiers ont été arrêtés par deux détachements de l’Armée nationale populaire relevant des secteurs opérationnels de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam, qui ont également saisi un pistolet mitrailleur de type kalachnikov et une quantité de munitions, a indiqué hier le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. « Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, deux détachements de l’Armée nationale populaire relevant des secteurs opérationnels de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam (6e Région militaire) ont intercepté, le 20 septembre 2015, 37 contrebandiers et ont saisi un pistolet mitrailleur de type kalachnikov, une quantité de minutions, 2 véhicules tout-terrain, 11 motos, 9 groupes électrogènes, 4 marteaux-piqueurs et des téléphones portables », a précisé la même source. Au niveau de la 3e Région militaire, 4 immigrants clandestins ont été appréhendés par les éléments de la Gendarmerie nationale de Reggane au secteur opérationnel d’Adrar. Par ailleurs, des éléments des gardes-frontières relevant du secteur opérationnel de Tlemcen (2e région militaire) ont saisi 6210 litres de carburant destinés à la contrebande, a conclu la même source.

Publié dans Der

Les clubs qui ont tenté de frauder seront vite rattrapés par les nouvelles dispositions de la FAF sur le recrutement de joueurs étrangers.

Les avenants signés avec des joueurs étrangers après l’annonce de la décision d’interdiction de leur recrutement à partir du prochain mercato d’hiver, annoncée par la Fédération algérienne de football (FAF), le 25 juillet dernier, ne sont pas valables, selon la Ligue de football professionnel (LFP), qui rappelle ainsi la décision prise il y a quelque temps d’interdire l’engagement de joueurs étrangers. Il faut savoir que certains clubs de la Ligue 1 ont prolongé les contrats de leurs joueurs étrangers au lendemain de la décision prise par l’instance fédérale, ce qui est considéré comme une tentative de fraude sur les contrats, et ce, pour assurer le maintien après l’entrée en vigueur de cette nouvelle disposition. La LFP a précisé, dans un communiqué sanctionnant la réunion de son conseil d’administration, que la FAF « n’est pas opposée au recrutement de ces joueurs, mais vu les conditions dans lesquelles sont accueillis actuellement ces étrangers, il est recommandé de s’abstenir à recourir à l’apport de l’extérieur », regrettant au passage que « beaucoup de joueurs étrangers évoluent en Algérie sans permis de travail et sont rémunérés par le biais du circuit informel ». Ainsi, le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, a annoncé la constitution prochaine d’une commission qui sera chargée d’effectuer des visites au niveau des clubs de Ligue 1 pour enquêter sur place sur les conditions d’hébergement des joueurs étrangers ou des joueurs algériens venant de l’étranger. Réuni le 25 juillet dernier, le bureau fédéral de la FAF avait décidé d’interdire le recrutement des joueurs étrangers «compte tenu des difficultés financières, de l’impossibilité d’obtenir des devises légalement pour payer les salaires, indemnités de formation et de solidarité des joueurs étrangers», déplorant aussi dans ce registre « les agissements de certains agents de joueurs et autres acteurs du football peu scrupuleux ». Un bras de fer est donc engagé avec les responsables de clubs de Ligue 1 qui ne souhaitent pas que cette décision se matérialise vraiment, car ils considèrent qu’ils ne peuvent pas se priver de l’apport de ce genre de joueurs qui devraient pouvoir apporter un certain plus à leurs équipes.

Publié dans Sports

L’ancien joueur et entraîneur Sid-Ali Yahiaoui a été nommé secrétaire général de la Ligue de football professionnelle (LFP), a indiqué, samedi, l’instance concernée. « M. Yahiaoui est un cadre du secteur. C’est aussi un ancien joueur et entraîneur de football », a indiqué le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, au moment de présenter ce nouveau SG aux membres du conseil d’administration. Sid-Ali Yahiaoui et un conseiller en sport, spécialisé en football, de la promotion 1990-1991. Après sa graduation, il a exercé dans plusieurs clubs, dont le MC Alger, le CR Belouizdad, l’USM Blida et la sélection nationale juniors.

Publié dans Sports

Aïssa Mandi, le défenseur international algérien du Stade de Reims, a été encensé dimanche par plusieurs médias locaux, malgré le nul (1-1) concédé par son équipe la veille face au Paris Saint-Germain, à l’occasion de la 6e journée du championnat de Ligue 1 française de football. « Mandi, un match presque parfait » titrait le site spécialisé livefoot, au moment où les analystes du site footmercato ont accordé une note de 6,5 au jeune capitaine de 23 ans, la meilleure de tout l’effectif rémois. Le latéral droit des Verts, reconverti en libéro à Reims, a, en effet, fourni une belle prestation dans l’ensemble, annihilant plusieurs occasions parisiennes, avant de céder en toute fin de match, sur une action litigieuse du suédois Zlatan Ibrahimovic. « Le but du PSG n’aurait pas dû être validé, car Ibrahimovic avait commis une grosse faute sur moi, juste avant que Cavanni ne concrétise l’occasion », a expliqué le jeune Algérien au micro de Canal+, juste après la fin de la rencontre. Mandi (23 ans) a été victime, en effet, d’une petite poussette dans le dos de la part du Suédois, juste au moment où il s’apprêtait à intercepte le centre destiné à l’Uruguayen Edinson Cavanni, ce qui a permis à ce dernier de niveler la marque à la 84e. Siebatcheu ayant ouvert le score pour le Stade de Reims une minute plus tôt.

Publié dans Sports

La formation congolaise du TP Mazembe est à pied d’œuvre depuis samedi à Khartoum, à une semaine de sa demi-finale aller de la Ligue des champions d’Afrique de football face à Al Merrikh, le 26 septembre. Les joueurs de l’entraîneur français Patrice Carteron ont rejoint la capitale soudanaise un peu plus tôt pour un stage d’acclimatation et préparer leur demi-finale aller « dans les meilleures conditions », selon la presse locale. Le TP Mazembe, vainqueur de l’épreuve dans sa nouvelle version à deux reprises (2009 et 2010), s’est qualifié pour le dernier carré en dominant le groupe A. Cette rencontre a été confiée à l’arbitre camerounais Néant Alioum, assisté de ses deux compatriotes, Evarist Mekouande et Elvis Guy Noupue Nguegou. Le match retour se jouera le dimanche 4 octobre à Lubumbashi (RD Congo). L’autre demi-finale de la compétition phare de la Confédération africaine (CAF) opposera les Soudanais d’Al Hilal au représentant algérien, l’USM Alger.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6